Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Quatrième partie - Espaces et environnements. Questions d'échelles

Peuplement et territoire dans la longue durée

Retour sur 25 ans d’expérience

Settlement and territory in the long term: reflections on 25 years of research

Laure Nuninger, Frédérique Bertoncello, François Favory, Jean-Luc Fiches, Claude Raynaud, Jean-Jacques Girardot, Lena Sanders et Hélène Mathian

Résumé

Like geographers, who focus on factors of attraction to understand where humans settled and how settlements are spread over space, archaeologists aim to characterize the various types of settlements and settlement patterns to reconstruct settlement choices made by past communities. This long-standing project is carried out by a team using a quantitative and spatial approach.

Texte intégral

1À l’instar des géographes, cherchant à identifier les facteurs attractifs pour l’implantation de nos habitats afin de comprendre leur répartition dans l’espace, les archéologues et les historiens cherchent à caractériser les différentes formes d’habitat et leur organisation spatiale pour comprendre les choix d’implantation des communautés du passé. Au-delà des formes de peuplement, l’enjeu est d’approfondir notre connaissance des processus de structuration territoriale, d’appropriation de l’espace, d’organisation socio-économique et d’identification politique et culturelle. Les territoires constituant notre cadre de vie sont le résultat de tous ces processus parfois méconnus ou oubliés.

  • 1 Ce travail a été mené dans le cadre du Programme collectif interrégional H 13 « Terroirs et villae  (...)

2L’analyse des dynamiques du peuplement ne peut à elle seule embrasser la question territoriale, toutefois elle y contribue en lui donnant un recul de plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires, et en démystifiant certaines constructions intellectuelles fondées sur des raccourcis historiques discutables. Cette analyse nécessite un travail de longue haleine impliquant la collecte systématique et le traitement de données archéologiques souvent insuffisantes, imprécises et lacunaires. Toutefois, l’enjeu scientifique d’une telle connaissance anime, depuis plus de 20 ans, un collectif de chercheurs développant une approche quantitative et spatiale pour extraire le maximum d’informations de ces données hétérogènes1.

3Après avoir présenté les concepts et explicité les hypothèses générales sur lesquelles se fondent ces travaux, nous nous focaliserons sur la méthode utilisée pour caractériser les établissements ainsi que leurs interactions. Cette présentation donnera l’occasion de synthétiser les résultats des expériences menées sur de multiples bases de données, dans plusieurs micro-régions en France ainsi qu’à l’étranger, sur différentes périodes historiques et à plusieurs échelles temporelles et spatiales. On s’intéressera en particulier à le pertinence et à la fiabilité des critères utilisés pour la caractérisation de l’habitat, ainsi qu’à la façon dont ils structurent l’information.

Fig. 1 – Équipe de prospection repérant un établissement gallo-romain dans la vallée du Vidourle (© C. Raynaud).

Le renouveau des recherches sur le peuplement

4Les questions de territoire animèrent les archéologues dès la fin du XIXe siècle. Cependant, la recherche sur les dynamiques du peuplement s’inscrit dans un renouvellement méthodologique et conceptuel, dès les années 1980, avec le développement des programmes de prospection-inventaire, premières enquêtes de surface systématiques, financées par le Ministère de la Culture (fig. 1). Permettant d’établir de véritables cartes archéologiques, ces prospections ont apporté une connaissance sans précédent sur les modes d’occupation du sol (Ferdière et Zadora-Rio, 1986 ; Raynaud, 1989). Selon les régions, les découvertes de sites archéologiques ont été multipliées par trois à dix. À ces données nouvelles s’ajoutent, dans certaines zones comme en Languedoc oriental, la prise en compte des vestiges hors sites, qui permettent désormais d’envisager un habitat dans son contexte environnemental et territorial, à l’échelle micro-régionale, voire régionale. Cependant, passées les phases d’enregistrement et d’analyse cartographique de l’occupation du sol, l’engouement occasionné par la multiplication des données ainsi collectées a fréquemment fait place au désarroi devant leur caractère fragmentaire qui rend l’analyse et l’interprétation des structures extrêmement difficile. À la fin des années 1990, le développement des systèmes d’information géographique (SIG) a relancé l’intérêt des archéologues pour ce type de bases de données, mais la complexité des traitements et de l’interprétation a, à nouveau, rendu les approches comparatives interrégionales encore assez marginales, y compris au niveau international.

