Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Troisième partie - Autour de l'objet

Pour une étude des habiletés techniques selon une approche interdisciplinaire

Towards a study of technique using an interdisciplinary approach

Valentine Roux

Résumé

Characterizing motor and cognitive skills involved in technical tasks is necessary to approach big questions such as the study of technical inventions. Such a characterization requires close collaboration with cognitive sciences. An example is given from a field experiment conducted with a multidisciplinary team for analyzing the skills involved in stone knapping. It is shown that the ensuing scientific solidity of the results builds a foundation for tackling major topics such as stone knapping as a uniquely hominin feature, the behavioural mechanisms underlying technical change, and the evolutionary trajectories of techniques. In conclusion, a recommendation is made to conduct more interdisciplinary research with the cognitive sciences.

Texte intégral

1L’une des questions majeures à laquelle est confronté l’archéologue des techniques est celle des modalités selon lesquelles les techniques évoluent, depuis les débuts de l’humanité jusqu’à nos jours. Cette question implique à la fois une analyse des situations historiques particulières décrivant l’émergence des innovations techniques et une analyse du comportement intelligent des individus à l’œuvre dans les inventions, composante majeure de l’innovation. Dans le cadre de cette présentation, je me restreindrai à l’analyse des inventions. Elle correspond à un champ de recherches considérable qui s’appuient pour partie sur les sciences cognitives. L’hypothèse avancée est que les objets retrouvés en fouilles peuvent être caractérisés en termes d’habiletés techniques, à savoir les habiletés motrices et cognitives mobilisées pour leur fabrication. L’étude des habiletés techniques sur le temps long doit permettre ensuite d’interroger non seulement les capacités développées par le genre humain, mais aussi les comportements intelligents qui ont permis l’évolution des techniques (par ex. Ambrose 2001, Gowlett 2009, Pelegrin 1993 et 2005, Roche et al. 1999, Toth et Schick 1993, Wynn 2002).

2En un premier temps, je rappellerai brièvement les hypothèses retenues par les anthropologues sur les modes d’évolution des techniques, puis en un second temps je rappellerai comment il est possible de caractériser les habiletés développées par des populations aujourd’hui disparues. Ensuite, je donnerai un exemple d’étude de caractérisation des habiletés impliquées dans la fabrication d’objets. L’exemple retenu est celui de la taille de la pierre, activité technique propre au genre humain et qui s’est avérée déterminante dans l’évolution des techniques. Enfin, je traiterai des comportements à l’origine des inventions qui ont ponctué notre histoire.

Hypothèses sur le mode d’évolution des techniques

3Rappelons tout d’abord une distinction désormais largement admise en anthropologie des techniques, à savoir la distinction entre invention et innovation : par définition, l’invention est un phénomène d’ordre individuel, tandis que l’innovation correspond à l’adoption de l’invention à l’échelle collective (Gille 1978, Van der Leeuw et Torrence 1989). Autrement dit, l’invention est un phénomène d’ordre cognitif, tandis que l’innovation est un phénomène d’ordre historique.

4Dans le cadre des études sur les habiletés techniques et sur le comportement intelligent sous-jacent à l’évolution des techniques, c’està-dire dans le cadre des études sur le rôle de l’individu dans les dynamiques évolutives, on se focalisera exclusivement sur le processus d’invention.

5S’agissant maintenant des modalités d’apparition des inventions, Robert Cresswell (1994 et 1996), anthropologue des techniques, distingue deux modalités d’apparition, ceci à partir de nombreuses études de cas traitées à l’échelle du bassin méditerranéen : a) un développement autonome sans qu’il soit nécessaire d’invoquer une motivation sociale, b) un développement par paliers déterminé par des mutations sociales. Dans le premier cas, on peut considérer que les inventions sont progressives, continues, se développant selon leur propre tendance. Dans le second cas, elles peuvent être considérées comme discontinues. Le changement de palier permet d’aller au-delà des limites imposées par la logique interne des techniques. Autrement dit, les inventions discontinues ne sont pas de simples combinaisons ou additions d’éléments préexistants. Elles introduisent de nouveaux lignages d’objets qui répondent à de nouveaux principes physiques, ponctuant ainsi l’histoire des techniques.

