Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Le gisement Néolithique de la Baume d’Oullins le Garn-Gard

Jean-Louis Roudil

Résumé

La Baume d’Oullins fouillée depuis 1978 par une équipe que dirige J.-L. Roudil a permis d’étudier une stratigraphie complète du Néolithique régional. La grande étendue de l’abri fouillé sur plus de 50 m2 en 1982 devrait aboutir à une bonne connaissance de l’organisation de l’habitat. L’abondance des structures, en particulier des foyers, une étude pluridisciplinaire des facteurs liés à l’environnement, doivent conduire à un enrichissement considérable de notre connaissance du Néolithique en Languedoc oriental.

Texte intégral

Situation

1La grotte d’Oullins, l’un des plus vastes abris préhistoriques du Sud-Est de la France, s’ouvre en rive droite d’un important ravin affluent de l’Ardèche, dans la partie centrale des gorges, (secteur de Gournier). Cette rivière entre Vallon Pont d’Arc et le Rhône a entaillé en canon sur plus de 30 km de parcours le puissant massif de calcaire blanc récifal Urgonien. Cette roche très dure mais particulièrement sensible à la dissolution a donné lieu à une intense karstification qui a produit de nombreuses grottes et avens propices à l’occupation préhistorique, la grotte d’Oullins avec celle de Ronze qui est une salle d’aven en partie effondrée, sur le plateau d’Orgnac tout proche, constituent les plus grands abris naturels du Sud-Est de la France, les seuls dépassant mille mètres carrés de surface couverte.

2L’importance du porche fait qu’il sert de limite entre les communes du Garn et de Labastide de Virac. Il en résulte que l’abri se trouve aujourd’hui partagé entre les départements du Gard et de l’Ardèche. Son altitude est d’environ 160 m, à égale distance du niveau de l’Ardèche et de la surface du plateau.

3Coordonnées Lambert : x : 769,100

4y : 229,025

5Carte au 1/25000 Bourg Saint Andéol, 5-6.

Description

6L’abri s’ouvre, face au nord, large de près de 50 m et haut de 10 à 15 m. Son orientation assez défavorable est largement compensée par ses vastes dimensions et son organisation naturelle : en effet, la grotte comporte successivement, de l’entrée vers l’intérieur, un porche largement éclairé ; une salle 1 où règne la pénombre et dont le fond se trouve à 50 m de l’entrée ; une salle 2, vaste mais totalement obscure, communiquant actuellement avec la salle 1 par un passage très surbaissé.

7Lors de ses travaux effectués dans les années 1890, le docteur P. Raymond avait déjà noté que les secteurs de la grotte habités durant le Néolithique ne correspondaient pas à ceux qui l’avaient été au Paléolithique. En effet, les vestiges se répartissent de la manière suivante :

  • Porche: niveaux néolithique épais de 1,20m en moyenne, reposant sur un cailloutis paléolithique.

  • Salle 1 : niveaux néolithiques très minces ou totalement absents surmontant, lorsqu’ils existent, des couches de cailloutis paléolithiques atteignant par endroits 2,50 m d’épaisseur. Restes de gravures sur les parois, au fond.

  • Salle 2 : occupation paléolithique et peintures à l’ocre sur les parois. Lors de notre intervention, le porche et la salle 1 présentaient une juxtaposition anarchique de cratères et de cônes de déblais résultant des fouilles antérieures : la dénivellation entre le sommet des cônes et le fond des excavations atteignait, par endroits, 3 m. Il semblait donc que toute la surface de la grotte était totalement bouleversée. Cependant contre la paroi ouest du porche une butte cendreuse, que rien ne distinguait des tas de déblais voisins, révéla dès son sommet des foyers parfaitement stratifiés. C’est là que furent conduits les travaux en 1977 (voir plan).

8Une planimétrie précise de la cavité avait été dressée par J. Combier, s’appuyant sur un carroyage matérialisé sur la paroi. Notre propre carroyage orienté nord-sud/est-ouest reprend les mêmes bases.

