Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Première partie - L'archéologie, une science de l'homme au carrefour des disciplines

L’intégration interdisciplinaire en archéologie

Interdisciplinary integration in archaeology

Jean-Paul Demoule

Résumé

Archaeologists are necessarily interdisciplinary at the most elementary level, as they need other disciplines, in particular the natural sciences, to shed light on part of their data. Nevertheless, these relationships have varied through time. During the Renaissance, archaeology was mainly aimed at collecting ancient works of art, and blended into art history. Then, as archaeology improved its methods, it became associated from the 19th century with history, for which it was an “auxiliary discipline”. The study of prehistoric periods but also of very recent times, and the ever-increasing range of methods and techniques have gradually made archaeology autonomous, by providing it with a new definition: the analysis of human societies, whatever their age, through their material remains. Collaboration with other disciplines involves, notably, physics, chemistry and the environmental sciences —collaborations in which archaeologists should also maintain a critical distance. Yet the relations with the other social and human sciences are also fundamental, whether they concern art history or history, under renewed forms, or ethnology (with ethnoarchaeology), geography (with spatial analysis), sociology (with the archaeology of the present-day), psychology (with cognitive archaeology and evolutionary archaeology) and linguistics (with the study of migrations). Lastly, the current institutional landscape of archaeology is discussed. This is characterized by a certain break-up, clearly making genuine scientific collaboration more complex.

Texte intégral

1L’interdisciplinarité appartient à la définition même de l’archéologie. Pour interpréter ses données, l’archéologue a besoin des autres. Il n’est d’ailleurs pas le seul ; mais lui le sait et le revendique. Spécialiste des premières sociétés agricoles, je peux identifier les artefacts que je sors de terre (poteries, outils de pierre et d’os, etc.) et, en gros, les écofacts (os d’animaux, restes végétaux, etc.). Mais une partie de ces objets, comme les meules à broyer les grains ou bien les faucilles faites de lames de silex insérées dans un manche en bois de cerf, avait déjà été inventée par des chasseurs-cueilleurs pour traiter le produit de leurs collectes. J’ai donc besoin que des botanistes viennent me dire si les plantes que j’ai recueillies sont encore sauvages, ou bien déjà domestiques, ou encore en voie de l’être. J’ai besoin que des zoologues fassent de même pour les os d’animaux, que des pétrographes identifient les sources possibles des silex ou bien de l’argile des poteries, que des tracéologues me disent à quoi ont servi les outils, que des physiciens proposent des datations (radicoarbone, thermoluminescence, archéomagnétisme) ou pratiquent des prospections électomagnétiques, que des chimistes analysent le contenu des récipients, que des sédimentologues analysent les couches successivement stratifiées et proposent aussi des scénarios climatiques et environnementaux, que des statisticiens m’aident à traiter de grandes quantités de matériel, à proposer des sériations chronologiques et des répartitions spatiales significatives. Lorsque je travaille sur des périodes plus récentes, et sur l’âge du Fer en particulier, j’ai besoin de l’aide des historiens, des philologues, des épigraphistes, des numismates.

2Mais au-delà de ces sciences dites « connexes » ou « annexes », un dialogue est également nécessaire au sein des sciences humaines, avec les anthropologues sociaux pour la compréhension des sociétés (sans même parler de l’ethnoarchéologie), mais aussi avec les historiens, en termes d’« histoire globale », d’histoire comparée et de longue durée, ou encore avec les géographes pour la compréhension des espaces, avec les historiens d’art pour réfléchir sur les « œuvres d’art », voire avec les sociologues ou les psychologues. Le propos de cet article est de s’interroger sur la nature de l’archéologie et, au-delà de ces liaisons nécessaires, sur sa spécificité en tant que science autonome, celle de comprendre les sociétés humaines, quelle que soit leur ancienneté, à travers leurs traces matérielles.

Fig. 1 - Arènes romaines d’Arles. Dès le XVIIe siècle, les notables arlésiens redécouvrent l’Antiquité, fondent au fur et à mesure des trouvailles l’un des plus anciens musées de France, puis dégagent peu à peu l’amphithéâtre romain, jusqu’alors encombré de bâtiments (© A. Fourès).

