Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Deuxième partie - Autour du vivant. Biologie et culture

L’archéothanatologie

Une manière nouvelle de penser l’archéologie de la Mort

Archaeothanatology: a new way to think about the archaeology of death

Henri Duday

Résumé

The archaeology of death has changed profoundly during the last decades. While it was traditionally based on the study of the structure and contents of tombs, it now builds its knowledge on human remains. This approach has developed along with rescue archaeology. For the moment France is indeed the only country which has a real professional body of “archaeologists of graves” trained in both field archaeology and in human osteology.
“Archaeothanatology” is based on
biological parameters (including skeletal anatomy and processes of decomposition). For ethical reasons, the discipline cannot build its knowledge base via experiments. It is therefore in the very particular situation having to develop its tools and methods even as it contributes to the interpretation of sites.
Interpretation of graves builds in a systematic way on observating the taphonomy of the corpse, in particular the relative chronology of articular dislocations. In the hierarchy articulations, those whose links break most quickly can be identified as the most relevant.
This article briefly discusses some of the classic “traps” in the interpretation of funeral rites, particularly whether the head is in its original position, or in a position acquired during decomposition.

Texte intégral

1L’archéothanatologie est une approche nouvelle de l’archéologie de la Mort qui s’est développée en France il y a plus de vingt-cinq ans, au moment où émergeait l’archéologie préventive (Duday 2009).

2Elle a d’abord été désignée sous le nom d’« anthropologie de terrain », terme qui a connu un succès immédiat parce qu’il a paru tout à fait explicite : pour l’archéologue, l’anthropologue est le spécialiste des restes humains et le « terrain » est évidemment compris comme le chantier de fouilles ; il s’agissait pour l’anthropologue d’enregistrer in situ certaines données ostéologiques. L’expression crée toutefois une confusion pour des disciplines très proches de la nôtre : si en France et dans les pays de langue latine, l’anthropologie telle que l’a conçue Paul Broca a d’abord étudié l’Homme dans sa dimension biologique, dans les pays nordiques et anglo-saxons, l’anthropologie prend en compte la double dimension biologique et culturelle de l’homme ; ainsi aux États-Unis le terme désigne ce que nous appelions l’ethnologie, l’adjonction de l’adjectif physique indiquant que l’on traite des paramètres biologiques. L’archéologie vise à une approche globale de ce que fut la vie des populations anciennes, elle se veut donc palethnologique ; en ce sens, elle est incontestablement une discipline anthropologique, comme le sont l’histoire ou la linguistique... Par ailleurs, le « terrain » ne désigne pas seulement le chantier de fouilles, il peut correspondre à une aire géographique ou à une population vivante sur laquelle une enquête est réalisée. L’expression archéo-anthropologie maintient l’ambiguïté du mot anthropologie, c’est pourquoi Bruno Boulestin et moi-même avons proposé en 2005 le terme d’« archéothanatologie » : la thanatologie est en effet la science qui étudie la mort dans l’ensemble de ses composantes, qu’elles soient biologiques, culturelles ou sociales.

Fig. 1 – Estampe japonaise du début du XIXe siècle (Georges 1982) (© J.-L. Charmet).

3Pour comprendre le fonctionnement d’une discipline, le plus simple est d’effectuer des « sondages » bibliographiques. Tout d’abord, qui sont les auteurs des publications ? En général, celles qui traitent des sépultures ont été écrites par ceux qui les ont fouillées, donc par des archéologues. Ils ont appliqué à leur objet d’étude les savoirs qu’ils avaient acquis. Les cursus archéologiques varient d’un pays à l’autre, d’une université à l’autre, mais il est exceptionnel qu’ils incluent un enseignement de l’ostéologie humaine, cette matière étant plus spécifiquement réservée au domaine bio-médical. Si l’on hiérarchise les éléments constitutifs d’une tombe en comptant le nombre de lignes que l’auteur consacre à chacun dans sa publication, la conclusion est claire : le mort a été placé en offrande auprès d’une coupe en céramique, d’une fibule ou d’une pointe de flèche… L’ordre est manifestement inversé. C’est sur la relation entre les vivants et la dépouille mortelle que doit s’articuler l’analyse d’une tombe, car le cadavre est l’élément central autour duquel, en fonction duquel se sont ordonnés les gestes que l’archéologie funéraire se propose de restituer. L’enregistrement des données pertinentes nécessite donc une formation en ostéologie humaine.

4Ce dysfonctionnement n’est pas imputable aux seuls archéologues. Bien des anthropologues limitent leur activité au laboratoire, le dialogue qu’ils établissent avec l’archéologue se limitant à deux questions : où les os ont-ils été trouvés, quelle est leur datation ? Le spécialiste développe alors le discours de sa propre discipline fondé sur des méthodes ostéométriques et ostéoscopiques visant à la caractérisation morphologique (voire pathologique) de l’individu. Ces travaux contribuent à la connaissance historique au niveau très général de la dynamique des peuplements, mais ils ne servent que de manière très accessoire à la compréhension du site dont les os sont issus.

  • 1 Bien évidemment, cette con temporanéité signifie seulement que tous les objets étaient disponibles (...)

