Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Quatrième partie - Espaces et environnements. Questions d'échelles

L’espace temporairement apprivoisé

Étude de cas (Ouzbékistan, Chine)

Some cases of temporary tamed space: Uzbekistan, China

Frédérique Brunet et Corinne Debaine-Francfort

Résumé

Central Asia combines two geocultural domains, steppes and oases, emphasizing two lifestyles. Our multidisciplinary researches, based on international cooperation, intend to explore major historical topics on a broad chronological and geographical scale, including the study of the evolution of fragile ecosystems. The study of two desert areas (Kyzyl-Kum in Uzbekistan, Taklamakan in Xinjiang, China) exemplify our approach: to test in Xinjiang the hypothesis of the existence of ancient agricultural settlements, and to examine in Uzbekistan the hunter-gathererfisher societies on the way to neolithisation, to understand their variety and evolution in nowadays totally dry deltas, and to clarify settlement patterns over the long term (from Neolithic to Antiquity). Archaeological sites discovered by our fieldwork give some clues about cultural patterns, subsistence practices, irrigation systems, and social organization from nomadic to sedentary systems. Our results tend to reconstruct modalities of the interactions between man and the environment in an unstable context, and to illuminate constants and variables of change in local, regional, and “international” scales.

Texte intégral

1L’Asie centrale se répartit en deux espaces géoculturels qui façonnent le mode de vie – nomade ou sédentaire, pastoral ou agricole – des populations : les steppes et les oasis (fig. 1). Nos recherches y sont sous-tendues par de grandes questions historiques telles que la néolithisation, l’émergence de sociétés complexes, l’apparition de formes originales d’établissements agropastoraux, le développement du pastoralisme nomade monté, les migrations et enfin les échanges avec les civilisations du Moyen-Orient, de l’Inde et de la Chine. Elles sont menées en équipes pluridisciplinaires et en coopération internationale dans le cadre de missions archéologiques mixtes placées sous l’égide du Ministère des affaires étrangères et européennes que nous remercions pour son soutien. Il s’agit, en l’occurrence, d’une part de la mission franco-chinoise au Xinjiang (MAFCX) dirigée par Corinne Debaine-Francfort en partenariat avec Abduressul Idriss qui associe depuis 1991 le CNRS (UMR7041, ArScAn) et l’Institut d’archéologie et du patrimoine du Xinjiang (Urumqi), et d’autre part de la mission sur la néolithisation en Asie centrale (MAFANAC) dirigée par Frédérique Brunet qui opère en Ouzbékistan en partenariat avec Muhiddin Khudzhanazarov de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences d’Ouzbékistan, à Samarcande et en collaboration avec Karol Szymczak de l’Institut d’archéologie de l’Université de Varsovie. Ces recherches ont en commun la prise en compte de vastes territoires, sur la longue durée – des premiers processus de néolithisation (XVe-IVe millénaires) aux périodes du Bronze et du Fer, et jusqu’à la fin de l’Antiquité (IIIe s. de notre ère) – et des problématiques paléo-environnementales liées à l’étude des évolutions de milieux sensibles, dans des zones souvent inexplorées.

Fig. 1 – Asie centrale, localisation des deux zones étudiées : Ouzbékistan et Chine (carte F. Brunet, modifiée par les auteurs).

Fig. 2 – Images satellitaires et cartographie. À gauche et au centre, vallée et delta de la Keriya, Xinjiang (© Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang – MAFCX) ; à droite, delta fossile de l’Akchadaria et paléolac du Zeravshan, Ouzbékistan (© Mission archéologique française Ajakagytma sur la néolithisation en Asie centrale – MAFANAC).

2Dans les zones arides qui nous occupent, la désertification constitue une menace majeure. La préoccupation des sociétés humaines est de s’assurer des ressources pérennes en eau, pour l’irrigation comme pour l’accès à la faune et à la flore sauvages, particulièrement abondantes et variées dans les ripisylves. Cela implique que ces sociétés apprivoisent – au moins temporairement – leur espace selon des modalités différentes suivant qu’elles sont agropastorales sédentaires (au Xinjiang) ou constituées de populations mobiles de chasseurs-pêcheurs-éleveurs (en Ouzbékistan).

