Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Deuxième partie - Autour du vivant. Biologie et culture

Les fruits

Caractérisation carpologique et catégories culturelles

Fruits: identification and cultural categories

Laurent Bouby, Marie-Pierre Ruas et Jean-Frédéric Terral

Résumé

Developments in the study of the structure of seeds and fruit in France in the last thirty years permit a fairly accurate outline of the evolution of fruit species used in human diet since the last hunter-gatherers. The recent development of archaeobotanical databases greatly helps the investigation of the chrono-geographical dynamics of economic plants.
The history of arboriculture and fruits discussed in this paper allows us to consider recent methodological advances and theoretical prospects in archaeobotany more generally. Morphometrics improve taxonomic identifications, allowing us to distinguish subspecies, even cultivars or “cultigroups”, contributing to the development of research on the history of the domestication and cultivation of fruit trees. Morphometric investigations on grape pips, for example, find that various groups of grape cultivars were cultivated during Roman times, in southern France, and also prove that a wild morphotype was still commonly in use.
Such data allow a reevaluation of the economic and cultural role of wild fruit species and their relation to domesticated species. They support a more flexible use of modern taxonomic categories in historical situations and call for interdisciplinary approaches, especially combining anthropology and biology.

Texte intégral

1Dans le champ de l’archéobotanique, la carpologie vise à l’étude des diaspores, graines, fruits, organes de réserve souterrains, mais aussi éléments divers des infrutescences. Son objectif relève essentiellement de la paléoethnobotanique. Elle s’intéresse notamment à l’histoire de l’agriculture, plantes cultivées, pratiques de culture et environnements agricoles.

2Excepté quelques études isolées, remontant pour certaines au XIXe siècle, la carpologie n’émerge véritablement dans l’archéologie française qu’à partir des années 1970, pour se développer surtout dans les années 1980-2000 (Marinval 2001). Elle est alors bien mieux établie en Europe centrale et nord-occidentale, notamment en Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Suisse, où les principales avancées méthodologiques ont été réalisées. Elles ont concerné notamment la généralisation de la technique de la flottation sur les sites de milieu sec, permettant de recueillir de petits éléments tels les déchets de nettoyage des récoltes de céréales et les semences d’adventices, ouvrant la porte aux recherches sur les pratiques de culture et de traitement des récoltes. Ces dernières ont beaucoup progressé grâce à de solides référentiels ethnoarchéologiques, établis notamment en Turquie et en Grèce (Hillman 1984, Jones 1984). Parallèlement, l’analyse des caractéristiques écologiques des mauvaises herbes, appliquée afin de mieux caractériser les conditions de l’agriculture ancienne, a progressé par un recours raisonné aux méthodes de la phytosociologie et de l’autécologie (par ex. Behre et Jacomet 1991) puis, récemment, par l’utilisation des attributs fonctionnels (par ex. Bogaard 2004). La démarche expérimentale a servi d’assise à différentes évaluations des biais taphonomiques introduits par la carbonisation dans la composition des assemblages carpologiques et sur la forme des semences (voir revue dans Ruas et Bouby 2010).

3Suite à son fort développement récent, la carpologie française ne se contente plus de mettre en œuvre les méthodes forgées ailleurs, mais participe aujourd’hui pleinement aux renouvellements de la discipline, se situant même à la pointe de certaines d’entre elles. La question de l’utilisation des fruits et de l’histoire de l’arboriculture fruitière cristallise divers aspects des avancées réalisées en France. Celles-ci présentent un volet théorique et éco-historique, en questionnant les catégories biologiques et culturelles communément distinguées à l’intérieur du corpus fruitier et, notamment, la frontière canonique et mouvante entre « sauvage » et « domestique » (Ruas 1996 et sous presse, Bouby et Ruas sous presse). Au plan méthodologique, elles reposent avant tout sur un fort investissement dans le domaine de la morphométrie, avec en particulier le recours aux méthodes de la morphogéométrie (Terral et al. 2004 et 2010). Par ailleurs, les recherches sur les fruits passent par l’interrogation d’importants jeux de données (Ruas et al. 2006a). La production et la gestion de volumes de données sans cesse croissants, la nécessité d’atteindre des niveaux de résolution toujours plus précis, requérant le croisement de multiples paramètres, imposent aux archéobotanistes européens le besoin de créer et d’harmoniser d’importantes bases de données. Un projet phare est né en Allemagne avec la base de données ArboDat© (Kreuz et Schäfer 2002). Ce dernier est aujourd’hui décliné en trois langues, dont une version française, ouvrant la perspective d’enquêtes synthétiques à l’échelle européenne.