5Parce que les archéologues n’avaient pas la formation anatomique suffisante pour enregistrer la position des restes humains, parce que les anthropologues biologistes n’avaient pas une réelle perception des problématiques archéologiques, le défunt a souvent été exclu du discours sur la sépulture et ses restes ont été traités comme des documents extrinsèques publiés dans une annexe dissociée de l’analyse archéologique : c’est une aberration épistémologique. L’archéothanatologie prend simplement le parti de placer le défunt au centre du discours. On ne doit pas pour autant sous-évaluer l’importance des structures bâties ou du mobilier d’accompagnement dont le rôle est essentiel pour la datation. Le matériel issu de tombes individuelles a largement aidé à établir des chronologies relatives, ces ensembles « clos » offrant une image « instantanée » qui réunit des objets strictement contemporains1. Même si les travaux portant sur l’aire de diffusion de certaines productions utilisent largement les objets complets ou même intacts qui livrent les sépultures, ils ne relèvent pas de l’archéologie funéraire mais bien de l’archéologie des circuits économiques.

Archéologie funéraire et taphonomie du cadavre

6Il faut toujours se rappeler que le mort, avant de devenir squelette, a été un cadavre ; le passage de celuici à celui-là résulte de processus complexes soumis à de multiples facteurs. Une aquarelle japonaise du XIXe siècle nous servira à illustrer la décomposition d’un corps (fig. 1). L’artiste y a fidèlement reproduit une succession d’états qu’il a manifestement lui-même observés. Sur la première image une femme se couche avec l’aide d’une servante sur un lit en partie masqué par un paravent (fig. 1a) ; puis une autre servante ou parente est alertée par quelque bruit (fig. 1b), et on la retrouve ensuite, avec l’autre servante, auprès de la femme qui vient de mourir (fig. 1c) ; toutes deux semblent veiller la défunte et procèdent au traitement pré-sépulcral du cadavre, pendant qu’un brûle-parfum fume sur une table. L’image suivante représente le dépôt funéraire proprement dit (fig. 1d) : le cadavre vêtu d’une tunique blanche est couché sur le dos dans un espace ouvert (l’évolution de la végétation montrera par la suite l’écoulement du temps) ; la main droite est en-dehors de la hanche droite, l’avant-bras gauche est ramené en avant du thorax.

7Commence alors la décomposition qui s’amorce en fait dès l’instant de la mort, parfois même avant dans les cas de gangrène (le mot nécrose traduit bien la mort prématurée d’une portion de l’organisme). La destruction des tissus organiques s’opère sous l’action de facteurs que l’on peut classer en deux grandes catégories : les facteurs endogènes, qui dès l’origine se trouvent à l’intérieur du cadavre, et les facteurs exogènes qui sont extérieurs à celui-ci.

8Les facteurs endogènes sont principalement les bactéries présentes à l’intérieur des cavités naturelles (tube digestif surtout), plus accessoirement des champignons. Leur prolifération produit des gaz, le corps augmente de volume (fig. 1e) alors que des parties du corps se teintent de brun ou de gris violacé (lividités cadavériques, fig. 1f). Dans un espace ouvert, si la température ambiante est suffisamment élevée, il peut même se produire une véritable explosion abdominale (fig. 1g). La position du sujet peut en être modifiée : l’avant-bras et la main gauches ont ainsi basculé sur le côté, le long du corps. La position lue à la fouille peut donc différer de celle que l’on avait donnée au corps. Dans le même temps, les éléments organiques de l’appareil funéraire (vêtement) se décomposent eux aussi.

  • 2 On pense à François Villon évoquant les corbeaux « cavant » les yeux des pendus dans le verger du R (...)

9La vignette suivante (fig. 1h) montre l’intervention des agents exogènes : des oiseaux dont l’un picore le contenu des orbites2, et un chien qui emporte une partie du membre inférieur droit ; on voit ensuite un squelette en partie décharné (fig. 1i), avec la jambe et le pied droits déplacés à droite du corps, là où les a abandonnés le chien que l’on a sans doute chassé. L’architecture de la tombe conditionne très directement le rôle de ces acteurs exogènes : dans l’Europe moderne et contemporaine, les corps étant placés dans des caveaux ou des cercueils enfouis sous la terre, les animaux susceptibles d’intervenir sont des fouisseurs de petite taille. D’autres types de sépultures sont en revanche plus accessibles. Reconnaître l’intervention de tel ou tel animal nous renseigne sur le caractère plus ou moins hermétique de la tombe et donc, de manière indirecte mais tout à fait pertinente, sur son architecture.

10Le sujet apparaît ensuite réduit à l’état d’os secs, avec une partie du thorax encore en connexion et quelques lambeaux de tissu au niveau du bassin (fig. 1j). Le halo sombre autour des restes osseux traduit l’activité intense des lombrics qu’attirent les sucs organiques issus de la décomposition. Il ne subsiste enfin que des os disloqués (fig. 1k). La dernière image (fig. 1l) montre les éléments de signalisation de la tombe : un petit monument de pierre, une stèle verticale et un arbre dont l’essence même est chargée de symbole (saule pleureur) ; sur la droite, un homme se recueille et dépose diverses offrandes (cultes du souvenir).

  • 3 Il faut espérer que dans les siècles à venir, les palynologues sauront détecter le rôle très partic (...)