Une histoire de l’interdisciplinarité

3L’archéologie n’est pas née seule. Elle se confond, en ses débuts, avec l’histoire de l’art. Elle apparaît à la Renaissance, comme la redécouverte des objets d’art laissés par une Antiquité presque oubliée pendant la parenthèse du Moyen Âge, qu’ils aient été enfouis au fil du temps, comme le célèbre groupe sculpté du Laocoon, où qu’ils aient subsisté dans le paysage urbain sans mériter plus d’attention, sinon comme carrières de pierres ou de chaux, à l’instar des théâtres, temples, palais ou amphithéâtres (fig. 1). Les « antiquaires », qui deviendront bientôt, passant d’une appellation latine à une appellation grecque, des « archéologues », accumulent dans leurs Cabinets de curiosités et d’antiques des objets rares et étranges mais, s’agissant de l’Antiquité grécoromaine, de beaux objets (Schnapp 1993). Lorsque l’on passera, au cours du XVIIIe siècle, de l’accumulation à la mise en ordre classificatoire et que se constitueront la botanique, la zoologie ou encore la géologie, l’archéologie restera tributaire du Beau, ce dont témoigne bien l’œuvre de l’allemand Winckelmann, auteur de la première histoire de l’art grec à la fin du XVIIIe siècle.

Fig. 2 - Fouilles de la vallée de l’Aisne dans les années 1970. Ces fouilles ont été l’un des premiers programmes de sauvetage archéologique systématique en France (© A. Coudart).

4Au XIXe siècle, avec la conquête européenne du reste du monde, l’archéologie étend son domaine aux autres civilisations, l’ensemble du Bassin méditerranéen d’abord, et bientôt tous les autres continents. Elle s’étend aussi dans le temps, avec la découverte de la préhistoire. Mais cette dernière reste étroitement tributaire des sciences naturelles : ce sont des géologues anglais, Lyell et Prestwitch, qui authentifient la position stratigraphique des bifaces acheuléens, vieux de 600 000 ans, découverts par Boucher de Perthes dans les carrières de graviers des terrasses de la vallée de la Somme. La préhistoire se définira alors comme une « histoire naturelle de l’homme », en réaction contre le paradigme biblique déclinant. Dans le même temps, l’archéologie classique et orientale, qui lance ses grands chantiers en Grèce, en Égypte et en Mésopotamie, est considérée comme une « discipline auxiliaire de l’histoire », la compréhension des sociétés anciennes ne pouvant provenir que de la lecture des textes, auxquels les fouilles ne viennent qu’apporter des illustrations matérielles. Il faudra un siècle de plus pour que se résorbe cette opposition entre une archéologie science naturelle et une archéologie auxiliaire de l’histoire ; et quelques années pour que, à l’aube du iiie millénaire, l’archéologie éclate à nouveau, du moins au sein du CNRS français et provisoirement, entre deux « instituts », l’un regroupant les sciences humaines, dont l’archéologie des périodes historiques, l’autre les sciences environnementales, parmi lesquelles on place la préhistoire et la protohistoire.

5Au cours du XXe siècle cependant, le développement de l’archéologie des sociétés sans écriture pousse à l’invention de nouvelles méthodes. C’est alors que sont sollicitées les sciences de la nature, mais aussi le comparatisme ethnographique ou encore l’analyse spatiale, telle que la met au point l’archéologie soviétique des années 1930, au sein de son Institut d’étude de la culture matérielle et dans une visée de compréhension sociale. Ce mouvement général mènera à la New Archaeology anglo-saxonne des années 1960-1970, marquée par une attention à toutes les données des sciences environnementales, mais aussi aux mécanismes du raisonnement et de la preuve. C’est aussi à ce moment qu’apparaît l’ethnoarchéologie, qui vise par des enquêtes ethnographiques conduites par des archéologues, à tester en vraie grandeur les hypothèses archéologiques sur le fonctionnement de la culture matérielle des sociétés traditionnelles (jadis appelées « primitives ») encore vivantes. De là naquit aussi l’intérêt pour une approche archéologique des sociétés industrielles contemporaines, avec les enquêtes de William Rathje sur les poubelles de la ville de Tucson, dans le prolongement des recherches sur l’archéologie de la période coloniale. Ainsi peut-on enfin définir, au début des années 1970, l’archéologie comme la science autonome des traces matérielles des sociétés, tout comme l’histoire étudie les sociétés par leurs textes, ou la sociologie par leurs comportements.