L’utilisation des fruits : traditions plurimillénaires, innovations et questions ouvertes

4Exceptionnelles pour le Paléolithique, les données carpologiques sont suffisamment conséquentes pour que l’on appréhende l’importance des fruits dans l’alimentation des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique (par ex. Marinval 1988 et 1995, Vaquer et Ruas 2009). Au rang des espèces utilisées en France, le noisetier (Corylus avellana) est particulièrement fréquent. Citons encore le chêne (Quercus sp.), le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), le prunellier (Prunus spinosa), la vigne sauvage (Vitis vinifera subsp. sylvestris) (fig. 1). Cette exploitation des fruits indigènes s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui. La carpologie permet d’en suivre les constantes et certains changements. Nombre des espèces familières pour les Mésolithiques sont encore communes dans les dépotoirs médiévaux (Ruas 1992, Ruas et al. 2006a). Les fréquences ne restent pas comparables toutefois. Avec le Néolithique, certains fruits deviennent plus communs, ceux des ronces (Rubus sp.) et des sureaux (Sambucus sp.) notamment. Les glands de chêne semblent connaître une vogue particulière de la fin du Néolithique au début de l’âge du Fer.

Fig. 1 – Représentation schématique de l’histoire des fruits exploités en France du Mésolithique à l’époque moderne d’après les données carpologiques. Seules les principales espèces sont indiquées à titre d’exemples. L’usage de majuscules et de minuscules indique l’importance relative de chaque fruit (conception M.-P. Ruas CNRS/AASPE).

Fig. 2 – Endocarpes d’olivier (Olea europaea) provenant du puits galloromain de la Roquette, à Cavillargues (Gard) (étude L. Bouby CNRS/CBAE, © J.-D. Strich, CNRS/Cepam).

5Les changements majeurs qui surviennent sous influence méditerranéenne à partir du VIe siècle avant J.-C. dans le Sud puis, avec la romanisation, dans l’ensemble du pays, s’inscrivent avec force dans les spectres carpologiques. De nouvelles espèces, d’origine
allochtone, apparaissent. Dans le port grec de Marseille, le grenadier (Punica granatum), le melon/concombre (Cucumis melo/sativus) sont communs (Bouby et Marinval 2000, Bouby 2010). Avec la période romaine, les mentions d’espèces comme le mûrier noir (Morus nigra), le dattier (Phoenix dactylifera) ou la gourde calebasse (Lagenaria siceraria) se multiplient (par ex. Ruas 1992, Marinval 1993, Matterne 2001, Wiethold 2003, Bouby 2010). Selon toute vraisemblance, certains fruits proviennent uniquement d’importations commerciales. C’est le cas des dattes ou des sébestes (Cordia myxa), fruits attestés en Narbonnaise et certainement importés depuis le Sud-Est de la Méditerranée (Bouby et al. 2011). Mais de nombreuses espèces font alors indubitablement l’objet de mises en culture locales. Parmi elles figurent des plantes indigènes, déjà utilisées par les populations de la Préhistoire récente, notamment la triade méditerranéenne : figuier (Ficus carica), olivier (Olea europaea) (fig. 2) et vigne (Vitis vinifera). Pour se limiter à cette dernière espèce, les sources archéologiques et historiques démontrent largement l’importance économique de la viticulture dans les terroirs galloromains (par ex. Brun et Laubenheimer 2001). Mais, compte tenu de la relative discrétion des syndromes de domestication chez les fruitiers, il est généralement difficile, sinon impossible, pour le carpologue de distinguer les fruits d’une espèce sauvage autochtone de ceux produits par les formes domestiquées. Les méthodes de la carpologie classique, qui reposent sur l’observation optique de caractères morphologiques et anatomiques, permettent effectivement des identifications au niveau du genre, souvent de l’espèce, mais rarement plus précises. Comment alors caractériser la mise en culture d’une espèce indigène ? Il est indispensable d’atteindre un niveau de détermination infra-spécifique pour distinguer formes sauvages et domestiques et, à l’intérieur de ces dernières, déterminer des types variétaux afin de chercher à percevoir des particularités géo-et chrono-culturelles dans la distribution de ces types, des phénomènes d’échanges, de diversification variétales, à même de sous-tendre des phénomènes écologiques, économiques et culturels.