11Les moments qui nous intéressent sont naturellement ceux qui portent une charge informative d’ordre socio-culturel. Ainsi, la figure 1c nous conduit à nous interroger sur la cause du décès et sur le traitement pré-sépulcral du cadavre : c’est avant tout l’analyse des restes osseux en laboratoire qui pourra documenter ces questions. En ce qui concerne la figure 1l, l’analyse se fondera sur des vestiges dont la plupart se trouvent sur le niveau de circulation, lorsqu’il est conservé : base des monuments, épitaphes, tessons de céramiques, os d’animaux ou restes végétaux (libations, repas funéraires…)3. Cependant, l’archéologie funéraire vise avant tout à restituer les caractéristiques originelles du dépôt (fig. 1d), et pour ce faire, nous ne disposons que du relevé des restes osseux tels qu’ils reposaient dans le sol (fig. 1k). Pour remonter de l’image lue sur le terrain à l’agencement initial de la tombe, il faut parcourir a contrario les étapes consécutives de la décomposition. L’archéologue doit donc observer les relations réciproques entre les vestiges osseux (formation à l’anatomie des os et des articulations), mais il doit aussi avoir une connaissance approfondie de la dégradation organique du cadavre.

12Qu’il s’agisse de la conservation – ou non-conservation – de chaque pièce squelettique mais aussi de leur agencement réciproque, la taphonomie du cadavre constitue aujourd’hui l’une des voies fondamentales de l’archéologie funéraire. C’est en ce sens que notre pratique s’apparente à la médecine légale ou plus exactement à la forensic anthropology.

Le caractère primaire d’une sépulture

  • 4 En fait, les processus physico-chimiques de putréfaction débutent aussitôt après le décès et parfoi (...)
  • 5 Cette assimilation d’un cadavre « frais » à une mort récente n’est cependant pas toujours vérifiée. (...)

13Une sépulture primaire correspond à l’apport d’un cadavre « frais » dans le lieu de dépôt définitif, où va donc s’opérer toute la décomposition du corps4. L’intégrité anatomique est préservée, du moins du point de vue macroscopique, et les funérailles se déroulent généralement peu de temps après le décès5. L’affirmation de dépôt primaire repose principalement sur l’observation de connexions anatomiques : il faut en effet prouver que, lorsque le corps a été apporté dans la tombe, les structures assurant la contention articulaire (la peau, les tendons et surtout les aponévroses fibreuses et les ligaments) étaient encore présentes et suffisamment solides pour empêcher la disjonction de deux os contigus : dans le cadavre, toutes les pièces osseuses sont naturellement dans une position réciproque conforme à l’architecture du squelette et ces relations ont toutes les chances de se maintenir, la décomposition s’opérant dans l’espace protégé que constitue la tombe.

  • 6 Le terme de labile, emprunté au vocabulaire de la biologie et de la chimie, signifie « qui se détru (...)
  • 7 Une place à part doit être faite à l’articulation de la hanche. Il est désormais bien établi qu’il (...)

14Les indices les plus pertinents concernent évidemment les articulations qui cèdent le plus tôt (articulations labiles), car leur maintien en connexion démontre implicitement l’intégrité du cadavre, contrairement à celles qui résistent plus longtemps aux processus de décomposition (articulations persistantes6). La durée nécessaire à la destruction complète des contentions et l’ordre dans lequel les diverses articulations sont ainsi libérées varient naturellement en fonction du traitement funéraire et du milieu dans lequel se trouve le corps : entre la destruction presque immédiate (crémations, cadavres exposés à l’action des grands carnivores tels que les hyènes...) et la conservation parfaite durant parfois des millénaires (par le froid, la sécheresse, la salinité ou encore l’acidité des tourbières, ou bien sûr encore par une momification intentionnelle), tous les intermédiaires sont envisageables ; il n’est donc pas possible de dresser une table-type qui vaille pour tous les temps et pour tous les lieux. Dans des conditions « moyennes » (contrée tempérée humide, cadavre inhumé et donc protégé des carnivores ou omnivores), il semble que le temps nécessaire à la dislocation naturelle des articulations ne soit jamais inférieur à quelques semaines, ce qui fixe la limite de discrimination entre une véritable sépulture primaire et un dépôt différé. Généralement, les articulations labiles concernent des os de dimensions modestes (colonne cervicale, mains, partie distale des pieds) ou fragiles (jonction scapulo-thoracique assimilable à une articulation pour ce qui est de l’anatomie topographique) ce qui impose une fouille méticuleuse. À l’opposé, les articulations persistantes unissent des pièces soumises à des contraintes biomécaniques importantes, ce qui justifie la présence de ligaments épais et puissants (articulation atlanto-occipitale, colonne lombaire, charnière lombosacrée, articulations sacro-iliaques, genoux, chevilles et tarses7) : il s’agit d’os volumineux et/ou solides dont il est plus facile de repérer les assemblages. Les connexions les plus visibles à la fouille sont malheureusement les moins démonstratives.

Fig. 2 – Ponte d’une testacelle (limace carnivore) dans la cavité endocrânienne d’un enfant mort en période périnatale. Atelier de potiers gallo-romain de Sallèles-d’Aude (Aude). Certains des œufs ont éclos (fouilles H. Duday, F. Laubenheimer et A-M. Tillier, © H. Duday).