6Les années 1970 seront par ailleurs marquées, au moins en France, par l’essor du recours à la physique et à la chimie, ce qu’on appellera « archéométrie », voire « archéosciences », dans un moment d’euphorie positiviste où il semblait que du recours à ces sciences viendrait forcément toute solution. Cette excessive euphorie sera suivie d’un désenchantement symétrique au cours des décennies suivantes, les résultats de la physique et la chimie ayant évidemment, malgré leur coût, leurs limites. Il en ira de même avec l’informatique (« l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas » écrivait alors l’un d’entre eux), avant que les techniques de l’analyse des données ne prennent une place à la fois plus modeste et plus banale.

Fig. 3 - Carte des sites néolithiques dans la vallée de l’Aisne. Les fouilles préventives de grande surface permettent de reconstituer l’implantation des sites à chaque époque (© J. Dubouloz).

7Ce recul de l’enthousiasme positiviste alla de pair dans les décennies 1980-1990 avec l’essor du courant dit « post-moderne » dans les sciences humaines, même s’il fut beaucoup moins marqué en Europe continentale que dans l’archéologie anglo-saxonne – où il s’autoproclama « post-processualisme ». Le retour, en partie justifié à l’origine, de l’intérêt pour les facteurs culturels et idéologiques dans le fonctionnement social aboutit parfois à un fort relativisme culturel, se réclamant aux États-Unis, de la French theory, et en particulier de Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard ou Michel Foucault. Sous une forme plus classique, on peut signaler en France le travail de Jacques Cauvin sur la « naissance des divinités », attribuant à des raisons religieuses l’apparition de l’agriculture au Proche-Orient.

8Mais dans notre pays le fait marquant des années 1980-1990 fut l’essor si longtemps attendu de l’archéologie préventive (fig. 2). L’action décidée d’une partie de la génération du baby boom (ou de mai 1968), et en particulier d’un certain nombre d’agents des services régionaux de l’archéologie du Ministère de la culture, réussit à la fois à sensibiliser peu à peu l’opinion publique et les décideurs, et à persuader les aménageurs (publics dans un premier temps) à financer les fouilles archéologiques préalables. Par effet boule de neige, plus d’un millier d’archéologues travaillaient à la fin des années 1990 au sein de l’Afan, transformée en un établissement public, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), par la loi de 2001. Il s’ensuivit une explosion des données archéologiques, 90 % provenant désormais des fouilles préventives et l’Inrap employant plus de deux milliers d’archéologues au début des années 2010. Cette masse de données ne concernait pas que les artefacts, mais le recours aux sciences naturelles prit aussi un coup de fouet, même s’il fut plus marqué en sédimentologie et en zoologie qu’en botanique par exemple. Cette prégnance du terrain favorisa aussi une certaine approche positiviste, le recours systématique à des datations au radiocarbone par exemple dispensant d’autres approches chronologiques, et plus généralement les approches théoriques des années 1970 tendant à être écartées. Mais d’un autre côté le traitement de très grandes surfaces (Brun et al. 2006, Blancquaert et al. 2011) favorisa une approche en termes de territoires et d’analyses spatiales et environnementales, qui fut extrêmement fructueuse, bien que pas totalement intégrée dans les pratiques et les programmes scientifiques (fig. 3).

