Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Les auteurs

Texte intégral

1Sophie A. de Beaune est professeur à l’université Jean Moulin Lyon 3 et chercheur au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Elle a été directrice adjointe scientifique à l’Institut des sciences humaines et sociales (CNRS) en 2009 et 2010. Auteur de nombreux ouvrages, ses recherches en préhistoire portent sur l’outillage, les gestes techniques et les activités que l’on peut en inférer. Elle travaille sur l’émergence et l’évolution des aptitudes cognitives, des premiers homininés aux hommes modernes et a introduit en France l’analyse croisée de la neuropsychologie et de l’archéologie.

2Antoine Balzeau est chargé de recherche au CNRS, chercheur au département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle (UMR 7194 Histoire naturelle de l’homme préhistorique). Ses recherches portent sur l’évolution et la variabilité chez les hominidés, en particulier en ce qui concerne les caractéristiques morphologiques internes du crâne étudiées grâce aux méthodes d’imagerie.

3Philippe Barral est ingénieur de recherche (HDR) à l’université de Franche-Comté (UMR 6249 Chronoenvironnement). Il a entre autres participé aux recherches sur l’oppidum de Bibracte (Saône-et-Loire, Nièvre) et sur les travaux du siège césarien à Alésia (Côte-d’Or). Il dirige un PCR consacré à l’agglomération antique de Mandeure (Doubs). Ses recherches portent sur les mutations de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine dans l’Est de la France. Il s’intéresse particulièrement aux questions de dynamique des sanctuaires, de topographie religieuse et structuration territoriale.

4Frédérique Bertoncello est chargée de recherche au CNRS au Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 6130). S’intéressant à la dynamique des peuplements dans la longue durée et aux interactions entre sociétés et environnements dans la construction des paysages, elle est co-responsable de l’atelier « Peuplement et Territoire » de l’ANR Archaedyn et dirige les recherches sur l’évolution du paysage dans la basse vallée de l’Argens (Var). Fortement interdisciplinaire, son travail mobilise les concepts et outils de l’archéologie, de la géographie, de la géomorphologie et de la géomatique.

5André Billamboz est responsable du laboratoire de dendrochronologie du Landesamt für Denkmalpflege Baden-Württemberg (D Hemmenhofen). Ses travaux portent sur la relation homme, bois et forêt au cours des six derniers millénaires et plus particulièrement dans le cadre des habitats palafittiques autour des Alpes. Sa modélisation dendrotypologique des premières formes de la foresterie offre un éclairage nouveau sur l’environnement et la socio-économie de communautés encore largement dépendantes du contexte forestier et de ses ressources.

6François Bon est maître de conférences en archéologie préhistorique à l’université Toulouse II Le Mirail et chercheur au laboratoire Travaux et recherches sur les cultures, les espaces et les sociétés (UMR 5608), il mène des recherches sur les premières sociétés de l’homme moderne en Europe de l’Ouest, la préhistoire d’Afrique australe et orientale ainsi que l’histoire de cette discipline. Il a notamment publié L’Aurignacien entre Mer et Océan en 2002 et Préhistoire. La fabrique de l’homme en 2009. Il a obtenu la médaille de bronze du CNRS en 2007.

7Laurent Bouby est ingénieur d’études au CNRS au Centre de bio-archéologie et d’écologie (UMR 5059) à l’université de Montpellier 2. Archéobotaniste, spécialiste des graines et fruits archéologiques, ses recherches portent sur l’histoire de l’agriculture en Méditerranée nord-occidentale. Il s’intéresse à la dynamique de l’agro-biodiversité en relation avec les changements socio-culturels, économiques et climatiques, en particulier au cours de la Protohistoire et de l’Antiquité. Il travaille notamment sur les débuts de la viticulture et l’évolution de la vigne cultivée.

8Frank Braemer est directeur de recherche au CNRS au Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 6130). Archéologue, spécialiste des questions de formation des agglomérations complexes et des aménagements des paysages au Proche-Orient spécialement du ive au iie millénaires av. J.-C., il est directeur de la mission archéologique française en Syrie du sud et dirige plusieurs programmes de recherche sur la protohistoire du Levant.

