Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Sépultures du Néolithique ancien à Unang (Malemort-du-Comtat) et structures associées

Maurice Paccard

Résumé

Dans la stratigraphie générale de la grotte d’Unang, les ensembles 10 à 5 appartenant au Néolithique ancien (phase moyenne datée de 4 000 b.c. environ) ont produit plus de vingt structures de tous ordres et, surtout, trois sépultures complètes et un nombre indéterminé de sépultures partielles démantelées par des sépultures postérieures.
Parmi les structures ainsi dégagées, des types bien élaborés et répétés se dégagent :
fosses de grandes dimensions à but indéterminé ;
structures en cuvette à feu sous-jacent et chape circulaire empierrée avec dépôt de restes osseux de bovines ;
structures circulaires plates empierrées à feu sous-jacent et dépôt osseux ;
structures profondes : trous de poteaux ou en entonnoir indéterminés.
On peut donc considérer, dès à présent, la grotte d’Unang comme cavité sépulcrale cardiale (puis chasséenne, chalcolithique et bronze ancien) avec nombreuses structures associées, volontairement ou non.

Texte intégral

Préambule

1L’emploi, présentement, du terme d’« association » ne sous-entend, a priori, aucune relation directe entre les sépultures et les structures décrites, lesdites relations, si tant est qu’il puisse en exister, ne pouvant, en aucun cas, être prouvées.

2Il s’agit, en réalité, de la co-existence, en de mêmes ensembles stratigraphiques, appartenant à une même culture « cardiale » de phénomènes provisoirement indépendants les uns des autres. En bref, le présent article ne se veut, simplement, qu’un constat d’existence.

3Structures et sépultures sont, par convention, désignées par une majuscule (ou plusieurs) en situant la section (ou les) ; un ou plusieurs chiffres arabes en situant les carrés et un chiffre arabe supplémentaire en précisant l’ensemble stratigraphique, chaque série se trouvant isolée par un tiret ; exemple : structure E.F.-3.4-8.

Figure 1 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84).
Coupe du placage-témoin entre les sections E et J avec report des principaux vestiges. Légende : o = tesson ; h = vestige ; x = esquille osseuse ; + = silex ; ▲ = dent ; — = os long.
ST = structure en coupe ;
SP = sépulture en coupe.
On remarque, de bas en haut :
Ensemble 10 : complexe alluvionnaire à lits cryoclastiques avec traces d’habitats lessivés ; base du Néolithique cardial.
Ensemble 9 à 7 : Cardial moyen.
Ensemble 6 + 5 : Epicardial.
Couche 4 : Abandon de la grotte.
Ensemble 3 : Chasséen.
Couche 2 : Abandon de la grotte.
Ensemble 1 : Chasséen à sépultures chalcolithiques et bronze ancien intrusives.
D = déblais.
Les structures et sépulture visibles en coupe correspondent à : I-4.5-7 ; H.I-5-7 et J-4-8.

1. Rappel stratigraphique (Figure n° 1)

4En stratigraphie sagittale, le Néolithique d’Unang s’étale, à partir de l’ensemble 10, jusqu’à l’ensemble 1 inclus.

5Les ensembles sous-jacents à 10 comprennent une série de couches ravinées en escalier puis colmatées ce qui, en fin de compte, aboutit à une stratigraphie extrêmement complexe s’étalant, en gros, du Paléolithique supérieur final à un Mésolithique tardif, encore mal connu, mais qui, vraisemblablement, ne présente aucune lacune ce qui est très important.

6En ce qui concerne la séquence néolithique, il convient de noter que l’Ensemble 10, d’origine fluviatile et cryoclastique à la fois, c’est-à-dire formé de graviers à matrice argilo-sableuse coupés de lits d’éboulis présentant des vestiges d’habitats lessivés, entre néanmoins dans cette séquence néolithique en raison de la présence, à sa base, de tessons apparemment en place coiffant directement les dernières occupations mésolithiques.

7Cette séquence néolithique peut être subdivisée, en gros, en 4 séries :

  • une série franchement « cardiale » : Ensembles 9,8,7 ;

  • une série « épicardiale » : Ensembles 6,5 ; -une série chasséenne : Ensembles 3,1 ;

  • des séries sépulcrales intrusives en 1 : Chalcolithique, bronze ancien, moderne.