6Ces inventions discontinues sont peu nombreuses (en technologie céramique, l’ordre de grandeur est de trois, en technologie métallurgique cinq, en technologie lithique également cinq). Ce sont elles qui intéressent plus particulièrement les sciences de la cognition car elles soulèvent directement la question des habiletés cognitives et motrices qui ont dû être développées pour les mettre en œuvre, sachant en outre qu’elles sont probablement de bons marqueurs de mutations sociales.

Caractérisation des habiletés techniques

7Comment alors caractériser les habiletés développées par des populations désormais disparues ? Pour y répondre, rappelons que l’interprétation archéologique fait nécessairement référence à un savoir situé à l’extérieur de l’archéologie (Gallay 1986) (fig. 1). Dans le cas qui nous intéresse, à savoir l’interprétation des objets en termes d’habiletés, on procède de la manière suivante. Tout d’abord, les objets sont interprétés en termes de techniques de fabrication par référence à des études expérimentales. Ensuite, les habiletés impliquées dans ces techniques de fabrication sont étudiées selon les principes des sciences de la cognition, ceci dans une situation actualiste. Pour ce faire, on prend pour cas d’étude des techniques analogues, c’est-à-dire qui répondent aux mêmes principes physiques que les techniques anciennes. L’étude des habiletés est menée ensuite selon un protocole permettant de mettre en évidence ce qui relève à la fois de particularismes culturels et d’un fonctionnement universel étant donné des contraintes bio-comportementales imposées par les techniques et par notre organisme (Bril et Lehalle 1988). C’est la référence à un fonctionnement universel qui va permettre de dégager des régularités (Gallay 1986) et d’interpréter les techniques de fabrication anciennes en termes d’habiletés par transfert des régularités sur les données archéologiques. Autrement dit, c’est l’étude des mécanismes expliquant les compétences mises en jeu dans la fabrication d’objets qui doit permettre de caractériser les habiletés techniques afférentes et par suite les habiletés anciennes.

Fig. 1 – L’interprétation archéologique fait toujours appel à un savoir situé à l’extérieur de l’archéologie et procède par analogie. Le transfert de la régularité « habiletés » sur les objets archéologiques se justifie par l’étude, dans le domaine des sciences cognitives, des mécanismes sous-jacents.

Les habiletés de taille

8Dans l’histoire des techniques, l’invention de la taille de la pierre, est une invention discontinue majeure puisqu’elle donnera naissance à la première lignée d’objets lithiques. Par comparaison avec le cassage de noix, seule technique de percussion connue chez les primates non humains, le saut auquel correspond la taille de la pierre se caractérise au regard des principes de la fracture conchoïdale et du contrôle du détachement des éclats que ce type de fracture permet (Pelegrin 2005). La première question que soulève l’invention de la taille de la pierre est celle des habiletés mises en jeu dans la production des premières industries lithiques, sachant qu’aucun primate non humain n’a jamais pu apprendre à tailler la pierre, l’échec le plus retentissant étant celui de Kanzi, le chimpanzé avec lequel travaille Sue Savage-Rumbaugh (Schick et al. 1999).

Fig. 2 – Exemple d’expérimentation de terrain à Cambay (Inde). Une action technique complexe exercée au quotidien est étudiée en collaboration avec des chercheurs en sciences cognitives selon des méthodes de laboratoire.

9Comme précisé précédemment, l’étude des compétences mises en jeu dans les habiletés de taille implique de créer des référentiels en situation actualiste. Ces situations sont soit expérimentales, soit ethnographiques. Ces dernières sont rares, dans le sens où il existe peu d’endroits dans le monde où la taille de la pierre est encore pratiquée. On peut l’observer en Nouvelle-Guinée où des chercheurs américains ont entrepris l’étude de l’expertise nécessaire à la taille de haches en pierre (Stout 2002 et 2008). On peut également l’observer en Inde à Cambay où des perles en pierre dure sont encore taillées de manière traditionnelle au sein de nombreux ateliers (Roux 2000). Sur ce terrain, il a été possible de mener des expérimentations en collaboration avec des chercheurs en sciences du mouvement, en biomécanique et en neurophysiologie (Biryukova et Bril 2008, Bril et al. 2000 et 2005, Roux et al. 1995).

