Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Quatrième partie - Espaces et environnements. Questions d'échelles

Formation des sols et usages sociaux

Les terres noires urbaines en France

Site formation processes and land use: dark earth deposits in France

Mélanie Fondrillon

Résumé

Stratigraphic research in an historical context began in the post-war years and was significantly improved during the mid-1990’s in northern Europe with development of geoarchaeological approaches. Characterization of human activity through analysis of archaeological sediments is based on the principle that human activities are recorded in stratigraphic properties. Dark earth deposits in urban contexts are typically thick strata of enigmatic function. These homogeneous and humic soil layers represent some nine centuries of urban land use from the 4th to the 11th c. Geoarchaeological approaches, particularly microarchaeology based on recently developed analyses of sieved sediments, reveal depositional and post-depositional processes in the accumulation and the transformation of dark earth. Interdisciplinary research has led to the conclusion that dark earth layers result from diverse activities including domestic, craft, funerary and agricultural occupations, which have been disturbed by weathering processes, leading to strata homogenization. More generally, dark earth deposits are evidence of continuity in urban occupation from Late Antiquity to the early Middle Ages, suggesting new models of the urban landscape.

Texte intégral

Les prémices de la recherche : de l’Angleterre à l’Europe continentale

1À partir des années 1960, le développement de l’archéologie urbaine en Europe du Nord-Ouest a mis en évidence, dans les villes de passé romain, la présence systématique de terres noires. Selon une définition commune aux spécialistes, archéologues et géoarchéologues, elles correspondent à un dépôt sombre et humifère, en apparence non stratifié et dont l’épaisseur varie de 0,3 à 1,5 m (Cammas et al. 1995, Galinié 2004, Fondrillon 2009a). En outre, elles séparent toujours les niveaux bien stratifiés des Ier-IIIe siècles de ceux des XIe-XIIe siècles (fig. 1). Ces dépôts, ne révélant pas d’emblée une structuration urbaine reconnaissable avec des plans de bâtiments, des limites parcellaires ou des activités diversifiées, ont donc été interprétés comme les témoins du déclin urbain, amorcé dans le courant du IIIe siècle.

2En Angleterre, là où la question de la continuité urbaine entre l’Antiquité classique et les premiers temps du Moyen Âge était débattue et où le modèle du déclin urbain n’était pas admis par tous, des équipes d’archéologues ont entrepris la fouille et l’étude de ces stratifications énigmatiques (Macphail 1981 et 1994, Biddle 1984, Yule 1990, Perring et Roskams 1991). La première ville concernée a été Londres, en raison de son importance économique et politique, attestée dès les premiers temps du Moyen Âge, qui impliquait que les terres noires ne résultaient pas du déclin urbain mais en réalité d’un dynamisme important. Des naturalistes, en particulier les pédologues, ont donc été associés dès les années 1970 aux équipes de fouilles pour mettre en évidence les traces d’occupation humaine cachées dans ces dépôts a priori massifs.

Fig. 1 – Site de la ZAC Avaricum (Bourges, Cher). Les terres noires correspondent aux strates brun foncé à noir, d’une épaisseur variant de 20 à 50 cm. Elles reposent directement sur l’arase d’un bassin froid, dont la dernière réfection date de la fin du IIIe siècle ou du début du IVe siècle. Elles sont ensuite scellées par une succession de cailloutis blanchâtres à jaunâtres, aménagés à partir du milieu du XIIe siècle (© E. Marot, rapport en cours).

3La récurrence de ces découvertes a abouti à la généralisation du terme « dark earth », fondé principalement sur les caractères descriptifs des dépôts et compris de tous dans la mesure où il renvoyait à un temps des sociétés, le Bas-Empire et le haut Moyen Âge (quand), un espace géographique, l’Europe anciennement romanisée (), et un objet historique, le chef-lieu de cité (quoi).