Fig. 2 – Carte de localisation des micro-régions étudiées par programme de recherche (carte L. Nuninger, IGN-BD ALTI® 250 m).

Les ambitions scientifiques de l’équipe et son positionnement méthodologique

5L’expérience menée en Languedoc, en Vallée du Rhône, puis plus largement, dans le Sud-Est et le Centre de la France (fig. 2), montre toutefois qu’il est possible d’utiliser ce type de données pour mieux comprendre les dynamiques socio-environnementales qui ont contribué à modeler nos territoires (Durand-Dastès et al. 1998, Van der Leeuw et al. 2003). Cette approche repose sur l’observation de larges corpus à même de garantir la fiabilité statistique des tendances identifiées sur des ensembles micro-régionaux plus limités. Les analyses ont débuté au milieu des années 1980 sur la micro-région du Beaucairois (Favory et al. 1987-1988 : 43 établissements), se sont poursuivies en Lunellois (Favory et al. 1994a : 28 établissements antiques et médiévaux), puis dans la même zone élargie (Favory et al. 1994b : 108 établissements antiques). L’étape suivante a résidé dans l’étude intégrée de plusieurs micro-régions de la Vallée du Rhône et du littoral méditerranéen, avec d’abord plus de 900, puis plus de 2000 établissements (Van der Leeuw et al. 2003, Favory et al. 1999). Ces études ont permis de mettre en évidence des nuances invisibles jusque-là et des contrastes régionaux, notamment dans les rythmes de création, d’occupation et d’abandon des habitats. Ainsi, par exemple, si la tendance générale s’exprime par une croissance sans précédent du nombre d’occupations aux alentours du changement d’ère, on observe des décalages, certaines régions se révélant plus précoces que d’autres (fig. 3). Les modalités de croissance montrent également une certaine variabilité : rapide, spectaculaire mais éphémère dans certains cas, elle apparaît, dans d’autres, progressive et durable (Durand-Dastès et al. 1998, Gandini et al. 2008).

6Pour tenter de comprendre ces variations qui ne s’expliquent pas de façon univoque par la démographie, le collectif s’est d’emblée attaché à caractériser les habitats qui pouvaient connaître une telle croissance. Afin d’appréhender leur rôle dans le système de peuplement, il s’est également investi dans la caractérisation des établissements (c’est-à-dire les lieux où des individus se sont installés pour développer une activité), non pas dans leur singularité (typologie descriptive), mais dans leur positionnement relatif les uns par rapport aux autres (typologie hiérarchique). Ce cadre théorique est à l’origine du concept de « réseau d’habitat » (Favory et al. 1994b, Raynaud 2007) considéré comme objet d’étude pour analyser les modes d’organisation de l’habitat dans l’espace géographique et identifier la manière dont le peuplement se structure, par agrégation ou dispersion, influençant la dynamique de peuplement. Cette orientation méthodologique permet de développer un cadre systémique au sein duquel la situation d’un habitat est évaluée par rapport au contexte de peuplement, l’évolution du dernier faisant évoluer le premier et vice-versa. Elle oblige à sortir du cadre fixiste imposé par les typologies fondées sur la morphologie des habitats, qui furent longtemps considérés par les archéologues comme autant d’entités singulières hors de tout contexte territorial et temporel.

Fig. 3 – Pourcentage des établissements occupés par siècle, exemple de cinq régions : Ar - Argens/Maures, Bg – Bourgogne, Br – Berry, Lg Languedoc, Lm – Limagne (graphique L. Nuninger, sources F. Bertoncello, C. Gandini, C. Raynaud, F. Favory, L. Nuninger, E. Fovet, F. Trément, B. Dousteyssier, D. Coin, Archaedyn ACI 2005-2008).

