Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Deuxième partie - Autour du vivant. Biologie et culture

Introduction

Henri-Paul Francfort

Texte intégral

Momie de jeune adulte, Djoumboulak Koum (vallée de la Keriya, Xinjiang, République populaire de Chine). (© Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang – MAFCX)

1Cette section aurait pu tout aussi bien s’intituler « à l’intérieur du vivant » car non seulement l’observateur des restes biologiques des sociétés anciennes est autant un objet qu’un sujet dans le long cours de l’évolution, mais encore l’étude archéologique du passé biologique est irréductible à celle des espèces ou des écosystèmes objectivés : elle est inséparable de la dimension humaine, anthropologique et historique. L’archéologie funéraire notamment, nous concerne tous, tant en regard de notre passé collectif que pour notre avenir personnel.

2Le point le plus important, pour commencer, concerne la perspective de très longue durée qui porte sur la vie, l’évolution et l’histoire, dans la mesure où, à côté d’appels en faveur de la « naturalisation » des Sciences Humaines et Sociales (Naccache 2010) s’élèvent des voix qui expriment la nécessité d’une « mise en culture » des sciences naturelles, biologiques entre autres, d’un point de vue qui n’est pas toujours uniquement constructiviste (Franks 2011, Morange 2011). Comme les communications de cette section, certains événements scientifiques importants récents concernent l’archéologie en mouvement. J’en retiendrai trois qui paraissent symptomatiques de tendances actuelles.

  • 1 Site internet « International Cognition and Culture », 2 mars 2011 [http://www.cognitionandculture (...)

3D’abord, la séance du 28 au 30 juin 2010 de la Royal Society britannique, qui marquait le 350e anniversaire de cette vénérable institution, a porté sur le thème de l’évolution de la culture (Culture evolves). Elle a fait l’objet d’une publication dans les Philosophical Transactions of the Royal Society du 11 avril 2011 (Whiten et al. 2011). Immédiatement des réactions ont été publiées qui s’étonnaient que l’anthropologie, à entendre ici comme comprenant l’archéologie notamment préhistorique, n’apparaisse plus guère auprès des disciplines naturalistes. Ensuite, pratiquement au même moment, bien des commentateurs ont remarqué que l’American Anthropological Society, de manière inattendue, a rejeté le terme et la notion de « science » dans sa réunion de décembre 2010 (Kuper et Marks 2011, Smith et al. 2011). Enfin, le célèbre entomologiste de Harvard Edward Osborne Wilson, « père » de la sociobiologie, vient de faire fulminer une grande partie de la communauté des naturalistes et des évolutionnistes en avançant, mathématiques à l’appui, que l’eusocialité (sacrifice altruiste de certains membres dans l’intérêt d’une communauté), que l’on croyait depuis quarante ans liée à une sélection familiale, serait fondée sur la formation de groupes. Les auteurs avancent encore que leurs nouvelles propositions, outre les animaux eusociaux, devraient aussi concerner parallèlement l’évolution du comportement social humain et être examinées en ce sens (Nowak et al. 2010). La question n’est pas simple et évolue rapidement mais quoi qu’il en soit, sur la longue durée, la théorie du double héritage (dual inheritance theory) appelée aussi la coévolution gènes-culture, proposée jadis par Charles J. Lumsden et Edward O. Wilson (1984 [1983]) et alors vilipendée, devient courante. Dan Sperber peut ainsi proposer que mind [c’est-à-dire en gros l’esprit] is the missing link between gene and culture1. Tout cela mérite réflexion.

4Il est donc certain aujourd’hui que les frontières entre l’inanimé, le vivant et l’artificiel sont en voie d’être brouillées, sinon effacées par le génie génétique, les sciences cognitives et les nanotechnologies (Dupuy 2010 [2008]). Par conséquent, nous pouvons nous interroger rétrospectivement sur les « manipulations » de la part de très anciennes sociétés, opérées sur les plantes et les animaux, sinon les humains, tout comme sur celles affectant des cadavres. Elles incluent certainement, mutatis mutandis, des bricolages aux conséquences de grande amplitude sur le vivant, humain compris, au nombre desquelles nous n’omettrons pas d’inclure l’émergence, la consolidation et l’utilisation de la très humaine « fonction symbolique » (Mithen et Parsons 2008, Renfrew et al. 2008, Renfrew et Morley 2009, Morley et Renfrew, 2010).