Historique des recherches

9En raison de son étendue et de sa position privilégiée, le site fut repéré et exploité de très bonne heure ; dès le xixème siècle le pionnier de la préhistoire ardéchoise, Jules Ollier de Marichard, y entreprit des travaux, il fut bientôt imité par le Dr. Paul Raymond qui s’intéressa surtout aux niveaux paléolithiques et donna, dès 1900 « dans l’arrondissement d’Uzès avant l’Histoire », un compte rendu détaillé de ses travaux faisant état d’environ 1 600 pièces de collection ». La publication de ces résultats provoqua d’innombrables fouilles anarchiques et il fallut attendre 1957 et 1958 pourvoir à nouveau s’y dérouler des recherches méthodiques : celles de M. Combier, d’une part pour les niveaux paléolithiques, celle de MM. J. Cauvin et P. Ducos, d’autre part, pour les niveaux néolithiques.

10Dans le cadre d’un programme de recherches systématiques sur le Néolithique ancien, nous fûmes conduits à entreprendre, en 1977, une opération de sauvetage destinée à repérer d’éventuels secteurs archéologiques encore intacts dans la cavité, à évaluer leur importance et leur étendue, à déterminer, enfin leur nature et leur intérêt. Les résultats obtenus lors de cette première campagne furent très encourageants : ils montrèrent que des secteurs réputés notoirement bouleversés et très pauvres, recelaient en réalité, une documentation abondante et variée, et que la superficie des niveaux stratifiés encore intacts était importante. La menace que faisaient peser sur ces niveaux de nouvelles fouilles clandestines nous a incité à y conduire une série de campagnes de recherches successives.

Stratigraphie

11Couche 1 : Cendre argileuse et charbonneuse alternant avec des lentilles de cendre blanche pure.

12Couche 2 : Cendre argileuse plus jaunâtre.

13Couche 3 : Limon brun plus ou moins argileux dépourvu de cailloux.

14Couche 4 : Limon argileux avec des lits brun cendreux.

15Couche 5 : Cendre argileuse d’épaisseur irrégulière.

16Couche 6 : Limon cendreux avec cailloutis calcaire plus ou moins abondant.

Stratigraphie archéologique

17Couche 1 et 2 : Néolithique final Ferrières, mobilier céramique abondant et typique, industrie lithique sur éclat. Cette couche a livré une bonne quantité de céréales carbonisées, Triticum monococum (engrain), détermination J. Erroux.

18Date C.14. Couche 1 MC 2032 2540 ± 100 B.C.

19Couche 3 et 4 : Ces niveaux parfois très épais sont extrêmement pauvres en mobilier. Celui-ci est cependant caractéristique et se rattache au Chasséen typique avec des récipients carénés, une industrie lithique sur lame en silex blond. Par contre ces couches ont révélé des structures de combustion remarquables. Il s’agit de foyers aménagés dans des cuvettes subcirculaires creusées dans le limon. La dépression ayant reçu pendant la combustion une garniture de blocs soigneusement disposés et destinés entre autres usages à accumuler la chaleur.

20Date C.14, couche 4 MC 2033 3640 ± 110 B.C.

21Couche 5 :

22Sur le plan sédimentologique, cette couche se différencie mal de la 6, sous-jacente, à laquelle elle est très semblable. Dans de vastes secteurs de l’abri il n’a pas été possible de l’individualiser et il semble bien que la zone occupée à ce stade était nettement moins vaste que celle qui correspond à l’habitat de la couche 6 sous-jacente.

23Cette couche a livré une céramique particulièrement intéressante attribuable à une phase évoluée du Néolithique ancien qu’on peut qualifier d’épicardiale. Le nombre restreint des tessons et leur extrême fragmentation ne permet pas de déterminer avec certitude et en détail la forme des récipients qui sont sphéroïdaux, certains à col rétréci.

Figure 1 : Néolithique ancien Cardial, couche 6, industrie lithique. Armatures de flèches tranchantes. On doit souligner le caractère sub-microlithique de certaines pièces (1 à 4). 8 flèches sur 18 sont à troncatures abruptes, pour les autres on observe des retouches grignotée1’ ou envahissantes. Echelle en cm.