Figure 2 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84) Sépulture J-4-8. On remarque :

  • à gauche, la structure 1-4.5-7 broyant le crâne de la sépulture et un brandon marqué B ;

  • à droite, la sépulture en position forcée ; les flêches précisent les tessons (= P) ; les dents (= D) ; les silex (= S).

8Il faut signaler, également, dans ce remplissage d’Unang, une complexité supplémentaire due à des érosions latérales différentes ayant conservé, sur la paroi droite, des lambeaux brécheux complètement absents sur l’autre paroi : il s’ensuit donc des stratigraphies différentes.

9Ces érosions latérales ayant, forcément, entraîné des ravinements sagittaux colmatés par des occupations « en escalier » de plus en plus récentes à mesure que l’on s’éloigne du fond de la cavité.

10Dans de telles conditions de remplissage, on comprend tout l’intérêt du gisement mais, aussi, les difficultés de son exploitation.

2. Les sépultures

11Nous attribuons au Néolithique ancien (Ensembles 7 et 8) avec certitude, 2 sépultures humaines ; une 3ème avec des probabilités et de nombreux vestiges humains isolés.

12Précisons, avec toute la prudence qui s’impose dans un milieu aussi bouleversé qu’Unang, de par ses trente structures et sépultures, que les datations au 14 C donnent un éventail chronologique très réduit s’étalant de 5 950 ± 130 B.C. à 5 715 ± 115 B.C. donc une période restreinte sur une stratigraphie réelle large. D’autres datations de groupements charbonneux apparaissent indispensables pour confirmer les premières, apparemment, basses.

a) Sépulture J-4-8 : (Figure n° 2)

13Dans une cuvette de faible flèche et en surface de l’Ensemble 8, donc œuvre des occupants de 8 à leur départ ou de 7 à leur arrivée dans la grotte.

14Il s’agit d’un enfant d’une dizaine d’années inhumé contre la paroi gauche, en position forcée des membres inférieurs et membres supérieurs joints ; orientation Est-Ouest, la tête à l’Est mais broyée par une structure immédiatement sus-jacente à la sépulture, volontairement ou non ; ne subsistent du crâne que des fragments cuits, quelques dents et une vertèbre cervicale.

15Le mobilier associé comprend une armature tranchante trapézoïdale à bitroncature abrupte, une sagaie aux extrémités brisées, un gros galet maculé d’ocre rouge, un tesson impressionné au cardium et une perle discoïde en test percée. Cet ensemble mobilier permet de dater la sépulture du Néolithique ancien « cardial » ; ce sera, d’ailleurs, le seul exemple de mobilier associé à une sépulture à Unang.

b) Sépulture E.F-5.6-7

16Dans une cuvette de faible flèche, à la surface d’un ensemble structural appartenant à 8, un enfant d’une dizaine d’années en orientation Est-Ouest, tête à l’Est tournée vers le Nord ; position forcée des membres inférieurs et membres supérieurs joints ; allongé sur le côté droit. Il semblerait que le corps soit entouré d’un cercle de pierres mais on ne peut être affirmatif car il se trouve hors de la zone de protection de la voûte et, de ce fait, d’ailleurs, il a beaucoup souffert quoique complet. Aucun dépôt funéraire n’a été observé dans son environnement immédiat en dehors de quelques tessons épais à cordon mais rien ne prouve leur rapport avec le squelette plutôt qu’avec le milieu archéologique ambiant. Nous attribuons cette sépulture aux occupants de l’Ensemble 7 car elle repose, en coordonnées verticales, à quelques centimètres d’un Ensemble structural formé de 4 structures associées appartenant à l’Ensemble 8 : elle se trouve donc dans une situation stratigraphique identique à la précédente.

Figure 3 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84)

Sépulture G.H-4.5-10 base en position forcée des jambes et mains jointes.

(Clichés Paccard)

c) Sépulture G.H-4.5-10 base : (Figure n° 3)

17Cette 3ème sépulture, la mieux conservée et la plus complète aussi, pose cependant un délicat problème de datation tant par sa situation que par l’absence totale de mobilier funéraire.