9Ce courant positiviste se situait aussi dans le contexte plus général, après les deux décennies postmodernes, du retour des modèles déterministes environnementaux, corollaire de la prise de conscience écologique et des inquiétudes sociales et politiques autour du réchauffement climatique. Cela joua certainement un rôle aussi dans l’éclatement actuel et, espérons-le, provisoire de l’archéologie entre deux des nouveaux « instituts » du CNRS – une régression épistémologique qui nous ramène, comme nous l’évoquions plus haut, au XIXe siècle. La fin des années 2000 fut aussi marquée par le développement volontariste, sinon artificiel, issu d’une volonté politique et idéologique, d’un secteur commercial privé en archéologie préventive, avec le risque évident d’une archéologie à deux vitesses, telle qu’elle peut s’observer dans les pays anglosaxons, et celui d’une dispersion de l’information.

Fig. 4 – Vue aérienne des fouilles néolithiques de Kovacevo (Bulgarie) vers 6000 ans avant notre ère, avec les fondations des habitations. Il s’agit de l’un des plus anciens villages d’agriculteurs en Europe (© M. Lichardus-Itten).

Archéologie et sciences naturelles

10On peut maintenant examiner, discipline par discipline, les relations qu’entretient l’archéologie avec les sciences qui lui sont proches (Demoule et al. 2009, Demoule et Stiegler 2008). On pense évidemment, avant toute chose, aux sciences connexes dites naturelles, ou « dures » voire « exactes », comme si les sciences humaines ne l’étaient pas. Tout a été dit sur le souci légitime de ces disciplines de ne pas faire juste du « service », mais de mener aussi leurs collaborations avec l’archéologie dans une réelle démarche de recherche. Cela vaut d’ailleurs dans les deux sens : mieux vaut pour les archéologues connaître les limites de ce que peuvent apporter ces sciences. Un temps précieux a été perdu à cause de dates au radiocarbone trop « hautes », mais que personne n’osait contester (Demoule 1995). De même, les analyses par ADN ont « définitivement » démontré en 2009 que les premiers agriculteurs néolithiques européens étaient les indigènes mésolithiques acculturés, avant que d’autres analyses ne démontrent exactement le contraire l’année d’après ! Mais point n’est besoin sinon de s’étendre sur la masse d’indispensables résultats que ne cessent d’apporter botanique, zoologie, sédimentologie, climatologie (Thiébault 2010), anthropologie biologique, méthodes de datations, analyses physico-chimiques des matières premières et de leur origine géographique, etc., alors même que leurs techniques ne cessent de s’affiner et de s’étendre. La place manque pour évoquer les mathématiques et l’informatique, qui sont maintenant des outils banals de la plupart des recherches archéologiques.

11Les relations entre l’archéologie et les sciences « dures » ont cependant évolué. En France, il y eut au début des années 1970 cette attente, mentionnée plus haut et quasi-mystique envers les méthodes physico-chimiques, notamment en céramologie, tout comme envers l’informatique. Après un certain nombre de désillusions (aucune de ces méthodes n’est « presse-bouton »), on est aujourd’hui tombé dans l’autre extrême, le renouvellement générationnel ne s’étant fait qu’en partie, et le manque de recherches systématiques sur les provenances de matières premières étant patent. Les recherches environnementales ont en revanche progressé considérablement, en partie moins coûteuses, notamment pour la zoologie. Il est d’ailleurs plus facile de dresser un état des lieux de ces dernières sciences (Van der Leeuw 2002) que pour l’archéométrie. Leur essor a été favorisé par le retour de l’intérêt, évoqué plus haut, pour le déterminisme environnemental.

Fig. 5 – Poteries néolithiques de Kovacevo (Bulgarie), vers 6000 ans avant notre ère. Formes, matières, décors des poteries nous renseignent sur leur datation, leur origine, leur fonction, leur technique de fabrication, etc. (© M. Lichardus-Itten).

