Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Première partie - L'archéologie, une science de l'homme au carrefour des disciplines

L’archéologie actuelle

Entre émerveillement et découragement

Current archaeology: between wonder and despair

Stéphane Verger

Résumé

Current archaeology provides several contradictory feelings: marvel at the virtually limitless possibilities offered by ever-finer scientific procedures providing access to information that until recently existed only within an archaeological utopia; but also suffocation by the exponential growth of documentation and powerlessness in the face of the destruction of various kinds which we have now ways to quantify, including the massive and irreparable damages generated by trafficking in antiquities, practiced on an industrial scale.
These sentiments apply to all kinds of archaeology, whether scheduled, preventative, practiced by academics, by professionals or by amateurs. All these forms of archeology contribute in unexpected ways to scientific innovation. Even if there are grounds for consensus, new developments in archeology are difficult to understand for the general public, which maintains a confused image of the discipline as caught between the myths of the nineteenth century and utopias of the third millennium.

Texte intégral

La recherche des vestiges du Phare d’Alexandrie a permis de mettre au jour des trésors inestimables (© Stéphane Compoint).

1L’archéologie actuelle offre des visages très contrastés. Les sentiments qu’elle suscite sont contradictoires, tant pour l’ensemble de ses acteurs que pour son public, qui y est très attaché. Son caractère multiforme, morcelé, largement dû à la stratification des conceptions scientifiques qui se sont succédé depuis plus d’un siècle, dont elle conserve tous les stigmates comme dans un gigantesque palimpseste, la rendent difficile à appréhender de manière univoque, aussi bien par les spécialistes que par le grand public.

2Le premier sentiment qu’elle suscite est sans doute l’émerveillement : face aux transformations qu’elle a subies dans les toutes dernières décennies ; face aux avancées considérables qu’a permis l’application de méthodes scientifiques toujours mieux adaptées à l’élaboration et à la résolution de problématiques historiques variées. Les résultats obtenus, qui souvent prennent la forme d’images frappantes, bouleversent des façons de voir pourtant solidement ancrées, remettent en question des manières de travailler implicitement acceptées par tous depuis des décennies.

3Tous les nouveaux outils scientifiques des sciences de la terre, de la matière et de la vie ont été mobilisés pour faire parler les objets, les sites, les paysages, pour en tirer des indications qu’aucun archéologue sensé n’aurait rêvé obtenir au milieu du siècle dernier. L’association étroite des scientifiques à la définition des nouveaux objectifs de la recherche archéologique a ouvert de nouveaux chantiers intellectuels. Elle a permis la construction de nouveaux systèmes de référence, comme dans les domaines de la chronologie, de l’évolution humaine, de l’archéologie des techniques, de la reconstitution de l’environnement ancien. Prenons quelques exemples, nécessairement partiels et subjectifs, car issus des rencontres et des lectures qui m’ont été données de faire dans les dernières années. D’autres que moi auraient pu choisir des cas bien différents, pour arriver sans doute à une constatation semblable.

Fig. 1 – L’étude géomorphologique de la plaine du Méandre sur la côte occidentale de la Turquie a permis de déterminer le rythme d’avancée de la sédimentation fluviale de l’époque mycénienne au début de l’époque moderne (a) et de reconstituer virtuellement le paysage antique autour des grandes cités de l’Ionie que sont Milet, Priène et Myous (b-c) (d’après H. Brückner et al. 2006).

Fig. 2 – L’un des plus grands chantiers d’archéologie urbaine préventive est actuellement celui de Yenikapı à Istanbul, dans l’ancien port de Byzance (a). On y fait face à l’urgence, aux contraintes de la fouille scientifique actuelle (b) et au traitement de vestiges fragiles, comme les nombreux bateaux qui ont coulé dans le port (c) (© Musée archéologique d’Istanbul).

4Commençons par ces paysages anciens, qui sont virtuellement métamorphosés par les enquêtes actuelles. Ainsi par exemple, les études géomorphologiques menées dans l’estuaire du Büyük Menderes, l’ancien Méandre, sur la côte occidentale de la Turquie, qui sont fondées sur l’analyse rigoureuse d’une riche série de prélèvements par carottage (Brückner et al. 2006), renouvellent de manière presque provocatrice l’image que l’on se faisait des grandes cités ioniennes de Milet, de Priène et de Myous (fig. 1). Leur prospérité, leurs crises et leur disparition, mais aussi les relations entre elles, ne se comprennent que si l’on suit précisément l’avancée de la sédimentation fluviale de l’époque mycénienne à la fin de l’Antiquité, qui transforme un golfe largement propice aux circulations et aux aventures maritimes en une grande plaine alluviale aujourd’hui dédiée à la culture du coton.

5Parfois, les résultats obtenus sont inattendus, presque incroyables, iconoclastes. Qui aurait pensé que l’interprétation de grands sites de l’âge du Fer, comme le pont de Cornaux et la station éponyme de La Tène, connue depuis le milieu du XIXe siècle, près du lac de Neuchâtel en Suisse, aurait encore pu rebondir il y a à peine trois ans, grâce à l’examen autoptique des stratigraphies et des photographies historiques des fouilles anciennes, dans lesquelles les géologues, Jean-Pierre Garcia et Christophe Petit en l’occurrence, voient aujourd’hui les signes clairs d’un tsunami qui aurait ravagé exceptionnellement les rives du lac de Neuchâtel (Garcia et Petit 2009) ?