  • 8 Les concepts d’exogène et endogène, d’extrinsèque et intrinsèque sont ici définis par référence à l (...)
  • 9 Le terme de remaniement doit être réservé aux perturbations liées à un agent extrinsèque. La loi un (...)

15Si les connexions anatomiques intéressant des articulations réputées labiles sont nécessaires à la démonstration du caractère primaire du dépôt, le raisonnement inverse n’a aucune validité. Imaginons par exemple un corps déposé dans une pièce close sur une plate-forme légère ou un lit funéraire en bois : la putréfaction laissera le squelette en connexion sur le support jusqu’à ce que celui-ci se décompose à son tour, et les os disloqués s’effondreront alors sur le sol ; il est peu probable que cette perturbation endogène8, si elle est suffisamment tardive, laisse subsister la moindre connexion anatomique, alors même qu’il s’agit bien d’une sépulture primaire non remaniée9 : l’absence de connexion ne prouve en rien qu’il ne s’agit pas d’une sépulture primaire. Ce point fondamental dans l’interprétation semble avoir échappé à de nombreux auteurs : combien de publications concluent à des dépôts secondaires parce que les os sont « en désordre » (expression signifiant qu’il n’a pas été observé de connexions), oubliant l’agent taphonomique le plus universel qui soit, la loi de la pesanteur...

Les « jus de décomposition » et la diagenèse du milieu

16La putréfaction du cadavre libère des « jus » qui vont s’infiltrer dans le sédiment environnant et modifier sa composition. Il est parfois possible d’en déceler des indices : ainsi, l’enrichissement en matière organique joue un rôle trophique pour les lombrics qui se concentrent au voisinage du corps putrescent ; ils libèrent des sphérules de calcaire que l’on peut détecter et surtout, vers de terre et insectes thanatophages attirent de nombreux prédateurs (taupes, musaraignes, batraciens, reptiles) dont on trouve souvent les os dans la zone funéraire. Certains gastéropodes terrestres se nourrissent eux aussi de ces invertébrés, par exemple la testacelle qui est un prédateur spécifique du lombric ; or cette limace carnivore porte une coquille vestigielle sur l’extrémité de la queue et pond des œufs calcifiés (fig. 2). L’abondance de tels vestiges à proximité d’ossements humains démontre que les lombrics ont été particulièrement actifs dans la tombe, et cet argument plaide fortement en faveur d’un dépôt primaire : si la décomposition s’était effectuée en un lieu distinct de la tombe définitive (ces lieux sont parfois désignés par le terme parfaitement explicite de « pourrissoir »), l’apport d’os déjà décharnés n’aurait certainement pas induit l’afflux des thanatophages…

Le déplacement des os à l’intérieur du cadavre en cours de décomposition

17Évidemment perceptible dans le volume de la tombe, la gravitation terrestre s’exprime aussi dans le volume originel du corps, avec toutefois une moindre amplitude : la disparition des parties molles libère des vides au sein desquels les pièces squelettiques peuvent se déplacer dès lors que les contentions ligamentaires ont à leur tour cédé. Ces mouvements varient en fonction de la position originelle du cadavre, mais il est intéressant de présenter ici quelques-unes des modalités les plus courantes.

Fig. 3 – Sépulture 1 du Néolithique ancien découverte dans la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès (Aude). Le corps d’un adulte de sexe masculin repose en position contractée dans une fosse partiellement parementée de blocs. On notera la dissymétrie dans la mise à plat des côtes : les côtes gauches, qui reposent sur le fond de la fosse, ont conservé leur obliquité physiologique, alors que l’obliquité des côtes droites s’est exagérée lorsqu’elles ont basculé dans le volume libéré par la disparition des viscères thoraciques et abdominaux (fouilles J. Guilaine, relevé H. Duday).

La mise à plat de la cage thoracique

  • 10 D’une manière générale, une côte de rang N s’articule avec la colonne vertébrale en deux points : d (...)

18Les côtes sont obliques en bas et en avant et cette obliquité s’accentue après la rupture des contentions intercostales, costo-sternales et costo-vertébrales ; il en résulte une diminution majeure du volume thoracique. En fait, il semble que les articulations costo-transversaires soient les dernières à céder, de sorte que l’abaissement du corps de la côte s’accompagne d’une ascension de la tête, cette dernière remontant à mihauteur de la vertèbre sus-jacente10. Aussi la détermination du rang des côtes sur le terrain est-elle très souvent entachée d’erreur : lorsqu’on se réfère au rang des vertèbres, il faudrait seulement prendre en compte les relations costo-transversaires, mais celles-ci sont peu visibles lorsque le sujet est couché sur le dos ; par commodité, beaucoup se fient à la relation entre la tête de la côte et le corps vertébral, rapport qui est systématiquement faussé. Lorsque l’individu est couché sur le côté, les côtes plaquées sur le fond de la tombe sont maintenues par la terre et l’appui des os sus-jacents ; l’obliquité n’augmente que pour l’hémi-thorax controlatéral d’où un décalage entre les extrémités antérieures des côtes droite et gauche de même rang (fig. 3).