L’archéologie dans les sciences humaines

12Une bonne partie du XXe siècle a été marquée par la volonté des archéologues de s’émanciper de l’histoire de l’art et de construire des approches plus anthropologiques. Ce fut d’ailleurs l’une des raisons, au début des années 1970, de l’éclatement de l’ancien Institut d’art de la Sorbonne entre les universités de Paris I d’une part, et Paris IV de l’autre, même si les différences (et les antagonismes) se sont dissipées avec le temps. Pourtant, parallèlement à l’histoire de l’art traditionnelle en archéologie classique, on peut noter l’existence d’une anthropologie des images et des représentations datant déjà de Francastel ou Vernant, présente maintenant aussi en ethnologie comme l’a montré un récent colloque au musée du Quai Branly (Dufrêne et Taylor 2009, cf. aussi Schnapp 1997, Demoule 2007, Belting 2004). Il est d’ailleurs intéressant que la démarche de certains artistes, réfléchissant sur la pro duction de déchets par nos sociétés modernes et sur l’espérance de vie de notre culture matérielle se soient délibérément situés dans une problématique archéologique, tel Daniel Spoerri, du mouvement des Nouveaux réalistes, enterrant en 1983 les tables servies d’un banquet de cent personnes (le Déjeuner sous l’herbe), dans l’idée de le fouiller plus tard (Demoule 2012) ; ainsi se retrouvaient, au terme d’un long détour, art et archéologie (fig. 6).

  • 1 Cf. le blog :http://blogs.histoireglobale.com

13L’autre tutelle dont s’est libérée peu à peu l’archéologie, c’est l’histoire tout court, dont elle a longtemps été une « discipline auxiliaire », chargée d’apporter humblement aux interprétations des historiens quelques illustrations matérielles. L’ouverture de l’archéologie vers des sociétés sans écriture a permis le développement de méthodes autonomes, qu’a su utiliser en retour l’archéologie des périodes historiques. En même temps, l’archéologie de périodes récentes, médiévales et modernes, a prouvé combien ces textes pouvaient être « partiels et partiaux ». La grande fouille du Louvre des années 1980 sur un quartier de Paris du XVIe au XVIIIe siècle a bien montré l’écart, mais aussi la complémentarité, entre les inventaires après décès recélés dans les archives, et les données des fouilles. Les résultats de la fouille en 2010 du Déjeuner sous l’herbe étaient déjà, sur certains points, en décalage sensible par rapport aux informations livrées antérieurement par des témoins. Mais l’archéologie joue aussi un rôle dans toutes les problématiques historiques actuelles, au moment où se développe l’« histoire globale » ou World history, dans la mesure où elle apporte la globalité de la longue durée1, par exemple quant aux crises environnementales passées, à la question de l’origine de l’agriculture, ou encore à celle de l’origine des inégalités et de l’État.

14La géographie a apporté dès les années 1970 les techniques de l’analyse spatiale, développées dans les pays anglo-saxons sous le nom de New Geography, techniques devenues classiques (mais initiées en partie par les géographes allemands des années 1930), notamment pour modéliser l’implantation des sites, leur éventuelle hiérarchisation, ou encore les modes de circulation et d’échange. L’intérêt pour les méthodes environnementales a permis plus récemment l’émergence d’une « géoarchéologie » ou « archéogéographie » (sans rentrer dans les nuances) qui permet d’étudier sur la longue durée le rapport ou plutôt la co-évolution de l’homme et du milieu naturel, les épisodes de surexploitations suivies d’effondrement de ce milieu, et les phénomènes de réactions, sinon de reconstitutions à long terme, du milieu naturel, ce que l’on désigne maintenant sous le terme assez en vogue de « résilience ».

15L’ethnologie a été de longue date convoquée par l’archéologie et l’histoire ancienne, au moins depuis l’ouvrage du père jésuite Lafitau en 1724 sur les Mœurs des sauvages Américains comparées aux mœurs des premiers temps. Au XIXe et au début du XXe siècle, on parlait de « comparatisme ethnographique », une démarche ensuite dévalorisée, avant qu’elle ne renaisse avec l’ethnoarchéologie. Cette dernière – ethnologie (ou anthropologie sociale) pratiquée par des archéologues sur la culture matérielle des dernières sociétés traditionnelles vivantes, permet de tester sur des populations réelles des hypothèses archéologiques, comme la coïncidence, ou non, des différents domaines de la culture matérielle dans la définition des identités ethniques. Par exemple, y a-t-il coïncidence entre la distribution d’une langue, de décors de poteries et de formes architecturales ? Si ces enquêtes ne constituent pas des preuves, au sens de l’archéologie expérimentale notamment, elles enrichissent les interprétations. On peut citer en exemple les enquêtes d’Anne-Marie et Pierre Pétrequin sur les Papous de Nouvelle-Guinée, dernières sociétés au monde à fabriquer des haches en pierre polie, enquêtes qui ont porté non seulement sur la production, mais sur la circulation et la signification sociale de ces objets (Pétrequin et Pétrequin 2006) ; ou encore les travaux de Michael Dietler et Ingrid Herbich sur les poteries des Luos du Kenya (Dietler et Herbich 1993, cf. aussi Coudart 1992). Plus globalement, c’est la trajectoire des sociétés humaines qui peut réunir archéologues et ethnologues pour des réflexions partagées (Testart 2005, Godelier 2007).