9Jean-Paul Bravard est professeur émérite de géographie à l’université Lumière Lyon 2 et chercheur au laboratoire Environnement, ville et société (UMR 5600). Membre senior de l’Institut universitaire de France, il a obtenu la médaille d’argent du CNRS en 2004. Spécialisé en morphodynamique fluviale, il a développé des collaborations avec les écologues et les archéologues des milieux fluviaux, puis élargi ses perspectives à l’histoire de l’environnement des plaines alluviales et à la gestion des rivières ; cette interdisciplinarité l’a conduit à la diriger la Zone Atelier Bassin du Rhône.

10Catherine Breniquet est professeur d’histoire de l’art et d’archéologie antiques à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et affectée au Centre d’histoire Espaces et cultures (EA 1001). Elle est spécialisée dans l’étude de la Mésopotamie archaïque, mais au-delà de la singularité de ce sujet, elle cherche à dépasser la simple matérialité des vestiges archéologiques et à construire une anthropologie du passé. Ses recherches se développent dans trois directions complémentaires : l’examen des communautés villageoises, le tissage sous ses différents aspects et l’étude des représentations figurées.

11Blandine Bril est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, responsable du groupe de recherche Apprentissage et contexte. Ses recherches portent sur l’apprentissage et l’expertise du mouvement et de l’action, l’utilisation d’outil ainsi que le contexte des apprentissages et de la transmission. Elle a co-édité avec Valentine Roux en 2005 Stone knapping : The necessary conditions for a uniquely hominin behavior (Cambridge, McDonald Press).

12Patrice Brun est professeur d’archéologie à l’université Paris 1 et membre de l’équipe Protohistoire européenne de l’UMR 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité. Son champ de recherche couvre les âges du Bronze et du Fer en Europe. Il travaille à la fois sur des programmes d’échelle micro régionale (vallée de l’Aisne), régionale (Bassin parisien) et continentale : modalités d’occupation de l’espace, commerce, échanges et relations intercommunautaires. Cette approche multiscalaire est mise au service de sa problématique de prédilection : les changements sociaux ayant conduit à l’émergence de l’État.

13Frédérique Brunet est chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Archéologue, spécialiste de l’Asie centrale, elle travaille sur les périodes du Paléolithique au Chalcolithique, s’intéressant particulièrement aux processus de néolithisation et, plus largement, à la caractérisation et à l’évolution des cultures, des savoir-faire techniques et des modes de vie nomades à sédentaires en Eurasie. Directrice d’une mission archéologique en Asie centrale et médaillée de bronze du CNRS en 2008, elle est également directrice adjointe de la revue Paléorient.

14Pascal Butterlin est professeur d’archéologie orientale à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et chercheur au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Il dirige la mission archéologique française à Tell Hariri Mari depuis 2004. Spécialiste des ive et iiie millénaires avant notre ère, il a notamment publié, à CNRS Éditions, Les temps protourbains de Mésopotamie en 2003.

15Corinne Debaine-Francfort est chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041) dont elle dirige l’équipe Archéologie de l’Asie centrale. Archéologue et sinologue, elle travaille dans les régions des confins sino-centrasiatiques et notamment au Xinjiang où elle est directrice de la Mission archéologique. Elle y piste les traces de peuplements du Bronze et du Fer et leurs liens avec leurs voisins à partir d’un programme d’études bio-archéologiques (momies, textiles, couleurs). Elle est rédactrice en chef de la revue Arts asiatiques.

16Jean-Paul Demoule est professeur de protohistoire européenne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a mené des fouilles de sauvetage dans la vallée de l’Aisne, en Grèce et en Bulgarie. Il a participé à l’élaboration de la loi française sur l’archéologie préventive et à la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives qu’il a présidé de 2001 à 2008. Ses travaux portent sur la néolithisation de l’Europe, les sociétés de l’âge du Fer, l’histoire de l’archéologie et son rôle social et ses constructions idéologiques comme celle du « problème indo-européen ».

17Philippe Dillmann est chargé de recherche au CNRS au sein du laboratoire Métallurgies et cultures de l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (UMR 5060). Il est archéomètre et étudie, par une approche multidisciplinaire, les chaînes opératoires de production des métaux, ainsi que la place et la circulation de ces derniers dans les sociétés anciennes. Ses travaux portent également sur la corrosion des métaux archéologiques afin d’en diagnostiquer l’altération.