4Les travaux exploratoires anglais ont été particulièrement importants dans la définition de la problématique et de la démarche interdisciplinaires, progressivement importées en Europe continentale (Italie, Belgique, Espagne) depuis une trentaine d’années. Sur la base de ces recherches, les équipes de fouilles françaises ont développé à leur tour des protocoles d’études géo-archéologiques centrés sur la restitution des dynamiques de production et de transformation des sols archéologiques, en privilégiant l’échelle intra-site (Cammas et al. 1995, Collectif 2000, David 2004). Depuis le milieu des années 1990, diverses expérimentations sur des sites pionniers comme le Collège de France à Paris (Guyard 2003) ; le site du château à Château-Thierry (Blary et Durey-Blary 1994) ; l’abbaye de Hamage à Wandignies-Hamage (Louis 2004) ont contribué à affiner les règles méthodologiques, notamment en matière de fouilles et d’appréhension stratigraphique. Partant de ces travaux, une recherche doctorale a été engagée sur les terres noires de Tours. L’approche développée, dite micro-archéologique, se fonde sur l’étude des sédiments tamisés à maille grossière (Fondrillon 2007). En collaboration avec des spécialistes naturalistes, cette nouvelle recherche a permis de renouveler les connaissances topographiques de Tours, entre le IVe et le XIe siècle, et de proposer un autre modèle urbain.

Fig. 2 – Limites urbaines au Haut-Empire et au Bas-Empire à Tours (Indre-et-Loire).

La problématique urbaine en France

5Communément, la formation des terres noires couvre jusqu’à neuf siècles d’histoire de la ville, largement perçus comme une période de déclin et de léthargie. À cette période, la topographie des villes est marquée par la rétraction de l’espace urbanisé occupé de façon traditionnelle, c’est-à-dire « à la romaine ». Dans le courant du IVe siècle, la plupart des capitales de cité sont dotées d’enceintes dont la superficie est fortement réduite par rapport à l’emprise de la ville du Haut-Empire. Pour Tours par exemple, l’espace intra-muros correspond à seulement 9 ha, soit 10 % de la ville ouverte de l’Antiquité classique (fig. 2).

6Dans l’historiographie traditionnelle, essentiellement établie à partir des sources écrites, la ville enclose est avant tout un centre administratif et cérémoniel. Hors les murs, l’espace est occupé par des nécropoles, qui se développent d’abord autour des premières basiliques funéraires. À proximité, de modestes groupes d’habitations sont installés ponctuellement et côtoient des zones non bâties, laissées à l’abandon, mises en culture ou en pâture. La christianisation du paysage urbain s’amplifie à la fin du haut Moyen Âge, avec la création de nouveaux sanctuaires et de nouvelles implantations sépulcrales autour d’un habitat toujours diffus. À l’exception des sépultures et des édifices religieux, l’essentiel des vestiges archéologiques correspond aux épaisses séquences de terres noires.

7Peu d’opérations d’archéologie urbaine ont pourtant concerné la fouille de ces niveaux. La méthode stratigraphique, fondée sur la distinction à l’œil des différents dépôts, n’est pas opérante sur les terres noires. Cette difficulté méthodologique explique que très souvent ces stratifications ont été enlevées massivement à la pelle mécanique. Dans le meilleur des cas, elles étaient observées rapidement en coupe, alors que l’effort portait surtout sur la fouille des niveaux sous-jacents de l’Antiquité classique, bien stratifiés et a fortiori plus faciles à appréhender archéologiquement.

8L’homogénéité et l’apparence organique des terres noires ont donc abouti à des qualificatifs tels que « champs », « jardins » ou encore « terrains vagues », alors qu’aucune analyse stratigraphique et géoarchéologique n’était entreprise. Ces interprétations hâtives et souvent pessimistes (ruralisation des terrains anciennement urbanisés, faible densité, voire absence d’occupation) se fondaient sur des a priori historiques et non sur des preuves matérielles. Replacées à l’échelle de la ville, ces hypothèses trouvaient écho dans l’historiographie traditionnelle, qui donnait l’image d’un paysage urbain ruiné et faiblement occupé, progressivement investi par des champs et des prairies. Ces lacunes documentaires ont conduit à supposer l’absence de vie urbaine au Bas-Empire et au haut Moyen Âge, à la fois en sous-estimant la densité et la continuité de l’habitat urbain dès la fin du IIIe siècle mais aussi en amplifiant le caractère catastrophique de la transformation sociale, politique et économique de cette période charnière.

