Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Troisième partie - Autour de l'objet

Objets et images1

Objects and images

Catherine Breniquet

Résumé

At its beginning, during the Renaissance, archaeology developed as a discipline whose focus was above all the object, the art object really, including vases, statues, and antique coins. It developed its knowledge of these objects with historic and stylistic commentaries rather than by looking at the archaeological context from which they came. Several successive breaks, mostly associated with key paradigm shifts and hopes to validate hypotheses, helped bring about new approaches: the discovery of the meaning of context, the development of the social, and the advent of a laboratory-based archaeology. Objects and images became the privileged witnesses of ancient ways of life. However doesn’t such an efficacious approach mask a conceptual shortcoming? Were objects and images in and of themselves ever considered as “documents”, carrying their own meaning, and not just answerable to an illustrative use? A first step in this direction was taken when prehistorians accepted the very old antiquity of art, and another was set in motion when structuralist readings brought out the works’meanings without the support of exterior documentation or matter. A third step was the emergence of cognitive archaeology. Despite the great advances that such approaches brought to the field of archaeology, they were neither generalised, nor even accepted by the entire scientific community.
The aim of this paper is to review the strengths and weaknesses of the interpretative mechanisms in archaeology for objects and images. We shall attempt to look ahead towards necessary theories and concepts, not to examine actual material results (since these are pretty much givens) but rather to understand the mentalities of those who have bequeathed us such an understanding. Without pretending to universality, this paper emanates from one researcher’s personal experience with the study of archaic Mesopotamia, positioned half way between prehistoric societies and the “great” writing civilisations.

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements s’adressent aux organisateurs de ce colloque, particulièrement S. A. de Beaune et (...)

1L’archéologie doit sa singularité à la spécificité de son approche, fondée sur l’acquisition des données matérielles par la fouille et à sa capacité à en mesurer la représentativité. La croissance exponentielle récente de ces données est liée d’une part à la multiplication des fouilles, notamment préventives, et d’autre part à l’extraordinaire panel des techniques d’investigation. Le socle documentaire de l’archéologie se trouve ainsi en remaniement constant alors même que ses bases épistémologiques sont encore discutées. Pourtant, c’est un lieu presque commun que de souligner que l’archéologie met désormais en œuvre méthodes de traitement des données et théories explicatives, qu’elle produit ses données autant qu’elle les découvre.

2Dire que l’archéologie s’intéresse aux objets est une évidence, elle passe pour être la discipline qui reconstitue le passé à partir de ses traces matérielles (ce qui n’est plus tout à fait vrai). Croire que des images des temps anciens puissent donner vie à ce passé et évoquer une réalité inaccessible est une naïveté bien ancrée dans l’opinion commune. Diverses étapes, chronologiques et surtout méthodologiques, amenèrent la construction de la discipline qu’on connaît. Les plus saillantes furent l’avènement d’une science préhistorique qui, dès le XIXe siècle, fut confrontée à un triple défi : construire une chronologie dont personne n’avait encore réellement conscience de la profondeur, accepter la très haute antiquité de l’homme et son insertion dans le règne animal, se résoudre à fusionner préhistoire humaine et invention de l’art. Il fallut toutefois attendre presque un siècle pour que son prolongement en « protohistoire » que tout singularisait (absence d’architecture en matériaux « nobles », déchets en quantités considérables, quasi-absence de documents figurés) soit accepté en France. Parallèlement, ce furent les méthodes de terrain qui firent des avancées spectaculaires avec la rationalisation de la fouille, la prise en compte du « contexte » sous diverses acceptions, le traitement statistique du mobilier, l’émergence d’une archéologie préventive.

  • 1 À cet égard, l’Expédition d’Égypte de Bonaparte, remarquable par sa pluridisciplinarité et la somme (...)

3En s’ouvrant à d’autres champs, et ce, largement sous l’impulsion de la Préhistoire1, l’archéologie se rapprocha presque simultanément d’autres disciplines : les sciences du vivant et de la matière pour camper le décor, approfondir les relations entre l’homme et son environnement, disséquer les vestiges en composants élémentaires, et les sciences sociales pour permettre une vision globale de l’évolution humaine et de ses formes de société. Simple pratique pour les uns (Carrozza et Marcigny 2008, p. 8), véritable science pour les autres (Demoule et al. 2002, p. 188 et sq), l’archéologie est pourtant à la fois science de l’homme, de la société et de l’environnement en raison de ses origines à mi-chemin entre la science antiquaire et la Préhistoire, et de la diversité de ses sources (Renfrew et Bahn 2000).