7D’un point de vue opératoire, ce choix a nécessité la mise au point d’un cadre conceptuel tout à fait particulier pour traiter les données archéologiques. Dans une approche résolument diachronique, une échelle de temps fondée sur un découpage séculaire, proposé par Claude Raynaud, a été adoptée pour contourner le risque de ruptures artificielles induites par le découpage conventionnel en grandes périodes chrono-culturelles (Parodi et al. 1987). Par là, il s’agissait, par exemple, de nuancer et d’observer différemment le changement présumé brutal lors du passage de la « civilisation des oppida » dominée par l’habitat groupé à la « civilisation gallo-romaine » dominée par la ville-cité avec de grands domaines agricoles dans les campagnes. Grâce aux prospections et aux fouilles préventives, on sait désormais que cette perception de l’évolution du peuplement comme un continuum linéaire marqué par de grandes ruptures ne traduit pas toute la complexité du processus (Fiches et Raynaud 2010, Ouzoulias et Tranoy 2010). Le découpage du temps en pas réguliers repose sur la plus petite unité de temps discernable à partir des assemblages de mobilier archéologique. Selon les périodes et les régions, cette unité minimale peut varier et le découpage est donc adapté à chaque analyse en fonction du plus petit dénominateur commun, les cas particulièrement mal datés étant évincés de tout ou partie de l’analyse (Bertoncello et al. 2008).

8Le deuxième niveau de traitement des données concerne le site archéologique lui-même qui correspond à une entité trop complexe pour être directement analysée à l’aide d’outils statistiques et spatiaux. Bien que le terme de site archéologique soit polysémique, on retiendra ici qu’il s’agit d’une concentration de vestiges archéologiques localisée, délimitée et datée (Leveau 2000, Gandini et al. 2008). Le site correspond parfois à une réalité simple, un habitat occupé durant un laps de temps bien déterminé, mais il peut également couvrir une réalité complexe avec plusieurs habitats en partie superposés, occupés à différentes périodes avec des hiatus entre deux phases. Prenant en compte ce problème, le collectif a défini le concept d’établissement archéologique comme étant un lieu où l’homme s’est établi (dans un sens large, sans connotation structurelle ou fonctionnelle) à un moment donné et de manière plus ou moins durable. Un établissement peut donc correspondre à un site ou à une partie de site, plusieurs occupations humaines ayant pu se succéder en un même lieu (sur un même site). L’établissement se distingue donc du site, car il ne peut avoir qu’une seule phase d’occupation. Un établissement peut également correspondre à un groupe de sites dont on présume la relation chronologique et/ou fonctionnelle même s’ils sont spatialement distincts. Ce sont les sites dits « polynucléaires » comme les grands domaines où les agglomérations dont on a une perception éclatée due aux conditions d’investigation. L’établissement est donc une entité statistique dérivée, qui n’est pas celle de l’enregistrement (le site) mais qui correspond à un niveau d’interprétation avancée. En tant que telle, cette entité présente l’avantage de pouvoir être aisément mise à jour d’une analyse à l’autre.

Fig. 4 – Mode de calcul du critère valeur de l’occupation antérieure dans un rayon de 500 m (L. Nuninger d’après C. Raynaud).

9Les entités fondamentales de temps et d’espace étant définies pour ordonner les établissements du plus modeste (habitat temporaire ou annexe) au plus structurant (pôle de peuplement), une série de critères a été mise au point afin de caractériser le profil de chacun d’eux. L’ensemble des profils a ensuite été traité dans une analyse statistique multicritères – analyse factorielle des correspondances (AFC) suivie d’une classification ascendante hiérarchique (CAH) – qui permet d’extraire des classes d’établissements dont le profil se ressemble ou au contraire s’oppose. La définition de la grille descriptive, mise à jour et affinée pendant plus de 20 ans par la réitération d’analyses portant sur des corpus variés, constitue sans doute l’apport le plus novateur du collectif.