Fig. 3 – Échantillonnage automatique des coordonnées de 64 points équidistants sur les contours dorsal et latéral d’un pépin de vigne sauvage (Vitis vinifera subsp. sylvestris) en vue du calcul des cœfficients des harmoniques de Fourier (conception S. Ivorra CNRS/CBAE).

Morphométrie et résolution taxinomique : l’exemple de la vigne (Vitis vinifera)

6Un des moyens privilégiés avec succès ces dernières années en France pour affiner notre résolution taxinomique dans l’identification des fruits est la morphométrie et, plus particulièrement, la morphométrie géométrique qui s’attache à une analyse de la structuration géométrique des objets en distinguant strictement informations relatives à la taille et à la forme (par ex. Zelditch et al. 2004). Ces travaux s’appuient sur d’importants référentiels biologiques modernes comprenant de nombreuses populations sauvages et variétés cultivées pour une même plante. Les espèces concernées sont pour l’heure l’olivier (Terral et al. 2004, Newton et al. 2006), la vigne (Bouby et al. 2006, Terral et al. 2010), récemment le cerisier (Prunus avium/cerasus) (Burger et al. 2011) et enfin le palmier dattier et ses espèces affines (Phoenix spp.) (Terral et al. 2011).

7La vigne a fait l’objet de travaux nombreux et anciens à partir d’approches morphométriques classiques, reposant sur des mesures discrètes de distances. Il s’agissait essentiellement de distinguer la vigne cultivée (V. vinifera subsp. vinifera) de son ancêtre sauvage (V. vinifera subsp. sylvestris), indigène en Europe et aux abords de la Méditerranée, afin de retracer régionalement les débuts de la viticulture (voir historique dans Marinval 1997). Dans le Sud de la France, de telles approches ont montré que la vigne était cultivée à partir de l’âge du Fer, sans doute au moins dès la fin du VIe avant J.-C. (Marinval 1988, Buxo 1996, Bouby et al. 2006).

8L’approche morphogéométrique, développée récemment à partir de l’analyse des contours dorsal et latéral du pépin par la méthode des transformées elliptiques de Fourier (fig. 3), vise à conforter cette discrimination sauvage/cultivée mais surtout à aller plus loin à l’intérieur de chaque compartiment. Il est ainsi d’ores et déjà possible de caractériser divers groupes de cépages chez la vigne cultivée, correspondant pour certains à des lignées parentales établies par la génétique (Terral et al. 2010). En distinguant information relative à la taille et à la forme, cette méthode procure une forte indépendance vis-à-vis des facteurs environnementaux.

9Appliquée à des lots de pépins gorgés d’eau prélevés à l’intérieur de puits de deux sites de production viticole du Biterrois (IIe siècle après J.-C.), la morphogéométrie permet d’établir des convergences significatives avec divers cépages et groupes de cépages actuels (groupes de la Clairette, du Merlot, de la Mondeuse blanche notamment), ce qui plaide pour l’existence d’une forte diversité de la vigne cultivée exploitée dans ces propriétés. Par ailleurs, une proportion élevée des pépins archéologiques est attribuée à la vigne sauvage (en proportion parfois équivalente au type domestique) (Terral et al. 2010, Bouby et al. 2010). La méthode plus traditionnelle des mesures discrètes livre des résultats comparables quant à la présence du type sauvage dans ces deux établissements viticoles. Elle permet en outre de reconnaître ce dernier dans une quinzaine d’autres sites de Narbonnaise, ruraux et urbains, datés du Haut-et du Bas-Empire (Bouby et al. 2006, Bouby 2010).