4Les nouvelles pratiques ont estompé l’aspect matériel de la discipline et les relations qu’elle entretient pourtant de longue date avec les objets et les images, bien qu’un regain d’intérêt se fasse jour. Ce sont ces liens qui unissent l’archéologie et ces vestiges que j’ai tenté d’explorer, sans chercher une évolution linéaire ou chronologique, encore moins une réalité exhaustive. Ces propos sont inévitablement le reflet d’une sensibilité personnelle, mais n’illustreront pas que mon champ d’études, l’Orient ancien. Trois points seront abordés : objets et images entre datation et illustration, pris dans un raisonnement scientifique et enfin, justiciables d’une approche qui leur restituerait une dimension propre.

Objets et images entre datation et illustration

5L’archéologie démarre en Occident à la Renaissance. L’acte fondateur qui déclenche la révolution épistémologique est la modernisation de Rome au XVe siècle. En éventrant la ville antique, on ne pouvait manquer de découvrir ses vestiges et ce d’autant plus facilement que de nombreux monuments en scandaient encore le paysage. Cette première archéologie fut déjà un peu une archéologie urbaine et de sauvetage, mais elle fut surtout, faute de méthodes de terrain appropriées, une discipline de l’objet (Olivier 2008, p. 16), du bel objet même - statues, vases et médailles - exclusivement antique, souvent inscrit ou justiciable d’une approche où les sources écrites trouvaient leur place. Une archéologie tout entière dévolue à l’histoire de l’art incarnée par la figure fondatrice de Winckelmann, dont nos universités françaises gardent encore la marque, et dont nos médias se chargent encore de raviver le souvenir en faisant appel aux « trésors » des civilisations disparues. Une archéologie où objets et images illustrent sous des angles variés un quotidien disparu que les sources archéologiques ne permettent pas de connaître en raison de la conservation différentielle des vestiges, ou dont les textes ne parlent pas. La dimension académique d’une telle approche culmina avec l’institutionnalisation des Beaux-Arts en 1803 qui, bien que datée sur le plan scientifique et entièrement dévolue au monde occidental, et gouvernée de surcroît par le paradigme esthétique et donc inopérante sur d’autres terrains, fait encore recette de nos jours (Thuillier 2002).

Fig. 1 – Tête miniature en terre cuite peinte, Tell el’Oueili (Iraq), Obeid 0 (ca. 6500-5900 av. J.-C.). Haut. 3 cm. Il est difficile d’interpréter de tels objets sans connaître les idées du spectateur de l’époque. On ne saurait toutefois soutenir que l’objet ne produit pas un effet certain sur l’observateur que nous sommes (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).

  • 2 Les interprétations principales se partageaient entre scène de chasse et scène d’investiture (Gardi (...)

6Le pivot de l’approche traditionnelle est le commentaire historique des objets, affiné en fonction des avancées de la recherche, et dont Jean-Claude Gardin a démonté les mécanismes logico-sémantiques à partir de l’iconographie sujette à discussion d’une stèle seldjoukide2, objet et image tout à la fois. La finalité de l’exercice est de séparer formellement description et interprétation, au prix d’une sélection d’arguments. Le point de départ est une description « censée fournir les éléments de base de l’interprétation ». Cette description procède par sélection d’observations, de détails à réfuter ou, au contraire, propres à construire l’hypothèse. La difficulté est manifeste (bien que tue), car les critères descriptifs peuvent être multiples sans pour autant être satisfaisants (Gallay 1986, p. 55-61). Seule la pertinence par rapport au problème posé est jugée réellement efficace, d’où un risque de tautologie… La deuxième étape est le « rappel des interprétations passées », de leurs points forts comme de leurs points faibles. Diverses propriétés sont ici mêlées : connotations historiques, stylistiques, identitaires, détails iconographiques. Une proposition qui reformule l’hypothèse en ressort, qu’on confronte enfin aux sources textuelles susceptibles de confirmer la lecture. Là encore, une sélection drastique des occurrences historiques est opérée, et ce, selon leur capacité à conforter la lecture proposée. Cette dernière étape fait souvent office de validation du raisonnement et de point d’orgue du commentaire.