La dislocation partielle de la colonne vertébrale

19Celle-ci est souvent segmentée en sous-unités composées de plusieurs vertèbres (généralement de deux à cinq) en connexion stricte, entre lesquelles on note une disjonction par rotation, par translation ou par angulation. Ces mouvements surviennent dès qu’il existe une asymétrie dans les contraintes auxquelles est soumis le rachis.

Fig. 4 – Sépulture prénéolithique de l’abri d’Araguina-Senola à Bonifacio (Corse), détail de la tête (fouilles F. de Lanfranchi, M.-C. Weiss et H. Duday, © F. de Lanfranchi).

L’effondrement du bassin

20Le sacrum est enfoncé comme un coin à base antérieure entre les deux ailes iliaques ; la disparition des ligaments sacro-iliaques entraîne la migration du sacrum dans l’espace libéré par la putréfaction des viscères pelviens. Si le sujet est couché sur le côté, l’os coxal situé le plus haut va également tomber dans le pelvis ; s’il est couché sur le dos, le déplacement est plus limité, les deux os coxaux basculant légèrement vers l’arrière dans l’espace libéré par la destruction des masses fessières.

21Ainsi, bien que la littérature archéologique n’en fasse qu’exceptionnellement état, il existe presque toujours des différences entre l’agencement originel du squelette et celui que l’on observe à la fouille. Les dislocations obéissent à des règles simples dictées à la fois par la chronologie relative de destruction des ligaments et par l’action de la pesanteur, celle-ci s’exprimant de manière variable selon la position du corps ; à la limite, c’est plutôt l’absence de toute perturbation qui peut apporter des informations significatives sur le dispositif funéraire. Mais le fait que ces déplacements se réalisent est, lui, indépendant du caractère labile ou persistant des articulations : les structures les plus persistantes de l’organisme cèdent plus tard, mais elles finissent presque toujours par céder et si les os concernés sont en situation de déséquilibre, ils se déplacent sous l’effet de la pesanteur. Pour affirmer que l’on se trouve en présence d’un dépôt primaire, il n’est donc pas nécessaire d’observer la préservation stricte de toutes les connexions anatomiques – c’est tout à fait exceptionnel même si la tombe n’est pas remaniée, il suffit de noter des connexions intéressant des articulations labiles.

Quelques « pièges » classiques dans la restitution de la position originelle du corps

22Restituer la position originelle du corps est évidemment une étape essentielle de l’archéologie funéraire. Si tout fouilleur peu familiarisé avec l’ostéologie est capable d’en définir les traits généraux, il en va autrement pour les extrémités (particulièrement pour les mains), ou pour les sépultures d’enfants morts en bas âge. Une connaissance anatomique poussée et un dégagement très minutieux sont alors nécessaires. L’analyse doit bien sûr tenir compte des mouvements naturels dont nous venons de souligner l’importance, et aussi des phénomènes qui surviennent plus tôt dans la décomposition : combien de typologies ont été établies sur l’emplacement des mains par rapport au tronc alors qu’une part non négligeable des paramètres pris en compte dépendent de l’agencement initial du corps mais aussi de la mise à plat du thorax, du ballonnement de l’abdomen et parfois même de son explosion, puis de son effondrement, tous ces phénomènes étant directement liés à la putréfaction...

Fig. 5 – Relevé synthétique (a) et relevé partiel (b) correspondant aux os du tronc, du membre supérieur gauche et des mains d’un squelette de femme trouvé dans un niveau du VIe siècle av. J.C. à Lattes (Hérault) (fouilles H. Prades et H. Duday, relevé H. Duday).

Fig. 6 – Vue zénithale de la fosse dans laquelle furent inhumés, le 22 septembre 1914, vingt-et-un soldats et officiers français tués au front à Saint-Rémi-la-Calonne (Meuse). Cette opération, dont la fouille a été décidé pour des motifs non archéologiques, a permis d’enrichir de manière considérable nos référentiels sur la taphonomie du cadavre (fouilles F. Adam, F. Boura et S. Jacquemot, © H. Paitier, DRAC Lorraine).

  • 11 Il est parfois possible de retrouver certains éléments manquants nécessaires à la discussion par l’ (...)

23Un autre exemple très significatif concerne la rotation de la tête (fig. 4) : celle-ci peut effectivement relever des pratiques funéraires (orientation significative du regard) et à ce titre, elle doit être discutée ; mais elle peut aussi découler de l’action de la pesanteur sur le crâne que la rupture des contentions crâniorachidiennes place en équilibre instable (par exemple lorsque l’occipital repose sur une surface plane). Chez le sujet vivant et donc sur le cadavre frais, la rotation de la tête met en jeu l’ensemble du rachis cervical (Kapandji 1975, p. 206-213), mais le mouvement est beaucoup ample entre l’atlas et l’axis que pour l’ensemble cumulé des articulations sous-jacentes. Dans la décomposition, la disjonction initiale affecte rarement l’interligne atlas/axis, plus souvent la jonction entre axis et troisième cervicale, parfois entre troisième et quatrième cervicales ou même quatrième et cinquième. Il faut donc observer la position respective des vertèbres cervicales supérieures : la continuité préservée de l’ensemble, avec à chaque étage un degré de rotation conforme aux données de la biomécanique, témoignera d’une authentique rotation originelle de la tête ; à l’inverse, une dislocation limitée à un seul espace intervertébral et dont l’amplitude dépasse celle qu’autorise la morphologie du squelette et des ligaments sera l’indice d’une rotation différée d’origine taphonomique. Il faut effectuer le relevé détaillé de cette région après enlèvement du crâne et de la mandibule lorsque ceuxci masquent la partie supérieure du rachis cervical11, faute de quoi on mêlera sans discernement des tombes pour lesquelles la position initiale de l’extrémité céphalique était différente.