10L’expérimentation de terrain a consisté à élaborer un protocole expérimental qui soit basé sur une tâche familière au sujet et qui permette d’analyser des paramètres étudiés habituellement en situation de laboratoire. En l’occurrence, des expérimentations ont été menées avec des artisans répartis en plusieurs groupes d’experts. Chaque artisan devait tailler des perles de formes, de dimensions et de matériaux différents, avec des percuteurs dont on faisait varier le poids et la longueur du manche. L’ensemble du processus de fabrication a été enregistré de manière à pouvoir analyser la succession des actions réalisées ainsi que les caractéristiques des mouvements élémentaires et de leur enchaînement (fig. 2).

Fig. 3 – Comparaison entre habiletés développées par les primates humains et non humains selon des méthodologies éprouvées dans le domaine des sciences de la cognition.

11Il faut préciser ici que la grande originalité de ces expérimentations est d’avoir pris en compte ces différents niveaux d’analyse étant donné au départ un cadre théorique spécifique, celui de la psychologie dite du courant écologique (voir Reed 1988) qui s’ancre dans le concept d’affordance et la théorie de la perception développés par Gibson (1977). Il s’oppose au courant de la psychologie à proprement parler cognitive qui prend en compte essentiellement les activités liées à l’organisation de l’action, plutôt qu’à l’exécution des mouvements élémentaires, accordant un rôle majeur aux représentations mentales dans l’interaction entre l’organisme et l’environnement. Comparé à ce dernier, le courant écologique est assez minoritaire tant en Europe qu’aux États-Unis.

12J’insisterai ici sur l’importance d’une collaboration avec les sciences cognitives pour mener une réflexion fondée qui justifie le choix du cadre théorique et par conséquent des observables étudiés, ce cadre nécessitant une connaissance approfondie du domaine.

13Les résultats obtenus, validés dernièrement par de nouvelles expérimentations conduites cette fois avec des tailleurs modernes (Bril et al. 2010, Nonaka et al. 2010), montrent que le niveau d’expertise dépend non pas d’une capacité à planifier, ou encore à mener à bien la succession des opérations fonctionnelles, mais du contrôle du mouvement élémentaire (Bril et al. 2005, Roux et David 2005). Autrement dit, il ressort que les compétences de taille peuvent être caractérisées en termes de capacité à percevoir et maîtriser les propriétés du couple outil-matière première, c’est-à-dire en termes de capacité à maîtriser la technique elle-même, plutôt qu’en termes de planification, la capacité à planifier se construisant au fur et à mesure de la maîtrise de la technique.

14Ces résultats permettent de reconsidérer d’ores et déjà sous un angle nouveau l’invention de la taille de la pierre par les premiers homininés (Roux et Bril 2005). Lorsque la taille de la pierre est inventée, elle signale désormais l’émergence d’habiletés qui se caractérisent essentiellement en termes de contrôle du geste élémentaire et donc de cognition motrice.

15Afin d’aller plus avant dans cette hypothèse, des études comparatives entre habiletés chez les primates et les humains sont en cours (Bril et al. 2009) (fig. 3). Elles suggèrent que les primates ne peuvent tailler la pierre car ils sont de fait incapables de fournir la conduite motrice nécessaire au détachement d’un éclat par fracturation conchoïdale, à savoir des mouvements combinant précision et force, exercés selon une coordination bimanuelle fine. Cette incapacité s’expliquerait en termes de contraintes biomécaniques et physiologiques, à mettre en relation avec la posture debout, les habiletés de taille se révélant ainsi spécifiques du genre humain (Byrne 2005, Corbetta 2005).