10Dépassant d’emblée les critères morphologiques et fonctionnels renseignés par les données archéologiques, les établissements ont été décrits autant par leurs composantes intrinsèques que par les liens et interactions qu’ils entretiennent entre eux et avec le territoire. Ainsi, dès les premières expériences en Beaucairois et bien avant l’utilisation d’un SIG, la situation topographique et pédologique ainsi que la distance à la voirie participaient à la description du profil des établissements (Favory et al. 1987-1988).

11Une seconde étape a ensuite été franchie en Lunellois puis en Vaunage avec l’introduction de critères situant les établissements les uns par rapport aux autres dans l’espace géographique, avec les critères de distance à la voirie et du nombre de chemins menant au site, complétés par le nombre de relations directes sans carrefour intermédiaire entre l’établissement considéré et les établissements contemporains (Favory et al. 1994b).

12Une troisième étape a consisté à intégrer le site au sens géographique du terme dans la description du profil de l’établissement. Ainsi, en plus des caractéristiques qui se rapportent au lieu d’implantation, s’ajoutent des critères qualifiant le contexte de l’établissement, c’est-à-dire l’espace théoriquement mis en valeur par l’établissement ou dont il profite grâce à des investissements antérieurs. C’est tout le sens du critère que l’on appelle « Legs » ou valeur de l’occupation antérieure dans un rayon de 500 m, défini par Claude Raynaud (Durand-Dastès et al. 1998). Il s’agit de comptabiliser pour chaque établissement, c’est-à-dire pour chaque implantation d’habitat en un lieu donné, la somme des durées d’occupation des établissements occupés avant sa création, dans un rayon de 500 m (fig. 4). Si la valeur numérique obtenue est toute relative, elle constitue surtout un bon indicateur pour comparer les espaces selon le même étalon de référence. Quand on considère l’évolution de l’habitat rural et sa relation à l’environnement, cette approche permet de vérifier si un nouvel établissement a pu bénéficier de l’investissement consenti par d’autres exploitations créées antérieurement, ou s’il a dû affronter un espace vierge ou peu aménagé. Selon le même principe, le profil de chaque établissement a été défini en tenant compte de la présence, dans son environnement proche – un rayon de 500 à 2000 m selon les régions, d’un ensemble de caractères topographiques, pente, orientation et rayonnement solaire par exemple. A partir de l’estimation quantitative des différentes caractéristiques, cette méthode développée par François-Pierre Tourneux en Vallée du Rhône et dans le Midi méditerranéen permet d’extraire au moyen d’une analyse statistique multi-variée, des classes de contextes topographiques et agrologiques renseignant le profil de chaque établissement (Favory et al. 1999, Tourneux 2000, Van der Leeuw et al. 2003).

Fig. 5 – Distribution des modalités de superficie selon les corpus d’établissements analysés (graphique L. Nuninger, sources J.-L. Fiches, C. Raynaud, F. Favory et collectifs, Archaeomedes et Archaedyn).

La démarche exploratoire : ses grandes étapes et ses acquis

13À chaque nouveau programme, la grille des critères s’est enrichie et les expériences de classification nous ont conduit à porter un nouveau regard sur les données étudiées. Toutefois, c’est la répétition des analyses qui a permis de préciser la validité des modalités, c’est-à-dire des fourchettes ou des critères qui composent chaque descripteur, et de sélectionner progressivement les descripteurs les plus pertinents selon le niveau de classification recherché. Pour illustrer ce propos, nous nous concentrerons sur trois descripteurs intégrés dès les premières analyses : superficie de l’établissement, matériaux de construction, durée d’occupation. Excepté pour le Beaucairois dont le poids statistique est moindre (43 établissements), chaque modalité de superficie est globalement représentée dans les mêmes proportions pour chaque corpus analysé dans les différents programmes (fig. 5). On soulignera ici que ces programmes n’intègrent systématiquement ni les mêmes régions, ni les mêmes périodes puisque Archaeomedes n’analysait dans la Vallée du Rhône que l’habitat gallo-romain dans sa première phase avant d’inclure l’âge du Fer et le Moyen Âge dans sa seconde phase. Pour sa part, le programme Archaedyn ne concerne que l’âge du Fer et la période romaine et implique en outre des micro-régions en Gaule septentrionale.