10Si elle est parfaitement envisageable, la cueillette ne saurait expliquer la fréquence et la récurrence des pépins de type sauvage. Il est dorénavant assuré que la viticulture de Narbonnaise faisait appel à un morphotype sauvage, cultivé en association et aux mêmes fins – notamment vinicole – que le type domestique. La nature précise de ce morphotype sauvage, le processus de domestication en vigueur demeurent à caractériser plus précisément mais plusieurs hypothèses peuvent être avancées (Bouby et al. 2010, Terral et al. 2010) (fig. 4). On peut notamment considérer, d’une part que la vigne sauvage locale a pu être utilisée par les vignerons gallo-romains, en transplantant dans leurs parcelles des pieds sauvages ou issus de croisements entre sauvages et formes domestiques. Des données génétiques tendent aujourd’hui à mettre au jour la contribution des vignes sauvages occidentales à la constitution du patrimoine variétal viticole (par ex. Imazio et al. 2006). D’autre part, il semble envisageable que le semis de pépins de variétés cultivées ait donné des plants archaïques, plus proches de la vigne sauvage (Levadoux 1956). Ici encore, la génétique témoigne de l’existence de croisements entre cépages (par ex. Bowers et al. 1999). Si le semis est clairement proscrit pour la vigne par les agronomes latins, l’arabo-andalou Ibn Al-’Awwâm le considère, au XIIe siècle, comme totalement légitime pour la constitution de pépinières (Livre de l’agriculture, VII, p. 45-46).

Fig. 4 – Hypothèses visant à expliquer la présence et le maintien d’un morphotype sauvage dans la viticulture de la Narbonnaise (conception L. Bouby CNRS/CBAE).

Fruitiers sauvages et cultivés : un système de relations complexe

11Ainsi, en dépit du caractère indubitablement intensif, spécialisé et spéculatif de la viticulture du Haut-Empire, la frontière entre vigne sauvage et vigne cultivée n’y était manifestement pas aussi tranchée, et le recours à des variétés hautement sélectionnées pas aussi systématique, que ce qu’ils seront dans la viticulture contemporaine.

12Cet exemple pointe en les rappelant les difficultés connues des ethnobotanistes pour faire entrer les classifications populaires dans les catégories définies par la taxinomie moderne (Barrau 1971). Dans les travaux d’archéologie et d’histoire, une césure nette est trop souvent envisagée entre domaines du sauvage et du domestique et une association trop restrictive et implicite entre pratiques de culture et domestication. Si la domestication des plantes cultivées n’est envisageable que dans le contexte de la mise en culture, cette dernière n’implique ni ne requiert la domestication. Il est donc impératif de bien distinguer les deux concepts. Par ailleurs, il est nécessaire d’envisager culture et domestication comme deux processus, impliquant des pressions plus ou moins intensives plutôt que comme des catégories binaires (fig. 5). Ces deux processus ne sont cependant ni indépendants ni irréversibles. Les sources ethnohistoriques nous invitent effectivement à considérer qu’il existe un gradient dans l’intensification de l’arboriculture fruitière, associant des changements dans les formes d’exploitation et dans les modes de reproduction des arbres, conduisant à une domestication de plus en plus affirmée de ces derniers (Wiersum 2008, Bouby et Ruas sous presse). L’intensification extrême peut modifier génétiquement l’espèce au point que la forme domestique est devenue une espèce artificielle. Comme l’a conclu Haudricourt (1962, p. 43) en comparant les modes de culture des céréales, de l’igname ou des plantes des jardins européens et chinois « l’action directe semble donc aboutir à l’artifice ; l’action indirecte apparaît comme un retour à la nature ».

13Au Proche-Orient, les résultats convergents et répétés des recherches archéobotaniques ont aujourd’hui imposé la réalité de cette déconnexion entre culture et domestication, en démontrant l’existence d’une phase de culture – dite prédomestique – des céréales au moins à partir du dixième millénaire avant J.-C., soit plus de mille ans avant l’apparition des premiers signes morphologiques de domestication (par ex. Weiss et al. 2006, Willcox et al. 2008). Cette dernière ne s’imposerait véritablement qu’avec la culture intensive et à large échelle des céréales (Willcox et al. 2008). L’approfondissement des recherches, avec notamment le recours aux approches quantitatives et morphométriques, doit contribuer à effectuer un basculement épistémologique et paradigmatique similaire en ce qui concerne la fructiculture. L’étude quantitative de l’anatomie des charbons de bois montre ainsi que l’olivier était cultivé dans l’est ibérique dès le Néolithique moyen. Cette culture s’est intensifiée avec l’âge du Bronze, époque durant laquelle la morphométrie des noyaux trahit les premiers signes de domestication (Terral et al. 2004).