18Henri Duday est directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (UMR 5199) et directeur d’études à l’EPHE. À la fois archéologue et médecin, il a développé une approche nouvelle de l’archéologie de la mort et contribué à faire émerger un corps d’archéologues spécialisés dans ce domaine. La France est aujourd’hui le seul pays où cette pratique soit institutionnalisée. Médaillé d’argent du CNRS en 2005, Henri Duday a enseigné dans de nombreuses universités en France et à l’étranger (Espagne, Italie, Mexique, Suisse, Syrie, Tunisie).

19Philippe Dufresne est assistant-ingénieur au CNRS, à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (UMR 5060), dans l’équipe d’Archéomagnétisme et modélisation chronologie du Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie. Il joue un rôle important dans le développement du logiciel de modélisation chronologique RenDateModel. Par ailleurs, il assure la datation archéomagnétique des terres cuites archéologiques à partir de la variation séculaire du champ magnétique terrestre.

20Christophe Falguères, directeur de recherche au CNRS, dirige le laboratoire Histoire naturelle de l’homme préhistorique (UMR 7194) associé au département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle. Ses recherches portent sur le peuplement ancien de l’Eurasie qu’il aborde principalement sous l’aspect de la chronologie et des voies de migration. C’est un spécialiste des méthodes de datation par résonance de spin électronique (ESR) et par les séries de l’uranium (U-Th).

21François Favory est professeur d’histoire ancienne et d’archéologie gallo-romaine à l’université de Franche-Comté, où il dirige la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (USR 3124). Ses recherches portent d’une part sur les systèmes parcellaires antiques, d’autre part sur la dynamique du système de peuplement antique. Il a participé au programme européen Archaeomedes où il a animé la recherche portant sur la dynamique de l’habitat antique dans la vallée du Rhône et le Midi méditerranéen, et dirigé le programme ACI (2005-2007), puis ANR Archaedyn (2009-2011), avec Laure Nuninger.

22Jean-Luc Fiches est directeur de recherche au CNRS dans l’UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes. Travaillant sur la romanisation en Gaule méridionale, il analyse les processus d’urbanisation, les structures agraires et l’évolution du système de peuplement. Il est à l’origine du GDR Archéologie de l’espace rural en France méditerranéenne et d’une unité d’archéologie spatiale au Centre de recherches archéologiques de Sophia Antipolis dont il était le directeur adjoint. Responsable de plusieurs programmes régionaux, il a participé au programme européen Archaeomedes et à l’ANR Archaedyn.

23Philippe Fluzin est directeur de recherche au CNRS à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (UMR 5060) qu’il dirige actuellement. Ses travaux interdisciplinaires, à la croisée des sciences de l’homme et de la société et des sciences des matériaux, conjuguent de façon indissociable les investigations sur sites archéologiques et les analyses en laboratoire. À travers une approche globale diachronique et multiculturelle du système objet, il se consacre en particulier à la restitution dynamique des chaînes opératoires en métallurgie.

24Mélanie Fondrillon est archéologue au service d’archéologie préventive de la communauté d’agglomération de Bourges et membre du Laboratoire Archéologie et territoires de l’UMR 6173 CITERES. Ses travaux portent sur l’histoire des villes pré-industrielles en Europe du Nord-Ouest, en particulier sur le phénomène urbain du Ve au XIe siècle.

25Laure Fontana est chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Ses travaux portent sur les économies de chasse au Paléolithique supérieur en Europe centrale et occidentale et en particulier sur l’exploitation et le statut du renne dans une approche globale des systèmes économiques. Auteur de L’homme et le renne. La gestion des ressources animales en Préhistoire (CNRS Éditions, 2012), ses recherches récentes sont entre autres tournées vers la méthodologie appliquée à une approche intégrée de l’archéozoologie et de l’étude des industries en matières dures animales.

26Henri-Paul Francfort est directeur de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Spécialiste de l’archéologie de l’Asie centrale, de l’âge du bronze au début de l’Antiquité, il a fouillé notamment en Afghanistan, au Kazakhstan et au Tadjikistan et a procédé à des études d’art rupestre de l’Ouzbékistan jusqu’à la Sibérie. Il participe en outre à un certain nombre de recherches théoriques en archéologie et en histoire de l’art.