14Comme pour la superficie, la distribution des modalités de matériaux de construction et de durées d’occupation se fait dans les mêmes proportions quel que soit le corpus analysé, avec néanmoins, de légères disparités.

15Analysé conjointement avec d’autres critères dans différentes AFC, le critère de la superficie fait preuve d’une remarquable stabilité sur le premier axe factoriel, excepté pour le Lunellois (1994) qui ne compte que 108 établissements. Sans entrer dans le détail des analyses déjà publiées (Favory et al. 1987-1988 et 1994b, Van der Leeuw et al. 2003), on peut remarquer que chaque modalité de superficie progresse sur l’axe 1 de manière proportionnelle, de la plus faible (inférieure à 0,5 ha) à la plus élevée (plus de 2 ha), ce qui indique que l’information contenue dans le nuage de points de l’AFC – c’est-à-dire l’ensemble des établissements décrits par leur profil – est fortement structurée par ce critère (fig. 6). En d’autres termes, c’est un des critères qui permet de regrouper ou de différencier au mieux les profils des établissements, et ce quel que soit le corpus étudié, s’il est statistiquement bien représenté. Un test réalisé à partir d’un tirage aléatoire de 500 établissements dans le corpus du programme Archaedyn a montré la même progression sur l’axe 1. Un autre test mené sur le Languedoc et une région de l’Istrie slovène, avec le critère de superficie réduit à trois modalités, a également révélé une structuration très forte du premier axe par ce critère (Poglajen et al. 2008).

16Néanmoins, le critère de superficie ne permet pas à lui seul d’organiser l’information. Ainsi, certains établissements présentant une grande superficie peuvent se retrouver affectés par la classification à des classes contenant une majorité d’établissements de faible superficie. Ceci est dû au fait que d’autres critères comme la durée d’occupation structure fortement l’information avec le même type de progression sur l’axe 1. Un exemple extrême est celui de l’oppidum de Roque-de-Viou (Gard) qui se voit déclassé et groupé avec les habitats les plus modestes, car malgré sa superficie de 7 ha, il est occupé moins d’un siècle tandis que les autres oppida de la région le sont tous plus de 5 siècles (Nuninger 2002). Toutes les analyses font ressortir ce type d’anomalies qui correspondent aux établissements à profil atypique. Il s’agit alors soit de s’interroger sur l’explication historique d’une telle anomalie, soit de traiter les données d’une manière différente. Dans ce dernier cas, des sites initialement considérés comme des entités indépendantes peuvent être regroupés en un seul établissement. Ce fut le cas des sites de l’oppidum des Castels et du village de Nages (Gard). Considérés comme deux établissements indépendants dans les premières analyses Archaeomedes II, ils ont ensuite été regroupés dans un seul et même établissement, l’habitat ayant simplement été déplacé du sommet au pied de la colline, entre l’âge du Fer et la période romaine. Ce nouveau traitement confère à l’établissement, pour une superficie équivalente, une durée d’occupation plus longue qui va contribuer à définir son rang de pôle de peuplement. À l’inverse, un établissement apparemment surévalué dans la classification peut être revu avec l’éclatement d’un site en plusieurs établissements qui lui redonne un profil plus cohérent. C’est le cas tout à fait éclairant du site du village de Valergues, à proximité de Lunel-Viel (Hérault), d’abord interprété comme une agglomération avec une grande superficie et une occupation longue (Favory et al. 1994a), avant d’être éclaté en trois établissements modestes au terme d’une vérification fine sur le terrain suscitée par la position discordante de l’établissement dans la classification hiérarchique (Favory et al. 1994b).