24Les décors comprennent des cannelures verticales ou obliques partant sous le bord du récipient. Dans un cas ces cannelures sont très nettement curvilignes et la composition intégrale du décor ne peut être déterminée pour l’instant.

25Un décor plus original consiste en des bandes horizontales garnies de lignes verticales serrées, traitées en incision à cru. Ce sont de véritables échelles couchées. Un petit vase à orifice rétréci en comportait une juste sous le bord, à la partie formant « col ». Si les motifs représentés sont assez originaux, la technique d’exécution est très classique et connue dans d’autres horizons épicardiaux du Languedoc (Montclus, Baume Bourbon, St Pierre de la Fage, Gazel).

26L’industrie lithique associée à ce matériel ne différencie pas de celle du Cardial classique : elle comporte, flèches tranchantes, lames et grattoirs plus ou moins volumineux. L’étendue de la fouille devrait compenser dans l’avenir la pauvreté de cette couche, à condition qu’elle existe dans les secteurs qui restent à exploiter.

27Couche 6 :

28Cette couche par sa situation relativement profonde, environ 1 m au centre de l’abri, plus près des parois, a moins souffert des destructions récentes que les niveaux superficiels du Néolithique moyen. Elle correspond à une occupation assez intense par un groupe cardial typique ayant provoqué la formation d’une couche riche en mobilier et en structures variées.

29La céramique abondante a subi une forte fragmentation et une importante dispersion. La planimétrie et les connexions reportées sur plan permettent de constater comment les fragments d’un même vase ont été éparpillés par les piétinements.

30Les conditions de conservation du mobilier sont dans les niveaux postglaciaires d’Oullins, particulièrement favorables tant pour la faune que la céramique. Celle-ci est très solide et présente des pâtes dures, cassantes, qui témoignent de bonnes techniques de fabrication. Les formes sont classiques, sphéroïdales à fond rond, les parois épaisses sur les grands récipients peuvent être très minces sur certains petits vases ayant moins de 10 cm de diamètre. Les surfaces sont lustrées et très brillantes sur les petits récipients. Les décors à la coquille, relativement abondants, sont soigneusement structurés ; ils illustrent des thèmes géométriques simples : triangles, bandes horizontales, garnies d’impressions transversales, rectilignes ou en zig-zags, panneaux rectangulaires. Les impressions curvilignes sont rares et l’impression pivotante inconnue. Sur certains décors, peu nombreux, les traces d’incrustation de pâte blanche sont très nettes. On peut estimer à une trentaine le nombre de vases décorés à la coquille identifiés à ce jour.

31Quelques décors plastiques complètent l’ornementation. Des cordons lisses ou impressionnés à l’ongle ou à la spatule, des décors d’impressions en lignes obtenues avec une sorte de poinçon à dents jointives.

32Dans son ensemble ce mobilier a des affinités très fortes avec les gisements des plateaux environnants, entre Cèze et Ardèche : Baume de Ronze, Grotte de l’Aigle, Grotte de Chazelle.

33Les moyens de préhension sont limités à des anses en boudin et en ruban que le décor d’impressions recouvre dans certains cas.

34L’industrie lithique est abondante également avec beaucoup de résidus de débitage quartz et silex. Des lames brutes, à coches, à troncatures, de nombreuses flèches tranchantes souvent minuscules. Sur des éclats volumineux sont aménagés des grattoirs épais, des denticulés, des racloirs.

35La matière première utilisée est exclusivement d’origine locale (affleurements tertiaires du plateau d’Orgnac) et de qualité assez médiocre, ceci explique l’irrégularité des lames et l’aspect souvent assez fruste de l’industrie dans lesquelles seules les flèches semblent avoir fait l’objet de soins minutieux. La mise en œuvre de plans sélectifs, figurant l’outillage en silex d’une part, les déchets de débitage d’autre part permettra de définir des zones préférentielles d’activité d’autant que la surface fouillée est déjà importante mais devrait approcher les 100 mètres carrés à l’issue des travaux.

