Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Dixième partie. Questions ouvertes

5. Les utopies en énergie

Daniel Lincot

Texte intégral

1« Chaque animal, chaque plante, chaque être vivant est perpétuellement à la recherche d’énergie… l’homme est le seul animal qui recherche et utilise consciemment l’énergie autrement que pour son propre corps… Il cherche une énergie indépendante du moment et de la place ». Ces quelques phrases tirées de l’introduction du livre sur l’histoire de l’énergie publié en 1934 par Morton Mott Smith, résument bien la place centrale et spécifique de l’énergie dans l’aventure humaine. De l’utilisation de sa propre énergie musculaire, l’homme sut très vite augmenter cette énergie grâce à l’action collective, volontaire ou contrainte avec l’esclavage, puis à celle des animaux, du vent, du feu, de l’eau. Grâce à ces énergies décuplées, il alla bien vite au-delà de la satisfaction de ses besoins immédiats et chercha à réaliser les utopies techniques ou sociales issues de sa spiritualité ou de ses rêves. Et que dire de la puissance des tempêtes, du tonnerre ou des volcans qu’il s’est appropriée en y mettant des dieux. Cachée au cœur de tout cela, la notion d’énergie, abstraite et invisible à la perception humaine.

Fig. 1 – Dix-huit siècles pour la maîtrise de la machine à vapeur ! Machine de pompage industrielle utilisée dans les mines de charbon (1705). The concept of energy simply explained, M. Mott Smith

Histoire des utopies

2La première utopie énergétique fut sans doute celle du mouvement perpétuel, qui eut largement cours durant le XIIe siècle et qui ne fut remise en cause rigoureusement qu’à la fin du XVIe siècle. Cette idée d’avoir de « l’action pour rien » est étonnamment persistante dans l’imaginaire collectif, et de nos jours encore on en retrouve des traces, avec des formes dérivées comme l’idée du moteur à eau.

3Bien que le premier mécanisme fonctionnant à la vapeur remonte au début de notre ère (Heron d’Alexandrie) ce n’est que durant le XIXe siècle qu’il devient une source d’énergie associée à la combustion du charbon, puis du pétrole. Ainsi Carnot, en 1824, fait le lien entre la puissance motrice des phénomènes naturels et la chaleur et invente ce qui deviendra la thermodynamique. L’humanité entre alors dans l’ère de l’exploitation des «  machines à feu », permettant de décupler l’exploitation de la houille et le développement des machines à vapeur. Comme l’écrit Carnot, « la nature, en nous offrant de toute part le combustible, nous a donné la faculté de faire naître en tout temps et en tous lieux la chaleur et la puissance motrice qui en est la suite ». Il dresse alors une vision utopique de cette ère : « Déjà, cet art […] tend à réunir entre eux les peuples de la terre comme s’ils habitaient tous une même contrée ». On retrouve ainsi la relation étroite entre les utopies énergétiques et les utopies sociales, avec dans ce cas les prémisses de la mondialisation d’aujourd’hui qui repose justement sur l’avènement de l’énergie abondante et peu chère issue du charbon puis du pétrole. Le communisme ne devait-il pas, d’après Lénine en 1919, être l’association des Soviets et… de l’électricité ?

4Moins d’un siècle après Carnot, avec la découverte de l’équivalence entre masse et énergie (donnée par la formule de Einstein E = mc2), suivie plus tard de la démonstration qu’un usage civil de l’énergie atomique était possible, c’est une utopie énergétique encore plus incroyable qui se dessine : la matière est donc elle-même de l’énergie, condensée de façon absolument phénoménale dans sa masse, sans commune mesure avec par exemple ce qui pourrait être extrait de la combustion d’une masse équivalente de pétrole. Vertige de l’énergie ! Le vertige était tel qu’une vision utopique faisait de l’énergie nucléaire dans les années 1950 une denrée gratuite pouvant même remodeler le monde. L’énergie nucléaire de fission est effectivement devenue une réalité. Portée par une dynamique de renaissance « de troisième révolution énergétique » dans la décennie 2000-2010, elle doit aujourd’hui répondre à de profondes interrogations consécutives aux accidents de Tchernobyl et de Fukushima.