6Qu’aurait écrit Roland Martin (1912-1997) sur l’urbanisme des cités grecques d’Occident s’il avait pu disposer du plan complet de Sélinonte en Sicile, obtenu récemment par une prospection géophysique systématique et définitive de la ville et de ses environs dans le cadre d’un programme de l’Institut archéologique allemand de Rome (Mertens 2003), prospection qui confirme finalement les hypothèses hardiment formulées par Juliette de La Genière (1981) à partir de petits sondages topographiques manuels ?

7Quelle aurait été la remarque sarcastique de Luigi Pigorini (1842-1925), le père de la palethnologie italienne, si on lui avait dit que, dans un avenir même très lointain, on aurait pu dater à la saison près les constructions, les réparations, les réaménagements des maisons sur poteaux de bois des palafittes néolithiques (cf. par ex. Bleicher 2009).

  • 1 De nouvelles interprétations à partir de recherches récentes sont proposées dans Stöllner et al. 20 (...)

8Quelle n’aurait été la satisfaction de Ludwig Pauli (1944-1994), le regretté spécialiste des Alpes à l’âge du Fer, s’il avait connu les résultats des études anthropologiques et paléo-pathologiques effectuées récemment dans la nécropole de Hallstatt en Autriche (Ott et al. 2004), qui montrent que tous les défunts de la nécropole, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, portent des stigmates d’un travail de force, confirmant finalement sa reconstitution de l’organisation de la production dans les mines de sel, élaborée à partir du cas du Dürrnberg (Pauli 1978)1. À l’époque, cet essai avait été très décrié, car il prenait de manière provocatrice le contre-pied des interprétations en termes d’économie princière ou aristocratique et supposait déjà que les défunts des tombes les plus riches étaient aussi ceux qui travaillaient à l’extraction, dans une sorte d’organisation coopérative.

9Comment Wolfgang Kimmig (1910-2001), l’un des grands protohistoriens allemands à l’origine du modèle des Fürstensitzen hallstattiennes, aurait commenté les analyses d’ADN effectuées dans les grandes tombes des environs d’Asperg et de Hochdorf, qui donnent une vision nuancée des liens familiaux entre les différents défunts éminents de ces sépultures et engagent à proposer de nou veaux modèles d’organisation politique complexe pour les grandes entités de l’Allemagne du sud au VIe siècle avant J.-C. ? (Krauße 2005, Hummel et al. 2005).

10Quelle n’aurait été la joie de Dinu Adamesteanu (1913-2004), le grand surintendant archéologue de la Basilicate, dans le sud de l’Italie, si Massimo Osanna avait pu lui apprendre que l’on avait prouvé, grâce à une analyse chimique fiable, que les aristocrates indigènes qui vivaient dans la grande demeure à abside de Satriano au VIIIe siècle avant J.-C., avant même l’arrivée des colons grecs sur la côte, buvaient du vin ? (Osanna 2010).

11Quelle exclamation colorée aurait poussée Yvon Thébert (1943-2002), notre regretté collègue spécialiste des thermes romains, si Aïcha Ben Abed, Henri Broise et John Scheid avaient pu lui dire qu’il était désormais possible de déterminer la température de l’eau sortant de chacune des canalisations des bains de Jebel Oust en Tunisie, grâce à l’analyse des concrétions des bassins menée par Christophe Petit ? (Ben Abed-Ben Khader et al. 2008).

12On pourrait bien sûr multiplier les exemples de domaines entiers de la discipline pour lesquels la dernière décennie de recherches a modifié sensiblement notre vision des choses, grâce à des approches qui, il y a une génération encore, auraient relevé de l’utopie archéologique ; pour lesquels la stricte prise en compte de données scientifiques nouvelles et inattaquables nous engage parfois à adopter sans rechigner des interprétations que les plus hardis des archéologues des décennies précédentes n’auraient même pas osé envisager.

13Le deuxième sentiment que procure l’archéologie actuelle est celui du découragement face à l’immensité de la tâche à accomplir partout, dans l’urgence de la destruction annoncée et la précarité des moyens humains et économiques ; face à la quantité considérable de données accumulées, à l’accroissement exponentiel d’une documentation qui doit chaque jour être sauvée d’une disparition irrémédiable pour ensuite attendre des décennies l’heure de son étude et de sa publication. Les différentes menaces qui pèsent sur le patrimoine archéologique terrestre et subaquatique sont nombreuses et malheureusement bien connues. Les efforts gigantesques, mais structurellement insuffisants, pour remédier à leurs effets également. Prenons toutefois quelques exemples récents.

  • 2 Ces informations m’ont été communiquées par les collègues du Musée archéologique d’Istanbul, Mme Ze (...)

14C’est à la fois l’effroi, l’émerveillement et bien sûr l’admiration que l’on ressent lorsque l’on visite l’un des plus grands chantiers d’archéologie urbaine préventive actuellement en activité, celui de Yenikapı, sur la ligne du nouveau métro d’Istanbul, dans la zone de l’ancien port de Byzance (Kızıltan 2010). Les chiffres parlent d’eux-mêmes2, les images aussi : un chantier ouvert depuis 2004, 7 hectares fouillés sur 14 mètres de profondeur, 350 ouvriers distribués en équipes faisant les 3/8, dirigés par 55 archéologues (fig. 2a) ; 140 000 caisses achetées, mais utilisées au moins trois fois chacune, soit un demi-million de caisses de matériel archéologique recueilli, lavé, trié, étudié sur place au fur et à mesure de l’avancée du chantier ; une moyenne de 50 caisses pour un carré de 5 m sur 5 m fouillé sur une épaisseur de 50 cm.