7En œuvre encore les commentaires de documents proposés aux étudiants de nombre d’universités, une telle procédure fonde une approche littéraire de l’archéologie, elle n’est pas toujours réductible à une démonstration scientifique. L’œuvre est ainsi systématiquement assimilée à un monument dont on effectue non pas la lecture, mais bien une lecture jugée satisfaisante au regard de critères implicites, souvent ceux du sens commun, et une seule lecture est toujours en jeu. À cet égard, on rappellera ce qu’on ne rappelle plus guère, que l’histoire distingue deux catégories de sources, les « documents » qui fixent la parole et la pensée, et les « monuments » qui ne parlent pas mais qu’on peut faire parler. Ni l’image ni toute autre forme d’art n’entre dans la catégorie des « documents ». Ceux-ci sont les sources écrites, les monuments sont tout le reste ! Parce qu’ils ne « parlent » pas, objets et images doivent être éclairés par autre chose qu’eux-mêmes (fig. 1). La réalité est ainsi réduite à une lecture qui convient dans le cadre de l’illustration de l’histoire. Un tel exercice est efficace (Gardin 1974) et souvent brillant. Mais une telle démarche peut être parfaitement ethnocentrique, assimilant le « lecteur » que nous sommes au « spectateur » du passé, en faisant fi des idées de ce dernier et surtout des moyens de les appréhender, en évacuant du discours savant ce qui embarrasse ou ce dont on ne sait que faire, en vertu d’une « sémantique universelle » qui est évidemment une fiction scientifique (Gardin 1979, p. 195). André Leroi-Gourhan ne rappelaitil pas qu’à interroger les morts, on apportait soi-même les réponses ?

8On en prendra pour preuve les interprétations divergentes d’une même catégorie d’objets, toutes aussi plausibles les unes que les autres dès lors qu’on ne cherche pas à les connecter à une vision plus large. Les interprétations se succèdent les unes aux autres, chacune étant un peu plus plausible que la précédente, en une succession sans fin, éclairant tout le spectre des possibilités techniques, religieuses, sociales, etc. À cet égard, l’approche procède par réfutations successives, le savoir étant en perpétuelle construction, sans amener nécessairement le consensus du paradigme.

9Un moyen terme serait l’utilisation illustrative des documents figurés, censés montrer ce que les sources archéologiques ne permettent pas de connaître en raison de la conservation différentielle des vestiges, ou ce dont les textes ne parlent pas. Aussi utile qu’elle soit, car elle hisse au statut de source les données matérielles, une telle approche équivaudrait à n’utiliser les tableaux de la Renaissance que pour connaître le costume ou la batterie de cuisine de l’époque… Elle apporterait sans conteste des informations inédites, et l’on se penche activement sur cet apport inédit depuis peu (Ravoire 2008), mais nul ne s’en contenterait pour éclairer les mécanismes de la création.

10Plus technique est l’utilisation des objets à des fins de datation relative et comme moyen de définition des « cultures ». C’est sans conteste la méthode typologique formalisée par Oscar Montelius qui illustre le mieux cette tendance. À la fin du XIXe siècle, en prenant exemple sur les méthodes classificatoires des naturalistes, les protohistoriens s’appuyèrent sur trois éléments : les objets pensés comme des fossiles directeurs, leurs variations de détails qui permettaient de définir des « styles » (et la méthode marche aussi pour l’iconographie quand elle isole des thèmes), des cartes de répartition des catégories d’objets ainsi isolés. Cette méthode permit dans un premier temps de dater. Une seconde étape, enlevée par Gustav Kossina, articula cartes de répartition, identification des peuples, déplacement de ceux-ci et ce qu’on n’ose plus avouer des errements de notre discipline. Les objets devinrent ainsi l’illustration d’un mode de vie passé, dotés d’une dimension raciale, supra-culturelle, presque nationale (Demoule 2005, p. 50-53). Maintes fois dénoncée, cette approche avait en outre l’inconvénient de confondre culture et période.