3Trois questions s’imposent si l’on veut tenter d’en rendre compte : à quel moment la désertification de ces zones, qui révèlent un peuplement ancien très important, est-elle intervenue ? Quelles furent les transformations de ces environnements sur la longue durée et sur différentes échelles géographiques, et dans quelle mesure ont-elles influé sur les modes de vie et les systèmes économiques des sociétés humaines ? Quelle était la variété, à l’échelle locale, des systèmes écologiques (marges arides/ripisylves) et, par conséquent, quels ont été les choix et les modalités d’occupation, d’exploitation ou de transformation de cet environnement par l’homme ?

4Deux études de cas exemplifient notre démarche : l’une, en Ouzbékistan, concerne le désert du Kyzyl-Kum dans l’ancien bassin de la mer d’Aral, l’autre, en Chine, le désert de Taklamakan au Xinjiang, dans le bassin du Tarim (fig. 1 et 2). Il s’agit de deux régions désertiques à deltas endoréiques où l’environnement est aujourd’hui très dégradé : on y observe la disparition des ripisylves ou tugaï au profit du désert et une érosion intense entraînant la disparition des contextes holocènes anciens (fig. 3).

5En cherchant à tester au Xinjiang l’hypothèse de l’existence de peuplements agricoles anciens, et à comprendre en Ouzbékistan la néolithisation de sociétés de chasseurs-pêcheurs et leur évolution au sein d’une dichotomie nomade/sédentaire, notre visée est double : d’une part, élucider les modalités et les mécanismes de ces peuplements en les replaçant dans l’évolution de leur environnement et en tentant de saisir leurs liens avec ceux des régions avoisinantes ; d’autre part, construire des macro-séquences chrono-culturelles, du Néolithique aux grands empires historiques.

6Dans les deux cas d’étude, les contextes de découverte, difficiles d’accès, sont inégaux : la nature, la densité et l’état des vestiges varient considérablement en fonction du degré de conservation des terrasses, des berges et de leur végétation (fig. 4). Ces vestiges sont généralement ensablés et peu apparents. Les limites des sites ne sont pas toujours connues et la perception que nous en avons varie avec le déplacement des dunes.

Fig. 3 – Paysages des vallées étudiées (Keriya, Amou-Daria, Zeravshan). Ripisylves et zones dunaires le long des cours actuels, forêts mortes et désertification dans les deltas fossiles (© MAFCX et MAFANAC).

  • 1 Le traitement des images satellitaires du Xinjiang et la cartographie ont été réalisés par François (...)

7Les différents modes d’occupation et de mise en valeur des territoires sont étudiés par la localisation des sites archéologiques, en relation avec le réseau hydrographique ancien (cartographié par télédétection et intégré dans un SIG) (fig. 2)1 et par la collecte (en fouilles et prospections) de données sur l’évolution des pratiques culturelles et économiques et, plus généralement, sur les modes de vie et les organisations sociales. Cette démarche nécessite la mise en œuvre d’une méthodologie adaptée, sur le terrain et en laboratoire. L’approche se veut multiscalaire et multifocale, allant du global au local, des macrophénomènes climatiques aux variations perceptibles à l’échelle d’une vallée. Elle intègre trois niveaux de lecture : géographique, chronologique – des occupations temporaires à la longue durée du peuplement – et culturelle avec la prise en compte des données inhérentes à un site, une région, une culture jusqu’à la mise en évidence de processus historiques et d’échanges à l’échelle de l’Eurasie.

La Keriya au Xinjiang

8Aux confins de la Chine et de l’Asie centrale, le Xinjiang s’est trouvé tout au long de son histoire à la croisée de grands empires sédentaires (Chine, Inde et Perse) et ses oasis ont toujours été des points de contacts privilégiés. Pourtant, jusque dans les années 1980, l’histoire de la région avant la Route de la Soie était quasi-inconnue. Notre objectif fut d’en retrouver la protohistoire perdue et d’élucider l’histoire des peuplements dans l’évolution du milieu et des contextes régionaux.

  • 2 L’étude géomorphologique a été menée par Pierre Gentelle et Liang Kuanyi (Coque et al. 1991, Gibert(...)