Fig. 6 – Progression du critère de superficie sur l’Axe 1 selon les corpus d’établissements analysés (graphique L. Nuninger, sources J.-L. Fiches, C. Raynaud, F. Favory et collectifs, Archaeomedes et Archaedyn).

17Le dernier descripteur considéré ici, celui des matériaux de construction, se comporte tout à fait différemment dans l’AFC. Plusieurs modalités peuvent se retrouver au même niveau sur l’axe 1, voire en position désordonnée, dans la mesure où des modalités de fort statut peuvent se situer avant des modalités moins importantes sur l’échelle que constitue l’axe 1. Pour certaines modalités, on observe généralement une structuration sur le second axe factoriel. En outre, le descripteur « matériaux de construction » a un comportement fort variable d’une analyse à l’autre. Ces observations montrent, d’une part, que la nature des matériaux de construction constitue un critère structurant de second plan, contribuant à nuancer les grandes tendances marquées par la superficie et la durée d’occupation. D’autre part, on note que la nature des matériaux de construction demeure très dépendante des conditions chrono-culturelles, affectant chaque corpus : en effet, la signification hiérarchique de ce critère peut varier selon que l’on considère les établissements de l’âge du Fer ou ceux de la période galloromaine, ou encore les établissements de la France septentrionale ou ceux de régions méditerranéennes. Néanmoins, l’expérience conduite sur l’ensemble des analyses montre que c’est un critère décisif pour différencier les établissements de profil médian, généralement les plus difficiles à caractériser. Ainsi, les domaines agricoles dits villae pourront être identifiés dans la mesure où ils combinent une superficie moyenne avec une occupation assez longue et un niveau de construction très élaboré avec mosaïque et divers éléments de décoration. Dans ce cas, la nature des matériaux de construction les situe en position supérieure par rapport aux autres installations rurales.

18Les autres critères mobilisés au fur et à mesure des analyses apportent également ce type de nuance, mais ils doivent l’être en fonction de la question précise que l’on souhaite aborder avec la classification. Par exemple, dans le cadre d’une analyse intégrant la Vaunage et le Lunellois (Gard-Hérault) avec un corpus de 679 établissements antiques et médiévaux, le collectif, en collaboration avec des géographes, s’est concentré sur la capacité d’un établissement à perdurer dans le temps long (Durand-Dastès et al. 1998). Par rapport à cette question, certains critères comme le niveau fonctionnel d’un établissement se sont avérés très discriminants, permettant d’individualiser les établissements les plus pérennes, donc les plus structurants pour le système de peuplement, par conséquent les plus importants dans la hiérarchie relative des établissements. Le niveau fonctionnel permet dans ce cas de préciser « le statut symbolique et idéologique d’un habitat, comme la présence d’un cimetière, d’un lieu de culte (sanctuaire, temple, église) ou d’une fortification (oppidum, castrum) » (Durand-Dastès et al. 1998, p. 159). Dans cette même étude (Durand-Dastès et al. 1998), Lena Sanders a pu mettre en évidence que certains critères devenaient discriminants quand ils étaient croisés avec d’autres. Ainsi, le descripteur « mobilier » (vaisselle, conteneur, objets utilitaires, décoratifs ou symboliques) renseignant sur le niveau de vie des habitants devient discriminant quand il est combiné à la variable « matériaux de construction ». Considéré seul, ce critère n’apporte aucune information permettant de discerner les établissements les uns des autres. C’est ce qu’on montré les analyses sur le Lunellois où 88 % des établissements avaient livré des amphores et des dolium (jarres de stockage), tandis que la présence de mobilier censée refléter une certaine aisance (14 %) comme les objets métalliques autre que l’outillage dépendait clairement des conditions de collecte, liées en particulier à l’usage d’un détecteur de métaux (Favory et al. 1994b).