Objets et images : approche génétique et moyen de la validation du raisonnement scientifique

11Pour sortir de ce discours, d’autres paramètres sont nécessaires, que ceux-ci soient intrinsèques (géométrie, physique, marques diverses), ou extrinsèques (contexte, date, fonction, etc.). La nécessité d’une validation du raisonnement apparaît aussi incontournable.

Fig. 2 – Art rupestre. Sarmyshay (Ouzbékistan), âge du Bronze, âge du Fer, IIIe-Ier millénaires av. J.-C. De telles représentations présentent d’immenses difficultés de datation, de reconnaissance des figures et d’interprétation d’ensemble (© H.-P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).

12En son temps, Maurice Godelier avait fustigé les approches trop illustratives en évoquant « les outils, armes, monuments, objets de toute sorte qui étaient les supports matériels d’un mode de vie social et qui, abandonnés des hommes, tombent en ruines, offerts par l’histoire aux convoitises et à l’imagination des archéologues des époques ultérieures » (Godelier 1984, p. 13). Une bonne archéologie se devait d’être sociale (Appadurai 1986, Renfrew et Bahn 2005, p. 235-240). Mais la pique quelque peu injuste visait surtout les archéologies « bavardes », encore empêtrées dans les Humanités et dont le discours demeurait encore largement rhétorique, sans vue d’ensemble, sans moyen de contrôle du raisonnement, dominées par l’observation de phénomènes singuliers. En tournant le dos aux approches traditionnelles qui cherchaient à dater et à illustrer l’histoire, l’archéologie en délaissa aussi les objets eux-mêmes ou plus exactement les inclut dans une lecture strictement technique ou sociale… Le but, avoué ou non, était d’ériger l’archéologie en discipline susceptible de produire un jour ses propres modèles et d’en assurer la validation. L’effort porta surtout en direction des sciences « dures », toujours pensées comme modèle depuis le XIXe siècle, et des sciences humaines et sociales. Les premières apportèrent une caution scientifique objective (ou supposée telle), les secondes – par le recours aux grands paradigmes – apportèrent les modèles prédictifs capables d’encadrer le discours, de même que la garantie de sa validation. Mais la question fondamentale de la place de la théorie, posée en amont ou devant jaillir de la pratique, ne fut jamais résolue.

13L’émergence d’une archéologie de laboratoire, l’archéométrie, avec un arsenal technique vertigineux, revisita ainsi complètement les informations issues de données intrinsèques et permit de traiter avec une ampleur nouvelle les questions de datation, provenance, origine des matériaux comme des objets, avatars et prolongement des questions techniques envisagées de longue date (Collectif 1980). Objets et images furent ainsi disséqués en composantes « génétiques » élémentaires qui permirent d’écrire l’histoire des objets, en bénéficiant de la caution absolue des sciences dures. Efficaces dans bien des cas, ces méthodes firent pourtant des sceptiques au moment de leur introduction du fait de techniques d’investigation encore incertaines ou trop précises, multipliant les informations et diluant leur pertinence, entretenant l’idée naïve qu’on ne saurait interpréter qu’à l’issue de longues et coûteuses explorations. Quant aux données extrinsèques, elles ne furent réellement prises en compte qu’avec le développement de méthodes de terrain efficaces permettant la reconnaissance du contexte archéologique.

14S’il fallait écrire l’histoire par les objets, celle-ci ne prenait corps qu’articulée à une vision large de l’évolution des sociétés humaines, permise par la formidable caractéristique de l’archéologie de donner accès à la longue durée et partant, à l’émergence de formes de sociétés toujours plus complexes. Sous l’impact de courants aussi divers que le positivisme, l’évolutionnisme, le marxisme et sa dimension économique qui offrait – croyait-on – les garanties épistémologiques de validation indispensables, l’archéologie s’est construite comme une science historienne (plus qu’historique) et sociale. Le matérialisme historique ayant enseigné que l’économie conditionnait l’idéologie, il devenait possible d’interpréter les faits matériels comme des faits sociaux. Ainsi en est-il de l’apparition de la figuration en liaison avec l’émergence des sociétés étatiques (Demoule 2007, p. 167 et sq.) : s’il est vrai que le pouvoir s’incarne, le détail de l’iconographie est sans importance, sa seule présence assure le bien fondé de la démarche. Ainsi en va-t-il de même pour l’émergence d’un artisanat spécialisé visible à partir de productions matérielles standardisées ou techniquement incompatibles avec un savoir-faire courant. Cette tendance mit un terme, sauf peut-être pour la très ancienne préhistoire de l’homme, au discours philosophique de ses origines. Toute autre approche que celle visant à mettre en évidence les hiérarchies sociales ou les comportements économiques se trouvait reléguée au rang d’aporie préscientifique.