18Il s’agit ici d’une femme d’une trentaine d’années inhumée en position forcée des membres inférieurs et mains croisées (ou liées) au niveau des genoux, sur le côté droit.

19Orientation Est-Ouest, tête à l’Est tournée vers le Nord ; inhumée dans une cuvette de faible flèche (= 20 cm) ayant occasionné une rupture centrale des membres inférieurs en porte-à-faux.

20Aucun mobilier n’accompagnait le corps et sa datation ne peut, ici, être que relative :

  • a cuvette se trouve creusée dans l’Ensemble 10 encore mal daté mais correspondant, vraisemblablement, au Néolithique le plus ancien de la cavité puisque sa base recèle des tessons en place ;

  • la sépulture est partiellement recouverte par une structure appartenant à l’Ensemble 8 ;

  • le crâne, lui-même, est recouvert d’une lentille cendreuse apparemment en place, contenant outre des tessons, une industrie microlithique à dos et microburins.

21Pour toutes ces raisons, nous situons cette sépulture dans une phase du Néolithique ancien non identifiée, à ce jour, dans la grotte, voire absente, rien ne s’opposant, a priori, à ce que des hommes, n’ayant laissé aucune trace dans la cavité, aient enseveli une des leurs dans le talus 10 alors accessible. Seule, une datation du collagène résoudrait cette énigme.

d) Vestiges humains épars

22On les trouve épars, pour la plupart, dans les carrés E.F-4.5, au niveau, autour, et sur un Ensemble structural appartenant à 8 : il s’agit de 4 structures diverses formant un Ensemble : E.F.G-4.5.6-8 très fourni en restes de débitage animaux auxquels se mêlent, curieusement, les restes humains en question. Parmi les plus intéressants figurent une mandibule, plusieurs dents éparses, des os longs mais sans connexions.

23Comme ils se répartissent au voisinage immédiat de la grande fosse E.F.G-2.3.4-8, appartenant au même habitat, il est probable que nous nous trouvons devant des sépultures antérieures à 8, disturbées par l’édification de la fosse ou de structures détruites lors des anciennes fouilles ; ces sépultures peuvent donc appartenir au Néolithique ancien, peut-être même, au Mésolithique sous-jacent.

24Quoi qu’il en soit, ces restes confirment le caractère hautement sépulcral de la cavité et l’on peut véritablement parler de nécropole « cardiale », en un premier temps, chasséenne puis chalcolithique plus tard.

25Toutes ces sépultures ainsi que tous les restes osseux humains appartenant au Néolithique ancien ont été confiés à C. Bouville pour étude.

3. Les structures

26Parmi une vingtaine de structures diverses réparties sur les divers habitats de la grotte, nous avons été amené à effectuer une sélection, réservant pour la publication exhaustive en cours la totalité de l’étude ; ne sera donc présenté ici qu’un exemple bien caractérisé de chaque type suivant une classification personnelle que nous avons effectuée selon le contexte particulier d’Unang et qui, de ce fait, ne revêt qu’une valeur locale.

a) Fosse E.F.G-2.3.4-8

27Il s’agit d’une vaste fosse de diamètre originel inconnu puisque sectionnée par les anciennes fouilles mais proche de 150 cm à 200 cm. Il existe, à Unang, 2 fosses de ce type, très proches, et des tessons se raccordant en attestent la contemporanéité.

28De 90 cm de profondeur maxima, elle atteint, de ce fait, le gravier du Paléolithique supérieur après avoir traversé l’Epipaléolithique et le Mésolithique, non sans avoir probablement détruit des sépultures afférentes.

29Techniquement, il s’agit d’une fosse à parois abruptes, voire verticales et fond curieusement double, lequel fond est tapissé par un premier lit charbonneux-cendreux recouvert par une première couche de pierres anguleuses ; suit un second lit charbonneux-cendreux puis une seconde couche de pierres ; un troisième lit et troisième couche achèvent de combler la fosse qui, en surface, est donc difficilement perceptible en dehors d’une mandibule de bœuf et d’un gros tesson planté verticalement au centre de sa surface.

