Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Dixième partie. Questions ouvertes

6. Débat sociétal, éthique et politique

Nicole Belloubet

Texte intégral

1Condorcet encore, Condorcet toujours ! Non dans la perspective d’une construction politique à la française, éclairant le monde mais dans l’optique universelle de son discours : celle de la construction de l’esprit critique qui forge des « citoyens incommodes » toujours en capacité de réinventer le réel. Cette invention est aujourd’hui une nécessité face à l’impératif énergétique. L’énergie est source de vie. Le choix des modes de production et de consommation énergétique traduit, d’une certaine manière, une éthique de vie commune. Il induit donc l’organisation politique qui la sous-tend.

Développer l’esprit critique pour forger le monde nouveau

2L’histoire du monde a toujours été celle de bouleversements successifs qui s’inscrivaient dans un temps long, celui de l’évolution naturelle. Ce temps s’est accéléré sous le double phénomène d’une emprise technologique accentuée et de la multiplication des réseaux. Dès lors, c’est à un renversement des priorités politiques que nous sommes appelés à réfléchir puisque nos choix vont conditionner la capacité à nourrir et à faire vivre de façon décente 9 milliards d’êtres humains en 2050. Il faut donc donner aux individus la capacité de s’inscrire dans cet éphémère renouvelé, leur permettre de comprendre et de traiter le réel. L’éducation tout au long de la vie, celle-là même prônée par Condorcet mais jamais pleinement réalisée, est un atout-clé pour le monde à venir. Elle suppose d’une part de conforter ce que Bourg et Whiteside nomment « la science éclairante », la production de la connaissance scientifique qui doit demeurer entièrement libre. D’autre part, il faut s’assurer de sa diffusion. Cette démarche peut prendre les colorations multiples d’un dialogue « sciences et société », dans une exigence récurrente de débats et de controverses qui permettront de nourrir la compréhension du monde. Ce savoir peut enfin, par l’impact de la décision politique, entraîner une transformation du monde. Lorsque la science introduit des changements dans la vie des gens, il semble logique de les associer aux choix opérés.

3Cette approche comporte intrinsèquement deux atouts. Elle impose tout d’abord une forme éthique de vérité dans l’approche des questions. Les connaissances partagées, les débats, les approches multiples issues d’une pluralité culturelle obligent à la vérité : l’obscurantisme et le secret sont dépassés. L’élite éclairée n’existe plus en tant que telle et pour elle-même. La décision n’a de sens, voire d’élan, que si elle est fondée et partagée. Le savant est là pour contribuer à cette explicitation et à cette exploration du monde, non pour se substituer à son gouvernement. Qu’il s’agisse de « conférences de consensus », de jurys citoyens, de forums, d’ateliers, de recherches participatives, ces processus sont essentiels pour une nouvelle éthique démocratique et construisent cette vérité indissociable de la nouvelle approche démocratique.

Condorcet : des «  citoyens incommodes » pour forger l’éthique démocratique

4De plus, la vérité, rendant lisible la pluralité des approches, autorise aussi la liberté des choix. Dans son Dictionnaire philosophique, Voltaire le dit ironiquement par la voix d’un de ses personnages : « L’enfermement dans des croyances et dans une forme d’obscurantisme ne garantit pas le progrès de l’État : ils sont persuadés au gouvernement que si nous avions le sens commun, tout l’État serait en combustion ». C’est l’esprit éclairé qui donne la vraie liberté, celle qui assure la gestion optimale du bien commun. On peut dès lors se rallier au slogan voltairien : « Osez penser par vous-mêmes ». L’esprit éclairé construit le citoyen. La citoyenneté est une notion conceptuelle, juridique et politique, c’est un arrachement aux liens sociaux de proximité longtemps régulés par les relations de travail ou de voisinage mais aussi une appartenance volontaire à une communauté symbolique.

5Au moment où la citoyenneté républicaine s’installe réellement en France, au XIXe siècle, elle suppose acquise, pour sa concrétisation, l’adhésion des citoyens à l’idée de représentation. Selon D. Schnapper : « on acceptait l’idée que les gouvernements choisis selon des règles définies représentaient correctement les citoyens et en conséquence que les décisions prises par eux étaient des décisions légitimes auxquelles on obéissait. L’idée de représentation est centrale dans la forme concrète que prend le principe de citoyenneté. Or aujourd’hui elle est contestée ». Il y a donc une véritable difficulté de passage de cette idée politique à la réalité sociale vécue.

