Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Première partie - L'archéologie, une science de l'homme au carrefour des disciplines

Qui ? pourquoi ? comment ?

Archéologie et interdisciplinarité

Archaeology and interdisciplinarity: Who? Why? How?

Frank Braemer, Jean-Paul Bravard, Blandine Bril, Pierre Guibert, Lena Sanders, Emmanuelle Vila, Roland Viader et George Willcox

Résumé

Reconstructing the behaviour of people in their environment from material traces requires dialogue among researchers of several disciplines. The term “dialogue” implies multiple epistemic and practical realities which we sketch in part here. We can distinguish three scientific processes of convergence of interest between archaeology and other disciplines, each of which has its own logic of construction of the research object and development:
Motivated by concerns within their own disciplines, researchers can seek out experts from other fields to make progress on their own problems.
Researchers, in a volunteer initiative, can choose to build a new inquiry together.
Researchers from the physical, chemical, geologic or biological sciences can be integrated under the umbrella of archaeology integrate, and therein develop fully their own inquiry.

Note de l’éditeur

Ce texte fait la synthèse des interventions et des discussions de la table ronde qui a ouvert le colloque.

Texte intégral

1L’archéologie est souvent considérée comme une démarche et une méthode scientifique à fort caractère interdisciplinaire par nature. Il est vrai que les terrains investigués par les archéologues ouvrent à l’étude des vestiges de culture matérielle, des artefacts, des éléments biologiques, des dépôts anthropiques et naturels, d’une diversité telle que leur identification, leur analyse et leur interprétation nécessitent la mobilisation de savoirs et de méthodes scientifiques multiples. La reconstitution des comportements de l’homme dans les milieux qui étaient les siens, à partir des traces matérielles, passe donc obligatoirement par le dialogue entre chercheurs de plusieurs disciplines. On doit s’interroger constamment sur la manière dont ce dialogue s’établit, la position épistémologique des chercheurs ainsi mis en relation, les diverses pratiques de recherches que le terme « dialogue » recouvre et sur ce qu’il produit et construit en matière de données scientifiques. Ce sont bien en effet ces données, par essence reconstruites, qui sont la source de l’interprétation et des divers récits historiques, anthropologiques, environnementalistes et autres, produits ultimes de nos recherches.

2Le travail interdisciplinaire n’est jamais une évidence. D’un côté, il demande une grande clarté sur les objectifs et les points de vue de chacun des partenaires engagés, de l’autre, il peut être rendu possible et facilité, ou non, par l’organisation même de notre système de recherche et de formation.

3Une typologie rapide et sommaire des formes de la recherche interdisciplinaire associant l’archéologie à d’autres disciplines en France permet de distinguer trois processus de convergence d’intérêt scientifiques :

  • Les thématiques dominantes de certaines disciplines peuvent à certains moments se rencontrer et définir des objets de recherche exigeant les mêmes terrains ou des terrains complémentaires, et être reconnues comme d’intérêt public commun, c’est-à-dire répondant à une demande sociétale.

  • Des chercheurs, dans une démarche volontariste issue souvent de rencontres individuelles, peuvent choisir de construire ensemble une problématique nouvelle permettant d’élaborer une expérimentation et des concepts visant à ouvrir des points de vue entièrement nouveaux sur des objets de recherche.

  • Un troisième processus a pour origine les besoins et la demande des archéologues auprès de collègues des sciences physique, chimique, géologique ou biologique pour identifier, analyser et interpréter des artefacts et des restes biologiques et minéraux contenus par les sédiments anthropiques explorés en fouille. Il aboutit aujourd’hui à une intégration à part entière des chercheurs de ces disciplines dans les structures de recherche de l’archéologie accompagnée par le développement de thématiques propres ou communes.

4Quelques exemples concrets montrent les mécanismes et les enjeux de ces formes de collaboration interdisciplinaire.

Rencontre de thématiques dominantes

5C’est actuellement le cas de la recherche associant sciences de l’environnement et de l’archéologie travaillant sur le changement et la relation homme-milieu, ou de celle associant géographes et archéologues autour des questionnements sur l’occupation de l’espace par l’homme, par exemple dans les phénomènes d’urbanisation. La définition de la notion de « crise environnementale » et les travaux réalisés sur les formes de structuration de l’espace habité montrent comment s’élaborent des problématiques communes. Mais des collaborations interdisciplinaires anciennes peuvent également s’éteindre ; c’est aujourd’hui le cas des questions qui associaient archéologie et histoire de la période médiévale.

Définir les concepts, établir des problématiques communes : la crise environnementale, problématique-clé des relations nature/culture

6Les études interdisciplinaires portant sur le paléo-environnement se sont tournées vers les fluctuations et les modèles climatiques, vers les notions de crise et de stabilité, vers les relations nature/société à l’échelle régionale (fig. 1 et 2). Quels sont les risques que nous rencontrons ? D’une part la montée des explications relevant du déterminisme environnemental, en particulier climatiques, d’autre part celle des interprétations qui seraient exclusivement culturelles, relevant notamment du déterminisme politique de la maîtrise de la nature (l’ordre face au désordre). Face à ces risques, il est important de problématiser de manière croisée les interactions dynamiques, les crises, les seuils critiques, en travaillant sur les notions de vulnérabilité, de résilience des groupes humains, voire d’effondrement des sociétés.

7La crise est une notion contemporaine, de nature économique et sociale, élargie à l’environnement dans les États-Unis du Dust Bowl. Les acceptions actuelles du terme sont multiformes. La crise contemporaine devient réalité objective à partir du moment où, dans sa phase de réalisation ou a posteriori, des observateurs l’insèrent dans une séquence d’événements ordonnés qui permettent de déceler une rupture. La prise de conscience par un groupe qu’il vit une situation de crise passe par l’élaboration d’un référentiel lui permettant de faire le saut de l’accidentel et du réversible au changement durable, au fait que le retour à l’état stationnaire précédent se fera peut-être, mais dans un laps de temps qui excède sa capacité de résistance aux événements.