Fig. 6 – Fouille du Déjeuner sous l’Herbe, banquet organisé en 1983 à Jouy-en-Josas par l’artiste « nouveau réaliste » Daniel Spoerri. Tout en prolongeant la démarche artistique, la fouille est un laboratoire pour les techniques archéologiques et montre l’écart entre les témoignages oraux ou écrits et la réalité (© A. Fourès).

16Si ces approches de cultures matérielles vivantes concernent les sociétés traditionnelles, elles peuvent aussi porter sur nos sociétés industrielles. En sociologie, Jean Baudrillard l’avait inauguré avec Le système des objets (1968) et les pays anglo-saxons ont ouvert le champ des Material culture studies (Appadurai 1988, Coupaye et Douny 2009), lesquels ont impliqué aussi bien des sociologues que des ethnologues (Lemonnier 1993) ou des archéologues (Miller 2005). Ce sont des archéologues qui ont plus précisément étudié les poubelles de nos sociétés, telle l’enquête de William Rathje à Tucson en Arizona (Rathje et Murphy 1992), qui montra en particulier l’écart entre les comportements réels de gaspillage constatés par les archéologues, et ce que les populations étudiées prétendaient faire dans leurs réponses aux questions des sociologues. Il n’y a donc pas de limites dans le temps aux enquêtes de l’archéologie (Journot et Bellan 2011) et la fouille du Déjeuner sous l’herbe de Daniel Spoerri, évoquée plus haut, éclaire aussi bien sur la distance en moins de trente ans entre témoignages écrits ou oraux et réalités archéologiques, que sur les comportements des élites des années 1980 en termes de manières de table.

17La psychologie, qui ne travaille normalement que sur des humains en vie, a noué aussi des rapports de longue date avec l’archéologie. Siegmund Freud avait une fascination pour l’archéologie et pour Heinrich Schliemann, le découvreur de Troie, qui pour l’inventeur de la psychanalyse avait « trouvé son bonheur en découvrant le trésor de Priam, tant il est vrai que la réalisation d’un désir infantile est seule capable d’engendrer le bonheur ». Freud avait d’ailleurs constitué une collection de plus de 2000 objets archéologiques (Demoule 2003, Viéville et Garnier 2008) et possédait d’après lui plus de livres d’archéologie que de psychologie. Et on sait l’importance pour lui de la métaphore archéologique pour l’enquête analytique. Si les psychanalystes contemporains rechignent souvent devant cette métaphore, l’archéologie a poursuivi sous d’autres formes son commerce avec la psychologie. Ainsi est apparue dans le sillage des sciences cognitives et des neurosciences une « archéologie cognitive », qui tâche d’après les comportements des hommes du passé de reconstituer leurs aptitudes psychomotrices (cf. entre autres Mithen 1999, de Beaune et al. 2009). Cette approche n’est pas si nouvelle, puisqu’elle est déjà présente dans Le geste et la parole d’André Leroi-Gourhan (1964) et, quant à la modélisation des raisonnements archéologiques, dans l’archéologie « logiciste » de Jean-Claude Gardin (1979), explicitement cognitive. L’archéologie cognitive anglo-saxonne a néanmoins mené à de nouveaux développements. C’est aussi la perspective de l’archéologie évolutionnaire (evolutionary archaeology), très en vogue récemment aux États-Unis et présente également en histoire et en anthropologie sociale (par exemple O’Brien et Lyman 2000, Hurt et Rakita 2000, Smail 2008, Muscio et Lopez 2009), qui vise à replacer l’histoire humaine dans une vision darwinienne globale.