Fig. 3 – Cachet ou pendentif en terre cuite de Tell el’Oueili (Iraq), antérieur à l’Obeid 3 (5300 av. J.-C.). Haut. 4,5 cm. La composition suggère la maîtrise d’une dualité, mais les individus représentés, personnages réels ou figures mythiques, demeurent désespérément muets (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).

15C’est en effet la « découverte du social » (Mucchielli 1998) qui a fait voler en éclats les certitudes naturalistes héritées du XIXe siècle qui faisaient interpréter les faits de société à travers le prisme du climat, de la hiérarchie arbitraire des « races » et des structures mentales incertaines (voire « infantiles ») des peuples… C’est encore le « social » qui a arraché les interprétations au paradigme religieux qui expliquait pourquoi l’homme aurait été doté d’une « certaine » civilisation.

  • 3 Grosse ([1894] 2009) par exemple, tournant en cela le dos à un évolutionnisme linéaire. Ce rejet es (...)

16C’est donc le « social » qui n’est en réalité qu’une autre dimension du « contexte », articulé à une lecture évolutive de l’histoire humaine, qui a fait office de « lois ». En effet, tous les théoriciens de l’anthropologie mirent très tôt en évidence l’articulation entre les formes de la production, y compris artistique, et celles de l’organisation sociale33. Cette tendance connut en réalité deux étapes : un évolutionnisme « social » pensé sur le mode d’un déroulement linéaire de l’expérience humaine et fortement entaché de colonialisme, et un courant « néo-évolutionniste » appuyé sur des réalités économiques. Rares furent les auteurs à poursuivre l’effort en direction de la dimension artistique voire esthétique des objets et des images (Grosse 2009, Lorblanchet 1999, Demoule 2007), celle-ci n’ayant guère de légitimité dans un tel carcan. Bien des archéologies font d’ailleurs toujours l’impasse sur cette dimension.

17Que faire donc pour percer le mystère des objets et des images ? Pour leur restituer une dimension qui leur serait propre ? Pour retrouver en eux quelque chose d’invisible et pourtant d’inscrit dans la matière, et qui nous parlerait des hommes qui les ont fabriqués ?

Objets et images : une vie bien à eux ?

18Si, dans les aires chrono-culturelles classiques ou médiévales, on put étudier tous les aspects archéologiques, techniques et structurels des « objets d’art » et des images et les confronter aux textes contemporains (Schmidt-Pantel et Thélamon 1983, Lissarrague 2002, Schmitt 2002), si la Préhistoire sut inventer les méthodes critiques adéquates pour tirer parti des premiers objets et des premières images de l’humanité (Taborin 2005), que faire des autres ? Des rares images de la protohistoire européenne, des pétroglyphes d’Asie centrale (fig. 2), des cachets mésopotamiens (fig. 3) ou harappéens, des images lyciennes, toutes muettes, hors des classifications académiques, et que nous peinons à reconnaître et à comprendre ?

  • 4 Avec un regret, l’éviction de la psychanalyse, mort-née en archéologie (Sacco et Sauvet 1998).
  • 5 Par ex. avec le recours aux fondements neurologiques de l’esprit humain (Taborin 2005, p. 831).