5Par conséquent, pour l’archéologie dans son ensemble, de la préhistoire à l’histoire, le problème posé devient immédiatement celui de son positionnement par rapport aux sciences du vivant. Les temps sont bien révolus des sciences naturelles « annexes » de l’archéologie et les disciplines collaborent généralement très bien, mais une récente, exclusive et excessive mise en avant de l’aspect écosystémique, qui n’est pourtant qu’une partie du champ de la discipline, porte des effets négatifs en tentant d’imposer un instrumentalisme basique. L’instrumentalisme est une doctrine qui jadis, chez certains philosophes des sciences, voulait que la discipline (physique) ne soit qu’un ensemble de pratiques, incapable d’interpréter ses résultats sous forme de théories rendant compte du réel (Duhem 1908). D’autres théoriciens et épistémologues, rigoureux mais réalistes, ainsi que l’évolution de la discipline ont montré qu’il n’en allait pas nécessairement ainsi (Popper 1990 [1983], p. 131-151). Or, la posture ultra-instrumentaliste prise par certains naturalistes de la pratique archéologique contre l’archéologie en tant que discipline scientifique en mesure d’élaborer des théories, esquive toute réflexion sur les (in-) conséquences de son idéalisme. En effet, si une exigence de rigueur scientifique (démarche, testabilité, validation) n’est pas tenue jusqu’à l’interprétation, celleci n’est plus qu’une glose surajoutée, sans valeur autre que socio-universitaire (« peu importe ce que l’on dit, l’essentiel est que cela paraisse dans une revue “de rang A” et que l’on en parle »). Cette dénégation et le schisme conceptuel et disciplinaire nature-culture qui en découle entraînent des effets régressifs, car le scientisme instrumentaliste n’est pas la science. Ainsi, par exemple, des échantillons provenant de fouilles archéologiques bien conduites, ayant donné des résultats de laboratoire parfaitement corrects en science de la terre et/ou de la vie, peuvent faire l’objet, de la part de certains « naturalistes » pressés, d’interprétations triviales, redondantes ou erronées, faute d’intégrer dans la démarche interprétative les connaissances scientifiques tirées scientifiquement des corpus de référence « anthropologiques », c’est-à-dire humanistes. Ce dossier s’épaissit, hélas, au fil des mois. Le remède est évidemment la coopération dans une anthropologie générale intégrée. La question est dès lors de savoir si notre discipline, l’archéologie, sera capable ou non d’écrire une histoire naturelle (ou une théorie, au sens où l’évolutionnisme en serait/est une) qui serait prolongée en histoire jusqu’à nos jours (Fodor et Piatelli-Palmarini 2010, Morange 2011, Trigger 2009, voir aussi Francfort ce volume, p. 269). En corollaire et sur un autre plan, il s’agit aussi de savoir si certains modèles issus des sciences du vivant peuvent être étendus ou adaptés. Une démarche intégrée, anthropologique au sens large, et une réflexion d’ampleur sur la théorie sont à l’ordre du jour. Les contributions à la présente section apportent déjà des réponses.

6Laurent Bouby, Marie-Pierre Ruas et Jean-Frédéric Terral (ce volume, p. 79) dressent un panorama qui nous intéresse tous, notamment en ce qui concerne l’ancestralité de la vigne, avec une discussion de fond sur les notions de « sauvage » et de « domestique », qui ne sont pas aussi simples que le laisserait croire le langage courant, et des remarques importantes sur le développement de techniques nouvelles de morphométrie au fort potentiel heuristique, ainsi que sur la gestion des référentiels ethnobiologiques. L’apport des sources textuelles à la carpologie est fondamental, ainsi que la coopération interdisciplinaire depuis le terrain et les résultats le prouvent pour l’histoire des fruits.

7Antoine Balzeau (ce volume, p. 55) nous fait remonter aux premiers homininés et nous guide dans la jungle des généalogies de ces lointains ancêtres. Il donne au lecteur un état de la question très lumineux, à l’échelle de tous les continents, depuis le berceau de l’Afrique, avec un état des débats en cours et de leur complexité, tant sur les Néandertaliens que sur l’homme de Florès. Il discute clairement l’apport considérable des techniques récentes de paléogénétique et d’imagerie tridimensionnelle ainsi que le problème de la gestion des vestiges et des données traitées.

8Laure Fontana (ce volume, p. 72) présente à plusieurs échelles la manière dont l’étude des relations entre l’homme et l’animal (archéologie, anthropologie, archéozoologie) permet d’aborder le fonctionnement des systèmes économiques en une approche intégrée. À un questionnaire précis et large correspondent des investigations détaillées, du site à la région, sur des vestiges osseux et des industries en matières dures animales (os, bois de cervidé). Le Paléolithique supérieur (Magdalénien) illustre magnifiquement cette approche globale.

9Henri Duday, on le sait ou on l’apprend ici, est le père d’une nouvelle manière de faire de l’anthropologie de terrain, appelée archéothanatologie, et sa contribution en est un véritable petit précis (ce volume, p. 62). Le lecteur peu familier des méthodes de l’archéologie funéraire, s’il a le cœur bien accroché, apprendra des choses essentielles sur les transformations que connaissent les cadavres après déposition. Il partagera donc ainsi les mises en garde (cave !) proférées contre les interprétations hâtives ou malvenues des vestiges. Le travail d’observation précis, la collecte minutieuse et le vocabulaire descriptif rigoureux sont ici les gages d’une véritable reconstitution des scénarii de décomposition, de l’individu aux groupes et finalement à l’histoire.

Notes

1 Site internet « International Cognition and Culture », 2 mars 2011 [http://www.cognitionandculture.net/Rita-s-blog/what-is-anthropology-about.html#JOSC_TOP]

Table des illustrations

Légende Momie de jeune adulte, Djoumboulak Koum (vallée de la Keriya, Xinjiang, République populaire de Chine). (© Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang – MAFCX)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M

Auteur

Directeur de recherche au CNRS au laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité (UMR 7041). Spécialiste de l’archéologie de l’Asie centrale, de l’âge du bronze au début de l’Antiquité, il a fouillé notamment en Afghanistan, au Kazakhstan et au Tadjikistan et a procédé à des études d’art rupestre de l’Ouzbékistan jusqu’à la Sibérie. Il participe en outre à un certain nombre de recherches théoriques en archéologie et en histoire de l’art

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search