9Toutefois, le développement de l’archéologie préventive à partir des années 1990 en France a permis de mettre en évidence la récurrence des terres noires intra- et extra-muros mais aussi dans d’autres contextes. Ainsi, elles sont présentes à l’intérieur des enceintes de l’Antiquité tardive, là où la continuité et la densité de l’occupation sont attestées depuis le Haut-Empire, alors qu’il est communément admis que les terres noires témoignent de l’abandon de secteurs anciennement urbanisés. On trouve également ces dépôts dans d’autres contextes urbains, notamment dans les agglomérations antiques de rang inférieur et les villes de fondation médiévale (fig. 3). Enfin, quand on s’attache à les fouiller, même partiellement, on perçoit dans leur épaisseur des structures telles que des fosses, des fossés, des fonds de cabane, des trous de poteau, des solins ou encore des sépultures (Burnouf 2002) (fig. 4). Une partie de l’épaisseur de ces terres noires résulte donc d’une occupation domestique, artisanale ou funéraire, en fonction des vestiges qui lui sont associés. Néanmoins, sur le terrain, les archéologues sont continuellement confrontés au problème de lecture stratigraphique des dépôts et des aménagements qu’ils contiennent : il est presque toujours impossible d’identifier les niveaux d’usage contemporains des différentes structures. C’est particulièrement le cas des fosses et des fossés, pour lesquels il est souvent impossible d’identifier avec certitude les niveaux de creusement, excepté si l’on procède à une fouille fine et laborieuse. Il est donc particulièrement difficile d’établir une chronologie relative des vestiges – sauf dans les cas de recoupement de structures (contemporanéité ou succession des structures).

Fig. 3 – Site de la rue du 11 novembre (Neung-sur-Beuvron, Loir-et-Cher, agglomération secondaire d’origine antique). Les terres noires, visibles au bas de la coupe sur 20 cm d’épaisseur, présentent une teinte foncée et de nombreuses inclusions de terres cuites architecturales. Elles scellent les vestiges du Haut-Empire (Chimier et al. 2005).

10Les découvertes récentes montrent donc que les terres noires témoignent de la continuité de l’occupation mais sous une autre forme. Dans cette perspective, il convient alors de revoir notre interprétation de ces sols, mais aussi, à une échelle plus globale, de repenser la ville du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, en définissant de nouveaux modèles urbains propres à cette période. Ce changement dans la stratification, dont témoignent les terres noires, correspond à un changement dans les pratiques de la ville. Il s’agit là d’un problème culturel qui amène à penser que les habitants investissent l’espace urbain selon de nouvelles dévolutions. Une part de la réponse réside dans la mise en évidence de nouveaux modes de construction, de nouvelles gestions des déchets et de nouveaux usages du sol, en somme d’une autre façon d’habiter en ville (Galinié 1997, p. 65 ; Heijmans 2006, p. 57).

Fig. 4 – Site de la ZAC Bourgogne (Orléans, Loiret, chef-lieu de cité au Bas-Empire). L’épaisse séquence de terres noires (plus d’1 m par endroits) comprend de nombreuses fosses-dépotoirs et fosses-latrines des IXe-XIe siècles. Leur creusement est nettement visible une fois atteints la stratification romaine et le substrat calcaire (© M. Fondrillon, rapport en cours).

11La multiplication des points de découverte a permis de circonscrire un phénomène urbain particulier (où, quand, quoi). Toutefois, l’emploi systématique et univoque des mots « terres noires » a retardé l’étape de caractérisation de ces strates sur le terrain. Comme l’a récemment souligné Henri Galinié (2004), la terminologie « terres noires » appartient au vocabulaire d’attente qui doit être aujourd’hui dépassé pour trouver des réponses historiques (comment et pourquoi) (Fondrillon 2009b).