14Il faut néanmoins se garder de réduire l’usage des formes sauvages en arboriculture à une phase de culture préhistorique qui aurait simplement précédé l’apparition de variétés domestiquées. La carpologie montre que des taxons non domestiqués comptent parmi les fruits les plus fréquents dans les dépotoirs des sites romains et médiévaux du Sud de la France (Ruas et al. 2006a). Le sureau (Sambucus nigra/racemosa), la ronce (Rubus fruticosus/caesius) et le chêne (Quercus sp.) apparaissent immédiatement après la vigne, le noyer et le figuier par ordre de récurrence. Ils sont abondants même dans les latrines urbaines. Peut-on se contenter d’envisager ces ressources comme simples compléments alimentaires « cueillis » à partir de plantes sauvages ? Quelle considération, quels usages, quelles pratiques de gestion la familiarité qu’implique leur récurrence traduit-elle aux yeux des populations antiques et médiévales ? L’approche interdisciplinaire permet d’apporter quelques réponses. Ainsi, en ce qui concerne le Moyen Âge, le croisement des données carpologiques avec les sources écrites confirme cet usage des petits fruits indigènes, sans toutefois leur accorder une place comparable (Ruas et al. 2006b). Les tarifs de leudes catalans et languedociens indiquent que des fruits sauvages, noisettes et glands en particulier, possédaient une valeur commerciale et faisaient l’objet de transactions aux XII-XIVe siècles (fig. 6). Même la cuisine des classes sociales supérieures, telle qu’elle est documentée par les livres de recettes des XIVe et XVe siècles, fait appel à des jus de fruits sauvages, prunelles, pommes et mûres de ronces, recherchés pour leur goût acide.

Fig. 5 – Culture et domestication : un double gradient (conception L. Bouby CNRS/CBAE).

Fig. 6 – Occurrences des fruits consommés dans le Sud de la France au Moyen Âge selon trois sources (d’après Ruas et al. 2006b).

15La valorisation du sauvage peut directement s’exprimer par la plantation de fruits sauvages locaux (Ruas sous presse). Ces derniers peuvent servir comme réservoir génétique pour l’amélioration des variétés cultivées ou être plantés pour des fonctions de service, en particulier comme porte-greffes pour des variétés sélectionnées ou, pour la vigne, comme support vif dans les formes de conduites hautes. Nombreuses sont les mentions de telles utilisations dans les écrits des latins (Ruas sous presse, Bouby et Ruas sous presse).

Conclusion

16L’exemple des recherches entreprises sur l’exploitation des ressources fruitières nous a permis de développer certaines des avancées méthodologiques récentes de l’archéobotanique – dont l’ancrage se situe plus particulièrement en France – tout en illustrant le retour théorique qu’elles accompagnent sur les catégories du sauvage/cultivé/domestiqué, trop souvent rigides et perçues comme fixes dans la littérature archéologique et historique. Ce retour est favorisé par le franchissement d’une limite dans la résolution taxinomique des identifications carpologiques. Souvent limitées au niveau de l’espèce ou du genre par les moyens optiques de la carpologie traditionnelle, les déterminations proposées par la morphométrie atteignent la sous-espèce et les groupes variétaux. Les développements dans ce domaine seront encore nombreux, mais ne se limiteront pas à cette seule approche. Plus difficile à mettre en œuvre, l’archéo génétique tarde à se développer sur le végétal par comparaison aux travaux réalisés sur l’homme et l’animal. Les perspectives demeurent cependant considérables (par ex. Schlumbaum et al. 2008). Les analyses peuvent porter sur des marqueurs neutres, microsatellites en particulier, et viser à l’identification des variétés, groupes de variétés, et de leurs origines phylogéographiques, en complément de l’approche morphométrique. Elles peuvent s’inscrire dans une approche génomique afin de s’intéresser directement aux caractères fonctionnels des espèces, en particulier aux processus et fondements génétiques de la domestication. Si elle n’a pas encore connu d’application carpologique en France, l’analyse isotopique pourrait s’avérer fertile pour cerner les conditions de croissance des plantes cultivées et les pratiques humaines afférentes (par ex. Araus et al. 2001).