16Les recherches sur cette question se poursuivent. Elles portent tant sur le substrat biocomportemental et neurophysiologique nécessaire et suffisant pour produire des gestes de taille, que sur la pratique de la taille et son impact sur l’évolution des caractères biocomportementaux et neurophysiologiques des homininés (cf. par exemple Steele et Uomini 2009).

Comportements et inventions

17L’autre question que soulève l’invention de la taille de la pierre et, de manière générale, toute invention discontinue, est celle du comportement de l’individu à l’origine même de l’invention. Des éléments de réponse peuvent être en fait trouvés en se tournant à nouveau vers les sciences de la cognition qui se préoccupent d’une part de comprendre comment les représentations culturelles liées à une pratique se construisent, d’autre part comment il est possible d’aller au-delà de ces représentations.

18S’agissant de la construction des représentations culturelles liées à une pratique technique, les études sur les processus d’apprentissage révèlent que le processus d’acquisition d’habiletés motrices complexes suit nécessairement un modèle en ce sens qu’il suit nécessairement un ordre de difficulté croissant qu’il n’est pas possible de contourner étant donné des contraintes d’ordre biomécanique : on ne peut apprendre, dès la période initiale, ce qu’il y a de plus difficile. Il en résulte une transmission forcément guidée des habiletés motrices, une transmission qui va consister à éduquer en partie aux informations disponibles dans l’environnement, ceci selon un calendrier dont l’objectif final est que l’apprenant puisse reproduire les « objets » que le transmetteur lui-même sait fabriquer (Bril 2002).

19Au terme du processus d’apprentissage, les habiletés apprises sont littéralement « incorporées », à savoir que l’apprenant a non seulement construit ses habiletés motrices et cognitives pour fabriquer des objets selon le modèle en cours dans sa culture et seulement celles-là ; mais c’est également selon ce modèle qu’il s’est construit une représentation de l’acte technique, représentation partagée par l’ensemble des acteurs de la culture dont il fait partie. Ses habiletés et la représentation associée vont alors agir comme « fixateur » du modèle culturel en cours en ce sens qu’il deviendra difficile pour le sujet de fabriquer et, par conséquent, de concevoir fabriquer des objets selon d’autres manières que celles qu’il a apprises.

20Toutefois, les habiletés pratiquées par un groupe à un moment donné peuvent être mobilisées pour des performances évolutives (évolution de la forme des objets fabriqués) et se modifier au regard de ces performances (exemple : habiletés de taille moins « fines » suite à l’évolution de la qualité des perles), alors même que le processus de transmission en assure la reproduction. Il s’ensuit le corollaire selon lequel le phénomène d’apprentissage implique une reproduction des habiletés du transmetteur qui néanmoins s’inscrit dans une dynamique. La question est alors celle de cette dynamique à l’échelle individuelle d’où émergeront de nouvelles habiletés, marquant une rupture avec la tradition.

21Autrement dit, qui sont ces individus en mesure d’aller audelà des représentations culturelles construites au cours de l’apprentissage et d’innover tant sur le volet technique que sur le volet des habiletés ? Pour y répondre, il faut ici se tourner vers les études qui se sont attachées à décrire les habiletés caractérisant les différents niveaux d’expertise développés par des artisans pour une même tâche technique.

22Dans le cas des tailleurs de perles en roches dures indiens, les résultats obtenus au cours des expérimentations de terrain montrent que la nature des habiletés dépend du niveau d’expertise. L’expert est celui qui, lorsque confronté avec les contraintes de la tâche, est capable de mener à bien le cours d’action selon une dynamique qui prend en compte à la fois l’état de l’objet et la prochaine étape à mener. Cependant, l’expertise ne consiste pas seulement à accorder aussi bien que possible les propriétés du système (système tâche-environnement-organisme). L’expert est aussi celui qui est capable de forcer le système dans une direction ou dans une autre pour s’ajuster à de nouveaux traits (Bril et al. 2005).