30Parmi le matériel recueilli, on note :

  • la majeure partie d’un grand vase à fond rond richement décoré au cardium et dont les morceaux sont dispersés dans la fosse ;

  • un gros fragment de vase à pastillages appliqués ;

  • un lot d’éclats de silex parmi lesquels une armature tranchante trapézoïdale à bords abrupts ;

  • un lot de fragments osseux altérés par le feu.

31Rien, en tout cas, ne permettant d’attribuer à cette vaste structure une destination bien définie pas plus d’ailleurs qu’à sa symétrique B.C-2.3-8.

b) Structure-cuvette à feu sous-jacent O.A.B-1.2.3-8

32Il s’agit, ici, d’une énorme structure de 150 cm de diamètre établie devant la paroi rocheuse prolongeant la grotte.

33Sa caractéristique consiste en une cuvette creusée aux dépens des couches sous-jacentes (profondeur = 30 cm) dans laquelle on a allumé un grand feu rapidement étouffé par un dépôt de très grosses pierres anguleuses sur toute sa surface, comme l’attestent les gros brandons ainsi formés.

34Mais, le fait le plus étrange réside dans le dépôt ultérieur, sur les pierres, d’un quartier de bœuf comme le prouve la présence du crâne, des vertèbres et du bassin.

35Bien que la structure n’ait pas encore été démontée, car elle sera moulée, elle n’a, par contre, donné que très peu de mobilier, comme toutes les structures d’Unang, en règle générale. Stratigraphiquement, elle s’associe aux 2 fosses précédentes.

36Quant à son but exact, il nous échappe, 2 hypothèses pouvant, toutefois, être formulées, compte tenu du contexte immédiat :

  • structure utilitaire à but alimentaire (il faudrait, pour ce faire, prouver la consommation du bœuf) ;

  • structure rituelle en rapport avec les sépultures (à prouver également, mais ce sera difficile).

c) Structure-cuvette à feu sous-jacent E.F-3.4-7

37Il s’agit, ici, d’une cuvette creusée dans le dépôt 8 sous-jacent et qui, de ce fait, coiffe partiellement la fosse E.F.G-2.3.4-8. Cette cuvette mesure 100 cm de diamètre pour une flèche centrale de 15 cm.

38Son intérêt réside essentiellement dans sa conception : 14 grosses pierres anguleuses déposées, sur chant, sur un feu non consumé d’où production de charbons. Contrairement à la structure précédente formant entonnoir du fait de sa forte flêche centrale, ici, la structure est pratiquement plate.

39Les pierres en ont été posées à partir du centre et en spirale jusqu’à couverture de la cuvette ; elles portent, à leur base, des traces de suie mais non de calcination.

40En surface, ici encore, des restes osseux de bœuf, mais en désordre, et, à la périphérie, les vestiges humains cités précédemment, ce qui tendrait à confirmer la quasi-contemporanéité des Ensembles 8 et 7.

d) Structure-cuvette à feu sous-jacent : F.G-O.1-7

41Il s’agit, ici, de la plus surprenante structure d’Unang : en effet, elle se situe contre la paroi, dans une niche naturelle toujours sèche, ensoleillée et abritée, c’est-à-dire une zone si pourvue en structures et sépultures que leurs imbrications respectives ont posé des problèmes sérieux de dégagement et d’interprétation stratigraphique.

42C’est encore dans une cuvette de 100 cm de diamètre et 10 cm de flèche centrale qu’une quarantaine de pierres anguleuses, dont 2 meules, ont été déposées sur un feu violent ayant rubéfié, à la fois, base des pierres et paroi rocheuse ; de ce feu, ne subsiste que de la suie disposée en 2 lits isolés par une mince plage argileuse. On peut donc en conclure que les pierres furent déposées sur un feu presque consumé et en braises.

43Mais le fait le plus étonnant consiste dans le dépôt d’un crâne de bœuf, privé de ses mandibules, et de 2 côtes, le crâne portant des incisions au niveau du muscle frontal, les côtes des traces de dents de rongeurs.