9Une équipe franco-chinoise s’est ainsi constituée autour du projet d’exploration d’un désert où nul archéologue ne s’était plus aventuré depuis quarante ans, le Taklamakan, et plus particulièrement d’une vallée endoréique du Sud Xinjiang, la Keriya, dont la carte archéologique se limitait à trois sites tardifs2. Ce projet était fondé sur une hypothèse, confortée par la connaissance de milieux similaires dans d’autres régions centrasiatiques : celle de l’existence de peuplements agricoles dans des deltas asséchés mais ayant pu offrir des terres arables dès la protohistoire grâce à l’irrigation.

10La Keriya s’écoule vers le nord. Ses eaux ont longtemps rejoint le Tarim, reliant les oasis du Sud Taklamakan à celles du Nord. Puis elles se sont perdues dans les sables, formant un grand delta (fig. 2). Ce delta, chassé par un lent soulèvement tectonique dans le Pamir et retenu par un affaiblissement du débit, s’est déplacé naturellement du nord-ouest au sudest. Suivant ses traces, repérables sur les images satellitaires, nous avons exploré ses paléochenaux – localisés d’autant plus à l’ouest qu’ils sont plus anciens – et vérifié notre hypothèse : près de 600 sites découverts et des ensembles culturels inconnus. Leur analyse permet de restituer une évolution du peuplement des trois deltas de la Keriya en au moins trois temps : actuel, antique (IIIe-IVe siècles de notre ère), protohistorique (Fer et Bronze, IIIe-Ier millénaires), avec, dans chacun d’eux, une oasis centrée sur une bourgade principale (DebaineFrancfort et Idriss 2001, Debaine-Francfort et al. 2007 et 2009).

11Dans la vallée actuelle, le cours moyen, impropre à l’agriculture, n’offre que peu de moyens de subsistance. Seul le delta peut supporter un groupement plus important de maisons, mais la mise en place d’un grand canal d’irrigation devant permettre une agriculture d’appoint a échoué en raison d’un débit irrégulier et d’une mauvaise qualité de l’eau. Les villageois doivent se contenter de simples retenues pour la distribution de cette eau. L’élevage constitue ainsi l’essentiel de l’activité économique et conditionne le mode d’implantation de l’habitat rural, très dispersé hors du delta. À chaque foyer correspond un territoire permettant aux troupeaux de changer régulièrement de pâturage, la végétation riveraine qui nourrit ces troupeaux fournissant aussi les matériaux de construction des maisons.

  • 3 Seul site d’importance connu dans la vallée lorsque débutèrent nos travaux, en 1991, il fut découve (...)

12Première étape de notre parcours, Karadong3, capitale du delta antique, doit probablement son existence à son petit fortin. Halte pour les caravanes sur la route menant au nord du désert, le site, installé au bord d’un ancien cours, est représentatif de l’apparition progressive au début de notre ère de petits centres urbains d’oasis stimulée par la colonisation chinoise du bassin du Tarim. Nos fouilles ont permis d’éclairer le fonctionnement de son oasis et de montrer ses liens étroits avec la sphère indo-gandharienne. Outre le fortin, nous avons repéré les vestiges d’une cinquantaine d’installations – fermes, édifices publics et religieux, zones d’activités artisanales.

  • 4 Par Brigitte Coque (Université Paris 7 - UMR 8591), avec Liu Wensuo (Institut d’archéologie du Xinj (...)

13Les constructions étaient conçues comme de petits domaines regroupant des habitations et des dépendances pour les animaux. Mais à la différence d’aujourd’hui, elles étaient entourées de jardins, vergers, vignes et terres irriguées. L’exploitation d’un milieu en équilibre fragile, plus propice à la chasse et à l’élevage qu’à l’agriculture, se faisait grâce à l’irrigation (fig. 5). L’étude sédimentologique4 a montré que le site était proche de la limite des crues et que le milieu physique était déjà marqué par une forte aridité. Une probable contraction des crues aurait entraîné la migration des habitants. Divers indices montrent cependant que ces crues arrivaient encore jusqu’à Karadong après son abandon : si les conditions n’étaient plus réunies pour une occupation permanente du site, il subsistait suffisamment d’eau et de végétation pour que des secteurs inhabités aient pu servir de pâturages avant de devenir totalement désertiques.