18Enfin la linguistique entretient des rapports anciens avec l’archéologie, d’abord sous la forme originelle de la philologie et de l’épigraphie, indispensables aujourd’hui encore à la lecture et à l’interprétation des textes anciens. Concernant les sociétés pré-et protohistoriques, ces rapports portent sur la reconstitution des migrations anciennes. Le cas le plus connu est celui du fameux « problème indo-européen », où linguistes, archéologues, historiens des religions et même anthropologues biologistes cherchent depuis plus de deux siècles à situer le foyer primitif (Urheimat en allemand) d’un peuple « proto-indo-européen » supposé. Deux hypothèses dominent à l’heure actuelle, celle, classique, d’un foyer steppique au nord de la Mer Noire et celle d’une migration indo-européenne identifiée à la colonisation néolithique de l’Europe depuis le Proche-Orient, chacune possédant de bons arguments contre l’autre, mais aucune preuve définitive pour elle-même. Pourtant, de nouveaux éclairages pourraient venir de la linguistique elle-même, dans la mesure où certains linguistes développent des modèles de ressemblances et de convergences entre langues beaucoup plus complexes que le modèle canonique arborescent centrifuge en vigueur chez les indo-européanistes (cf. Collectif 2010). Cela vaut aussi pour les autres groupes linguistiques.

19Ainsi l’archéologie avec les autres sciences humaines, et sous les formes très variées de ce panorama non exhaustif (on aurait pu évoquer aussi les relations avec le droit pénal et l’éthique), convergent pour développer des problématiques interdisciplinaires riches et novatrices, en complément de celles travaillées au sein de chacune d’entre elles. Cette convergence prend ainsi la forme d’une science totale de l’Homme, une Anthropologie au sens originel.

Le paysage institutionnel

20Ces recherches interdisciplinaires sont menées dans des conditions de travail pour les archéologues qui diffèrent suivant les cadres institutionnels, d’autant que le paysage archéologique est en France particulièrement complexe et dispersé. Or aucune science ne se pratique endehors de ses conditions concrètes de travail.

21On a déjà rappelé combien l’éclatement de l’archéologie entre deux instituts du CNRS nous paraissait aller contre le sens de l’histoire des sciences, même s’il est de bon ton de qualifier parfois le CNRS d’institution « soviétique », tant il est vrai qu’il n’a pas son équivalent dans les pays de tradition anglo-saxonne. Symétriquement, le démantèlement parfois envisagé du CNRS au profit des universités, toujours selon le modèle anglo-saxon ou du moins ce qu’on s’en représente, pourrait paraître un non-sens car les universités françaises n’ont, jusqu’à preuve du contraire, aucune politique scientifique autre que la reconduction des équilibres disciplinaires acquis – à la différence justement de leurs homologues anglo-saxonnes. La création en 2002 de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), un siècle et demi après celle de l’École française d’Athènes a permis enfin, on l’a évoqué, de stabiliser l’exercice de l’archéologie préventive après des décennies de destructions massives par les travaux d’aménagement. Cet institut de recherche est, en même temps, un lieu permanent d’échanges scientifiques internes et externes et a développé en particulier les disciplines paléoenvironnementales. Mais il reste encore fragile, de par la faible légitimité de l’archéologie métropolitaine pour les élites politiques. En outre, le développement artificiel d’un secteur marchand à rebours de toute logique scientifique est un facteur de risque à terme, patent dans tous les pays qui s’y sont essayés. Si l’essor important des services archéologiques de collectivités territoriales (villes, communautés d’agglomération, départements) est une bonne chose pour guider les élus locaux dans leurs projets d’aménagement et diffuser auprès du public une archéologie de proximité, leurs capacités de recherche dépendent de leurs moyens et de leur insertion dans le milieu scientifique. L’archéologie au Ministère de la culture souffre à la fois de l’affaiblissement continu des services publics français (la « révision générale des politiques publiques » ou RGPP), de la surcharge de travail de ses agents et d’une pente ininterrompue vers la décentralisation culturelle qui, paradoxalement, renforce le pouvoir des préfets et diminue la marge d’initiative de ces services. Enfin l’archéologie française à l’étranger (fig. 4 et 5), avec son triple niveau d’intervention (5 grandes Écoles, 11 instituts, environ 150 missions annuelles), si elle obtient des résultats d’une grande qualité, souffre aussi d’une diminution de ses moyens, sans parler des aléas de la géopolitique.