Inventer de nouvelles formes de démocratie

6Cette critique de la représentation conduit à une forme d’anomie* notamment traduite par les taux d’abstention élevés lors de différentes élections. La démocratie représentative est critiquée pour son incapacité à prendre en charge le bien commun de l’humanité au-delà des intérêts individuels du temps présent. Les enjeux actuels de la finitude programmée de notre monde invitent à élaborer une prospective à plus long terme, considérant que la nature, dans un sens large, joue un rôle irréductible dans ce débat sur le bien commun. Une démocratie renouvelée intégrerait davantage le politique au social et placerait le citoyen au cœur des processus et des décisions jusqu’ici dévolues aux élus et aux experts. Dès lors, la solution ne réside-t-elle pas dans une autre forme de démocratie, reposant sur l’instauration de vrais processus participatifs et sur une éthique forte de la responsabilité ? Pierre Rosanvallon l’affirme, « si la démocratie d’élection s’est incontestablement érodée, les démocraties d’expression, d’implication, d’intervention ce sont quant à elles déployées et affermies ». Il ne s’agit pas ici de remettre en cause le caractère représentatif de nos démocraties ni sans doute de revenir au mandat impératif de la constitution de 1793. Il faut cependant lui adjoindre d’autres principes institutionnels correcteurs réfléchis et aboutis.

7Le terme « démocratie participative » a souvent été employé et contesté. L’intérêt majeur de cette terminologie réside dans l’idée que nos systèmes politiques ne doivent pas être seulement des démocraties procédurales mais aussi des démocraties de « travaux » qui, par leurs objectifs mêmes, reconstituent la vision d’un monde partagé. Les deux premières révolutions industrielles ont été accompagnées par une division géopolitique, centralisée et hiérarchique du monde. La troisième révolution, en cours est intrinsèquement liée aux évolutions de la production et de la consommation énergétique.

8Dans ce cadre, pour permettre l’appropriation citoyenne tout en affirmant une rupture démocratique, il faut imposer, corollaire de l’éthique de vérité, une éthique de la responsabilité. C’est particulièrement fondamental à l’heure où des choix sur la politique énergétique s’imposent, choix qui vont impacter profondément les sociétés humaines et leur fonctionnement. Max Weber le pressentait : si l’éthique de conviction est une tentation pour l’homme politique, c’est l’éthique de responsabilité qui doit l’emporter. La cité se construit sur la base d’engagements réciproques, de paroles vraies et de justifications régulières. Cette démocratie de « travaux » doit, au-delà du principe de précaution, instaurer de nouveaux objectifs constitutionnels, soubassement de nouvelles perspectives pour droits humains : dans le cas de notre besoin incontournable et collectif d’énergie, respect des limites planétaires (biodiversité, émissions de CO2) et prise en compte d’un principe d’adéquation des comportements humains à ces limites. Ces objectifs constitutionnels ne trouveront leurs sens et leur pleine effectivité que dans des ensembles continentaux. Ils nous invitent à réfléchir à la construction d’une citoyenneté européenne renouvelée et à l’élaboration d’une véritable constitution européenne, dans laquelle la question énergétique pourrait agir comme contrainte initiale. Celle-ci pourrait susciter, pour reprendre les termes de Jurgen Habermas un véritable « patriotisme constitutionnel », lequel devrait prendre appui non plus sur des références aux histoires et traditions nationales mais sur les nouveaux principes démocratiques ci-dessus évoqués.

Bibliographie

Références bibliographiques

• D. BOURG, K. WHITESIDE – Vers une démocratie écologique, la république des idées, Seuil, 2010.

• P. ROSANVALLON – La contre-démocratie, Seuil, 2006.

• J. RIFKIN – La troisième révolution industrielle, Les Liens qui Libèrent, 2011.

• M. WEBER – Le savant et le politique, Plon, 1919.

Table des illustrations

Légende Condorcet : des «  citoyens incommodes » pour forger l’éthique démocratique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© CNRS Éditions, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search