Fig. 4 – Conservation différentielle des vestiges archéologiques. Sépulture à momie et habitation en bois, Xinjiang (© MAFCX), occupation temporaire avec concentration de tessons, Ouzbékistan (© MAFANAC).

Fig. 5 – Xinjiang : habitation et canal d’irrigation à Karadong (a), ca. fin IIIe siècle de notre ère. Fortifications avec porte et canal d’irrigation à Djoumboulak Koum (b), ca. milieu du Ier millénaire av. notre ère (© MAFCX).

14Seconde étape, la découverte par notre équipe de Djoumboulak Koum, une cité fortifiée de l’âge du Fer et ses nécropoles (fig. 5). Unique site d’habitat connu pour le ier millénaire avant notre ère, il nous a permis de donner au Xinjiang – considéré comme nomade et pastoral – sa place dans le développement des sociétés sédentaires de l’Asie centrale en prouvant que le delta de la Keriya avait bien supporté, dès la protohistoire, un peuplement agricole fondé sur une irrigation artificielle, et de corriger ainsi les schémas interprétatifs établis, selon lesquels irrigation et développement agricole auraient été introduits par la colonisation chinoise du début de notre ère.

  • 5 Par Claire Newton (CNRS - UMR 5059).

15L’étude archéobotanique5 a montré que la ripisylve, importante pour la chasse, avait été largement exploitée comme source de matière première. Les plantes domestiques étaient uniquement des céréales (millet, orge et blé tendre), ce qui distingue de nouveau le delta protohistorique de l’actuel. Les traces du réseau d’irrigation qui permettait leur culture ont été retrouvées sur des kilomètres autour du site. C’est le plus ancien actuellement connu au Xinjiang. Comme à Karadong, il s’agit d’une irrigation par petits canaux (larges de 50 à 150 cm) et par étapes, permettant à des unités juxtaposées de type clans d’irriguer des zones considérables sans qu’il soit besoin de recourir à un système étatisé.

  • 6 Identifié par Sébastien Lepetz (CNRS - UMR 7209) en charge de l’étude archéozoologique.

16La présence du bœuf6, disparu du delta actuel, est attestée par nos prospections tout au long de la protohistoire. L’association d’ovicaprinés à la culture du blé distingue fortement cette forme d’agro-pastoralisme du système chinois, fondé sur le cochon et le millet.

17L’état de conservation exceptionnel des vestiges organiques, puis la découverte de momies desséchées (fig. 4) ont fourni des informations inédites sur des sources subtiles, appartenant au registre de l’éphémère, dont les archéologues ne disposent que rarement. Des domaines encore inconnus pour cette région à cette époque ont ainsi été documentés : activités agricoles et pastorales, gestion des troupeaux, utilisation de l’animal et du végétal sous toutes leurs formes, activités artisanales liées au textile, au travail des cuirs et peaux ou à l’utilisation de fibres et de colorants.

18Ces informations, qui font aujourd’hui référence pour l’âge du Fer au Xinjiang, ont aussi mis en lumière des éléments exogènes qui attestent de réseaux d’échanges multidirectionnels indétectables à partir d’autres matériaux avec la Chine, les steppes, le nord de l’Inde et la Méditerranée orientale.

19À une autre échelle, la prospection alentour nous a permis de cerner l’extension spatiale et culturelle du peuplement attesté à Djoumboulak Koum dont nous avons retrouvé des vestiges sur plus de 40 km, le long de presque tous les cours et petits deltas prospectés.

20Ils témoignent d’une occupation continue de cette zone qui fut largement mise en valeur. En 2005-2007, l’exploration des plus anciens paléochenaux du delta protohistorique, très difficile d’accès, nous a permis de mettre en évidence une phase de peuplement totalement inconnue remontant à l’âge du Bronze (iiie millénaire), présentant de nouveau des traces d’irrigation et des vestiges céramiques, lithiques et métalliques témoignant de connexions steppiques. Nous disposons désormais d’une séquence chrono-culturelle sur laquelle vont pouvoir s’appuyer les recherches futures et d’un modèle, transposable à l’ensemble des oasis du Sud Xinjiang.