19Malgré un déficit conceptuel manifeste, deux courants scientifiques jetèrent les bases d’approches différentes, restituant aux objets et aux images une dimension bien à eux. Le premier fut le structuralisme (Renfrew et Bahn 2005, p. 254-259). En introduisant une rigueur scientifique remarquable dans l’observation et parce qu’il faisait d’une science humaine, la linguistique, et non d’une science dure, le modèle de référence pour la première fois dans l’histoire des sciences4, le structuralisme fit faire des pas de géant à l’archéologie. Appliquée à l’étude des images, notamment en préhistoire par André Leroi-Gourhan sous une forme essentiellement topographique (Leroi-Gourhan 1965, Renfrew et Bahn 2000, p. 486), sensiblement différente du structuralisme de Claude Lévi-Strauss, elle rendit possible l’identification des figures, leur traitement statistique et permit de voir l’ordre là où l’on ne voyait que le désordre et la confusion (voir aussi Tefnin 1979 pour l’Égypte prédynastique). La place des figures, leurs relations les unes avec les autres permirent la mise en évidence d’une « syntaxe » témoignant d’une volonté consciente des hommes préhistoriques de disposer d’une façon non aléatoire leurs dessins sur les parois des grottes. En outre, cette disposition présentait une dimension prédictive qui dépassait de très loin la simple hypothèse. On reprocha mille choses à une telle lecture, en particulier d’être a-historique, c’est-à-dire de ne pas tenir compte du contexte précis dans lequel ces œuvres furent réalisées, de faire jaillir un sens indépendant de l’Histoire, de connaître le résultat avant même d’avoir procédé aux investigations. Les critiques furent excessives car il n’était nulle part question d’aller plus loin que la mise en évidence d’une logique interne, qui est une forme d’analyse spatiale, fondement de l’archéologie. Il ne fut jamais question de reconnaître un quelconque invariant de l’esprit humain - d’autres recherchèrent cette dimension bien plus tard sur le même socle documentaire5 - mais bien de retrouver l’intention qui préside à l’élaboration matérielle d’une image destinée à délivrer un message. Serait-il déjà trop tard pour relier cette syntaxe aux conditions historiques de son émergence ?

Fig. 4 – Médaillon en or de Larsa, 1738 av. J.-C. Décor au filigrane et repoussé. Ø 2,9 cm. Cet objet témoigne d’une étonnante maîtrise de procédés d’orfèvrerie complexes. Il ne saurait cependant être réduit à ses qualités techniques (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).

  • 6 Ce que Riegl avec son Kunst-wollen ou Grosse avaient déjà pointé au XIXe siècle. Une définition uni (...)

20L’autre approche fut l’introduction des sciences cognitives en archéologie. Ce sont surtout les années 1980 qui consacrèrent leur entrée en scène grâce à la médiation offerte par les sciences de l’information, dans plusieurs champs : le langage et l’écriture, l’étude des systèmes symboliques et des « usages partagés », l’apprentissage des techniques notamment en Préhistoire, et la création artistique. Dans ces deux derniers domaines, il était question d’explorer l’univers mental des premiers hommes, notamment par l’étude des chaînes opératoires afin de relier capacités d’invention et d’innovation, capacité à raisonner, à fondre deux idées et à se représenter l’intentionnalité et la finalité des actes. Les outils et gestes techniques afférents devenaient ainsi révélateurs de compétences cognitives (de Beaune 2008, p. 136-142). Qu’il s’agisse d’explorer les techniques ou la création artistique, l’objectif était bien de dépasser le niveau singulier de l’objet ou de l’œuvre et de l’étudier sous le prisme social et collectif de sa réception et de sa transmission (Borillo 2005) et d’une certaine façon, de prolonger l’anthropologie de l’art (Coquet 2001). Si des questionnements anciens, positivistes ou construits sur un rapprochement confiant des sciences, furent réactivés par l’étude des techniques, la question de l’art et de son « intentionnalité » (ou agency) (Gell 1998) ramène une histoire de l’art féconde au cœur d’un débat qui, pourtant, demeure agité (Derlon et Jeudy-Ballini 2010). En ouvrant la recherche cognitive à l’esthétique et à ses formes premières, les fondements mêmes de la nature humaine se trouvent bousculés (Lorblanchet 1999, p. 115 et sq., Demoule 2007, p. 14), rappelant qu’il ne saurait exister de peuple sans art6

  • 7 Voir par exemple, le VIIe Colloque international de la maison René Ginouvès sous la direction de P. (...)
  • 8 Au sens d’une forme d’expression graphique ou plastique non réductible à l’écrit ou à la parole.