23D’où l’hypothèse basée sur les résultats obtenus en sciences de la cognition motrice selon laquelle, les inventeurs sont des individus-experts capables de forcer le système en allant au-delà des représentations culturelles qui ont formé leur « manière de voir et de faire », résolvant des problèmes et découvrant de nouvelles techniques et de nouvelles habiletés (que ces problèmes soient apparus par accident ou créés volontairement par l’inventeur). De la même manière que des ingénieurs explorent les lois gouvernant les contraintes des matériaux ou des sources d’énergie et testent des solutions variées, les inventeurs d’inventions discontinues sont ceux qui ont été capables de tester les limites de l’évolution technique des objets pour découvrir de nouveaux principes physiques tout en développant de nouvelles habiletés. Ces individus, comme n’importe quel expert dans un quelconque domaine, sont exceptionnels aussi bien par leurs habiletés que par leur rareté. En effet, au sein même d’un groupe d’experts de haut niveau, il existe des variations interindividuelles considérables avec des experts affichant des performances meilleures que d’autres. Le meilleur des experts peut être considéré comme un cas exceptionnel.

Fig. 4 – Exemple de coexistence de deux systèmes techniques pratiqués par deux communautés distinctes (Nord-Ouest de l’Inde). L’emprunt du four à tirage ascendant par un potier prajapati représente un cas exceptionnel que l’on peut expliquer à partir des résultats obtenus en sciences cognitives.

24Ce n’est pas alors un hasard si en Inde, parmi les tailleurs de perles, c’est le meilleur d’entre eux, le meilleur parmi des centaines, qui a innové dans plusieurs domaines comme les formes de perle et leur chauffe (revêtement des perles d’une fine couche d’argile afin de limiter les accidents de chauffe). Ici l’artisan est allé audelà d’un fonctionnement cognitif façonné par la tradition pour envisager d’autres manières de faire.

Comportements et emprunts

25Ce sont des individus présentant les mêmes caractéristiques cognitives que les inventeurs qui sont à l’origine d’emprunts techniques entre groupes sociaux différents. En effet, processus d’apprentissage et règles sociales impliquent que les traits techniques entre groupes sociaux endogamiques ont tendance à ne pas circuler ce qui a largement été démontré par les ethnologues des techniques (par ex. Lemonnier 1993, Stark et al. 2008). Il peut y avoir toutefois des exceptions. Ce sont alors toujours des cas exceptionnels correspondant à des individus dont le fonctionnement cognitif leur a permis d’aller au-delà des représentations culturelles associées à leurs pratiques.

26Un exemple est celui de la région de Bulandshar à une centaine de kilomètres à l’ouest de Delhi (fig. 4). Cette région de 200 km2 environ est occupée par deux communautés de potiers, des potiers prajapati (hindous) et multani (musulmans). Les premiers utilisent le tour toupie, fabriquent des vaisselles non glaçurées et font des cuissons ouvertes, tandis que les seconds, arrivés de l’Indus au cours de vagues de migrations successives, utilisent le tour à pied, fabriquent des vaisselles glaçurées et utilisent des fours à tirage ascendant. L’ensemble du système technique multani présente ainsi des propriétés avantageuses comparé au système technique hindou. Toutefois, alors que les deux communautés cohabitent dans les mêmes villages depuis plusieurs centaines d’années, les potiers hindous n’ont jamais rien emprunté au système musulman, à l’exception du four à tirage ascendant, mais ceci par une famille seulement, dans l’une des petites villes de la région. Cette famille dit avoir emprunté le four car plus économique et plus efficace : moins de casse, plus grande rapidité de fabrication, moins de contraintes au regard du temps (possibilité ainsi de faire des cuissons en temps de mousson), contrôle de la température. Ce discours parfaitement technique s’oppose aux discours chargés de représentations culturelles des familles qui n’ont jamais emprunté le four (ex. le four ne convient pas à la cuisson des petites vaisselles, le four ne convient pas aux basses températures, etc..).