21Au terme de ce parcours à rebrousse-temps, la mise en évidence des différentes occupations des deltas de la Keriya nous permet de dégager des constantes dans le mode d’occupation et de mise en valeur des territoires sur une période d’environ 5 000 ans – même si des incertitudes demeurent sur les phases de déclin et d’abandon des oasis et les hiatus entre occupations, lesquelles ne coïncident pas avec les tentatives de reconstitution globale des différentes phases de changement climatique.

22Les facteurs de continuité dominent en raison des fortes contraintes imposées par le milieu qui, globalement, a peu changé : l’implantation des sites suit les bras du delta dont la hiérarchie du réseau détermine la typologie des irrigations et celle des sites, les capitales étant situées au cœur du système et les sites secondaires en marge ; le milieu dans lequel s’insèrent les zones d’habitation est instable ; la structure, les matériaux et les techniques de l’habitat ont également peu évolué, de même que l’exploitation des ripisylves et le pastoralisme, ou encore le mode d’irrigation, simple, mais permettant la valorisation de grands espaces.

23Les changements les plus notables apparaissent dans les pratiques agricoles : la régression des cours et deltas, et une compétence moindre, ont entraîné une réduction des ressources en eau, une diminution de la taille des oasis et un appauvrissement de la biodiversité. La rupture progressive d’un équilibre fragile, mais qui s’était maintenu durant des siècles, semble s’être beaucoup accélérée au cours des cinquante dernières années. C’est aujourd’hui vers les zones de piémont et d’oasis en bord de désert qu’il faut se tourner pour retrouver une situation comparable à celle que nous avons observée pour la période antique et la protohistoire.

Le Kyzyl-Kum en Ouzbékistan

24La vision actuelle du désert du Kyzyl-Kum, en Ouzbékistan, et ses espaces de dunes et de takyrs où ne subsistent que de rares vestiges des anciennes ripisylves, contraste avec celle issue des recherches soviétiques des années 1940 à 1970 qui montrent un peuplement intensif de cette région depuis le Néolithique (Tolstov et Itina 1960, Vinogradov 1968 et 1981). Malgré l’importance de ces travaux, la connaissance de l’histoire humaine et environnementale du Kyzyl-Kum demeure fragmentée et inégale selon les zones et les périodes considérées. Il importe donc de restituer, sur la longue durée, une vision synthétique de ce peuplement et d’en reconstituer l’évolution et les modalités (habitats, modes de vie, économie, gestion du territoire, exploitation des ressources, relations entre nomades et sédentaires), parallèlement à la définition du milieu environnemental dans lequel ces sociétés se développaient.

25Pour cela, nous avons sélectionné les vallées des deux principaux deltas fossiles de la région : celle de l’Amou-Daria, fleuve parmi les plus longs et puissants d’Asie centrale, et celle du Zeravshan (fig. 1 et 2). À l’est du delta actuel de l’Amou-Daria, dont les eaux n’atteignent plus la mer d’Aral, on distingue encore son delta fossile, l’Akchadaria, en Karakalpakie. Depuis la fin des années 1970, la remise en eau artificielle de ce delta s’accompagne d’une colonisation des marges désertiques par une population agricole qui, en s’installant, détruit les contextes holocènes anciens, d’où l’urgence de les géo-référencer et de les caractériser. L’extension de nos recherches à l’ensemble du Kyzyl-Kum a permis d’identifier d’autres réseaux hydrographiques anciens, particulièrement dans la région du Zeravshan où de nombreuses paléorivières et des paléolacs fonctionnaient en relation avec un delta aujourd’hui fossile. Actuellement, les marges désertiques des domaines irrigués et les zones dunaires dans ces deux régions sont parcourues par des éleveurs nomades, kazakhs et turkmènes, installés près de puits très profonds dont certains étaient déjà utilisés par les caravanes marchandes médiévales.

  • 7 Reprise en 2005 par la MA-FANAC à la suite des travaux de l’équipe ouzbéko-polonaise dirigée par Ka (...)

26Depuis 2005, nos prospections géo-archéologiques systématiques le long des paléochenaux, rivières et autour des paléolacs identifiés par télédétection (fig. 2), associées à la fouille fine du site néolithique exceptionnellement bien préservé d’Ajakagytma7 (fig. 6), ont contribué, pour cette région, à renouveler la connaissance des premiers peuplements et à proposer de nouvelles hypothèses sur l’évolution de l’environnement depuis l’Holocène ancien.