27Pierre Guibert est ingénieur de recherche au CNRS. Il dirige l’équipe bordelaise de l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (UMR 5060). Il a été responsable du réseau thématique pluridisciplinaire Archéométrie du CNRS (2007-2009) qui a été pérennisé en 2010 auprès de la Mission aux ressources et compétences technologiques du CNRS (réseau CAI-RN). Ses travaux scientifiques à la confluence des sciences des matériaux et de l’archéologie portent sur le développement de la datation par luminescence et contribuent à la connaissance des cultures préhistoriques et du monde médiéval.

28Martine Joly est maître de conférences en Antiquités nationales à l’université de Paris-Sorbonne et membre du laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167). Spécialiste de la période gallo-romaine et archéologue de terrain, elle a dirigé plusieurs chantiers de fouille programmée dans l’Est de la France, entre autres à Langres et Mirebeau-sur-Bèze. Ses recherches concernent en particulier la naissance et le développement des villes, les lieux de culte, et l’économie en Gaule romaine.

29Timothy Kohler est regents professor of anthropology à Washington State University. Il est également external professor du Santa Fe Institute. Il coordonne actuellement un grand programme de synthèse et de modélisation au Sud-Ouest des États-Unis qui s’appelle Village Ecodynamics Project. Il se rappelle avec plaisir ses premières fouilles dans le Vieux Quartier de la Balance en Avignon.

30Philippe Lanos est directeur de recherche au CNRS, à l’Institut de recherche en archéomatériaux (UMR 5060), dans l’équipe d’Archéomagnétisme et modélisation chronologie du Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie. Ses travaux portent sur la méthode de datation par archéomagnétisme appliquée à la datation des terres cuites archéologiques, en Europe de l’Ouest. Par ailleurs, il développe de nombreuses applications des outils statistiques bayésiens pour le traitement des données chronologiques en archéométrie, archéologie, paléoenvironnements et géosciences.

31Bastien Lefebvre est maître de conférences en histoire de l’art et archéologie médiévales à l’université Toulouse II Le Mirail et membre de l’équipe Terrae du laboratoire Travaux et recherches sur les cultures, les espaces et les sociétés (UMR 5608). Ses recherches portent sur l’habitat médiéval appréhendé par la fouille et l’archéologie du bâti. Il étudie aussi les villes, principalement les processus de formation de l’espace urbain dans le temps long. Il conduit actuellement des recherches sur la modélisation des dynamiques socio-spatiales, afin notamment de déterminer les rythmes de la fabrique urbaine.

32Michel Magny est directeur de recherche au CNRS, au laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) associé à l’université de Franche-Comté à Besançon. Ses recherches portent sur les variations du climat et leur possible influence sur l’histoire des sociétés au cours du Tardiglaciaire et de l’Holocène au Centre-Ouest de l’Europe et dans le bassin méditerranéen.

33Patrice Méniel est directeur de recherche au CNRS au laboratoire Archéologie, cultures et sociétés (UMR 5594) dont il dirige le laboratoire d’archéozoologie. À partir des ossements dégagés lors des fouilles archéologiques, il travaille sur les relations entre l’homme et l’animal durant la Protohistoire et la période romaine, avec un intérêt particulier pour les pratiques funéraires et sacrificielles en France et dans les pays voisins. Il a rédigé plusieurs ouvrages de synthèse et des manuels d’archéozoologie.

34Dominique Michelet est directeur de recherche au CNRS, dans l’UMR 8096 Archéologie des Amériques. Archéologue spécialiste de la Mésoamérique précolombienne, il a participé à – ou dirigé – une douzaine de programmes internationaux dans les basses terres mayas centrales et du nord, les marges septentrionales et le Centre-Ouest mexicain. Certains de ses travaux sont centrés sur la reconstitution d’entités sociopolitiques complexes à partir de données archéologiques telles que les structures régionales de l’habitat, l’organisation interne des sites et l’analyse fonctionnelle d’édifices et d’espaces spécialisés.