8Une analyse rétrospective de la crise environnementale est-elle possible ? Le scientifique armé des outils actuels emploie, en parlant de crise, un terme qui présuppose une relation nature-société complexe qu’il tente d’extrapoler au passé au risque de l’actualisme. Or les chercheurs en géosciences ont pour objectif d’identifier des descripteurs environnementaux pour ensuite en déduire l’occurrence d’une crise. La crise est donc identifiée ex-post plusieurs siècles ou millénaires après son occurrence, sans réelle possibilité d’appréhender les déterminants socio-culturels, ni la réaction des sociétés aux processus décrits. La seule réalité identifiée est l’enregistrement physique de phénomènes dont le cumul produit des formes sortant de la norme géologique définie par la communauté scientifique. On conçoit dès lors que la crise soit issue d’une interprétation paléo-environnementale qui suppose un stimulus externe, un abaissement des seuils de résistance du milieu sous contrôle par exemple climatique et une réponse environnementale en termes de dégradation. Des questions se posent alors.

Fig. 1 – Paysage du Diois à Menglon en 1900. Une crise érosive aiguë affecte les versants défrichés soumis aux conditions rigoureuses du petit Âge Glaciaire. Le reboisement est en marche sur le sommet et le haut versant en pente douce (Archives du Service de la Restauration des Terrains de Montagne, Musée Dauphinois. © Musée Dauphinois).

9Est-on certain que la « crise » a été perçue et analysée comme telle par les sociétés qui l’ont vécue ? A-t-elle réellement eu des impacts sur cette société et, dans l’affirmative, quelle forme de réaction ou d’adaptation ? En d’autres termes, quel est le statut de la composante sociétale dans le processus étudié ? Le rôle de l’archéologue reste essentiel à ce stade du raisonnement.

10Une autre façon de procéder, mais elle est critiquable, est de définir la crise à l’aide de descripteurs uniquement sociétaux (ruines, preuves de la contraction des terroirs, statistiques démographiques, etc.). La crise est encore identifiée ex-post, mais par un observateur travaillant dans le champ des sciences humaines.

11Le terme de crise doit donc être réservé à des processus dont les manifestations associent dans le présent et dans le passé des interactions nature-société clairement identifiées par des méthodes interdisciplinaires plaçant à parité les sciences de la nature et les sciences humaines. Dans la mesure du possible, il est nécessaire de procéder à une élaboration conjointe, interactive, de la chaîne des causalités de façon à éviter les visions simplificatrices et trop souvent mono-causales.

Construire des méthodologies compatibles sur la longue durée : archéologues et géographes sur les terrains de la modélisation

12Un objectif commun, celui de comprendre la structuration des réseaux d’habitat et la dynamique des systèmes de peuplement sur le temps long, et l’existence de savoir-faire complémentaires, sont à l’origine d’une collaboration entre archéologues et géographes qui se poursuit depuis 20 ans. Deux projets interdisciplinaires (associant plusieurs autres disciplines aux côtés des archéologues et géographes) encadrent ces vingt années, un projet européen (Archaeomedes 1, 1991-1994) et un projet financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) (Transmondyn, 2010-2013).

13Cette longévité dans la collaboration illustre son succès (l’intérêt de travailler ensemble s’est maintenu sur la durée !) et surtout, représente la condition même de sa réussite. La plupart des chercheurs engagés dans le travail interdisciplinaire soulignent l’importance cruciale de la durée pour construire une collaboration fructueuse. Cette expérience le confirme pleinement, la longue durée est le premier atout de cette collaboration. Le temps est nécessaire à l’équilibre des échanges entre les équipes (partage de concepts spatio-temporels et d’outils connus mais utilisés de façon différente ; transfert de méthodes d’analyse spatiale dans un sens, et de sémantique des données archéologiques dans l’autre, pour appréhender l’évolution des réseaux d’habitat), à une appropriation des savoir-faire de l’autre discipline dans un esprit de réciprocité, à la reconstruction des objets de recherche après la confrontation des points de vue. Par ailleurs, l’enjeu consiste non seulement à avancer sur les interfaces, mais aussi à progresser en parallèle dans chacune des disciplines en jeu. Ce va-et-vient entre interfaces et « cœurs » des disciplines implique des périodes de maturation, de repli sur sa propre discipline, pour confronter les nouvelles méthodes et points de vue avec les approches disciplinaires plus classiques, avant de reprendre l’aventure commune. La durée est aussi nécessaire à la diffusion des nouveaux résultats à un cercle plus large que les premiers participants, et aux retours critiques de cette diffusion. Tout simplement il faut du temps pour que les différentes phases d’innovation (faite de transferts croisés, d’expérimentations, de comparaisons), de consolidation (utilisation des nouvelles méthodes sur d’autres terrains, d’autres périodes) et de diffusion (des concepts comme des outils) puissent se dérouler pleinement.

Fig. 2 – Carottage des sols pour analyse de l’évolution du milieu en Guyane (© CNRS Photothèque/CEFE/MC KEY Doyle).