La démarche méthodologique

12L’appréhension du fait urbain entre le IVe et le XIIe siècle concerne ainsi deux échelles d’analyse complémentaires. À l’échelle de la strate, l’objectif porte sur la caractérisation fonctionnelle des dépôts qui consiste à identifier l’usage anthropique à l’origine de la production de terres noires : occupation domestique, agricole, circulation extérieure, artisanale… À l’échelle du sol urbain, la question concerne la reconnaissance des processus de formation de ces dépôts pour mettre en évidence les rythmes d’accumulation et de transformation des matériaux. Cette nouvelle approche des terres noires est fondée sur la compréhension des mécanismes de production du sol et repose sur l’interdisciplinarité. Elle part du postulat que les propriétés sédimentaires des strates témoignent des usages de l’espace par les habitants.

13La démarche adéquate est assurément interdisciplinaire ; elle intègre la géoarchéologie intra-site aux méthodes traditionnelles d’observation archéologique en plan comme en coupe (fouille et enregistrement stratigraphiques), en axant les questions sur la fonction des espaces et l’impact des activités anthropiques sur les sols. Plusieurs spécialités géoarchéologiques peuvent apporter de précieuses informations sur les modes de formation des terres noires et la culture matérielle des sociétés urbaines qui les ont produites. Parmi les plus souvent employées, on peut citer la micromorphologie, la sédimentologie, la géochimie, l’archéobotanique et l’archéozoologie, toutes issues des sciences de la Terre et de la Nature.

14Dans la même logique de caractérisation des dépôts urbains, une nouvelle méthode, dite microarchéologique, a été développée depuis une quinzaine d’années en Angleterre, en Belgique puis en France (Stein et Telster 1989, Laurent 2004, Desachy 2000). Elle a été plus particulièrement mise en œuvre pour l’analyse des terres noires à Tours dans le cadre d’une thèse (Fondrillon 2007).

L’approche microarchéologique

15Pour restituer les usages passés, la microarchéologie a pour objet d’étude les constituants du sol, c’est-à-dire l’ensemble des matériaux d’origine anthropique et naturelle contenus dans les couches archéologiques : céramiques, os, charbons de bois, roches, graviers alluviaux… (fig. 5). La démarche consiste à trier les sédiments échantillonnés par types de constituants après les avoir tamisés à mailles millimétriques. La caractérisation des terres noires est fondée sur les profils d’assemblages mais aussi sur d’autres critères tels que l’indice de richesse – qui traduit la diversité des types de constituants – ou le taux de fragmentation. Elle est réalisée à partir de la typologie créée en 2006 et alimentée à mesure que de nouveaux sites sont échantillonnés (Fondrillon et Laurent 2009).

Fig. 5 – Démarche méthodologique de la microarchéologie (de l’échantillonnage des strates sur le terrain à l’analyse en laboratoire).

16C’est l’identification de traceurs sédimentaires, c’est-à-dire de marqueurs communs aux dépôts de fonction semblable, qui permet de restituer l’usage des strates. Par exemple, les sols d’occupation domestique sont caractérisés par des taux d’éléments domestiques (céramiques, restes de faune, charbons…) supérieurs à 10 %, une fragmentation des matériaux importante et un taux de matériaux brûlés élevé (fig. 5). À l’inverse, les sols agricoles sont généralement plus grossiers et composés d’un mélange d’éléments naturels, de matériaux de démolition et de rejets domestiques en faible proportion, qu’on peut en partie lier à l’amendement (fig. 5). Les hypothèses issues de l’analyse microarchéologique, confrontées aux résultats des autres études géoarchéologiques, en association avec les données stratigraphiques et mobilières, ont permis de caractériser fonctionnellement les dépôts et d’en comprendre les processus de formation.

17L’ouverture d’une fouille programmée au cœur de la ville de Tours de 2000 à 2003 sous la direction de Henri Galinié et d’Élisabeth Lorans fut l’occasion de développer une étude interdisciplinaire qui illustre bien l’ensemble des mécanismes de formation des terres noires (Galinié et al. à paraître).