21Il n’est pas d’approche unique des objets et des images en archéologie. Il existe des approches qui devraient être complémentaires. Du fait de leurs dimensions complexes (Hodder 1982), les objets présentent de multiples facettes qui interagissent dans les sociétés humaines7, et qui nous compliquent la tâche : fossiles directeurs, objets banals du quotidien, objets techniques (fig. 4), objets d’échange, objets rituels, objets d’art capables de susciter l’émotion, etc. Si ces catégories fractionnées sont nécessaires à l’élaboration du savoir scientifique, encore faut-il les recomposer. Quant aux images, elles ne sont pas plus l’illustration d’un quotidien révolu que la mise en scène élémentaire de récits qu’il nous suffirait de reconnaître. Elles sont autre chose : langage8, faut-il encore en débattre ? Documents, sans aucun doute possible. Trois exemples illustreront ces propos.

Fig. 5 – Mise en scène du dépôt de Blanot, âge du Bronze final, musée de Dijon. Évocation spectaculaire de l’usage qui a pu être celui des objets de l’ensemble clos découvert piégé dans les racines d’un arbre déraciné par une tempête (© C. Breniquet).

22Le premier est celui du trône villanovien de Verucchio, en Italie daté du VIIe s. av. J.-C. (Torelli 1997, p. 52-86). Trouvé dans une tombe, il est à la fois objet technique (des feuilles de bronze rivetées sur une âme de bois), objet du quotidien (mais non fonctionnel de par sa taille réduite), objet d’art porteur d’une iconographie symbolique en rapport avec le travail de la laine et le mariage, objet social qui témoigne du prestige et de hiérarchies naissantes, objet d’échange car féminin placé dans une tombe d’homme et en relation avec des pratiques matrimoniales et de résidence.

23Un autre cas est le dépôt protohistorique de Blanot (fin de l’âge du Bronze) (Verger 1998), dont l’étude combine les propriétés intrinsèques des objets métalliques justiciables des trois approches archéologique, technique et stylistique et les propriétés extrinsèques comme le mode de déposition, en liaison probable avec des étapes de la vie d’une femme d’un rang élevé (fig. 5), et témoins de rites de passage.

24Enfin, les minuscules sceauxcylindres mésopotamiens, gravés en creux, évoquent l’émergence de la pratique gestionnaire du scellement sur argile (dès la fin du IVe millénaire av. J.-C.). Or, ils sont aussi la seule matrice active de l’image mésopotamienne, leur déroulement assurant la permanence du discours illustré, et c’est peut-être là leur principale agency (Breniquet 2008, p. 232-233). Leurs multiples aspects entrent toutefois en résonance, comme pour les exemples précités. Mais quel discours et pour qui ? L’efficacité de l’approche qui recherche la traduction du quotidien ou d’une pratique religieuse est douteuse. La composition des scènes, l’utilisation de registres, les associations thématiques nous entraînent ailleurs, aux antipodes du discours savant, dans l’univers de la pensée, dans celui des mythes qui n’ont pas laissé de traces et qui nous disent que la société se parle à elle-même – et peut-être aussi à ses puissances surnaturelles et à la postérité – et que ces formes d’expression n’ont d’autres buts que de communiquer, de donner à voir les arcanes du monde et de les rendre tangibles à travers l’appareil symbolique (Godelier 2008, p. 78).

25Un immense travail d’appropriation attend l’archéologie sur des bases simples : combler le déficit descriptif des œuvres, reconnaître les formes et les associations de formes, identifier et accepter leurs ambiguïtés qui sont parfois partie intégrante du discours, apprendre d’autres codes de représentation notamment esthétiques, explorer le(s) sens possible(s) (Gosden 2001) et articuler l’ensemble aux règles qui gouvernent la vie sociale. En un mot, (re) fonder une histoire de l’art des antiquités non classiques. Les théoriciens de la préhistoire savent se tourner vers les sociétés vivantes pour comprendre ces faits et pratiquer une approche comparée. Abolir ce qui demeure de condescendance vis-à-vis de l’Autre dans nos approches, nous libérer des dogmes stérilisants et nous garder des naïvetés conceptuelles des synthèses « nouvelles » qui fusionnent hardiment les sciences en sont les conditions premières. Ainsi, par sa pluridisciplinarité complexe, l’archéologie sera autant une discipline du temps et de l’histoire que de l’altérité.