14L’origine et les développements de cette collaboration doivent beaucoup à l’imbrication entre engagements personnels et divers cadres institutionnels. Cette diversité et la complémentarité des cadres et des acteurs en jeu sont un deuxième facteur de réussite. Certaines rencontres ont eu leur part de hasard mais ces hasards, ces coïncidences spatio-temporelles, n’auraient mené nulle part s’il n’y avait eu des cadres institutionnels permettant de pérenniser les collaborations et donner ce temps indispensable pour aboutir et innover. On peut évoquer les rôles différents et complémentaires de cadres comme les projets européens et ceux de l’ANR (pour mettre en place et avancer sur un projet de recherche commun), les écoles d’été (pour le transfert entre disciplines et entre générations), les groupes de recherche (GDR) et réseaux thématiques pluridisciplinaires (RTP) (pour la diffusion des idées et des outils, la structuration des communautés), MODYS et MAGIS en particulier dans notre cas, avec leurs apports sur l’organisation de l’information géographique et la modélisation spatio-temporelle, et enfin les coopérations bilatérales (pour les collaborations internationales). La diversité de ces cadres institutionnels a favorisé des collaborations à géométrie variable, impliquant à chaque fois des sous-ensembles différents, mais suffisamment interdépendants pour favoriser la diffusion des nouveaux savoir-faire.

15Un troisième point concerne l’intérêt d’interdisciplinarités croisées pour progresser sur les interfaces : la géomatique et les sciences de la complexité sont par exemple des champs qui ont favorisé la collaboration archéologie-géographie, en donnant des outils pour passer des concepts aux modèles, notamment dans la prise en compte de la dimension spatiale des phénomènes étudiés. Les systèmes complexes ont ouvert sur des collaborations avec des archéologues américains (Institut de Santa Fe) travaillant sur des systèmes socio-environnementaux très différents. La rencontre s’est fondée sur les concepts (interactions, émergence, auto-organisation, résilience) et les outils (systèmes multi-agents) plutôt que sur les objets. Dans ce domaine les institutions – rencontres ANR, National Science Foundation sur les sciences de la complexité en 2009 par exemple – ont joué un rôle incitatif.

16Ces différents cadres, tout en multipliant les interactions avec d’autres disciplines, ont contribué à dynamiser la collaboration entre géographes et archéologues sur la question de la structuration des systèmes de peuplement sur le temps long. Cette collaboration a été évolutive, tant dans les démarches mobilisées que dans les réseaux de collègues impliqués, réflexive, et elle a contribué dans chacune des équipes impliquées au renouvellement des objets scientifiques.

Mais des disciplines peuvent aussi diverger après des périodes de collaboration !

17Ces rencontres autour de thématiques communes peuvent n’avoir qu’un temps et on voit des distances se recréer entre disciplines que l’on pense « naturellement » voisines : il en est ainsi actuellement des relations entre histoire et archéologie, alors même que ces disciplines sont très liées dans le système institutionnel de recherche (gestion et évaluation commune au CNRS, enseignement pour partie commun dans nombre d’universités…). Le terrain de l’histoire médiévale rurale montre comment l’archéologie (très jeune dans ce secteur) a modifié radicalement certaines approches historiennes par exemple sur les notions de territoires, de village, de pratiques agraires, dans les années 1960 à 1980, tout en restant très cantonnée, et organisée par des problématiques historiennes.

18Or dans les deux dernières décennies, les problématiques des historiens rejetant de plus en plus l’idée de la cohérence des faits sociaux pour aller vers l’histoire des singularités et de l’acteur autonome, vont à contresens des problématiques des archéologues dont la base structurelle est la construction de données constituant des images de faits sociaux, de faits économiques, de faits symboliques.

19On est donc dans une phase où l’idée d’une interdisciplinarité entre histoire et archéologie est fondamentalement contestée. Ce phénomène est accompagné d’une parcellisation des champs d’investigation et des sous-disciplines : l’ambition des années 1970 qui visait à l’élaboration d’une « histoire totale » est devenue anachronique. Ici, le problème n’est pas, aujourd’hui, de jeter des passerelles entre deux disciplines, mais au contraire, de reconnaître qu’il s’agit de deux disciplines différentes, produisant des données et des problématiques spécifiques.

20Il est donc impératif de construire un nouveau dialogue, sans doute difficile, entre historiens et archéologues en redéfinissant des problématiques communes très précises, ou bien de reconnaître pleinement que ces deux disciplines suivent chacune leur voie pour un certain temps, et donc ne doivent surtout pas être confondues par les institutions.

Fig. 3 – Enregistrement de la gestuelle d’un artisan expert. Cambay (Inde), 1998 (© B. Bril et V. Roux).

Développer des champs de recherche jusqu’alors peu abordés : l’apport de la psychologie dans la compréhension des comportements et habiletés du passé

21L’archéologue étudie des artefacts pour lesquels il n’existe pas de témoignage direct des compétences qui ont été nécessaires à leur fabrication. Les recherches actualistes, qui considèrent les habiletés en jeu dans des activités supposées analogues à celles du passé, constituent une approche essentielle, tout en posant de réelles questions épistémologiques. En effet comment déterminer les compétences motrices et cognitives qui ont été nécessaires à l’élaboration de ces artefacts à partir de situations actuelles probablement bien différentes de celles ayant permis d’engendrer ces artefacts ? C’est cependant à ce niveau que la psychologie et les sciences du comportement ont sans doute un rôle essentiel à jouer. Il en est ainsi du travail autour des notions d’habileté technique, de système technique et d’apprentissage. La collaboration entre ces disciplines, peu fréquente, nécessite donc un important travail de confrontation des cadres théoriques d’analyse.

22Se pose tout d’abord la question de la validité de l’expérimentation actualiste avec des acteurs vivants (fig. 3 à 5), dès lors que l’on souhaite aborder le comportement (moteur et cognitif) d’individus dont on ne possède que la production et pour lesquels il est problématique de reconstituer le comportement. La collaboration interdisciplinaire oblige en effet à créer un terrain d’étude et d’observation commun associé à une instrumentation de laboratoire. Cela nécessite l’élaboration d’un cadre théorique permettant de définir l’objet de la recherche « évaluer les capacités d’action des hominidés », ainsi que les techniques et les méthodes à mettre en œuvre pour traiter cet objet.