18L’une des séquences étudiées présente une succession de sols bruns très homogènes, sur près d’1,5 m d’épaisseur (fig. 6a). Au moment de la fouille, seules quelques différences très ténues, difficiles à suivre et à caractériser, ont été observées. Par conséquent, la fouille a été réalisée par passes arbitraires, épaisses de 4 cm en moyenne (fig. 6b). L’ensemble de ces unités stratigraphiques a été échantillonné pour diverses analyses, notamment micromorphologiques, géochimiques et microarchéologiques (voir les contributions de R. I. Macphail, J. Crowther, Y. Graz et M. Fondrillon dans Galinié et al. à paraître). Le croisement de l’ensemble des résultats a permis d’identifier dans l’épaisseur de terres noires huit séquences stratigraphiques correspondant chacune à un temps d’apport et un temps d’arrêt ou de transformation de la stratification. En effet, l’analyse microarchéologique, en replaçant les assemblages dans la succession stratigraphique sur le modèle des diagrammes polliniques, montre des variations qui témoignent d’une accumulation régulière des dépôts et non d’un remblaiement massif (fig. 6c). L’étude micromorphologique indique par ailleurs que ces dépôts sont constitués de nombreux rejets domestiques organiques (os, charbons, excréments) très fragmentés et incorporés à la matrice minérale par l’activité des lombrics et des limaces. Ces indices ainsi que les traces de racines et du fouissage de la faune du sol montrent que ces terres noires ont été d’une part produites par l’activité agricole, d’autre part, fortement perturbées par l’activité biologique. Ces résultats corroborent ceux de l’analyse géochimique, qui indiquent des taux de matière organique récente très élevés, caractéristiques du développement des sols en extérieur ; la couleur sombre des strates est donnée par la part très importante de microcharbons non visibles à l’œil nu mais omniprésents dans la fraction fine des dépôts.

Fig. 6 – Site de l’abbaye Saint-Julien (Tours, Indre-et-Loire). Analyse géoarchéologique d’une séquence stratigraphique de terres noires après une fouille par passes arbitraires.

19En intégrant les datations céramiques et mobilières et en croisant l’ensemble des résultats géoarchéologiques, nous avons pu restituer les quatre grandes étapes de formation de cette séquence de sols agricoles, qui correspondent chacune à un temps d’apport et un temps de transformation de la stratification (fig. 6d). Ces témoins de mise en culture sont contemporains d’autres types d’activité reconnus sur le même site, dans d’autres séquences de terres noires (voie empierrée, habitat, zone de rejets sélectifs) (Galinié et al. à paraître).

Conclusion

20Les résultats des études récentes mettent en évidence deux phénomènes importants dans la formation des terres noires. D’une part, il s’agit de dépôts stratifiés, produits par la succession d’activités humaines diversifiées, et à l’intérieur desquels on peut observer des structures. Ces résultats signifient donc que ces stratifications ne témoignent pas d’un seul et même évènement dépositionnel, mais au contraire de plusieurs apports pouvant résulter d’activités distinctes à la fois par leur fonction et leur datation. Les analyses du sol permettent en l’occurrence d’identifier des niveaux d’usage contemporains des fosses, des trous de poteau ou encore des solins, qui s’intercalent de manière floue dans l’épaisseur de terres noires. D’autre part, des perturbations post-dépositionnelles ont contribué à la forte homogénéisation des dépôts. Elles peuvent être soit d’origine anthropique comme le brassage des sédiments par l’activité agricole, soit d’origine naturelle, comme l’activité biologique de la faune du sol (lombrics, animaux fouisseurs, limaces). L’importance de ces agents naturels dans l’uniformisation des strates suggère que ces dépôts témoignent de nouvelles pratiques de l’espace urbain. En effet, il est probable que l’utilisation massive du bois et de la terre dans la construction ainsi que le rejet des déchets organiques sur place ont favorisé le développement de ces phénomènes naturels. Par ailleurs, la mise en évidence de l’activité agricole en de nombreux endroits témoigne elle aussi de nouvelles pratiques de la ville. Nous commençons ainsi à entrevoir un paysage urbain différent de ce qu’il était au Haut-Empire, où les espaces ouverts (champs, jardins, prairies) côtoient les secteurs habités.

