Version classiqueVersion mobile

L'archéologie à découvert

 | 
Sophie A. de Beaune
, 
Henri-Paul Francfort

Préface

Jean Guilaine

Texte intégral

1L’archéologie bouge, se diversifie, se complexifie. Aussi les archéologues se réunissent-ils, périodiquement, pour « faire le point ». Serait-ce en raison d’une spécialisation galopante qui fait prendre conscience à chacun d’eux du rétrécissement de son propre thème d’étude et donc de la nécessité de confrontation, à plus haut niveau, pour afficher l’unité de la discipline ? Peut-être. En tout cas le présent ouvrage, tiré d’un colloque initié par Sophie Archambault de Beaune et Henri-Paul Francfort, fait la démonstration que ce genre de grand-messe est à même de fédérer tous ceux qui pratiquent l’archéologie et ont le souci de son harmonie. Bien sûr, on y trouvera des questions globalisantes et des exemples concrets, des propositions collectives et des points de vue personnels, des protocoles pointus et des considérations plus spéculatives. Mais ce bouillonnement n’est-il pas la marque de l’archéologie d’aujourd’hui ? C’est, en tout cas, ce qui en fait la richesse et lui assure le sentiment d’un socle commun.

2Car l’archéologie est une science humaine parmi d’autres. Elle n’échappe donc pas aux courants de pensée qui inspirent, régulièrement, des disciplines voisines comme l’histoire, l’anthropologie, la géographie ou autres. Par ailleurs, elle est de plus en plus sensible aux avancées des sciences de la cognition. Enfin, elle ne peut correctement fonctionner sans prendre appui sur les sciences naturelles, physiques, chimiques qui lui livrent des faits indispensables aux interprétations et à leur fiabilité. Et c’est précisément cette situation d’interface entre sciences de l’homme, sciences de la nature et sciences de la vie qui en assure le fondement même.

3L’archéologue pourrait se dire qu’il a une double chance. D’abord en ce qu’il dispose d’outils de recherche de plus en plus performants et, quelquefois, de moyens appréciables qui lui permettent de réaliser des opérations d’une certaine envergure. Ensuite qu’il possède cet avantage, par la « matérialité » de ses découvertes et les hypothèses qu’il en dégage, de pouvoir conquérir le public et de le faire rêver. Mais ce bonheur à deux faces le rend-il plus heureux ? Rien n’est moins sûr, lui qui mesure, mieux que quiconque, l’érosion galopante des archives du sol. Sa peur est grande que vienne le jour où il disposera d’outils hyper-sophistiqués alors que la mécanisation et les incessants bouleversements de l’espace auront réduit à néant la possibilité de se confronter au terrain, à l’objet même de sa réflexion expérimentale. Il ne lui restera plus alors qu’à étudier ou re-étudier en laboratoire des vestiges décontextualisés, sous réserve que musées et dépôts de fouille les aient sagement conservés. C’est là son drame. Aussi sait-il qu’il est d’abord, et au-delà de tout débat épistémologique, un urgentiste, un agent dont la mission consiste d’abord à sauver des pans de connaissance, avant de s’interroger sur la façon de donner sens à ceux-ci.

4Le colloque « Archéologie en mouvement » a donc cherché à n’éluder aucun des champs dans lesquels la discipline estime devoir être présente : biologie et culture, objets et économies, espaces et environnements, individu et société, chronologie et temporalités. Dans son obstination à être « totale », comme voulait l’être l’Histoire des années soixantedix, l’archéologie sait qu’elle ne peut œuvrer seule mais encadrée de disciplines qui doivent garder leur pleine liberté d’action. Longtemps elle-même « auxiliaire de l’histoire », puis libérée de cette tutelle, elle n’a pas à assujettir à son tour les sciences qui viennent lui prêter main forte. Ainsi voit-on les archéoenvironnementalistes tenter de se tenir à distance des climatologues, chantres de déterminismes, ou de certains archéologues pour qui le paysage serait le seul résultat de politiques anthropiques. Cette synergie est vivifiante. Aussi est-on en pleine jubilation quand on voit combien paléogénétique, imagerie par scanner, reconstitutions 3D donnent à l’anthropologie des fossiles des moyens fondamentalement renouvelés. Comment les Gravettiens avaient mis au point une chasse au mammouth centrée sur une récupération systématique de l’ivoire. Etonné d’apprendre combien, contrairement à l’idée d’un simple transfert d’espèces domestiques, égéennes ou orientales, les vignes sauvages ont pu, dans le Sud de la Gaule, apporter leur contribution au patrimoine viticole. Ou assister, par le verbe et l’image, aux divers épisodes de la décomposition d’un corps humain et aux avatars subis par les restes osseux subsistants.