44Comme d’ordinaire, aucun autre mobilier n’accompagnait cet étrange ensemble dont on ne sait s’il correspond à un vestige culinaire ou à un quelconque rituel dans lequel se trouve, généralement, associé le bœuf.

45Fontbrégoua possède, d’après J. Courtin, de semblables structures mais à dépôts crâniens d’ovicapridés.

e) Structure circulaire plate à feu sous-jacent B.C-2.3-7

46Très curieuse structure jouxtant la grande cuvette à dépôt O.A.B-1.2.3-8 sous l’abri pour longeant la grotte : il s’agit d’une aire circulaire plate dallée de pierres anguleuses d’un diamètre voisin du mètre et à la surface de laquelle s’étalent les restes osseux de bœuf sans connexion.

47Sont visibles : mandibules, côtes, omoplate et membre avant ainsi qu’une mandibule d’ovi-capridé, le tout dans le désordre le plus total. En l’absence de crâne, on peut se demander si celui-ci n’a pas été déposé sur la structure F.G-O.1-7 toute proche et de même niveau d’habitat.

48Bien que plate, les pierres de la structure reposent sur un lit charbonneux débordant sur la périphérie ; mais, fait encore plus étrange, cette structure en coiffe très exactement une autre : la fosse B.C-2.3-8, à tel point que l’on peut se demander si le seul hasard présida à cette coïncidence de situation ou bien s’il s’agit d’une seule et même structure édifiée en 2 temps et, dès lors, de conception complexe répondant à des buts différents qu’il nous est difficile, voire impossible, de saisir.

49Toutefois, la limitation de texte et de figures imposées ici interdisent une étude un peu plus approfondie qu’abordera la publication exhaustive, laquelle exige, plus que des commentaires, une iconographie concrète.

f) Il nous reste, pour terminer ce bref inventaire, à signaler un type de structure tout à fait particulier : H.I-4.5-7

50Il s’agit, en coupe, d’un entonnoir d’un mètre d’ouverture sur 50 cm de profondeur, apparaissent, en plan, comme une sorte de fossé à section trapézoïdale, long de 30 cm environ.

51Colmaté par un dépôt noir cendreux, cet entonnoir traverse tout l’Ensemble 10 sans entamer la dernière occupation mésolithique.

52Lui faisant face, un trou perçant la brèche épipaléolithique sur un diamètre de 25 cm et profondeur égale, prolongé, lui aussi, par une fente rectiligne.

53Citer conjointement ces 2 structures, ne sous-entend pas, forcément, les associer chronologiquement ou techniquement.

54D’aucuns les traduiraient comme départs de palissades, mais rien ne le prouve.

Conclusion

55L’abondance remarquable des structures néolithiques dans une cavité aussi réduite qu’Unang (et nous ne tenons pas compte de celles qui ont pu disparaître lors des anciennes fouilles) correspond à une nécessité particulière et locale dont nous ne saisissons pas le sens, compte tenu de l’abondant contexte industriel lithique et céramique impliquant une vie matérielle intense paraissant incompatible avec le caractère sépulcral de la cavité.

56Ce n’est pas une des moindres interrogations que pose ce curieux gisement.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84).Coupe du placage-témoin entre les sections E et J avec report des principaux vestiges. Légende : o = tesson ; h = vestige ; x = esquille osseuse ; + = silex ; ▲ = dent ; — = os long.ST = structure en coupe ;SP = sépulture en coupe.On remarque, de bas en haut :Ensemble 10 : complexe alluvionnaire à lits cryoclastiques avec traces d’habitats lessivés ; base du Néolithique cardial.Ensemble 9 à 7 : Cardial moyen.Ensemble 6 + 5 : Epicardial.Couche 4 : Abandon de la grotte.Ensemble 3 : Chasséen.Couche 2 : Abandon de la grotte.Ensemble 1 : Chasséen à sépultures chalcolithiques et bronze ancien intrusives.D = déblais.Les structures et sépulture visibles en coupe correspondent à : I-4.5-7 ; H.I-5-7 et J-4-8.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 2 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84) Sépulture J-4-8. On remarque :
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Figure 3 : Unang (Malemort-du-Comtat ; 84)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search