  • 12 La présence d’un ménisque rend cette articulation très instable lorsque celui-ci se détruit ou est (...)

24Lorsque le bloc crânio-facial a basculé d’un côté et la mandibule d’un autre, il y a de fortes chances pour que la disjonction témoigne d’une rotation survenue en cours de décomposition. Cependant, le lâchage des contentions temporomandibulaires intervient tantôt avant celui du rachis cervical (il y a dans ce cas dissociation des deux pièces osseuses12), tantôt après : dans ce dernier cas, les deux pièces basculent simultanément et peuvent rester en connexion alors même que la tête se trouvait à l’origine en position axiale.

  • 13 Cette opération est évidemment plus facile et plus fructueuse lorsqu’on fouille une nécropole, puis (...)

25En dehors de ces considérations, il faut avoir conscience des limites inhérentes à cette approche. La minutie des observations ostéologiques sur le terrain permet souvent de préciser l’attitude originelle de telle portion du corps, mais il faut ensuite se demander si celle-ci relève réellement du rite ou si elle tient au hasard : dans la position du corps, tout n’a pas un sens symbolique. Pour distinguer les éléments significatifs de ceux qui ne sont qu’« anecdotiques », il convient de rechercher dans la littérature si les caractéristiques observées dans une sépulture ont été signalées pour d’autres sujets afférents à un contexte chronologique et/ou culturel équivalent13 : seule la répétition des faits est en mesure de démontrer leur caractère intentionnel. Parler d’une attitude « rituelle » à propos d’un cas unique, comme on le lit trop souvent, est un abus inacceptable. Le fait que la sépulture ait été mieux fouillée ne saurait conférer à la découverte une signification cultuelle plus riche : on peut documenter de manière très précise un fait purement fortuit.

Les processus de décomposition du cadavre, ou l’anthropologie de terrain en quête de ses références

  • 14 Certes, les recherches menées au cours des dernières années par l’école américaine (notamment par B (...)

26L’ordre dans lequel cèdent les articulations est donc une des bases fondamentales de notre réflexion. Il n’existe malheureusement que peu d’études détaillées sur ce point et sur la vitesse de décomposition en fonction du milieu, et encore s’agit-il de travaux anciens (Orfila et Lesueur 183114) ; des raisons d’ordre éthique et la sensibilité des populations actuelles interdisent toute expérimentation dans ce domaine. C’est donc à la multiplication des observations archéologiques que nous devons nous adresser pour établir un corpus de référence : à chaque occasion favorable, il faut savoir enregistrer les informations qui permettent d’enrichir celui-ci. Le squelette d’une femme âgée a été mis au jour dans un niveau du VIe siècle avant notre ère, près de la ville antique de Lattes (Hérault, France). Il ne s’agit probablement pas d’une sépulture intentionnelle, peut-être d’un simple « fait divers » (noyade, accident... ?), de sorte que l’intérêt archéologique de la découverte pouvait paraître limité. Le corps repo sait en procubitus, et la plupart des articulations étaient en connexion stricte, notamment les mains conservées jusqu’aux sésamoïdes (fig. 5a et 5b) : la décomposition s’est opérée in situ. La fouille a cependant montré plusieurs disjonctions paradoxales : le bloc crânio-facial n’est pas dans le prolongement du rachis qui s’interrompt au-dessus de la quatrième vertèbre cervicale ; l’atlas est plaqué contre la face inférieure de l’occipital, au voisinage immédiat des deuxième et troisième vertèbres cervicales qui apparaissent cependant par leur face supérieure, alors que la première est visible par sa face latérale droite, comme l’ensemble du squelette céphalique. L’hémi-thorax gauche a également été remanié : certaines côtes sont dissociées, la quatrième et la cinquième étant passées en arrière de la colonne thoracique. L’épaule gauche est remontée à hauteur de la quatrième cervicale, mais la clavicule, la scapula et la tête humérale sont restées en connexion étroite ; le coude gauche est dans l’ensemble préservé, mais l’olécrâne se trouve en avant de l’extrémité distale de l’humérus. Enfin, les relations réciproques des différents os de la main gauche sont parfaitement respectées, alors qu’on note un hiatus de 7 cm entre la rangée proximale du carpe et l’extrémité distale de l’avant-bras.

  • 15 L’emploi du terme « expérimental » est ici abusif, d’où les guillemets. Une véritable expérimentati (...)