15À Yenikapı, comme sur bien d’autres chantiers préventifs, mais à une échelle plus démesurée, il faut concilier l’urgence, l’organisation d’un chantier considérable de travaux publics, mais aussi les exigences de plus en plus contraignantes de la fouille scientifique actuelle la plus fine (fig. 2b), dans un milieu humide et portuaire qui livre des données aussi fragiles que passionnantes. C’est un laboratoire pour les géomorphologues, qui y trouvent, là aussi, les traces bien claires d’un événement traumatique de type tsunami. C’est un site pilote pour l’archéologie navale, avec actuellement 36 épaves réparties sur toute la surface explorée (fig. 2c). Un véritable laboratoire pour l’étude des bois anciens, du Néolithique à l’époque moderne, qui requièrent un soin méticuleux, presque surréaliste dans le contexte de l’agitation continuelle de l’immense chantier.

Fig. 3 – Le dernier tronçon de la ligne du TGV Rome-Naples, à Casal Bertone dans la banlieue de Rome (a), a révélé le tracé d’une voie bordée de mausolées (b, en haut) derrière lesquels se trouvait fullonica industrielle (b, en bas). Une autre nécropole du secteur a livré des squelettes qui, comme l’a montré l’étude anthropologique (c), portent les stigmates d’un travail prolongé dans la fullonica (© S. Musco et P. Catalano, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma).

16C’est ce même grand écart entre l’urgence constante de la gestion de chantiers dispersés, qui se succèdent sans interruption, et les exigences toujours plus grandes de l’anthropologie de terrain – l’archéothanatologie d’Henri Duday et de Bruno Boulestin (Duday 2006) – que doivent faire les collègues du service d’anthropologie de la surintendance archéologique de Rome, dirigé par Paola Catalano (Catalano 2008 et les articles p. 14-57 du même dossier). Là aussi, les chiffres parlent : 5 000 tombes fouillées en une décennie, dispersées sur une cinquantaine de sites éparpillés dans toutes les banlieues de la ville. Des typologies funéraires très variées, qui demandent à chaque opération une adaptation nouvelle aux conditions de terrain. Une insertion toujours à négocier dans le plan général de la gestion de l’inépuisable patrimoine archéologique de la capitale de l’Empire. Et des moyens en personnel minimes, temporaires, à renégocier au jour le jour.

17Ici, comme à Yenikapı, il est impossible de choisir entre la gestion quotidienne d’un patrimoine irremplaçable, toujours menacé de destruction, et l’exploitation scientifique poussée, toujours plus exigeante en soins, en temps et en qualification, de quelques situations spectaculaires, de tout premier ordre pour les historiens de l’économie, de la société et de la religion romaines. Retenons ainsi le cas de Casal Bertone, sur le dernier tronçon du TGV Rome-Naples, où Stefano Musco a mis au jour les vestiges d’une fullonica industrielle et de plusieurs nécropoles permettant de distinguer diverses classes sociales (Musco et al. 2008) (fig. 3a et b). Dans l’une d’entre elles en particulier, l’étude anthropologique a permis d’identifier les stigmates de l’activité des ouvriers de la fullonica (fig. 3c), donnant ainsi pour la première fois un cadre topographique et humain à la division du travail dans la capitale de l’Empire.

Fig. 4 – Les campagnes de prospections et de relevés dans les lits des fleuves montrent les menaces de destruction qui pèsent sur les structures monumentales, comme les ponts (a, les ponts romains de Saint-Satur sur la Loire) et les vestiges mobiliers (b, le dépôt protohistorique du site de la Motte à Agde dans l’Hérault) (© A. Dumont et P. Moyat).

Fig. 5 – Des chefs d’œuvre de l’art antique volés par les pilleurs de tombes dans les hypogées d’Ascoli Satriano (Pouilles) ont rejoint les collections du J. Paul Getty Museum de Malibu en Californie. Ils ont été récemment restitués à l’État Italien : a, détail d’un trapezophoros en marbre ; b, intérieur d’un bassin en marbre orné d’une frise de Néréides polychromes. Fin du IVe siècle av. J.-C. (© Direction générale des Antiquités, Rome).

18Il y a encore quinze ans, les spécialistes des pratiques funéraires romaines, qui travaillaient en Italie, en Gaule ou en Afrique du Nord, cherchaient vainement des références exploitables à Rome même (Scheid 2008). Elles existent bien aujourd’hui, mais leur abondance même empêche de les prendre en compte au niveau qu’elles mériteraient vraiment, malgré tous les efforts consentis jour après jour par les collègues fonctionnaires et contractuels de la surintendance.