23C’est avec cet objectif qu’a été créé en 1998 le GDR du CNRS, « Évaluation des habiletés techniques chez les hominidés- Habiletés impliquées dans l’action chez les Homo sapiens sapiens et chez les primates » qui regroupait des chercheurs de différentes disciplines. Le but était de travailler sur les habiletés techniques impliquées dans la taille de pierre considérée comme un moyen privilégié pour aborder l’évolution des habiletés motrices et cognitives développées par les primates humains et non humains, et de faire des hypothèses sur les habiletés des premiers hominidés. Une première étape consistait à proposer un référentiel sur la nature des habiletés impliquées dans les actions techniques telles qu’elles sont développées par Homo sapiens d’une part, par les primates d’autre part, et sur la taille de pierre en particulier. La comparaison des habiletés devait permettre ensuite de caractériser leur complexité respective et de mieux cerner dans quelle mesure la taille de pierre relève d’habiletés propres à l’homme. Un projet européen plus récent (HAND-TOMOUTH, 2006-2009) reprenait et élargissait ces objectifs en regroupant autour d’un laboratoire d’archéologie plusieurs laboratoires de psychologie, neuroscience et anthropologie.

Fig. 4 – Ébauches de perles en cornaline actuelles fabriquées à Khambhat (Inde) (© CNRS Photothèque/V. Roux).

Fig. 5 – Ensemble de perles harappéennes en cornaline (2500-2000 av. J.-C., civilisation de l’Indus) (© CNRS Photothèque/A. Pelle).

24Les conditions de la réussite de tels projets pluridisciplinaires dépendent de la conviction des différentes parties de trouver dans ces recherches une garantie de reconnaissance par sa propre discipline. Or cela ne s’avère pas toujours être le cas. La reconnaissance de la valeur de problématiques transversales pluridisciplinaires, sans aller jusqu’à l’identification d’une « nouvelle » discipline et de son institutionnalisation, doit pouvoir malgré tout trouver un appui institutionnel à long terme. Cependant, dans les circonstances actuelles, la difficulté d’évaluation de la recherche pluridisciplinaire et la dispersion du lectorat des revues de spécialistes rendent difficile la constitution d’une masse critique de travaux essentielle à la visibilité de telles recherches. Cela limite les échanges entre chercheurs de ces différentes communautés. Une des conséquences en est qu’il est difficile d’engager de jeunes chercheurs, étudiants et doctorants dans ces orientations de recherches pourtant essentielles et scientifiquement prometteuses.

L’archéologie comme intégratrice de disciplines

25Un troisième processus est à l’œuvre au sein même de l’organisation scientifique de l’archéologie. C’est le besoin d’identifier, d’analyser et d’interpréter des artefacts et des restes biologiques et minéraux contenus par les sédiments anthropiques explorés en fouille qui a été à la base de cette forme de collaboration.

  • 2 Appellation générique des années 1970 et 1980 mettant l’accent sur la mesure (physique et chimique) (...)

26Les disciplines auxquelles il a été fait appel ne considèrent pas, sauf exception, cette collaboration comme centrale ou même significative dans leurs propres thématiques dominantes. Elles sont bien souvent entrées dans la collaboration avec une relation de service, ce qui ne satisfait évidemment pas les chercheurs qui s’y impliquent. C’est la raison pour laquelle en France le CNRS dans les années 1980, et pour partie l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) plus récemment, ont favorisé l’intégration de ces chercheurs au sein des laboratoires d’archéologie, dotés des instruments de cette recherche. Cela a ouvert la voie, avec la deuxième et surtout la troisième génération de chercheurs, à une autonomisation de ces équipes disciplinaires dites « archéométriques2 » qui se reconnaissent maintenant sous des appellations et des organisations nationales et internationales collectives : archéozoologie, archéosciences, paléobotanique, géoarchéologie… Les objectifs de recherche de ces disciplines restent majoritairement du domaine des sciences humaines et des interactions entre l’environnement et les sociétés. Les thématiques majeures actuelles en témoignent.

  • De la source à l’objet : identifications des ressources, exploitation de l’environnement, transformation de la matière première, échanges matériels, histoire des techniques…

  • Chronologie : évolution des peuplements, implantations humaines, migrations, évolution des techniques, des cultures…

  • Études paléo-environnementales : reconstruction des milieux et des modes de vie, impacts de l’environnement sur les activités humaines, impacts des activités humaines sur l’environnement, repérages chrono-climatiques,

  • Géophysique : repérage des sites, repérage de structures, etc.

  • Altération, évolution des matériaux : problématiques de conservation, taphonomie, modélisation de l’évolution des matériaux.

Les formes de l’intégration des disciplines

27Il existe deux schémas-types d’organisation des disciplines regroupées sous le nom d’archéométrie en archéologie : la recherche interdisciplinaire et le service technique. L’organisation de type « service technique » confine l’archéométrie à des tâches routinières ou supposées telles et ne génère donc pas de projet de recherche interdisciplinaire. Peu d’évolutions sont à attendre d’un tel positionnement, alors que l’archéométrie doit progresser dans ses méthodes, ses concepts, sa technicité. Les acteurs de l’archéométrie ont donc tissé des liens de collaboration de recherche avec les autres spécialités et avec les archéologues culturalistes qui sont souvent à l’initiative des programmes de recherche.

28La visibilité des archéomètres n’est pas toujours celle de leurs thèmes de recherche mais celle de leurs compétences techniques et les relations types sont encore trop fréquemment basées sur une hiérarchisation de type client/prestataire. Un effort de communication est donc nécessaire afin de bien distinguer axes de recherche et compétences techniques. Il est plus facile en effet de dire d’un mot, que l’on fait dans tel laboratoire des « datations par luminescence » plutôt que de dire : « nous étudions l’émergence de l’Homme moderne en Afrique et sa diffusion en Eurasie par une approche chronologique ».