Fig. 2 – Couverture du numéro 69 des Dossiers de Pour la Science (2010). Se brancher sur l’énergie du Soleil, fusion nucléaire terrestre ou photovoltaïque ?

5Tout autant que la ressource, ce sont donc également les connaissances, les techniques, conditions et conséquences d’exploitation, ainsi que les risques associés, qui ont limité l’accès de l’humanité à l’énergie, qui conditionnent son acceptabilité. Il s’agit par exemple de la finitude des ressources fossiles, du moins de celles qui sont facilement exploitables à coût réduit. Dès 1869, Augustin Mouchot pointait déjà l’épuisement inéluctable des ressources de charbon. Depuis, l’épuisement des ressources fossiles classiques est devenu une réalité, alors qu’émerge une nouvelle utopie : l’utilisation des ressources non traditionnelles. Il y a également les questions liées aux risques associés à l’exploitation des ressources fossiles avec dans ce cas la production de gaz à effet de serre et l’épée de Damoclès du changement climatique.

Vers de nouvelles utopies énergétiques ?

6Il y a tout d’abord celles basées sur le dépassement dans la continuité des technologies existantes, comme la filière de production dite du « charbon propre », impliquant la séquestration de l’oxyde de carbone formé, ou celle des « nouvelles générations » du nucléaire de fission et bien sûr celle du nucléaire de fusion. On assiste cependant à une spectaculaire renaissance : celle des énergies renouvelables, en particulier de l’énergie solaire, grâce à l’évolution des techniques (photovoltaïque, éolien…). Loin de représenter une utopie énergétique positive, l’utilisation de ces énergies renouvelables a longtemps été considérée comme une « régression », un « retour à la bougie », aux « diktats » de la nature. Malentendu qui montre la dimension profondément subjective de la relation de l’homme à l’énergie. Il est pourtant maintenant bien établi que l’énergie solaire est potentiellement apte à couvrir une grande partie de la consommation énergétique mondiale. Les scénarios énergétiques* se multiplient qui attribuent une place de plus en plus importante aux énergies renouvelables dans le « mix énergétique », voire même pour certains une place à 100 %, en association avec une mutation de l’ensemble de la société autour de ces énergies (leur stockage, leur gestion, leur transport). Certains, comme Jeremy Rifkin (2012), n’hésitent pas à les associer à la troisième révolution industrielle, avec un modèle économique basé sur le trio « énergies renouvelables, hydrogène et internet » ! On retrouve ainsi la vision de Jules Verne sur l’hydrogène et l’électricité mais également la vision pionnière des scientifiques français du projet ALTER en 1978 sur la combinaison solaire et hydrogène, sans Internet bien sûr. La boucle est ainsi bouclée et l’on retrouve, avec l’énergie solaire et les énergies renouvelables en général, à nouveau l’utopie d’une énergie infinie. Quelles seront leurs limites ?

7Une conclusion s’impose, l’humanité baigne dans un océan d’énergie, bien au-delà de ses besoins. Elle acquiert peu à peu les moyens scientifiques et techniques indispensables à son utilisation. Plus que l’accès aux ressources se dessine ainsi le vrai enjeu des utopies énergétiques, celui de leur insertion dans le cadre d’une utopie moderne plus large, et encore plus fondamentale, celle du développement durable.

Bibliographie

Références bibliographiques

• M. MOTT SMITH – The Concept of Energy Simply Explained, Dover 1964.

• S. CARNOT – Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance, J. Gabay, 2005.

• J. RIFKIN – La troisième révolution industrielle, LLL, 2012.

• H. SCHEER – Le solaire et l’économie mondiale, Actes Sud, 2001.

• A. LAUVERGEON et M. JAMARD – La troisième révolution énergétique, Plon, 2008.

• A. MOUCHOT – La chaleur solaire et ses applications industrielles, A. Blanchard, 1980.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Dix-huit siècles pour la maîtrise de la machine à vapeur ! Machine de pompage industrielle utilisée dans les mines de charbon (1705). The concept of energy simply explained, M. Mott Smith
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2 – Couverture du numéro 69 des Dossiers de Pour la Science (2010). Se brancher sur l’énergie du Soleil, fusion nucléaire terrestre ou photovoltaïque ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k

© CNRS Éditions, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search