19On dispose maintenant de moyens efficaces et précis pour éva luer le rythme de destruction des sites, ce qui rend la menace encore plus présente. Ainsi, par exemple, Alain Tabbagh et son équipe ont présenté récemment les résultats de prospections aériennes puis géophysiques menées sur le même site du Berry à moins de vingt ans, puis à quatre ans de distance, montrant la dégradation impressionnante des structures sous l’action de l’érosion agricole (Querrien et al. 2009). Des suivis de contrôle sont également effectués pour l’enregistrement et la préservation du patrimoine fluvial. Là aussi, le rythme des destructions est souvent préoccupant, que cellesci soient dues à des interventions brutales sur les structures, comme l’arrachement massif des séries de gros pieux en bois de certains ponts antiques importants de la Loire, étudiés par Annie Dumont (2010) (fig. 4a), ou bien aux effets plus ou moins réguliers de l’érosion fluviale, qui découvre et finalement fait disparaître des sites-clés. Ainsi, par exemple, la plus ancienne attestation certaine d’une installation humaine protohistorique à Agde – une des agglomérations les plus importantes pour l’étude des premières fréquentations grecques et étrusques en Méditerranée du nord-ouest – est un habitat du VIIIe siècle avant J.-C. repéré par Annie Dumont et Philippe Moyat lors d’une heureuse prospection du lit de l’Hérault. La trouvaille la plus importante y est un très riche dépôt métallique contenant une exceptionnelle parure cérémonielle féminine du début de l’âge du Fer, sauvée in extremis de la disparition, juste avant qu’elle ne soit définitivement dispersée par le courant (Moyat et al. 2007, Verger et al. 2007a) (fig. 4b).

20Autre course contre le temps, celle de la lutte contre le trafic des antiquités, qui fait partie de manière toujours plus sensible du métier d’archéologue. Rappelons par exemple la situation dans les Pouilles, en Italie, ou la regrettée Marina Mazzei (1955-2004) avait, avant les grands procès médiatisés des années 2000, débusqué et montré au milieu archéologique international globalement trop conciliant, l’ampleur industrielle des destructions, des pillages, et l’échelle mondiale de trafics bénéficiant de complicités à tous les niveaux (Graepler et Mazzei 2009, Flutsch et Fontannaz 2010). Les démembrements de mobiliers funéraires touchaient parfois des œuvres parmi les plus importantes de l’Antiquité, comme le support de table en marbre aux griffons (fig. 5a) et le bassin aux Néréides (fig. 5b) de la fin du IVe siècle avant J.-C. d’une tombe d’Ascoli Satriano, dans la province de Foggia, qui ont récemment regagné le sol italien à l’issue d’un long et dur combat juridique. Ils auront tous deux leur place dans les grands manuels de sculpture et de peinture grecques, malheureusement sans leur contexte de découverte, à jamais perdu (Godart et De Caro 2007).

21Chaque année, les annonces de pillages spectaculaires se multiplient. Ainsi, depuis la tenue du colloque en juin 2010 à Paris, on a appris que la police turque avait, à l’issue de deux années d’enquête, remonté une filière conduisant à la tombe d’un grand personnage de la Carie vers le milieu du IVe siècle avant J.-C., peut-être Hékatomnos, le père de Mausole, dont le sarcophage et la chambre funéraire ont été sauvés, mais pas le mobilier qu’ils contenaient, parti sans doute vers des collections turques ou étrangères (Brunwasser 2011).

22L’une des caractéristiques de l’archéologie actuelle, c’est peut-être d’être prise dans un double tourbillon qui la tire finalement dans deux directions en partie opposées : d’un côté celui de l’innovation technique et méthodologique, qui démultiplie les connaissances mais crée simultanément de nouvelles exigences de terrain et de laboratoire ; de l’autre celui de l’urgence face aux destructions de toutes sortes, qui engendre une tension toujours plus tangible dans le travail quotidien de gestion, de préservation, d’exploitation et de mise en valeur du patrimoine archéologique.

23Quelle illustration plus frappante de ce paradoxe contemporain de l’archéologie que la vision du chantier préventif du Mormont en Suisse (Collectif 2009), où de courageux fouilleurs transis de froid, employés par une société privée d’archéologie (Archeodunum) mais collaborant avec les services cantonaux et avec une équipe internationale de chercheurs, appliquent consciencieusement les techniques les plus fines de la moderne archéologie du rituel (fig. 6b), documentant opiniâtrement l’un des sites les plus complexes et passionnants qu’il a été donné aux protohistoriens d’étudier, au son toujours plus proche des charges de dynamite et des pelleteuses géantes annonçant l’avancée irrépressible du front de la carrière de matériaux ouverte pour alimenter la cimenterie voisine (fig. 6a) ?

24Les fouilleurs du Mormont ne font qu’appliquer les techniques et les raisonnements archéologiques initiés par André Leroi-Gourhan dans la fouille de l’habitation n° 1 et de la section 36 de Pincevent, à partir de 1965 (de Moreuil 1965, Leroi-Gourhan et Brézillon 1972). Mais le site magdalénien constituait une réserve archéologique sanctuarisée, sorte de camp retranché au milieu d’un gruyère de gravières faisant l’objet d’une surveillance plus souple, et l’on pouvait se permettre d’y prendre son temps pour documenter les vestiges fugaces des activités et des parcours des chasseurs magdaléniens. Alors qu’au Mormont cette même attention millimétrique doit être portée dans un climat délétère d’urgence et de précarité, que tous les efforts des responsables cantonaux ne parviendront sans doute à pas à éviter aux fouilleurs.

25Dans ce contexte, on peut tout de même déceler des éléments de stabilité qui constituent des facteurs de cohésion du milieu archéologique. J’en retiendrai deux, parmi bien d’autres qui seront abordés dans les articles qui suivent.

26Le premier facteur de cohésion est peut-être le mode d’appréhension spatiale des données archéologiques, qui fait l’objet d’un consensus international et bénéficie d’un système de procédures bien rôdées, sur lequel peuvent venir au fur et à mesure se greffer harmonieusement les résultats obtenus à l’aide de techniques nouvelles. Prenons le cas de l’échelle de la centaine d’hectares : on dispose maintenant pour l’appréhender de toute une série de techniques d’investigation complémentaires, dont les résultats peuvent aisément être soit adaptés aux divers terrains, soit, dans les cas les plus favorables, superposés sur un même fond topographique pour obtenir une image d’une densité étonnante.