29Sans négliger l’intérêt des activités de routine pour la recherche archéologique en général, l’interdisciplinarité ne peut naître que des échanges entre spécialistes de différentes disciplines autour d’un objet commun, ce qui ne peut se produire que grâce à une structuration « horizontale ». La généralisation du fonctionnement sur programmes (ANR, Région...) invite aujourd’hui à privilégier une activité de recherche plutôt que de service à condition que les archéomètres soient eux-mêmes porteurs des projets à part égale. Saisissons cette chance.

Les sciences des matériaux appliquées à l’archéologie

30La branche « sciences des matériaux » des sciences archéologiques rentre dans ce qu’on appelle communément l’archéométrie. Loin d’être un simple regroupement de compétences techniques, comme le supposerait la dénomination « appliquées à » dans le titre de ce paragraphe, l’archéométrie a développé ses propres champs de recherche, dans lesquels les sciences des matériaux, anciens, ont une place centrale.

31Les objets d’étude de l’archéométrie sont multi-scalaires au sens très large, puisque l’échantillon peut aller de l’éclat Levallois à la structure architecturale, du grain de quartz d’un sédiment au paysage. Les sciences des matériaux en archéométrie intègrent, outre les savoirs et les techniques de caractérisation des matériaux actuels, toute une dimension temporelle (fig. 6 et 7). Avec le temps, des altérations sont en effet intervenues dans la composition du matériau, dans sa forme, dans son environnement et même certains matériaux instables chimiquement ont pu totalement disparaître (cas des os en milieu siliceux). L’une des spécificités de l’archéométrie par rapport aux sciences des matériaux est l’intégration d’une dimension taphonomique dans l’interprétation des mesures et des observations, dimension directement héritée du terrain.

32Une autre spécificité de l’archéométrie est la systématisation de l’approche statistique, les paramètres caractéristiques généraux ne se dévoilant qu’après une étude significative par le nombre d’échantillons analysés en raison de la variabilité intrinsèque des caractéristiques et des propriétés des objets d’étude. À l’expérience, cette prise en considération de la variabilité et cette approche statistique, si spécifiques des sciences humaines, est un paramètre majeur de la caractérisation des productions industrielles actuelles, mais l’industrie n’est-elle pas ce qui nous intéresse aussi dans les sciences archéologiques ?

Fig. 6 – Introduction d’un échantillon dans la chambre d’analyse d’un microscope électronique à balayage (IRAMAT-CRP2A, CNRS/Université Bordeaux 3 © CNRS Photothèque/C. Lebedinsky).

Fig. 7 – Mesure à l’aide d’un spectromètre Raman portable de la nature des verres de la verrière de la Sainte Chapelle (© CNRS Photothèque/C. Lebedinsky).

Les disciplines « bio-archéologiques »

33Les études « bio-archéologiques » (archéozoologie, archéobotanique, paléoanthropologie) sont aujourd’hui incontournables dans la démarche archéologique de l’étude des sociétés du passé, de la préhistoire à l’époque médiévale, voire moderne. L’évolution de ces disciplines mixtes depuis quelques décennies est marquée par leur intégration dans une recherche archéologique dont l’intérêt premier était auparavant la découverte et l’étude des vestiges matériels et culturels représentés avant tout par l’objet fabriqué. Archéologie et histoire de l’art témoignaient de la fascination pour l’habileté, le sens esthétique de nos ancêtres à travers leur savoir-faire technique dans la fabrication d’outils ou d’objets (en silex, en os, en coquillage, en ivoire, en pierre, en céramique et en divers métaux…), ou encore d’édifices (architecture de terre, de pierre, etc.). Cependant, l’intérêt s’est peu à peu porté sur d’autres vestiges peu prestigieux : souvent brisés, de taille médiocre, à la fois banals et, à première vue, vierges de toute manipulation humaine tels les restes de faune, de végétaux. Certains pouvaient être même tabous, tels les os humains.

34Ce sont des esprits curieux, savants de formations scientifiques diverses (zoologues, vétérinaires, géologues/paléontologues, botanistes, médecins), qui ont d’abord décrypté les informations extrinsèques portées par ces restes. La qualité informative de ces derniers dans la reconstitution de l’Histoire humaine (aspects socioculturels, économiques, environnementaux et anthropologiques) s’est révélée peu à peu, au point de devenir aujourd’hui déterminante dans l’interprétation des assemblages archéologiques. Le développement de l’archéozoologie est un bon exemple de cette évolution. La première analyse d’os de mammifères issus d’une fouille archéologique menée dans une perspective que l’on pourrait qualifier d’archéozoologique a été faite au milieu du XIXe siècle par le suisse Ludwig Rütimeyer ; au cours du XXe siècle, les chercheurs ont défini, développé et affiné des outils empruntés à la paléontologie et des méthodes propres (fig. 8). Un exemple : on connaissait l’anatomie et l’ostéologie comparée grâce aux travaux menés depuis le XVIIe siècle pour mettre en évidence des événements majeurs de l’évolution des vertébrés. Les besoins de l’étude de faunes archéologiques et la nécessité d’une détermination systématique de vestiges par nature souvent fragmentaires aussi bien de mammifères, que de poissons ou d’oiseaux ont entraîné l’élaboration d’atlas d’ostéologie comparée adaptés aux besoins des archéozoologues, qui utilisent au départ le dessin, puis la photo, et récemment la représentation tridimensionnelle. Les objectifs de l’étude des vestiges d’animaux sont toujours plus diversifiés, les voies de recherche élargies au sein même des problématiques archéologiques. Progressivement, l’observation de l’archéo (zoo) logue est allée vers le « petit », puis « l’infiniment petit », et les études de faune toujours plus poussées ont produit des embranchements : archéo-malacologie, archéo-ichtyologie, paléo-parasitologie, archéoentomologie. Les techniques mises à contribution se diversifient : nouvelles méthodes de traitement des données biométriques, telles la morphométrie multivariée et la morphométrie géométrique, utilisation d’outils statistiques puissants, emploi de matériel spécialisé comme, par exemple, les microscopes électroniques (études taphonomiques, de la saisonnalité, etc.). L’archéozoologie a ajouté récemment à son bagage méthodologique le recours à de nouvelles approches de la biologie moléculaire (ADN ancien) et de la chimie analytique (analyses isotopiques).