35Laure Nuninger est chargée de recherche au CNRS dans le laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) et à la MSHE C.N. Ledoux (USR 3124). Médaillée de bronze du CNRS en 2008, elle est co-responsable d’un laboratoire européen associé franco-slovène ModeLTER et de deux programmes ANR Archaedyn et Trans-MonDyn. Elle travaille principalement sur le peuplement dans la longue durée à partir de l’analyse spatiale et de la modélisation appliquée à l’archéologie. Avec l’équipe slovène, elle développe également des méthodes de traitement par télédétection pour une analyse des paysages sur le temps long.

36Laurent Olivier est conservateur du Patrimoine, en charge des collections des âges du Fer au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Il coordonne un projet archéologique franco-chinois et dirige la fouille d’un complexe « proto-industriel » de production du sel en Lorraine daté du Ier millénaire avant notre ère. Auteur de plus de 150 articles, il s’intéresse à l’histoire de l’archéologie et à son rôle dans la constitution des identités collectives. Il a publié en 2008 Le sombre abîme du Temps, mémoire et archéologie et prépare un ouvrage sur l’embrigadement de l’archéologie au service du nazisme.

37Claude Raynaud est directeur de recherche au CNRS dans l’UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes. Il est responsable scientifique de nombreux chantiers de recherche dont la réalisation de la Carte archéologique du Languedoc oriental et la fouille des établissements ruraux gallo-romains et médiévaux de la région de Montpellier. Dans le cadre du programme européen Archaeomedes, il a dirigé la caractérisation et la datation des sites archéologiques de la basse vallée du Rhône. Expert auprès du Ministère de la Culture (CIRA), il enseigne l’archéologie spatiale à l’université de Montpellier.

38Xavier Rodier est ingénieur de recherche au CNRS dans le laboratoire Archéologie et territoires de l’UMR 6173 Cités, territoires, environnement et sociétés et honorary research fellow at the School of geography, archaeology and environmental studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg. Archéologue spécialiste du traitement de l’information spatiale, il dirige le GDR Modélisation des dynamiques spatiales depuis 2010. L’un des fondateurs et animateurs du réseau inter-MSH Information spatiale et archéologie depuis 2001, il est aussi membre du comité de rédaction de la revue M@ppemonde.

39Françoise Rougemont est chargée de recherche au CNRS dans le laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041) où elle est responsable de l’équipe de protohistoire égéenne. Ses travaux portent sur l’histoire économique et l’archéologie du monde mycénien (monde égéen, fin du iie millénaire av. J.-C.). Elle s’intéresse en particulier à la documentation relative à l’élevage et à la production textile et participe au projet Mycenaean Thebes : Archaeological Contexts and Textile Activities.

40Agnès Rouveret est professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et responsable de l’équipe Espace, pratiques sociales et images dans les mondes grec et romain au sein du laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Auteur de nombreuses publications sur l’histoire de la peinture et des théories artistiques dans l’Antiquité et sur l’histoire et l’archéologie de l’Italie préromaine et romaine, elle est responsable d’un programme de recherche franco-italien sur le site italien de Poseidonia-Paestum et coordonne le projet ANR Culture antiquaire et invention de la modernité.

41Valentine Roux est directrice de recherche au CNRS au laboratoire Préhistoire et technologie (UMR 7055). Ses travaux portent sur les trajectoires évolutives des techniques au cours de la préhistoire récente dans le Levant. Dans ce cadre, elle a collaboré avec des chercheurs en sciences cognitives sur les habiletés impliquées dans la taille de la pierre et le façonnage céramique. Elle mène actuellement des recherches sur les processus de transmission et leur impact sur la variabilité de la culture matérielle. Elle enseigne la technologie céramique à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

42Marie-Pierre Ruas est chargée de recherche au CNRS dans le laboratoire Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements (UMR 7209). Archéobotaniste, elle travaille sur les patrimoines végétaux et agrosystèmes des sociétés historiques préindustrielles en France et au Maroc. Ses travaux interrogent la place et le statut des plantes et contribuent à l’histoire des systèmes agraires à travers les pratiques de culture, la transformation des récoltes, leur stockage. Ils appréhendent aussi l’alimentation, les pratiques rituelles et funéraires, l’artisanat et la diffusion des espèces.