22Dans ce paysage éclaté, nul doute que le projet d’un Institut national d’archéologie, comme il en existe dans d’autres pays et qui regrouperait une grande partie des forces vives en présence, reste toujours d’actualité. Prôné par un rapport d’Henri Seyrig en 1968, préfiguré de 1973 à 1997 par le Centre de recherches archéologiques (CRA) du CNRS à Valbonne fondé par Jean-Claude Gardin, il est revenu en débat en 2007-2008, précisément au moment de la reconfiguration des départements du CNRS en instituts. Il permettrait aussi bien des économies d’échelle qu’un renforcement des moyens de l’archéologie, des politiques de recherche plus cohérentes et une bien meilleure visibilité de l’archéologie. Ce serait le lieu même de l’interdisciplinarité. Les archéologues ont certes les millénaires derrière eux et une certaine patience. Une grande partie de leurs moyens, en particulier dans l’archéologie préventive, ont été obtenus par les efforts collectifs des archéologues eux-mêmes. Mais il serait dommage que tous ces acquis, aussi bien documentaires que méthodologiques et théoriques de ces dernières décennies, ne soit pas mieux exploités et mis en valeur.

Notes

1 Cf. le blog :http://blogs.histoireglobale.com

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Arènes romaines d’Arles. Dès le XVIIe siècle, les notables arlésiens redécouvrent l’Antiquité, fondent au fur et à mesure des trouvailles l’un des plus anciens musées de France, puis dégagent peu à peu l’amphithéâtre romain, jusqu’alors encombré de bâtiments (© A. Fourès).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 2 - Fouilles de la vallée de l’Aisne dans les années 1970. Ces fouilles ont été l’un des premiers programmes de sauvetage archéologique systématique en France (© A. Coudart).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 3 - Carte des sites néolithiques dans la vallée de l’Aisne. Les fouilles préventives de grande surface permettent de reconstituer l’implantation des sites à chaque époque (© J. Dubouloz).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 4 – Vue aérienne des fouilles néolithiques de Kovacevo (Bulgarie) vers 6000 ans avant notre ère, avec les fondations des habitations. Il s’agit de l’un des plus anciens villages d’agriculteurs en Europe (© M. Lichardus-Itten).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Fig. 5 – Poteries néolithiques de Kovacevo (Bulgarie), vers 6000 ans avant notre ère. Formes, matières, décors des poteries nous renseignent sur leur datation, leur origine, leur fonction, leur technique de fabrication, etc. (© M. Lichardus-Itten).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 6 – Fouille du Déjeuner sous l’Herbe, banquet organisé en 1983 à Jouy-en-Josas par l’artiste « nouveau réaliste » Daniel Spoerri. Tout en prolongeant la démarche artistique, la fouille est un laboratoire pour les techniques archéologiques et montre l’écart entre les témoignages oraux ou écrits et la réalité (© A. Fourès).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11225/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 875k

Auteur

Professeur de protohistoire européenne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a mené des fouilles de sauvetage dans la vallée de l’Aisne, en Grèce et en Bulgarie. Il a participé à l’élaboration de la loi française sur l’archéologie préventive et à la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives qu’il a présidé de 2001 à 2008. Ses travaux portent sur la néolithisation de l’Europe, les sociétés de l’âge du Fer, l’histoire de l’archéologie et son rôle social et ses constructions idéologiques comme celle du « problème indo-européen ».

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search