27Certains procédés jadis mal considérés ont été systématisés et leur utilisation contrôlée et standardisée : c’est le cas de la prospection au détecteur à métaux, qui bénéficie maintenant de terrains pilotes, comme celui des champs de bataille antiques, dont certains font l’objet d’une exploration scientifique. Ainsi par exemple pour la bataille de Baecula en Espagne, qui eut lieu durant la seconde guerre punique, dont le site est exploré par Arturo Ruiz et son équipe de l’Université de Jaen (Bellón et al. 2009). Les cartes de distribution obtenues pour les différentes catégories d’armes permettent de reconstituer les mouvements de troupes entre le camp et le champ de bataille ainsi que la dynamique des affrontements et la tactique employée par les deux armées.

28Philippe Curdy et Sandro Benedetti ont montré récemment comment l’exploration au détecteur, associée à d’autres types de prospection, livrait des résultats impressionnants dans la mise en évidence de certains itinéraires antiques à travers les Alpes (Benedetti et Curdy 2008).

Fig. 6 – Le site celtique du Mormont dans le canton de Vaud (Suisse) : a, le chantier se trouve au bord de la falaise artificielle formée par le front de taille de la carrière qui avance ; b, les fosses votives pleines de restes entremêlés demandent une fouille très fine, caractéristique de la nouvelle archéologie du rituel (© Archeodunum, Service cantonal d’archéologie du canton de Vaud).

29L’usage systématique du détecteur à métaux dans les chantiers préventifs a maintenant fait ses preuves et l’on peut ainsi mentionner les travaux d’Hervé Bocquillon de l’Institut de recherches archéologiques préventives, à la fois dans sa pratique courante du diagnostic archéologique et dans des opérations ciblées, comme celle qu’il a menée avec Rebecca Peake dans le grand fossé défensif de la ferme aristocratique du début de l’âge du Fer de Villiers-sur-Seine (Peake et al. 2009).

  • 3 Pour un exemple d’utilisation systématique et massive des prospections géophysiques dans l’explorat (...)

30D’autres procédés ont été mécanisés et permettent d’appréhender des superficies dont l’exploitation, il y a encore vingt ans, demandait un effort considérable. C’est le cas des prospections géophysiques, qui sont maintenant utilisées à l’échelle de la centaine voire bientôt du millier d’hectares (cf. par ex. Fabre et al. 2009). Là aussi, la réflexion concernant leur application aux chantiers préventifs pourrait être plus approfondie et raisonnable3.

  • 4 Une présentation sur [http://www.archeo.ens.fr/spip.php?article1027].

31S’ajoutent régulièrement de nouveaux procédés d’appréhension de l’espace, comme le lidar (Jones 2010), qui viennent constituer de nouvelles couches, de nouveaux calques complémentaires, dont la superposition fait l’originalité de l’archéologie spatiale actuelle (fig. 7). Il existe maintenant des outils performants pour gérer cette nouvelle documentation multiforme, comme les différentes versions des systèmes d’information géographique et, récemment, le serveur interactif Chronocarto élaboré de manière pragmatique dans le cadre du TGE Adonis par l’École normale supérieure, l’Université de Barcelone et la société Géocarta4.

32Dans l’ensemble du domaine méditerranéen, l’échelle de la centaine d’hectares est abordée maintenant par toutes les équipes selon une procédure standard, à laquelle s’ajoutent parfois des modules optionnels, en fonction des conditions du terrain. De Bibracte en Bourgogne à Zincirli Höyük dans le sud-est de la Turquie (Schloen et Fink 2009), en passant par Sélinonte en Sicile, Apollonia d’Illyrie en Albanie (Dimo et al. 2007, Verger et al. 2007b) ou Pergame, par exemple, on procède à peu près de la même manière. Les étapes principales de l’enquête sont les suivantes : le recensement des vestiges connus par les archives historiques et visibles par photographie aérienne et par topographie classique ; la mise en évidence des vestiges affleurant pour déterminer les grandes lignes de la trame urbaine ; des campagnes systématiques de prospections géophysiques, par procédés électrique, magnétique, géoradar, qui donnent des résultats complémentaires (associées dans la mesure du possible à des séries de carottages) ; l’implantation raisonnée de sondages topographiques et stratigraphiques susceptibles de permettre l’élaboration d’un modèle dynamique et évolutif de l’organisation urbaine ; la fouille extensive en vue de la compréhension fine des changements urbains et de la mise en valeur touristique ou muséale de ces nouvelles formes d’archéologie urbaine.

Fig. 7 – L’appréhension des sites passe par la superposition de couches d’informations spatiales complémentaires, telle la photographie aérienne redressée, les cartes de prospections géophysiques et les relevés de fouilles, comme ici sur le grand site laténien de Batilly dans le Loiret (© S. Fichtl).

33Deuxième facteur de cohésion du milieu archéologique : les échanges de plus en plus fréquents et réguliers entre les différentes archéologies – universitaire, préventive, d’amateurs, si ces catégories ont vraiment un sens.