5S’agissant des objets, longtemps considérés comme les uniques témoins de l’enquête archéologique, la caractérisation de leur matière, l’origine de celle-ci, la circulation des productions, leur usage, leur abandon ont donné aux artéfacts une épaisseur scientifique beaucoup plus forte en montrant, au moins dès le Néolithique sinon plus tôt, le caractère organisé, structuré, « moderne » de ces mises en réseau. Dans ce même domaine des techniques, l’exploration psychique est toujours plus déterminante lorsqu’on s’interroge, à l’échelle planétaire, sur le pourquoi des inventions : foyers d’émergence indépendants ou apparition par suite de forçages, par des experts ingénieux, d’un système établi. On en trouvera dans ces pages des exemples, qu’il s’agisse de la conceptualisation ou de l’habileté motrice chez des tailleurs de pierre ou de l’apparition de la métallurgie du fer au-delà des schémas diffusionnistes habituels. Poids du cognitif aussi dans la place accordée à la couleur dans l’univers mental des sociétés de l’Antiquité gréco-romaine. L’environnement, naturel ou anthropisé, ne saurait lui-même être vu comme une simple donnée « matérielle » : ce serait oublier que l’homme construit dans sa tête plusieurs façons de le percevoir, de se le représenter, de le penser.

6Autre point fort précisément de cet ouvrage : le rapport, à travers le temps, des sociétés à l’espace. En quoi l’homme est-il contraint par le climat ? Comment a-t-il pu contourner ce carcan ? Les exemples alpins de l’âge du Bronze font la démonstration des capacités d’adaptation de certaines communautés face à ces impacts alors que d’autres lâchaient prise sous le poids de certains facteurs déséquilibrants (démographie, pression agraire). En Asie centrale et en Chine, des sociétés ont opéré des choix pour « apprivoiser » des environnements fragiles : au Xinjiang en usant de l’irrigation, en Ouzbékistan en tirant parti des capacités de l’espace sans pour autant modifier ce dernier. Cette archéologie spatiale connaît aussi ses propres révisions. Qu’il s’agisse d’un re-examen des « terres noires » du Bas-Empire et du haut Moyen Âge pour repenser, pour ces périodes, les notions historiques de déclin des cités romaines et de désurbanisation. Qu’il s’agisse aussi d’appréhender plus finement les facteurs socio-culturels à l’œuvre dans la dynamique des peuplements, l’évolution des terroirs, les causes des processus de hiérarchisation des sites, toutes choses désormais perçues dans une perspective systémique.

7Depuis que l’archéologie a investi le terrain du social, de nombreux travaux ont été publiés, aux modèles fortement inspirés de l’anthropologie mais plus rarement construits à partir de la documentation matérielle elle-même. La vision simplifiée des stades, tirée des thèses néo-évolutionnistes, est aujourd’hui contestée au profit d’une diversité beaucoup plus grande dans les organisations sociales, d’une trajectoire non linéaire, parfois même avec des involutions. De nouvelles images se dégagent de ces approches : complexité des sociétés de chasseurscueilleurs évoluées, ouvertes à des inégalités, et dans lesquelles l’individu semble conserver une marge de manœuvre ; difficultés à établir des modèles sociétaux lors de la transition au Moyen-Orient vers la ville et l’État. De son côté, l’approche du religieux se trouve désormais confortée par une « archéologie du rite » plus fortement associée au terrain : analyse des sanctuaires ou des lieux « naturels » mobilisés, gestes funéraires, sacrifices.