Fig. 8 – Fouille d’un squelette d’équidé, Tell Chuera (Syrie) (© E. Vila).

35Ainsi, issue d’une rencontre entre le domaine des sciences de la nature (biologie, géologie) et celui des sciences humaines et sociales (histoire de l’art et archéologie), l’archéozoologie, tout comme l’archéobotanique, la paléoanthropologie, la géoarchéologie, est devenue depuis les années 1970-1980 avec la fondation de l’International Council of Archaeozoology (ICAZ) une discipline à part entière de l’archéologie, œuvrant pour la compréhension du passé et des sociétés disparues et développant des problématiques communes. L’essor de la communauté bioarchéologique française à l’échelle européenne et internationale se traduit par des collaborations dans des programmes européens. « Early bovids » (2003-2006, Programme Eurocores OMLL) a rassemblé plus d’une vingtaine de laboratoires d’archéologie, d’archéozoologie et de (paléo) génétique de quatorze pays (donc sept français) ; le groupe de recherche européen BioArch (GDRE Bioarchaeological Investigations of the Interactions between Holocene Human Societies and their Environments) regroupe depuis 2007, huit laboratoires européens (dont trois français) et une centaine de membres sur des thèmes de recherche communs. Ces initiatives soutiennent les échanges et la mise en commun d’équipements coûteux et spécialisés. C’est cette échelle qu’il faut viser pour constituer des bases de données significatives et favoriser l’expansion de projets spécifiques.

Gérer l’interdisciplinarité au sein des laboratoires d’archéologie

36Le choix fait par le CNRS à partir des années 1970 de former des laboratoires d’archéologie intégrant les diverses disciplines que nous venons de citer a eu un effet multiplicateur tout à fait important. Cependant, un certain nombre de changements institutionnels dans l’organisation des laboratoires, le financement de la recherche et la formation à la recherche rendent nécessaires à la fois le rappel de principes de base, et des ajustements.

Favoriser le regroupement des compétences

37Un grand nombre de laboratoires d’archéologie se sont ainsi constitués avec des « généralistes » et des spécialistes (bio-archéologues, géo-archéologues). Cela a grandement favorisé le dialogue et le développement des thématiques et des programmes de recherche. Les solutions pour pallier les besoins des spécialistes en équipements, en moyens humains (techniciens) et financiers sont les partenariats avec d’autres laboratoires qui permettent le partage des moyens techniques et des techniciens et la mutualisation du matériel spécialisé dont l’achat et la maintenance sont coûteux. D’autres domaines de recherche dont le développement au sein des disciplines bio-archéologiques est récent, comme les analyses d’ADN ancien et les analyses isotopiques, ont entraîné des collaborations avec les laboratoires spécialisés de sciences de la vie. La mise en place des procédures de travail peut encore se révéler complexe, pour des raisons financières, méthodologiques, au niveau de la gestion de l’objet d’étude et des résultats. Cependant, ces expériences récentes de recherches interdisciplinaires et la valeur informative des résultats obtenus contribueront à terme à enrichir l’archéologie de nouveaux spécialistes « archéo-paléogénéticiens », « archéo-biogéochimistes », avec des compétences dans l’utilisation des outils des sciences de la vie et des recherches en sciences humaines, à condition qu’ils aient accès aux moyens techniques et financiers de leur recherche. Un bon exemple en est la constitution des plateaux techniques communs de chimie des isotopes, et de spectrométrie de masse isotopique au Muséum national d’histoire naturelle.

38Les spécialistes de l’archéométrie (sciences des matériaux) appartiennent à des unités de recherche rattachées aujourd’hui aux instituts Sciences humaines et sociales (INSHS), Écologie et environnement (INEE), Chimie (INC), Sciences de l’univers (INSU), et plus rarement aux Instituts de physique nucléaire et physique des particules (IN2P3) du CNRS.

39La tendance actuelle est plutôt au regroupement des spécialistes dans des équipes ou des unités dédiées, car il est très difficile pour ces chercheurs d’être isolés dans des unités sans équipements ou dépourvues de capacité de maintenance, voire sans possibilité d’échanges scientifiques réguliers dans leur domaine particulier. Cependant de nombreuses équipes comptent moins de trois archéomètres, ce qui correspond à une dispersion. La concentration des moyens et des compétences dans quelques unités dédiées est une solution qui doit être favorisée car la communauté des archéomètres n’est pas si étendue (environ 200 spécialistes – chercheurs, ingénieurs et techniciens – toutes tutelles confondues). La mise en place de dispositifs d’excellence, inhérents aux « investissements d’avenir » de notre système de financement actuel de la recherche, ne doit pas accentuer la dispersion des spécialistes. D’un autre côté, il faut veiller à ce que ces dispositifs ne génèrent pas la disparition de certaines compétences rares qui se retrouveraient hors des structures « élues », et donc fragilisées. La difficulté est de trouver la juste organisation tempérant le risque de l’isolement des chercheurs et celui du clivage entre « généralistes » et « spécialistes » que le regroupement systématique dans des équipes dédiées pourrait (ré) engendrer avec pour conséquence des lectures et des discours distincts sur des objets d’étude identiques.