34L’apparition de nouveaux domaines de recherche a entraîné une nécessaire recomposition du paysage des spécialités, des hiérarchies implicites entre disciplines, aires culturelles, thématiques de recherche. La diffusion des innovations scientifiques a suivi des parcours inattendus, mettant au jour des proximités inédites entre champs disciplinaires autrefois étanches : la dendrochronologie des lacs alpins a pu ébranler les fondements de l’archéologie classique (Randsborg 1996, Bartoloni et Delpino 2005) ; l’anthropologie préhistorique a pu transformer l’approche des rites funéraires antiques et médiévaux (Duday 2006) ; la fouille préventive en milieu urbain a pu renouveler la pratique de la stratigraphie… Les frontières entre les différentes traditions intellectuelles nationales se sont déplacées ou ont parfois éclaté.

  • 5 http://www.dainst.org

35Ainsi par exemple, c’est dans un des bastions de l’archéologie monumentale classique, le site de Pergame en Turquie, exploré depuis plus d’un siècle par les collègues de l’Institut archéologique allemand d’Istanbul, que sont maintenant développées les procédures les plus actuelles de l’archéologie spatiale, dans le cadre de la nouvelle stratégie d’investigation de la ville et de son territoire initiée par Felix Pirson, l’actuel directeur de la mission (Pirson et al. 20095).

36Deuxième exemple : l’histoire de l’archéologie du XIXe siècle n’est plus seulement un travail en archives réservé à des spécialistes d’histoire des sciences ou de la discipline archéologique, mais elle fait partie intégrante de la pratique de l’archéologie de terrain, parfois même de l’archéologie préventive.

37Ainsi par exemple, la fouille de la nécropole de la Croix Blandin à Reims par la société Archéosphère a livré une documentation unique qui, combinée avec les données d’archives, permet de restituer les pratiques des fouilleurs et des collectionneurs champenois avant la Première Guerre mondiale (Zipper et al. 2009) : trous de sonde sur les os et sur les objets, restes des collations prises sur le site, signature de Jules Orblin, le premier fouilleur de la nécropole en 1904 sur un tesson laténien dans une des tombes (fig. 8). Non seulement on ne regrette pas que ces sépultures aient déjà été fouillées, mais on espère la multiplication de cas semblables. Dans la même région, les prospections aériennes systématiques de Bernard Lambot, faites à titre bénévole, donnent une profondeur archéologique et historiographique inédite au phénomène pourtant bien connu des tombes à char de La Tène ancienne.

38Troisième exemple, que je ne fais qu’évoquer, celui de l’archéologie des pratiques rituelles celtiques (Verger 2000). Développée dans le milieu des archéologues amateurs dans les années 1970-80 (à Gournay-sur-Aronde, Brunaux et al. 1980), elle a bénéficié dans les années 1990 d’une audience universitaire nationale et internationale autour de la préparation du colloque de Saint-Riquier (Brunaux 1991) et des travaux à Ribemont-sur-Ancre (cf. notamment Brunaux et al. 1999), à la fois dans le milieu de l’archéologie protohistorique et dans celui de l’anthropologie historique de l’École de Paris (Scheid 1989). Des étapes ultérieures importantes dans la réflexion, mais aussi dans le dialogue fructueux entre archéologues aux statuts – bénévoles, universitaires, « préventifs » – ou spécialités différents – fouilleurs, anthropologues physiques, archéozoologues, typochronologues… – ont été franchies ensuite par la fouille de sites très originaux, difficiles à caractériser et toujours plus complexes dans leur exploration et dans leur exploitation scientifique. Citons le centre communautaire du village d’Acy-Romance dans les Ardennes, par Bernard Lambot et Patrice Méniel, avec ses bâtiments monumentaux, ses inhumés recroquevillés et son défunt exécuté (Lambot et Méniel 2000) ; l’enclos communautaire ou sacré de la ville celtique de Corent en Auvergne, fouillé et reconstitué par Mathieux Poux et son équipe (Poux et al. 2002) ; le site de nature encore indéterminée du Mormont en Suisse, dont les fosses recèlent une multitude de dépôts complexes associant corps humains, animaux et objets variés ayant subi des traitements inouïs (Collectif 2009) (fig. 6b). Les perspectives ouvertes par ces chantiers sont immenses et potentiellement sans limites : chacun d’entre eux abat un pan de nos certitudes anciennes sur la société celtique et l’on en vient à oublier que ces bouleversements sont le fruit de la diversité actuelle du milieu de l’archéologie protohistorique, où le statut professionnel et la spécialité scientifique des uns et des autres passent au second plan par rapport à une manière commune d’envisager le travail de l’archéologue, au service d’une compréhension anthropologique des données de terrain.

Fig. 8 – La fouille préventive menée dans la nécropole laténienne de la Croix-Blandin à Reims a livré de nombreuses informations sur les pratiques de fouilleurs champenois du début du XXe siècle : a-c, traces d’impacts de la sonde utilisée pour repérer les tombes et exemplaire de sonde champenoise (coll. J.-P. Guillaumet) ; d, tesson de vase laténien portant la signature du fouilleur, Jules Orblin, et la date de la fouille, 1904 ; e, Jules Orblin sur une photographie conservée à la Bibliothèque Carnégie de Reims ; f, bouteille de bière trouvée dans une tombe fouillée au début du XXe siècle (© Archéosphère).

39L’un des enjeux des prochaines décennies consistera sans doute à favoriser les transferts de technologies, de pratiques, de procédures et de problématiques, d’un secteur à l’autre du milieu de la recherche, de la gestion et de la préservation du patrimoine archéologique. En attendant, il faudrait déjà recenser systématiquement ces cas d’archéologie « à fronts renversés » qui mettent en pièce les préjugés sur les rôles respectifs des différents secteurs et spécialités de l’archéologie actuelle dans l’innovation scientifique.