8Sans bonne chronologie, l’archéologue court le risque permanent de l’anachronisme et de scénarios douteux. Aussi a-t-il le souci obstiné d’une maîtrise du temps toujours plus performante. On appréciera donc les progrès récents ou en cours d’obtention dans cette voie. Ainsi du temps long dans lequel vient désormais s’insérer l’histoire de notre espèce, depuis l’identification des premiers homininés (vers 7 millions d’années) jusqu’au Pléistocène moyen. Ou d’une modélisation de l’information archéologique rapportée au temps et à l’espace dans l’optique d’une vision dynamique de l’histoire des villes. Voire dans le recours à la statistique bayésienne pour re-évaluer la notion de phase chronologique. Enfin dans la prise de conscience que le matériau « dateur » n’est pas que cela : le bois utilisé en dendrochronologie peut être aussi le miroir d’une démographie ascendante, d’un besoin social, d’une histoire de la forêt elle-même.

9Avec sa foule de contributions, de méthodes ou de résultats, cet ouvrage offre un panorama très pertinent de l’archéologie française contemporaine. Il montre surtout à quel point la discipline est multiforme, possédée d’une effervescence centrifuge mais toujours en quête d’un commun dénominateur : l’homme. Pourtant si l’on veut bien, par delà les thèmes évoqués, prendre quelque recul pour mieux situer les points forts de cette recherche, quelques constats peuvent être avancés.

10Il me semble qu’il existe désormais un socle lourd : celui des sciences de l’environnement, de l’approche de l’espace, de l’étude économique. On s’en félicitera d’autant plus que les disciplines qui l’animent ont parfois eu du mal à émerger. On peut leur associer les méthodes sans cesse plus affinées sur la maîtrise du temps et les re-élaborations constantes des systèmes chronologiques. Tout ce volet correspond à ce que l’on a parfois appelé, en lui donnant une connotation lâche, « archéométrie ».

11S’agissant d’un angle d’approche plus « sciences humaines » mais sans césure avec ce qui précède (l’environnement est aussi pour partie, depuis le Néolithique, une construction humaine), deux facettes me semblent à présent très émergentes. On doit souligner d’abord la montée en puissance d’une archéologie théorique à laquelle les chercheurs sont longtemps demeurés rétifs ou qui la pratiquaient à leur façon sans trop la formaliser. Ils hésitent moins aujourd’hui à bâtir des schémas modélisants dans des domaines divers – organisations sociales, peuplement, dynamique de l’espace et de son exploitation. On doit souhaiter que cette tendance ne devienne pas une pure mécanique intellectuelle mais reste attachée à l’épreuve des faits. Parallèlement, on assiste au décollage d’une archéologie virtuelle, plus mathématique, tournée vers des simulations informatiques combinant dans une vision dynamique mouvements de populations, pression humaine sur l’environnement et capacité de reproduction dans le temps. Sans doute est-ce là une voie prometteuse.

12On conviendra aussi qu’une autre facette très actuelle s’impose toujours davantage, sous l’influence qu’exercent désormais les neurosciences. Il s’agit des approches cognitives dans l’interprétation des comportements sociaux : façon de penser, aboutissement des inventions, rôle de l’imaginaire, sphère des rituels, sens de l’abstraction et de l’esthétique. Autant de moteurs de l’esprit humain dont l’espace ne cesse de croître.

13Ce livre est donc un peu l’histoire d’une discipline en expansion. Loin de renier ses acquis et ses approches matérielles, l’archéologie souhaite mieux en transcender les résultats à partir de techniques toujours plus innovantes mais en s’ouvrant surtout à des champs théoriques dont elle se tenait jusqu’ici à distance. Est-ce le signe d’une maturité désormais pleinement intégrée et affichée ?

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search