De la classification hiérarchique aux interactions spatiales et perspectives

19Au fil des expériences de classification, la réduction du nombre des descripteurs a montré que l’extraction de l’information globale, primordiale, conduit à concevoir progressivement des critères plus fins et mieux intégrés. Cette série d’expériences ouvre de nouvelles perspectives pour intégrer des bases de données moins précises dans une approche globale. Elle souligne aussi l’intérêt de conduire des analyses exploratoires et des simulations.

20À partir de ces méthodes de classification, il a été possible d’estimer quantitativement le poids de chacun de ces établissements par rapport aux autres. Dès le milieu des années 1990, cette information a été mobilisée dans le calcul des réseaux d’habitat, modélisés manuellement à l’origine (Favory et al. 1994b) pour simuler les aires d’influence des pôles de peuplement en fonction de la distance entre les habitats (Nuninger et Sanders 2006) (fig. 7). Intimement liée à la classification des habitats, cette approche a contribué à éclairer la situation particulière de certains établissements au sein du système de peuplement, en particulier celle des oppida de Nages, Roquede-Viou et Mauressip (Gard) (Nuninger 2002). Conjuguée aux découvertes récentes de l’archéologie préventive, la classification permet de revisiter les schémas traditionnels. En lieu et place d’une rupture annoncée dans le système de peuplement sous l’effet de la conquête romaine, l’analyse statistique et spatiale pose la question de la complémentarité et/ou de la concurrence entre agglomérations et des exploitations domaniales. Mises à jour typologiques et affinements chronologiques questionnent aussi la crise du IIIe siècle qui apparaît décalée au IIe siècle dans les micro-régions étudiées (Fiches et Raynaud 2010). In fine, ce type d’analyse a favorisé le développement de travaux plus spécifiques permettant de revisiter certaines questions comme celle de la fonction territoriale de l’épigraphie ou la signification des artefacts localisés hors site (cf. par ex. Ouriachi 2009, Garmy 2009, II, Bertoncello et Nuninger 2010).

Fig. 7 – Modélisation des réseaux d’habitat du Ier s. av. J.-C. en Vaunage (Gard), à partir de la classification hiérarchique et à l’aide d’une fonction gravitaire (carte L. Nuninger, MNT K. Ostir).

21Comme l’ont souligné les promoteurs de la méthode dès les premières expériences, il faut insister sur le fait qu’il s’agit d’un outil de réflexion et que « toute classification demeure provisoire et toute interprétation une interprétation d’attente » (Favory et al. 1994b, p. 126). Puissant outil de réflexion, la classification des établissements archéologiques s’intègre dans une perspective dynamique grâce aux outils statistiques de l’analyse spatiale.