40Tout cela produit peut-être, de l’extérieur, une image brouillée du milieu archéologique, dont on sousestime encore les effets. En témoigne par exemple un des derniers épisodes des aventures de Martin Mystère, le détective de l’impossible, l’un des personnages de bandes dessinées les plus célèbres en Italie actuellement, dont les fascicules bimensuels sont diffusés beaucoup plus largement que les revues spécialisées Archeo et Archeologia viva. Martin Mystère est un scientifique hors norme, prompt à remettre en question les conclusions de la science officielle et à combattre ceux qui font un dogme de la défense des idées scientifiques reçues (les « uomini in nero »), tout cela parce qu’il a lui-même eu l’occasion de découvrir certains des laboratoires oubliés de l’antique Atlantide. La série charrie avec elle toutes les mythologies de l’archéologie, de la plus sérieuse à la plus farfelue. Dans l’épisode qui nous intéresse, le héros est finalement confronté à l’archéologie actuelle et à toutes les contradictions qu’elle recèle.

Fig. 9 – Un nouveau type d’aventure archéologique : quelques vignettes d’un épisode des aventures de Martin Mystère, détective de l’impossible, Il tesoro di Didone (2011, © Sergio Bonelli Editore, disegni di Alfredo Orlandi e Roberto Cardinale).

Fig. 10 – Les sources d’inspiration du dessinateur se trouvent dans les grandes expositions archéologiques italiennes des années 2000, comme ici Storie da un’eruzione au Musée archéologique national de Naples en 2003 (© Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Napoli e Pompei et © Sergio Bonelli Editore, disegni di Alfredo Orlandi e Roberto Cardinale).

41L’histoire, intitulée classiquement Il tesoro di Didone (Morales et al. 2010), commence dans un laboratoire arctique où des scientifiques effectuent des carottages pour étudier le climat et l’environnement anciens. Miraculeusement, le carottier remonte un glaive romain (fig. 9a) que l’archéologue n’a aucun mal à identifier comme relevant du type de Mayence.

42La découverte attire un riche chercheur de trésors, qui utilise des moyens sophistiqués de détection à travers la glace (fig. 9b) pour retrouver un bateau punique parfaitement conservé (fig. 9c). Ensuite, l’aventure se fait plus classique : l’un des corps gisant sur le bateau tient un papyrus qui est étudié par un épigraphiste du musée de Carthage (fig. 9d), qui le met en relation avec une carte antique figurant une île (fig. 9e).

43Les archéologues se rendent sur cette île, Galveston Island au large du Texas, et commencent à y creuser avec une pelle mécanique (fig. 9f) – la première attestation de cet engin dans les aventures archéologiques de cette série. Ils découvrent une grotte qu’ils explorent en compagnie de tous les potentiels propriétaires des découvertes à venir, selon le droit international : l’État américain, le gouvernement tunisien, la communauté indienne qui habite les lieux, le chercheur de trésors, etc. La grotte contient des corps et, à la grande déception de tous les présents, à l’exception du scientifique, le « trésor » n’est autre que… le plus ancien moteur à explosion de l’humanité (fig. 9g).

44Par bien des aspects, le fascicule renouvelle le genre de l’aventure archéologique : les procédures scientifiques employées, les relations pacifiques ou conflictuelles entre les divers acteurs de l’aventure – l’archéologue, le scientifique, le chercheur de trésor, les autorités locales et leurs avocats – et la nature du trésor n’entrent pas dans les schémas classiques et révèlent une certaine hésitation dans la description du milieu archéologique qui a servi de référence au scénariste.

45Et pourtant, les inspirations du dessinateur montrent qu’il s’est informé à de très bonnes sources, celles des grandes expositions archéologiques italiennes de la dernière décennie : les corps amoncelés et le glaive sont ceux des fuyards des cités du Vésuve, présentés en 2003 au Musée de Naples dans Storie da un’eruzione (D’Ambrosio et al. 2003) (fig. 10) ; le bateau évoque les célèbres vestiges de San Rossore près de Pise (Bruni et al., 2000) présentés au début des années 2000 ; le papyrus ressemble étrangement au papyrus d’Artémidore, acquis par la nouvelle fondation du Musée égyptien de Turin, qui contient lui aussi une représentation cartographique et fait encore aujourd’hui l’objet d’un débat scientifique très médiatisé (Settis 2008, Canfora 2008) ; la machine retrouvée est assez semblable au mécanisme d’Anticythère, qui a été diverses fois présenté au public (Lo Sardo 2005).

46On découvre là en fait tout un ensemble d’informations, livrées par le milieu archéologique lui-même, qui a de quoi ébranler l’image pourtant bien établie de l’archéologue chercheur de trésor, tout en ne permettant pas de lui substituer une figure claire représentant l’archéologue actuel. Celui-ci n’a pas encore donné lieu à la création d’un nouveau personnage paradigmatique, susceptible de détrôner les anciens héros cinématographiques bien connus et parfois encore ironiquement caricaturés par des collègues facétieux.

47À la question implicite qu’il s’est posée quand il a conçu son histoire, « Qu’est-ce que l’archéologie aujourd’hui ? », le scénariste de Martin Mystère répond en fin de compte : « Je n’arrive pas vraiment à le comprendre ». Peut-on lui en tenir rigueur ? L’un des enjeux de ce livre et des débats qu’il suscitera, nous l’espérons, dans les prochaines années, est d’apporter des éléments de réponse à ces deux interrogations.