Établir des équilibres nationaux par la concertation

40L’autonomie des universités et le pouvoir qui leur est confié permettent ou permettront des libertés d’action régionale qui seront sans doute très intéressantes à exploiter. Cependant l’absence de régulation peut poser problème aux petites communautés, le risque étant de créer ex nihilo des pôles qui existent ailleurs et qu’il aurait été plus économique et plus efficace de consolider ; et le risque inverse de voir disparaître des compétences rares au profit de disciplines dominantes. Un équilibre est donc à trouver entre recherche interdisciplinaire délocalisée, réseau de compétences, concentration de moyens techniques et grands instruments. Cet équilibre ne peut être trouvé et maintenu que si une politique scientifique est bien définie dans ses objectifs et dans sa mise en œuvre avec des moyens de coordination hiérarchisée nationalement mis en place.

41Le réseau d’archéométrie adossé à la Mission aux ressources et compétences techniques (MRCT) du CNRS, appelé CAI-RN (pour Compétences archéométriques interdisciplinaires, réseau national), qui a été lancé le 17 mars 2010 et fait suite au RTP Archéométrie, est l’une des structures collectives qui doit pérenniser et consolider ces pratiques interdisciplinaires.

La formation à la recherche

42La pleine reconnaissance de disciplines longtemps qualifiées de « sciences auxiliaires » est aujourd’hui acquise dans le système de recherche et le dialogue entre « généralistes » et « spécialistes » en archéologie est excellent. Cependant, la formation universitaire est encore loin d’avoir généralisé un enseignement qui tienne compte de cet état de la discipline. Nos institutions universitaires sont fondamentalement structurées autour de l’enseignement et donc très fortement disciplinaires. La place donnée aux ouvertures pluridisciplinaires dans la formation au cours des années 1990 avec la création de DEA « multisceaux » associant plusieurs universités (comme le DEA archéologie et environnement) a été assez brutalement remise en question par les réformes du système universitaire. La mise en place du LMD (Licence-Master-Doctorat) et l’instauration de la « concurrence » entre universités ont ainsi conduit à un certain repli de chaque université sur son aire scientifique et géographique. Il existe toutefois quelques îlots – ou niches éco-universitaires – de formations pluridisciplinaires qui connaissent aujourd’hui un renouveau et une reconnaissance nationale (sections 21 et 28 du CNU), voire internationale, de niveau Master (Master Matériaux du Patrimoine Culturel à Bordeaux 3, Master Évolution, Patrimoine Naturel, Sociétés du Muséum de Paris, par exemple). Cela concerne un nombre limité d’étudiants, mais il est important de conserver de telles filières pour former des spécialistes qui viendront alimenter un vivier de recrutement pour les doctorats.

43La question de la formation de jeunes chercheurs sur ces frontières disciplinaires devient donc encore plus cruciale : nous avons besoin de chercheurs capables d’intégrer des données issues des méthodes de disciplines différentes, mais les cadres de recrutement doivent rester suffisamment ouverts pour que ces chercheurs ne restent pas d’éternels marginaux à qui ne seraient proposés que des contrats à la durée limitée à chaque projet. Il faut donc veiller à ce que les possibilités de financement d’emplois précaires offertes par les agences de moyens et le développement en France d’une « archéologie préventive commerciale » ne favorisent pas une réduction des recrutements institutionnels au cœur des disciplines mères, ce qui aurait à coup sûr pour conséquence de faire resurgir massivement une offre de services au détriment d’une capacité de collaboration scientifique à part entière.

44L’organisation de la recherche au sein des laboratoires mixtes Université-CNRS-Ministère de la Culture a pu cependant conserver jusqu’à ces dernières années une bonne marge d’indépendance par rapport à l’enseignement : elle a permis la construction de laboratoires au sein desquels les équipes et les moyens de travail permettent l’interdisciplinarité. La constitution de ces laboratoires a été en grande partie le résultat d’une politique constante des directions du CNRS-SHS depuis le début des années 1970 : créer et entretenir un réseau national pluridisciplinaire de laboratoires et d’équipes en archéologie. Les moyens institutionnels mis à contribution ont débouché sur la création du Centre de recherches archéologiques dans les années 1970 suivi par l’essor des Maisons des sciences de l’homme (MSH) dans les années 1990-2000, la création du laboratoire réseau d’archéométrie, et enfin le renouvellement de la réflexion stratégique collective à travers les réseaux thématiques pluridisciplinaires (RTP) et la formulation d’appels d’offres, le tout dans un esprit presque toujours affirmé de collaboration interinstitutionnelle avec l’INRAP, le Ministère de la culture et le Ministère des affaires étrangères. Cette politique a été accompagnée par l’ouverture des recrutements de chercheurs dans les sections 31 et 32 et les sections interdisciplinaires du CNRS, le maintien d’un corps d’ingénieurs et de techniciens important permettant le développement de l’instrumentation et le fonctionnement des laboratoires, soutenus par une contribution financière tout à fait significative.

45Un enjeu des prochaines années sera certainement l’avenir donné à ces laboratoires par les universités. Avec la nouvelle forme d’autonomie conférée par la LRU, elles gagnent une liberté de choix de stratégie scientifique, renforcée par le mode de financement sur appels d’offre des programmes de recherche et des investissements lourds auxquels les universités répondent individuellement. L’ensemble de ces changements dans l’organisation de la recherche, associés à la nouvelle répartition des laboratoires entre instituts du CNRS, risque de réduire, si on n’y prend garde, la réflexion stratégique collective sur les besoins de l’ensemble de la discipline. Il est en effet vital de réfléchir en commun à la manière dont nos politiques de gestion scientifique devraient évoluer et s’adapter pour prendre en charge pleinement de nouveaux thèmes, donc de nouveaux collectifs de chercheurs, dans des configurations institutionnelles qui ne respectent pas toujours l’organisation de la recherche du moment.