43Laure Saligny est ingénieur d’études au CNRS, responsable du pôle géomatique et cartographie de la Maison des sciences de l’homme de Dijon (UMS 2739). Archéologue, elle travaille sur la modélisation spatiale et temporelle des phénomènes historiques dans le temps long. Membre du bureau du réseau thématique pluridisciplinaire du CNRS Modélisation des dynamiques spatiales de 2005 à 2007, elle participe au GDR du même nom créé en 2010 par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Elle est co-fondatrice du réseau inter-MSH Information spatiale et archéologie qu’elle co-anime depuis 2001.

44Lena Sanders est directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504). Ses travaux portent sur l’évolution des villes et des systèmes de peuplement et utilisent l’analyse spatiale et la modélisation dynamique. Elle s’est intéressée au transfert des concepts et des méthodes entre les disciplines et a développé plusieurs collaborations interdisciplinaires, avec des archéologues et des philosophes d’un côté, des physiciens et des informaticiens de l’autre. Elle a eu la médaille d’argent du CNRS en 2005.

45Jean-Frédéric Terral, directeur du Centre de bio-archéologie et d’écologie (UMR 5059), est enseignant-chercheur à l’université Montpellier 2 dont il co-dirige le département Biologie-écologie. Ses recherches se positionnent au cœur des enjeux scientifiques et sociétaux liés à l’érosion croissante de la biodiversité. Par des approches morphométriques et d’anatomie quantitative, ses études abordent à différents niveaux spatio-temporels la dynamique de la biodiversité, en particulier d’espèces domestiquées, emblématiques d’un point de vue paysager, climatique, écologique, culturel et économique.

46Boris Valentin est maître de conférences (HDR) en archéologie préhistorique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, et membre de l’équipe Ethnologie préhistorique du laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Ses recherches portent sur l’histoire des derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe nord-occidentale et du Proche-Orient levantin (xive-vie millénaire avant J.-C.). Son terrain principal est le Bassin parisien, avec notamment le site magdalénien de Pincevent.

47Stéphane Verger est directeur d’études à l’École pratique des hautes études et directeur de l’UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident et science des textes. Membre de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie, il co-dirige les fouilles dans la ville haute d’Apollonia d’Illyrie. Ses recherches portent sur les contacts entre cultures méditerranéennes et sociétés protohistoriques récentes. Ses terrains vont des tombes hallstattiennes d’Allemagne du sud et laténiennes de Champagne aux sanctuaires grecs archaïques de Sicile et d’Ionie, en passant par les sites pré-romains du nord de l’Italie.

48Roland Viader est chargé de recherche au CNRS au laboratoire France méridionale et Espagne : histoire des sociétés du Moyen Âge à l’époque contemporaine (UMR 5136), à Toulouse. Cet historien est spécialiste des questions d’histoire économique et sociale dans le monde féodal méditerranéen montagnard des Pyrénées orientales, en particulier en Andorre. Il développe une réflexion entre autres sur les formes de la propriété, leur élaboration et leurs places dans l´architecture des rapports sociaux.

49Emmanuelle Vila est archéozoologue, chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéorient – Environnements et sociétés de l’Orient ancien (UMR 5133) qu’elle dirige actuellement. Ses recherches portent sur les premières sociétés urbaines proche-orientales. Elle se consacre à l’étude de la relation de l’homme et l’animal et a développé plus particulièrement des programmes sur l’évolution des pratiques zootechniques, sur la domestication de l’âne et sur les modalités de l’élevage pastoral en milieu aride. Elle étudie en outre les pratiques alimentaires en Méditerranée orientale dans l’Antiquité.

50George Willcox est directeur de recherche au CNRS au laboratoire Archéorient (UMR 5133). Ses recherches portent sur les origines de l’agriculture au Proche-Orient et le passage des économies de chasseurs-cueilleurs aux économies de cultivateurs. Il étudie le processus de domestication des céréales. Il a exploré en particulier la culture des céréales morphologiquement sauvages à travers les restes végétaux carbonisés prélevés sur les sites archéologiques en Syrie et Turquie. Il est Associate editor de la revue Vegetation History and Archaeobotany.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search