Notes

1 De nouvelles interprétations à partir de recherches récentes sont proposées dans Stöllner et al. 2003.

2 Ces informations m’ont été communiquées par les collègues du Musée archéologique d’Istanbul, Mme Zeynep Kızıltan et M. Rahmi Asal que je remercie très vivement.

3 Pour un exemple d’utilisation systématique et massive des prospections géophysiques dans l’exploration préventive d’un tracé linéraire, cf. Guastoni 2010.

4 Une présentation sur [http://www.archeo.ens.fr/spip.php?article1027].

5 http://www.dainst.org

Table des illustrations

Légende La recherche des vestiges du Phare d’Alexandrie a permis de mettre au jour des trésors inestimables (© Stéphane Compoint).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 1 – L’étude géomorphologique de la plaine du Méandre sur la côte occidentale de la Turquie a permis de déterminer le rythme d’avancée de la sédimentation fluviale de l’époque mycénienne au début de l’époque moderne (a) et de reconstituer virtuellement le paysage antique autour des grandes cités de l’Ionie que sont Milet, Priène et Myous (b-c) (d’après H. Brückner et al. 2006).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 2 – L’un des plus grands chantiers d’archéologie urbaine préventive est actuellement celui de Yenikapı à Istanbul, dans l’ancien port de Byzance (a). On y fait face à l’urgence, aux contraintes de la fouille scientifique actuelle (b) et au traitement de vestiges fragiles, comme les nombreux bateaux qui ont coulé dans le port (c) (© Musée archéologique d’Istanbul).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 3 – Le dernier tronçon de la ligne du TGV Rome-Naples, à Casal Bertone dans la banlieue de Rome (a), a révélé le tracé d’une voie bordée de mausolées (b, en haut) derrière lesquels se trouvait fullonica industrielle (b, en bas). Une autre nécropole du secteur a livré des squelettes qui, comme l’a montré l’étude anthropologique (c), portent les stigmates d’un travail prolongé dans la fullonica (© S. Musco et P. Catalano, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 4 – Les campagnes de prospections et de relevés dans les lits des fleuves montrent les menaces de destruction qui pèsent sur les structures monumentales, comme les ponts (a, les ponts romains de Saint-Satur sur la Loire) et les vestiges mobiliers (b, le dépôt protohistorique du site de la Motte à Agde dans l’Hérault) (© A. Dumont et P. Moyat).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Fig. 5 – Des chefs d’œuvre de l’art antique volés par les pilleurs de tombes dans les hypogées d’Ascoli Satriano (Pouilles) ont rejoint les collections du J. Paul Getty Museum de Malibu en Californie. Ils ont été récemment restitués à l’État Italien : a, détail d’un trapezophoros en marbre ; b, intérieur d’un bassin en marbre orné d’une frise de Néréides polychromes. Fin du IVe siècle av. J.-C. (© Direction générale des Antiquités, Rome).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 6 – Le site celtique du Mormont dans le canton de Vaud (Suisse) : a, le chantier se trouve au bord de la falaise artificielle formée par le front de taille de la carrière qui avance ; b, les fosses votives pleines de restes entremêlés demandent une fouille très fine, caractéristique de la nouvelle archéologie du rituel (© Archeodunum, Service cantonal d’archéologie du canton de Vaud).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 7 – L’appréhension des sites passe par la superposition de couches d’informations spatiales complémentaires, telle la photographie aérienne redressée, les cartes de prospections géophysiques et les relevés de fouilles, comme ici sur le grand site laténien de Batilly dans le Loiret (© S. Fichtl).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 8 – La fouille préventive menée dans la nécropole laténienne de la Croix-Blandin à Reims a livré de nombreuses informations sur les pratiques de fouilleurs champenois du début du XXe siècle : a-c, traces d’impacts de la sonde utilisée pour repérer les tombes et exemplaire de sonde champenoise (coll. J.-P. Guillaumet) ; d, tesson de vase laténien portant la signature du fouilleur, Jules Orblin, et la date de la fouille, 1904 ; e, Jules Orblin sur une photographie conservée à la Bibliothèque Carnégie de Reims ; f, bouteille de bière trouvée dans une tombe fouillée au début du XXe siècle (© Archéosphère).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 9 – Un nouveau type d’aventure archéologique : quelques vignettes d’un épisode des aventures de Martin Mystère, détective de l’impossible, Il tesoro di Didone (2011, © Sergio Bonelli Editore, disegni di Alfredo Orlandi e Roberto Cardinale).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 10 – Les sources d’inspiration du dessinateur se trouvent dans les grandes expositions archéologiques italiennes des années 2000, comme ici Storie da un’eruzione au Musée archéologique national de Naples en 2003 (© Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Napoli e Pompei et © Sergio Bonelli Editore, disegni di Alfredo Orlandi e Roberto Cardinale).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11223/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 477k

Auteur

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études et directeur de l’UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident et science des textes. Membre de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie, il co-dirige les fouilles dans la ville haute d’Apollonia d’Illyrie. Ses recherches portent sur les contacts entre cultures méditerranéennes et sociétés protohistoriques récentes. Ses terrains vont des tombes hallstattiennes d’Allemagne du sud et laténiennes de Champagne aux sanctuaires grecs archaïques de Sicile et d’Ionie, en passant par les sites pré-romains du nord de l’Italie.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540