46La recherche interdisciplinaire ne peut se développer que dans la durée qui assure maturité des acteurs et des projets, et bénéfices scientifiques partagés. La reconnaissance des spécialisations et donc de l’atomisation du milieu en sous-disciplines ne doit pas faire obstacle au cumul des connaissances. C’est dans la durée que se forment les généralistes qui produisent les synthèses, lesquelles font bouger les frontières des disciplines, signes de l’appropriation de résultats scientifiques nouveaux par la communauté.

Notes

2 Appellation générique des années 1970 et 1980 mettant l’accent sur la mesure (physique et chimique) plus que sur le terrain et les problématiques. Le réseau thématique pluridisciplinaire Archéométrie a été créé en 2007-2008 (cf. site de l’Institut Écologie et environnement du CNRS). Le bilan du RTP archéométrie est en ligne sur le site de l’Institut des Sciences humaines et sociales du CNRS [http://www. cnrs.fr/inshs/ recherche/RTP-archeometrie/rapportactivite2007-2009. pdf].

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Paysage du Diois à Menglon en 1900. Une crise érosive aiguë affecte les versants défrichés soumis aux conditions rigoureuses du petit Âge Glaciaire. Le reboisement est en marche sur le sommet et le haut versant en pente douce (Archives du Service de la Restauration des Terrains de Montagne, Musée Dauphinois. © Musée Dauphinois).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 2 – Carottage des sols pour analyse de l’évolution du milieu en Guyane (© CNRS Photothèque/CEFE/MC KEY Doyle).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 3 – Enregistrement de la gestuelle d’un artisan expert. Cambay (Inde), 1998 (© B. Bril et V. Roux).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 4 – Ébauches de perles en cornaline actuelles fabriquées à Khambhat (Inde) (© CNRS Photothèque/V. Roux).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 5 – Ensemble de perles harappéennes en cornaline (2500-2000 av. J.-C., civilisation de l’Indus) (© CNRS Photothèque/A. Pelle).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 – Introduction d’un échantillon dans la chambre d’analyse d’un microscope électronique à balayage (IRAMAT-CRP2A, CNRS/Université Bordeaux 3 © CNRS Photothèque/C. Lebedinsky).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 7 – Mesure à l’aide d’un spectromètre Raman portable de la nature des verres de la verrière de la Sainte Chapelle (© CNRS Photothèque/C. Lebedinsky).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 8 – Fouille d’un squelette d’équidé, Tell Chuera (Syrie) (© E. Vila).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11227/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteurs

Directeur de recherche au CNRS au Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 6130). Archéologue, spécialiste des questions de formation des agglomérations complexes et des aménagements des paysages au Proche-Orient spécialement du ive au iie millénaires av. J.-C., il est directeur de la mission archéologique française en Syrie du sud et dirige plusieurs programmes de recherche sur la protohistoire du Levant.

Professeur émérite de géographie à l’université Lumière Lyon 2 et chercheur au laboratoire Environnement, ville et société (UMR 5600). Membre senior de l’Institut universitaire de France, il a obtenu la médaille d’argent du CNRS en 2004. Spécialisé en morphodynamique fluviale, il a développé des collaborations avec les écologues et les archéologues des milieux fluviaux, puis élargi ses perspectives à l’histoire de l’environnement des plaines alluviales et à la gestion des rivières ; cette interdisciplinarité l’a conduit à la diriger la Zone Atelier Bassin du Rhône.

Directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, responsable du groupe de recherche Apprentissage et contexte. Ses recherches portent sur l’apprentissage et l’expertise du mouvement et de l’action, l’utilisation d’outil ainsi que le contexte des apprentissages et de la transmission. Elle a co-édité avec Valentine Roux en 2005 Stone knapping : The necessary conditions for a uniquely hominin behavior (Cambridge, McDonald Press).

Ingénieur de recherche au CNRS. Il dirige l’équipe bordelaise de l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (UMR 5060). Il a été responsable du réseau thématique pluridisciplinaire Archéométrie du CNRS (2007-2009) qui a été pérennisé en 2010 auprès de la Mission aux ressources et compétences technologiques du CNRS (réseau CAI-RN). Ses travaux scientifiques à la confluence des sciences des matériaux et de l’archéologie portent sur le développement de la datation par luminescence et contribuent à la connaissance des cultures préhistoriques et du monde médiéval.

Directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504). Ses travaux portent sur l’évolution des villes et des systèmes de peuplement et utilisent l’analyse spatiale et la modélisation dynamique. Elle s’est intéressée au transfert des concepts et des méthodes entre les disciplines et a développé plusieurs collaborations interdisciplinaires, avec des archéologues et des philosophes d’un côté, des physiciens et des informaticiens de l’autre. Elle a eu la médaille d’argent du CNRS en 2005.

Archéozoologue, chargée de recherche au CNRS au laboratoire Archéorient – Environnements et sociétés de l’Orient ancien (UMR 5133) qu’elle dirige actuellement. Ses recherches portent sur les premières sociétés urbaines proche-orientales. Elle se consacre à l’étude de la relation de l’homme et l’animal et a développé plus particulièrement des programmes sur l’évolution des pratiques zootechniques, sur la domestication de l’âne et sur les modalités de l’élevage pastoral en milieu aride. Elle étudie en outre les pratiques alimentaires en Méditerranée orientale dans l’Antiquité.

Directeur de recherche au CNRS au laboratoire Archéorient (UMR 5133). Ses recherches portent sur les origines de l’agriculture au Proche-Orient et le passage des économies de chasseurs-cueilleurs aux économies de cultivateurs. Il étudie le processus de domestication des céréales. Il a exploré en particulier la culture des céréales morphologiquement sauvages à travers les restes végétaux carbonisés prélevés sur les sites archéologiques en Syrie et Turquie. Il est Associate editor de la revue Vegetation History and Archaeobotany.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540