Notes

1 Ce travail a été mené dans le cadre du Programme collectif interrégional H 13 « Terroirs et villae » : Occupation des sols à l’époque romaine en Narbonnaise (années 80), puis du GDR 954 « Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le haut Moyen Age » (CRA CNRS, Valbonne, 1990-1993), de deux programmes européens Archaeomedes I (1992-1994) et II (1996-1998), d’un programme de l’ACI « Espaces et territoires » : Dynamique spatiale du peuplement et ressources naturelles : vers une analyse intégrée dans le long terme, de la Préhistoire au Moyen Âge (Archaedyn I, 2005-2007) et d’un programme ANR Blanc SHS Archaedyn (II, 2009-2011).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Équipe de prospection repérant un établissement gallo-romain dans la vallée du Vidourle (© C. Raynaud).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 2 – Carte de localisation des micro-régions étudiées par programme de recherche (carte L. Nuninger, IGN-BD ALTI® 250 m).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3 – Pourcentage des établissements occupés par siècle, exemple de cinq régions : Ar - Argens/Maures, Bg – Bourgogne, Br – Berry, Lg Languedoc, Lm – Limagne (graphique L. Nuninger, sources F. Bertoncello, C. Gandini, C. Raynaud, F. Favory, L. Nuninger, E. Fovet, F. Trément, B. Dousteyssier, D. Coin, Archaedyn ACI 2005-2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 4 – Mode de calcul du critère valeur de l’occupation antérieure dans un rayon de 500 m (L. Nuninger d’après C. Raynaud).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 5 – Distribution des modalités de superficie selon les corpus d’établissements analysés (graphique L. Nuninger, sources J.-L. Fiches, C. Raynaud, F. Favory et collectifs, Archaeomedes et Archaedyn).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 6 – Progression du critère de superficie sur l’Axe 1 selon les corpus d’établissements analysés (graphique L. Nuninger, sources J.-L. Fiches, C. Raynaud, F. Favory et collectifs, Archaeomedes et Archaedyn).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 7 – Modélisation des réseaux d’habitat du Ier s. av. J.-C. en Vaunage (Gard), à partir de la classification hiérarchique et à l’aide d’une fonction gravitaire (carte L. Nuninger, MNT K. Ostir).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 821k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS dans le laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) et à la MSHE C. N. Ledoux (USR 3124). Médaillée de bronze du CNRS en 2008, elle est co-responsable d’un laboratoire européen associé franco-slovène ModeLTER et de deux programmes ANR Archaedyn et Trans-MonDyn. Elle travaille principalement sur le peuplement dans la longue durée à partir de l’analyse spatiale et de la modélisation appliquée à l’archéologie. Avec l’équipe slovène, elle développe également des méthodes de traitement par télédétection pour une analyse des paysages sur le temps long.

Chargée de recherche au CNRS au Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 6130). S’intéressant à la dynamique des peuplements dans la longue durée et aux interactions entre sociétés et environnements dans la construction des paysages, elle est co-responsable de l’atelier « Peuplement et Territoire » de l’ANR Archaedyn et dirige les recherches sur l’évolution du paysage dans la basse vallée de l’Argens (Var). Fortement interdisciplinaire, son travail mobilise les concepts et outils de l’archéologie, de la géographie, de la géomorphologie et de la géomatique.

Professeur d’histoire ancienne et d’archéologie gallo-romaine à l’université de Franche-Comté, où il dirige la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (USR 3124). Ses recherches portent d’une part sur les systèmes parcellaires antiques, d’autre part sur la dynamique du système de peuplement antique. Il a participé au programme européen Archaeomedes où il a animé la recherche portant sur la dynamique de l’habitat antique dans la vallée du Rhône et le Midi méditerranéen, et dirigé le programme ACI (2005-2007), puis ANR Archaedyn (2009-2011), avec Laure Nuninger.

Directeur de recherche au CNRS dans l’UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes. Travaillant sur la romanisation en Gaule méridionale, il analyse les processus d’urbanisation, les structures agraires et l’évolution du système de peuplement. Il est à l’origine du GDR Archéologie de l’espace rural en France méditerranéenne et d’une unité d’archéologie spatiale au Centre de recherches archéologiques de Sophia Antipolis dont il était le directeur adjoint. Responsable de plusieurs programmes régionaux, il a participé au programme européen Archaeomedes et à l’ANR Archaedyn.

Directeur de recherche au CNRS dans l’UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes. Il est responsable scientifique de nombreux chantiers de recherche dont la réalisation de la Carte archéologique du Languedoc oriental et la fouille des établissements ruraux gallo-romains et médiévaux de la région de Montpellier. Dans le cadre du programme européen Archaeomedes, il a dirigé la caractérisation et la datation des sites archéologiques de la basse vallée du Rhône. Expert auprès du Ministère de la Culture (CIRA), il enseigne l’archéologie spatiale à l’université de Montpellier.

Directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504). Ses travaux portent sur l’évolution des villes et des systèmes de peuplement et utilisent l’analyse spatiale et la modélisation dynamique. Elle s’est intéressée au transfert des concepts et des méthodes entre les disciplines et a développé plusieurs collaborations interdisciplinaires, avec des archéologues et des philosophes d’un côté, des physiciens et des informaticiens de l’autre. Elle a eu la médaille d’argent du CNRS en 2005.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search