Notes

1 À cet égard, l’Expédition d’Égypte de Bonaparte, remarquable par sa pluridisciplinarité et la somme d’études savantes qu’elle a contribué à recueillir, ne fut pas à l’origine d’un bouleversement méthodologique des approches de l’archéologie historique d’Egypte. En revanche, ce sont bien les méthodes de la Préhistoire qui contribuèrent progressivement à l’éclatement des cadres traditionnels.

2 Les interprétations principales se partageaient entre scène de chasse et scène d’investiture (Gardin 1979, p. 188-189).

3 Grosse ([1894] 2009) par exemple, tournant en cela le dos à un évolutionnisme linéaire. Ce rejet est partagé à l’époque par Semper ou Riegl sur d’autres bases, mais c’est à F. Boas ([1927] 2003) que l’on attribue la grande rupture en matière d’art.

4 Avec un regret, l’éviction de la psychanalyse, mort-née en archéologie (Sacco et Sauvet 1998).

5 Par ex. avec le recours aux fondements neurologiques de l’esprit humain (Taborin 2005, p. 831).

6 Ce que Riegl avec son Kunst-wollen ou Grosse avaient déjà pointé au XIXe siècle. Une définition universelle de l’art est toutefois difficile à concevoir.

7 Voir par exemple, le VIIe Colloque international de la maison René Ginouvès sous la direction de P. Rouillard et F. Wateau « Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues », 16-18 juin 2010.

8 Au sens d’une forme d’expression graphique ou plastique non réductible à l’écrit ou à la parole.

Notes de fin

1 Mes remerciements s’adressent aux organisateurs de ce colloque, particulièrement S. A. de Beaune et H.-P. Francfort, pour leur invitation et pour leur aide. Je suis doublement redevable à H.-P. Francfort et J.-L. Huot pour l’autorisation de reproduire les photographies originales des figures 1 à 4 qu’ils m’ont accordée et pour leur relecture critique. Merci également à F. Colas, D. Jarrassé, M. Jakobi, B. Phalip, et V. Rondot.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Tête miniature en terre cuite peinte, Tell el’Oueili (Iraq), Obeid 0 (ca. 6500-5900 av. J.-C.). Haut. 3 cm. Il est difficile d’interpréter de tels objets sans connaître les idées du spectateur de l’époque. On ne saurait toutefois soutenir que l’objet ne produit pas un effet certain sur l’observateur que nous sommes (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2 – Art rupestre. Sarmyshay (Ouzbékistan), âge du Bronze, âge du Fer, IIIe-Ier millénaires av. J.-C. De telles représentations présentent d’immenses difficultés de datation, de reconnaissance des figures et d’interprétation d’ensemble (© H.-P. Francfort, Mission archéologique française en Asie centrale).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 3 – Cachet ou pendentif en terre cuite de Tell el’Oueili (Iraq), antérieur à l’Obeid 3 (5300 av. J.-C.). Haut. 4,5 cm. La composition suggère la maîtrise d’une dualité, mais les individus représentés, personnages réels ou figures mythiques, demeurent désespérément muets (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 4 – Médaillon en or de Larsa, 1738 av. J.-C. Décor au filigrane et repoussé. Ø 2,9 cm. Cet objet témoigne d’une étonnante maîtrise de procédés d’orfèvrerie complexes. Il ne saurait cependant être réduit à ses qualités techniques (© J.-L. Huot, Mission archéologique française de Larsa).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5 – Mise en scène du dépôt de Blanot, âge du Bronze final, musée de Dijon. Évocation spectaculaire de l’usage qui a pu être celui des objets de l’ensemble clos découvert piégé dans les racines d’un arbre déraciné par une tempête (© C. Breniquet).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

Auteur

Professeur d’histoire de l’art et d’archéologie antiques à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et affectée au Centre d’histoire Espaces et cultures (EA 1001). Elle est spécialisée dans l’étude de la Mésopotamie archaïque, mais au-delà de la singularité de ce sujet, elle cherche à dépasser la simple matérialité des vestiges archéologiques et à construire une anthropologie du passé. Ses recherches se développent dans trois directions complémentaires : l’examen des communautés villageoises, le tissage sous ses différents aspects et l’étude des représentations figurées.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search