36La parure de la couche 6 quoique rare est particulièrement caractéristique. Elle est constituée par une série de dentales et quatre colombelles perforées par percussion. Ces objets attestent des contacts divers avec le rivage méditerranéen qui confirment les liens génétiques unissant le Cardial à la mer, restés vivaces même, comme c’est le cas ici lorsque les groupes de population s’en éloignent assez fortement.

37C’est également à une activité orientée vers la parure que nous sommes tenté de rattacher divers fragments d’ocre rouge portant des facettes de polissage très nettes que nous avons recueillis dans la couche 6. L’usage de l’ocre, reminiscence d’une tradition remontant aux derniers chasseurs, est fréquemment attestée dans le gisement du Cardial et la grotte de l’Aigle peu éloignée d’Oullins, a fourni une dalle avec un large frottis particulièrement caractéristique.

Structures de combustion

38Les aménagements et structures de la couche 6 sont particulièrement abondants. Ce sont surtout des foyers aménagés dans des cuvettes en général peu profondes.

Figure 2 : Néolithique ancien Cardial. Couche 6. Plan et coupe d’un grand foyer en cuvette, garni de blocs parmi lesquels figurent deux meules. Le nord de la structure était bordé par une accumulation de cendre blanche. Les amorces du carroyage donnent l’échelle.

Figure 3 : Néolithique ancien Cardial. Couche 6. Plan d’ensemble de la fouille, montrant la répartition des 11 foyers en cuvette, étudiés sur 57 m2. Les blocs d’effondrement de voûte forment des reliefs qui, dépassant parfois 1 m de hauteur, ont largement conditionné l’organisation de l’espace habité.

39Leur taille varie de 0,5 m à 1,3 m de diamètre. La cuvette est en général totalement comblée par des blocs en désordre, des calcaires de la roche encaissante le plus souvent, mais aussi, plus rarement, des fragments de galets et des meules intactes ou brisées. Sous ce lit de blocs se trouve une épaisse couche de charbons de bois et de cendre témoins d’un feu intense et certains blocs sont rubéfiés ou éclatés sur place.

40Il n’y a en général pas de mobilier dans ces foyers, tout au plus un peu de faune.

41La caractéristique la plus frappante présentée par ces structures est leur remarquable état de conservation, qui a peut être son explication dans leur mode d’utilisation. Ces foyers pouvant être utilisés pour la cuisson directe à l’ancienne. Les nombreux blocs interposés entre la braise et les aliments à cuire assuraient une meilleure diffusion de la chaleur, un stockage de celle-ci et finalement donnaient à l’ensemble une inertie thermique importante. Alors qu’un feu libre donne une très haute température, relativement brève, les aménagements observés produisent à partir d’une même combustion une chaleur moins violente mais beaucoup plus prolongée.

42Un deuxième mode d’utilisation peut être envisagé, c’est la cuisson à l’étouffé de type four polynésien. Les aliments protégés par un emballage artificiel, ou naturel (la fourrure joue très bien ce rôle pour des petits animaux comme le lapin), sont posés sur les blocs et recouvert par un dôme de sédiments fins qui freine la dispersion de la chaleur. Après un délai que l’expérience permet d’apprécier avec justesse, les aliments sont dégagés de la chape de sédiment et consommés. La structure est abandonnée et déjà ensevelie. Ce mode d’utilisation, même s’il n’exclut pas totalement le premier, pourrait rendre compte de l’extraordinaire état de conservation de la plupart des foyers dégagés à la Baume d’Oullins. Les utilisateurs les ayant « fossilisés » immédiatement avec du sédiment fin lequel n’avait aucune raison d’être enlevé après achèvement de la cuisson.