27Les premiers résultats mettent en évidence le peuplement important et constant de l’Akchadaria et du Zeravshan, avec la découverte de 500 sites datés du Paléolithique – période qui n’avait pas été clairement caractérisée dans la région – à l’Antiquité (fig. 2). Ils confirment également l’omniprésence de la culture néolithique de Kel’teminar et ils montrent une progression géographique de ce peuplement de l’est vers l’ouest, depuis les premières occupations de la fin du viie millénaire dans le Zeravshan jusqu’à celles des ve-ive millénaires dans l’Akchadaria. Enfin, l’existence d’un Chalcolithique dans cette zone est fortement suggérée. Nos travaux révèlent des dynamiques de peuplement différentes selon les périodes, posant ainsi la question de contextes environnementaux distincts : une occupation des vallées encaissées près de sources d’eau au Paléolithique ; un peuplement mobile au Néolithique et semblet-il également au Bronze, privilégiant les berges des rivières et des lacs, pour s’y installer ; enfin, des implantations agricoles dans des oasis irriguées à l’Antiquité. La cartographie de ces occupations permet en outre d’appréhender l’histoire hydrographique de cette région par la reconstitution et la datation des paléoberges et paléochenaux, parfois invisibles aujourd’hui, mais exploités par l’homme à des périodes différentes.

28Au Néolithique, l’implantation des habitats ainsi que la gestion et l’exploitation de l’espace occupé demeurent inchangées pendant plusieurs millénaires, étayant les résultats de l’étude des vestiges matériels qui montrent une société à tradition culturelle forte (Brunet 2005). Une question demeure toutefois : la mobilité de ces groupes de chasseurs-pêcheurs-éleveurs, et leur déplacement au cours du temps, doit-elle être mise en relation avec le caractère instable du milieu qui se traduit par la modification du cours des rivières et des chenaux, l’espace habité n’étant que temporairement apprivoisé ? Si des relations entre Kel’teminar et les agropasteurs chalcolithiques du Turkménistan méridional ont pu être établies (Vinogradov 1957, Itina 1959, Brunet 2007), aucune implantation agricole sédentaire n’est avérée dans l’Akchadaria à cette époque, malgré des conditions potentiellement favorables grâce à l’irrigation. Ceci pose la question des territoires culturels et des choix de gestion de l’espace économique et domestique mis en œuvre par les différentes sociétés.

Fig. 6 – Ouzbékistan, site d’Ajakagytma, VIIe-VIe millénaires. Vue générale, coupe stratigraphique, répartition spatiale d’un sol d’occupation et structures de combustion (© MAFANAC).

  • 8 Jean-François Berger (CNRS - UMR 5600) pour la géomorphologie, Margareta Tengberg (Université Paris (...)

29La découverte de sites de Kel’teminar, associée à celle d’horizons pédosédimentaires de couleur noire (fig. 6) révélateurs d’épisodes humides, avait conduit les chercheurs soviétiques à relier l’apparition de cette société néolithique complexe à l’existence d’un optimum climatique, faisant du Kyzyl-Kum une région de plaine et de steppe-forêt (Vinogradov 1981). Nos recherches, associant études géomorphologiques, paléobotaniques et zoologiques8, attestent de conditions plus humides durant l’Holocène ancien qu’actuellement, avec notamment des systèmes fluvio-lacustres très actifs et puissants, bordés d’importantes ripisylves riches en faune et en flore aquatique et arborée. Par contre, la présence de zones vides de peuplement néolithique au-delà de cet écosystème pose la question de l’existence, à la même époque, de marges semi-désertiques ou considérées comme peu favorables par les populations. Ces observations viennent donc nuancer pour l’instant l’impact d’un macrophénomène climatique abrupt au profit de micro-variations conduisant à des conditions écologiques hétérogènes à l’échelle d’une région.