17Au-delà de l’apport de nouvelles méthodes, l’exemple de l’étude croisée entre sources carpologiques et historiques sur la France médiévale souligne – s’il était nécessaire – la fécondité de l’interdisciplinarité. Mais il semble aujourd’hui utile d’insister sur la nécessité d’établir le dialogue entre disciplines dès le terrain. Nous avons évoqué le rôle crucial des référentiels biologiques dans les analyses morphométriques. Afin d’aborder les relations complexes qui unissent les fruitiers sauvages, leurs parents domestiques et les systèmes de culture, il serait du plus grand intérêt de constituer de véritables référentiels ethno-biologiques, dans lesquels le matériel biologique serait enregistré avec ses paramètres écologiques, mais aussi socio-techniques et linguistiques qui composent l’ensemble des pratiques humaines associées. Identifier, dans les pratiques, le statut et le mode d’exploitation d’une plante, espèce ou variété, renvoie à situer sa place dans l’espace fluctuant où se développent et sont récoltés les produits consommés par telle ou telle population, et partant, à la situer dans les rapports de ces populations à leur milieu « naturel » tel qu’elles l’ont construit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Représentation schématique de l’histoire des fruits exploités en France du Mésolithique à l’époque moderne d’après les données carpologiques. Seules les principales espèces sont indiquées à titre d’exemples. L’usage de majuscules et de minuscules indique l’importance relative de chaque fruit (conception M.-P. Ruas CNRS/AASPE).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 2 – Endocarpes d’olivier (Olea europaea) provenant du puits galloromain de la Roquette, à Cavillargues (Gard) (étude L. Bouby CNRS/CBAE, © J.-D. Strich, CNRS/Cepam).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3 – Échantillonnage automatique des coordonnées de 64 points équidistants sur les contours dorsal et latéral d’un pépin de vigne sauvage (Vitis vinifera subsp. sylvestris) en vue du calcul des cœfficients des harmoniques de Fourier (conception S. Ivorra CNRS/CBAE).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4 – Hypothèses visant à expliquer la présence et le maintien d’un morphotype sauvage dans la viticulture de la Narbonnaise (conception L. Bouby CNRS/CBAE).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 5 – Culture et domestication : un double gradient (conception L. Bouby CNRS/CBAE).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 6 – Occurrences des fruits consommés dans le Sud de la France au Moyen Âge selon trois sources (d’après Ruas et al. 2006b).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11244/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteurs

Ingénieur d’études au CNRS au Centre de bio-archéologie et d’écologie (UMR 5059) à l’université de Montpellier 2. Archéobotaniste, spécialiste des graines et fruits archéologiques, ses recherches portent sur l’histoire de l’agriculture en Méditerranée nord-occidentale. Il s’intéresse à la dynamique de l’agro-biodiversité en relation avec les changements socio-culturels, économiques et climatiques, en particulier au cours de la Protohistoire et de l’Antiquité. Il travaille notamment sur les débuts de la viticulture et l’évolution de la vigne cultivée.

Chargée de recherche au CNRS dans le laboratoire Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements (UMR 7209). Archéobotaniste, elle travaille sur les patrimoines végétaux et agrosystèmes des sociétés historiques préindustrielles en France et au Maroc. Ses travaux interrogent la place et le statut des plantes et contribuent à l’histoire des systèmes agraires à travers les pratiques de culture, la transformation des récoltes, leur stockage. Ils appréhendent aussi l’alimentation, les pratiques rituelles et funéraires, l’artisanat et la diffusion des espèces.

Directeur du Centre de bio-archéologie et d’écologie (UMR 5059), est enseignant-chercheur à l’université Montpellier 2 dont il co-dirige le département Biologie-écologie. Ses recherches se positionnent au cœur des enjeux scientifiques et sociétaux liés à l’érosion croissante de la biodiversité. Par des approches morphométriques et d’anatomie quantitative, ses études abordent à différents niveaux spatio-temporels la dynamique de la biodiversité, en particulier d’espèces domestiquées, emblématiques d’un point de vue paysager, climatique, écologique, culturel et économique.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540