27Ces déplacements peuvent être rapportés à un mouvement de terrain survenu dans un milieu saturé en eau, avec un effet d’attraction vers la région latéro-cervicale gauche qui a déterminé le basculement du squelette céphalique et l’ascension de l’épaule gauche. S’il est bien difficile d’estimer le délai qui a pu s’écouler entre le décès et ce remaniement, on sait qu’au moment où il s’est produit, des ligaments assuraient encore la cohésion entre certaines pièces osseuses : mandibule/crâne/atlas, clavicule/scapula/humérus, axis/troisième cervicale ; d’autres étaient en train de céder, de sorte que les os concernés ont pu être entraînés dans le déplacement, avec cependant quelques anomalies de position ou d’orientation dans leur agencement respectif : atlas/axis, coude ; d’autres enfin étaient totalement détruits, ce qui explique la disjonction très nette entre les troisième et quatrième vertèbres cervicales, et surtout celle du poignet gauche : lorsque le membre supérieur gauche a été attiré vers le haut, plus rien ne subsistait des contentions entre l’avant-bras et la main et celle-ci est restée à son emplacement originel. On voit la valeur informative d’une telle découverte pour la chronologie relative des dislocations articulaires. Discipline biologique au statut particulier parce qu’elle est privée de véritables bases expérimentales, l’archéothanatologie se trouve dans l’obligation d’établir les fondements de son discours en même temps qu’elle contribue à la compréhension des ensembles funéraires. Le terrain doit se substituer au laboratoire, la fouille à l’expérimentation. Et la responsabilité en incombe aux archéologues : une observation mineure pour la compréhension du site étudié pourra être capitale pour la connaissance des processus de décomposition, et donc pour l’interprétation d’autres sépultures. L’un des exemples les plus probants de cette archéologie « expérimentale »15 est sans doute représenté par la fouille de la fosse (fig. 6) dans laquelle furent inhumés vingt-et-un soldats et officiers français morts au front le 22 septembre 1914 (Boura et al. 1992).

Notes

1 Bien évidemment, cette con temporanéité signifie seulement que tous les objets étaient disponibles pour le groupe humain au même moment ; il est en revanche possible que la fabrication de ces divers objets se soit échelonnée sur une période relativement longue.

2 On pense à François Villon évoquant les corbeaux « cavant » les yeux des pendus dans le verger du Roy Louis.

3 Il faut espérer que dans les siècles à venir, les palynologues sauront détecter le rôle très particulier que jouent les chrysanthèmes dans nos cimetières.

4 En fait, les processus physico-chimiques de putréfaction débutent aussitôt après le décès et parfois même avant (nécrose, gangrène...). Mais nous nous intéressons ici aux phénomènes de décomposition suffisamment avancés pour provoquer la dislocation de certains éléments du squelette.

5 Cette assimilation d’un cadavre « frais » à une mort récente n’est cependant pas toujours vérifiée. Il suffit pour s’en persuader de considérer les cas où, lorsque les hivers sont très rigoureux et qu’il est impossible de creuser une fosse dans le sol gelé, le corps est conservé dans la neige jusqu’au moment où le radoucissement permettra l’inhumation en même temps que la reprise des processus de décomposition. Ce qui importe donc, ce n’est pas le temps qui s’est écoulé entre le décès et les funérailles, mais bien l’état dans lequel se trouvait le cadavre au moment du dépôt.

6 Le terme de labile, emprunté au vocabulaire de la biologie et de la chimie, signifie « qui se détruit facilement, rapidement » ; j’ai par ailleurs préféré employer l’adjectif persistant, qui a une évidente connotation de durée, plutôt que résistant, ce dernier pouvant créer une confusion avec l’idée de résistance mécanique.

7 Une place à part doit être faite à l’articulation de la hanche. Il est désormais bien établi qu’il s’agit d’une articulation labile, ce qui s’explique aisément par la minceur des ligaments que l’on peut assimiler à de simples renforcements de la capsule articulaire. La cohésion est en effet assurée par de puissantes masses musculaires – qui se dégradent très rapidement après la mort – et surtout par l’engainement de la tête fémorale dans la cavité acétabulaire : cette congruence, liée à la forme des os en présence, persiste naturellement après la disparition des parties molles, de sorte que la hanche, articulation labile, reste souvent en connexion.

8 Les concepts d’exogène et endogène, d’extrinsèque et intrinsèque sont ici définis par référence à la tombe considérée comme une entité élémentaire et non pas par rapport à l’individu.

9 Le terme de remaniement doit être réservé aux perturbations liées à un agent extrinsèque. La loi universelle de la gravitation n’est donc pas à prendre en compte : qui parmi nous songerait à parler de remaniement pour la mise à plat de la cage thoracique (cf. infra) ? Le mécanisme est pourtant comparable, les deux situations différant seulement par l’amplitude des déplacements.