43La taille modeste de certains de ces foyers a permis de les conserver selon deux techniques, soit il a été procédé après dessin et photographies sous divers angles au démontage assorti du numérotage de chaque bloc. A partir des données recueillies il est facile d’obtenir une reconstitution très fidèle. Soit pour les ensembles ayant des dimensions inférieures à 0,6 m en diamètre et dont le support sédimentaire s’y prêtait, nous avons procédé à l’enlèvement en bloc après imprégnation à la résine du foyer lui-même, pour lui donner de la cohésion, puis coffrage et ceinturage au plâtre.

44La date isotopique obtenue pour cette couche 6 : MC 2034, 4680 ± 110BC place la cardial d’Oullins au milieu du cinquième millénaire, dans ce que nous considérons comme le Cardial Moyen ou Cardial Classique, auquel appartiennent la majorité de gisements de cette culture, dans le Midi de la France. Rappelons que les dates antérieures à 5 000 BC ne concernent qu’un petit groupe de gisements du littoral marseillais qui, à l’exception de Châteauneuf, n’ont pas fourni assez de matériel pour définir, le cas échéant une phase ancienne du Cardial, typologiquement parlant. Par contre autour de 4 000 BC, le cardial final, ce que certains auteurs appellent épicardial, est bien connu, avec son appauvrissement en décors à la coquille qui va jusqu’à la disparition totale de cette technique, et l’émergence de décors de cannelures et de poinçonné. La couche 5 d’Oullins décrite ci-dessus illustre bien cet horizon et a fourni avec les échelles incisés un type de décor inconnu dans cette phase culturelle.

45Les dimensions importantes de l’abri sous roche ont permis aux occupants néolithiques d’organiser assez librement la surface habitée. Le seul facteur naturel contraignant était l’intensité de l’éclairage naturel qui décroît de l’extérieur vers l’intérieur.

46C’est le premier gisement du Languedoc pour lequel on disposera d’une vision globale de l’utilisation de l’espace habité en grotte sur une aussi vaste surface continue. Cette documentation permettra de mettre en lumière l’existence ou la non existence d’aires spécialisées dans telle ou telle activité : cuisine, dépeçage, taille du silex, parcage du bétail, cuisson..., ceci en rapport avec les structures nombreuses déjà identifiées : foyers en cuvette, accumulations de cendres, trous de poteaux, et avec l’intensité de l’éclairage qui a pu jouer un rôle déterminant dans la localisation de ces activités.

47Ces données synchroniques - exploitables dans trois horizons différents : Cardial Ancien, Cardial Final, Chasséen -, sont confortées par la documentation à caractère diachronique fournie par le gisement. La statigraphie de la Baume d’Oullins présente la série complète des civilisations indigènes du Néolithique : Cardial, Chasséen, Ferrières, avec une subdivision très nette pour la première (couches 5 et 6). Elle va permettre d’approfondir l’évolution typologique des industries lithiques, céramiques et osseuses du 5ème millénaire au 3ème millénaire, l’abondance du mobilier recueilli dans certaines couches facilitant grandement cette étude.

48En conclusion, la Baume d’Oullins cumule les avantages et les qualités des sites de plein air où l’ont peut exploiter de grandes surfaces avec celui des habitats en grotte où la documentation est abondante et bien stratifiée.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Néolithique ancien Cardial, couche 6, industrie lithique. Armatures de flèches tranchantes. On doit souligner le caractère sub-microlithique de certaines pièces (1 à 4). 8 flèches sur 18 sont à troncatures abruptes, pour les autres on observe des retouches grignotée1’ ou envahissantes. Echelle en cm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Figure 2 : Néolithique ancien Cardial. Couche 6. Plan et coupe d’un grand foyer en cuvette, garni de blocs parmi lesquels figurent deux meules. Le nord de la structure était bordé par une accumulation de cendre blanche. Les amorces du carroyage donnent l’échelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1130/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 3 : Néolithique ancien Cardial. Couche 6. Plan d’ensemble de la fouille, montrant la répartition des 11 foyers en cuvette, étudiés sur 57 m2. Les blocs d’effondrement de voûte forment des reliefs qui, dépassant parfois 1 m de hauteur, ont largement conditionné l’organisation de l’espace habité.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1130/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search