30La question d’une aridification progressive du Kyzyl-Kum demeure toutefois d’actualité. Dans le Bas-Zeravshan, au Bronze, l’apparent abandon du territoire pour des zones plus méridionales (Islamov 1966) qui seront mises en culture par irrigation, interroge sur les causes anthropiques associées ou non à des modifications environnementales. Dans l’Akchadaria, les paléochenaux actifs au Bronze, voire au Fer, s’appauvrissent tant en nombre qu’en quantité d’eau charriée, mais la continuité de l’occupation humaine suggère des conditions environnementales inégales à l’échelle d’un même territoire. Ceci témoigne de l’existence d’écosystèmes locaux sensibles, offrant des ressources instables, ne pouvant être apprivoisés par l’homme que temporairement, d’autant plus dans un contexte non agricole.

31Comme le montrent les résultats de nos fouilles sur le site d’Ajakagytma (fig. 6), les Néolithiques de Kel’teminar avaient opté pour un mode de vie mobile de chasseurspêcheurs-éleveurs, privilégiant les berges de lacs et de rivières riches en ressources animales et végétales, et circulaient au sein d’un territoire délimité. Ils savaient exploiter au mieux leur espace, en l’apprivoisant sans chercher à le modifier. En cela, ils diffèrent des autres communautés néolithiques d’Asie centrale méridionale, dans les piémonts du Tadjikistan et du Turkménistan, où le mode de vie agropastoral dominait. Ce milieu devient instable à la suite d’une aridification croissante qui s’installe à partir du Chalcolithique/Bronze. Elle se traduit par la dégradation et l’appauvrissement du réseau hydrographique, la modification des cours et deltas et la perte de la biodiversité avec la possible apparition de niches écologiques. Des changements interviennent alors, tant dans l’implantation des habitats sédentaires que dans la gestion des territoires agricoles, avec le recours à l’irrigation.

32Ainsi, malgré les contraintes imposées par le milieu, les sociétés humaines – qu’elles soient à dominante prédatrice et mobile ou agropastorale et sédentaire – ont su s’adapter et apprivoiser leur espace de différentes manières afin de l’exploiter selon leurs objectifs ; on observe toutefois une mobilité forte de certains groupes face, par exemple, à des changements de cours des fleuves. Cette gestion a pu conduire à une domestication, généralement temporaire et ponctuelle, de l’espace ; le cas de l’irrigation pour la mise en valeur agricole des terres est exemplaire. L’espace du Kyzyl-Kum, aujourd’hui désertique, fut majoritairement apprivoisé par des communautés pastorales nomades qui perdurent jusqu’à présent malgré le caractère dégradé de l’environnement.

Conclusions et perspectives

33La comparaison de ces occupations, le croisement des différentes échelles d’observation et la connaissance de la dynamique des cultures et des civilisations dans les aires culturelles concernées permettent de dresser une histoire des choix opérés par les sociétés pour apprivoiser de manière plus ou moins durable un environnement fragile et instable : d’un côté des sociétés agricoles plutôt « sédentaires » en oasis au Xinjiang où la domestication de l’espace par l’irrigation permet une croissance (extension des territoires et des populations humaines, végétales et animales) ; de l’autre des sociétés de chasseurs-cueilleurs-éleveurs mobiles en Ouzbékistan, que l’on appellera ensuite « nomades », où l’espace, non structuré en oasis, est exploité mais non modifié.

34Ils permettent aussi d’identifier des territoires culturels, dont la délimitation peut résulter de différents facteurs : environnementaux, culturels ou « géopolitiques ». Il s’agit de systèmes ouverts que l’on ne peut comprendre que grâce à la connaissance des mondes voisins.

35Ces résultats suscitent de nouvelles interrogations sur l’émergence, à différentes échelles, des ensembles culturels qui se mettent en place avec le Néolithique en Ouzbékistan, et au Xinjiang sur la genèse de l’âge du Bronze, ses liens avec les franges steppiques, avec le Bronze chinois et centrasiatique, puis les relations avec les Empires.

36À l’avenir, l’élaboration d’outils plus performants de télédétection et de reconnaissance fine sur le terrain devrait nous permettre d’accéder à des zones encore plus reculées. Le développement spectaculaire des études et analyses des matériaux organiques, particulièrement bien conservés dans ces milieux extrêmes, nous ouvre par ailleurs de nouveaux champs à explorer en générant des synergies disciplinaires inédites qui devraient favoriser le renouvellement des paradigmes interprétatifs et permettre de nouvelles avancées dans la connaissance de ces régions. Il constitue à nos yeux l’un des grands enjeux méthodologiques pour les années à venir.