27Autrement dit, au discours technique qui a sous-tendu l’emprunt du four, correspond un individu dont le fonctionnement cognitif lui a permis d’aller au-delà des représentations culturelles locales, forçant ainsi le système technique et son caractère identitaire et permettant la circulation d’un trait technique entre deux communautés. Le caractère exceptionnel de ce comportement se retrouve également dans l’emprunt depuis deux ans, au sein même de cette famille, de la glaçure et du projet d’emprunter prochainement le tour à pied, en dépit des représentations culturelles fortes qui lient le tour à des divinités hindoues et interdisent par exemple de toucher le tour avec le pied.

28Ce cas d’étude, qui représente dans la région une véritable exception à la règle, a valeur générale dans le sens où il s’explique selon le mécanisme dévoilé précédemment avec les tailleurs de pierre, à savoir que seules des capacités cognitives exceptionnelles permettent de développer des comportements exploratoires et d’aller au-delà des représentations culturelles construites au cours de l’apprentissage, débouchant sur des inventions libres de toute signification culturelle, signification qui viendra se construire au cours du processus de l’innovation.

Invention technique : un phénomène aléatoire ?

29Les recherches menées en collaboration avec les sciences de la cognition tendent ainsi à montrer que les inventions ou emprunts techniques discontinus sont le fait d’individus experts exceptionnels et de ce point de vue rares.

30Il s’ensuit l’hypothèse selon laquelle certaines inventions n’auraient pas existé dans certaines parties du monde en raison d’une absence d’individus au comportement exploratoire à un moment donné, ou au contraire que des inventions ont pu exister simultanément dans plusieurs endroits du monde en raison de la présence, par hasard, dans ces divers endroits d’individus experts au comportement exploratoire analogue.

31Autrement dit, les individus et leurs activités cognitives pourraient être considérés comme un facteur aléatoire dans l’évolution des techniques, facteur qui expliquerait à la fois convergences et occurrences techniques différentielles. Pour exemple, l’apparition des premiers contenants céramiques en Chine ou l’absence du tour de potier en Amérique pourraient être ainsi considérées comme des phénomènes aléatoires tant en termes de lieu que de temps.

Conclusion

32En conclusion, les recherches en technologie menées en collaboration avec les sciences cognitives ouvrent de nombreuses perspectives. Elles permettent de reconsidérer de manière dynamique et intégrée à la fois les co-évolutions pratiques techniques et développement neurophysiologique, et les phénomènes d’invention et de circulation des techniques. Ces recherches impliquent des interdisciplinarités fortes sur le terrain. Mais elles restent trop rares, tant en France qu’à l’étranger. L’une des raisons pourrait être une prise de conscience épistémologique encore trop faible quant à la nécessité de se tourner vers des disciplines extérieures à l’archéologie pour l’appréhension de phénomènes aussi complexes que la pratique d’une technique, son invention ou son emprunt.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’interprétation archéologique fait toujours appel à un savoir situé à l’extérieur de l’archéologie et procède par analogie. Le transfert de la régularité « habiletés » sur les objets archéologiques se justifie par l’étude, dans le domaine des sciences cognitives, des mécanismes sous-jacents.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 2 – Exemple d’expérimentation de terrain à Cambay (Inde). Une action technique complexe exercée au quotidien est étudiée en collaboration avec des chercheurs en sciences cognitives selon des méthodes de laboratoire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 3 – Comparaison entre habiletés développées par les primates humains et non humains selon des méthodologies éprouvées dans le domaine des sciences de la cognition.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 4 – Exemple de coexistence de deux systèmes techniques pratiqués par deux communautés distinctes (Nord-Ouest de l’Inde). L’emprunt du four à tirage ascendant par un potier prajapati représente un cas exceptionnel que l’on peut expliquer à partir des résultats obtenus en sciences cognitives.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Directrice de recherche au CNRS au laboratoire Préhistoire et technologie (UMR 7055). Ses travaux portent sur les trajectoires évolutives des techniques au cours de la préhistoire récente dans le Levant. Dans ce cadre, elle a collaboré avec des chercheurs en sciences cognitives sur les habiletés impliquées dans la taille de la pierre et le façonnage céramique. Elle mène actuellement des recherches sur les processus de transmission et leur impact sur la variabilité de la culture matérielle. Elle enseigne la technologie céramique à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540