10 D’une manière générale, une côte de rang N s’articule avec la colonne vertébrale en deux points : d’une part, par sa tête, qui vient s’appliquer à hauteur du disque intervertébral et entre en relation avec la partie postéro-latérale du corps des vertèbres thoraciques de rang N-1 et N ; d’autre part, par sa tubérosité, qui se trouve au contact du processus transversaire de la vertèbre thoracique de rang N. La tête est donc surélevée par rapport au corps de la côte, ce qui explique l’obliquité générale de celle-ci. La mise à plat de la cage thoracique s’effectue par abaissement de la partie antérieure des côtes, avec un effet de basculement centré sur les articulations costo-transversaires qui entraîne naturellement une ascension de leur segment postérieur : la tête de la côte de rang N se trouve alors à hauteur du corps de la vertèbre de rang N-1. Seules, les premières, dixièmes (parfois), onzièmes et douzièmes côtes échappent à cette règle, leur tête s’articulant avec le corps de la seule vertèbre de même rang.
On notera par ailleurs que les côtes sont beaucoup plus horizontales chez les enfants en bas âge, et notamment chez les nouveau-nés : dans les sépultures de sujets décédés au cours de la période périnatale, il est de ce fait banal d’observer des mouvements inverses de ceux que nous venons d’évoquer, avec une ascension de l’extrémité sternale (voir fig. 2). Une telle disposition est en revanche exceptionnelle pour des individus plus âgés et doit nécessairement faire évoquer une perturbation exogène.

11 Il est parfois possible de retrouver certains éléments manquants nécessaires à la discussion par l’examen attentif des archives de fouilles. Mais dans ce cas, la tentative est bien souvent infructueuse : le relevé sur plan et la prise des photographies sont en effet systématiquement réalisés au stade de « décapage optimal » du squelette, afin de mettre en évidence la position du plus grand nombre d’os. À cet effet, le crâne et la mandibule sont naturellement laissés en place, de sorte que l’agencement réciproque des vertèbres cervicales supérieures ne peut pas être observé.

12 La présence d’un ménisque rend cette articulation très instable lorsque celui-ci se détruit ou est libéré, dès lors que la bouche est ouverte : le condyle mandibulaire n’est en effet plus engagé dans la cavité glénoïdale du temporal, il se trouve au contraire en regard d’une surface convexe, le condyle temporal.

13 Cette opération est évidemment plus facile et plus fructueuse lorsqu’on fouille une nécropole, puisque le contrôle de la répétitivité des observations peut être effectué à l’intérieur du gisement.

14 Certes, les recherches menées au cours des dernières années par l’école américaine (notamment par Bass dans la célèbre « ferme des cadavres ») sont riches en enseignements, mais leur finalité est davantage tournée vers l’anthropologie légale que vers l’archéologie. De tels travaux sont inconcevables dans la plupart des pays d’Europe occidentale dans le cadre de la législation actuelle.

15 L’emploi du terme « expérimental » est ici abusif, d’où les guillemets. Une véritable expérimentation impose en effet que l’opérateur ait la maîtrise des divers paramètres impliqués dans le phénomène qu’il étudie : c’est en faisant varier indépendamment chacun d’eux et en observant les conséquences sur le résultat final que l’on peut tenter de comprendre l’ensemble du processus. Les occasions où les conditions du dépôt mortuaire sont connues par la tradition orale, les textes ou la conservation dans le sol d’éléments explicites doivent être saisies.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Estampe japonaise du début du XIXe siècle (Georges 1982) (© J.-L. Charmet).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 2 – Ponte d’une testacelle (limace carnivore) dans la cavité endocrânienne d’un enfant mort en période périnatale. Atelier de potiers gallo-romain de Sallèles-d’Aude (Aude). Certains des œufs ont éclos (fouilles H. Duday, F. Laubenheimer et A-M. Tillier, © H. Duday).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 3 – Sépulture 1 du Néolithique ancien découverte dans la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès (Aude). Le corps d’un adulte de sexe masculin repose en position contractée dans une fosse partiellement parementée de blocs. On notera la dissymétrie dans la mise à plat des côtes : les côtes gauches, qui reposent sur le fond de la fosse, ont conservé leur obliquité physiologique, alors que l’obliquité des côtes droites s’est exagérée lorsqu’elles ont basculé dans le volume libéré par la disparition des viscères thoraciques et abdominaux (fouilles J. Guilaine, relevé H. Duday).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 4 – Sépulture prénéolithique de l’abri d’Araguina-Senola à Bonifacio (Corse), détail de la tête (fouilles F. de Lanfranchi, M.-C. Weiss et H. Duday, © F. de Lanfranchi).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 5 – Relevé synthétique (a) et relevé partiel (b) correspondant aux os du tronc, du membre supérieur gauche et des mains d’un squelette de femme trouvé dans un niveau du VIe siècle av. J.C. à Lattes (Hérault) (fouilles H. Prades et H. Duday, relevé H. Duday).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 6 – Vue zénithale de la fosse dans laquelle furent inhumés, le 22 septembre 1914, vingt-et-un soldats et officiers français tués au front à Saint-Rémi-la-Calonne (Meuse). Cette opération, dont la fouille a été décidé pour des motifs non archéologiques, a permis d’enrichir de manière considérable nos référentiels sur la taphonomie du cadavre (fouilles F. Adam, F. Boura et S. Jacquemot, © H. Paitier, DRAC Lorraine).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Auteur

Directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (UMR 5199) et directeur d’études à l’EPHE. À la fois archéologue et médecin, il a développé une approche nouvelle de l’archéologie de la mort et contribué à faire émerger un corps d’archéologues spécialisés dans ce domaine. La France est aujourd’hui le seul pays où cette pratique soit institutionnalisée. Médaillé d’argent du CNRS en 2005, Henri Duday a enseigné dans de nombreuses universités en France et à l’étranger (Espagne, Italie, Mexique, Suisse, Syrie, Tunisie).

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search