Notes

1 Le traitement des images satellitaires du Xinjiang et la cartographie ont été réalisés par Françoise Debaine (Université de Nantes - UMR 6554 LETG), ceux d’Ouzbékistan par Gourguen Davtian (CNRS - UMR 6130).

2 L’étude géomorphologique a été menée par Pierre Gentelle et Liang Kuanyi (Coque et al. 1991, Gibert et al. 1995). Voir aussi Jäkel et Zhu Zhenda 1991.

3 Seul site d’importance connu dans la vallée lorsque débutèrent nos travaux, en 1991, il fut découvert en 1898 par Sven Hedin (Hedin 1904, p. 79 sq., Stein 1907, p. 443-452 et 1921, p. 1237-1244).

4 Par Brigitte Coque (Université Paris 7 - UMR 8591), avec Liu Wensuo (Institut d’archéologie du Xinjiang).

5 Par Claire Newton (CNRS - UMR 5059).

6 Identifié par Sébastien Lepetz (CNRS - UMR 7209) en charge de l’étude archéozoologique.

7 Reprise en 2005 par la MA-FANAC à la suite des travaux de l’équipe ouzbéko-polonaise dirigée par Karol Szymczak et Muhiddin Khudzhanazarov (Szymczak et Khudzhanazarov 2006).

8 Jean-François Berger (CNRS - UMR 5600) pour la géomorphologie, Margareta Tengberg (Université Paris I et CNRS - UMR 7209) pour la paléobotanique, Aline Emery-Barbier (CNRS - UMR 7041) pour la palynologie, Claire Delhon (CNRS - UMR 6130) pour l’étude des phytolithes, Jean-Denis Vigne (CNRS - UMR 7209) et Karyne Debue (CNRS - UMR 7209) pour l’archéozoologie.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Asie centrale, localisation des deux zones étudiées : Ouzbékistan et Chine (carte F. Brunet, modifiée par les auteurs).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 2 – Images satellitaires et cartographie. À gauche et au centre, vallée et delta de la Keriya, Xinjiang (© Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang – MAFCX) ; à droite, delta fossile de l’Akchadaria et paléolac du Zeravshan, Ouzbékistan (© Mission archéologique française Ajakagytma sur la néolithisation en Asie centrale – MAFANAC).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3 – Paysages des vallées étudiées (Keriya, Amou-Daria, Zeravshan). Ripisylves et zones dunaires le long des cours actuels, forêts mortes et désertification dans les deltas fossiles (© MAFCX et MAFANAC).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 4 – Conservation différentielle des vestiges archéologiques. Sépulture à momie et habitation en bois, Xinjiang (© MAFCX), occupation temporaire avec concentration de tessons, Ouzbékistan (© MAFANAC).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 5 – Xinjiang : habitation et canal d’irrigation à Karadong (a), ca. fin IIIe siècle de notre ère. Fortifications avec porte et canal d’irrigation à Djoumboulak Koum (b), ca. milieu du Ier millénaire av. notre ère (© MAFCX).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig. 6 – Ouzbékistan, site d’Ajakagytma, VIIe-VIe millénaires. Vue générale, coupe stratigraphique, répartition spatiale d’un sol d’occupation et structures de combustion (© MAFANAC).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11274/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Archéologue, spécialiste de l’Asie centrale, elle travaille sur les périodes du Paléolithique au Chalcolithique, s’intéressant particulièrement aux processus de néolithisation et, plus largement, à la caractérisation et à l’évolution des cultures, des savoir-faire techniques et des modes de vie nomades à sédentaires en Eurasie. Directrice d’une mission archéologique en Asie centrale et médaillée de bronze du CNRS en 2008, elle est également directrice adjointe de la revue Paléorient.

Chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041) dont elle dirige l’équipe Archéologie de l’Asie centrale. Archéologue et sinologue, elle travaille dans les régions des confins sino-centrasiatiques et notamment au Xinjiang où elle est directrice de la Mission archéologique. Elle y piste les traces de peuplements du Bronze et du Fer et leurs liens avec leurs voisins à partir d’un programme d’études bio-archéologiques (momies, textiles, couleurs). Elle est rédactrice en chef de la revue Arts asiatiques.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search