Fig. 7 – Hypothèse d’emprise de la zone d’occupation urbaine au haut Moyen Âge, à Tours (Indre-et-Loire), mise en évidence par l’étude interdisciplinaire des terres noires (Fondrillon 2007).

21Toutes les études mettent ainsi en lumière la part importante de la composante environnementale dans la formation des terres noires. Non seulement les dépôts résultent d’activités humaines, mais ils sont également le produit de phénomènes naturels, qui ne doivent pas être sous-estimés. En ce sens, les terres noires participent d’un système à la fois social et environnemental.

22Ces recherches ont remis en cause les traditionnels critères d’urbanité, efficaces pour les villes du Haut-Empire et du Moyen Âge classique, mais inopérants pour la ville du Bas-Empire et du haut Moyen Âge. Pour cette période, elles permettent de renouveler la topographie urbaine en faisant apparaître de nombreux secteurs d’habitation à l’intérieur comme à l’extérieur des enceintes urbaines. Les études, notamment celle menée à Tours, mettent en évidence une emprise de la zone d’occupation urbaine plus importante que celle admise traditionnellement, limitée en général aux enceintes urbaines (fig. 7) (Laurent et Fondrillon 2010). Plus largement, à l’échelle de l’Europe romanisée, les terres noires représentent un phénomène général de mutation sociale et culturelle qui touche l’ensemble des agglomérations (chefs-lieux de cité ou agglomérations de rangs inférieurs, d’origine antique ou médiévale), à partir de l’Antiquité tardive.

23Les efforts doivent être maintenant concentrés sur la caractérisation et la datation des terres noires, en multipliant les points de comparaison. De nouveaux programmes d’études doivent être développés dans une démarche interdisciplinaire opérante, associant la fouille aux analyses du sol et de ses composantes. À terme, il sera alors possible de restituer le paysage urbain entre le IVe et le XIe siècle et d’expliquer les mutations sociales, en s’attachant moins aux élites qu’aux populations anonymes, qui en sont pour l’essentiel les acteurs.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Site de la ZAC Avaricum (Bourges, Cher). Les terres noires correspondent aux strates brun foncé à noir, d’une épaisseur variant de 20 à 50 cm. Elles reposent directement sur l’arase d’un bassin froid, dont la dernière réfection date de la fin du IIIe siècle ou du début du IVe siècle. Elles sont ensuite scellées par une succession de cailloutis blanchâtres à jaunâtres, aménagés à partir du milieu du XIIe siècle (© E. Marot, rapport en cours).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 2 – Limites urbaines au Haut-Empire et au Bas-Empire à Tours (Indre-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Fig. 3 – Site de la rue du 11 novembre (Neung-sur-Beuvron, Loir-et-Cher, agglomération secondaire d’origine antique). Les terres noires, visibles au bas de la coupe sur 20 cm d’épaisseur, présentent une teinte foncée et de nombreuses inclusions de terres cuites architecturales. Elles scellent les vestiges du Haut-Empire (Chimier et al. 2005).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Fig. 4 – Site de la ZAC Bourgogne (Orléans, Loiret, chef-lieu de cité au Bas-Empire). L’épaisse séquence de terres noires (plus d’1 m par endroits) comprend de nombreuses fosses-dépotoirs et fosses-latrines des IXe-XIe siècles. Leur creusement est nettement visible une fois atteints la stratification romaine et le substrat calcaire (© M. Fondrillon, rapport en cours).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 5 – Démarche méthodologique de la microarchéologie (de l’échantillonnage des strates sur le terrain à l’analyse en laboratoire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 6 – Site de l’abbaye Saint-Julien (Tours, Indre-et-Loire). Analyse géoarchéologique d’une séquence stratigraphique de terres noires après une fouille par passes arbitraires.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 7 – Hypothèse d’emprise de la zone d’occupation urbaine au haut Moyen Âge, à Tours (Indre-et-Loire), mise en évidence par l’étude interdisciplinaire des terres noires (Fondrillon 2007).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 970k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search