Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Questions méthodologiques dans l’étude des premières communautés paysannes du midi de la France

Nagel Mills

Résumé

Cet article donne une vue d’ensemble des données archéologiques disponibles et des programmes de recherche relatifs à l’étude du développement des communautés agricoles du Midi de la France. On constate que ces données ne peuvent pas permettre de répondre aux questions actuelles concernant l’étude des processus du développement socio-économique. En effet, elles proviennent, pour la plupart, de sites en grotte dans les zones calcaires marginales, alors que les sites de plein-air de la plaine languedocienne et des bassins provençaux n’ont été que très peu étudiés. Ces gisements de plaine ont subi d’une part les influences néfastes de l’érosion et des labours et d’autre part les effets de la transgression flandrienne qui a submergé les sites côtiers. On propose deux modèles différents du processus de développement des sociétés agricoles dans la région ; ils pourront servir à structurer les recherches futures.
D’après les données actuellement disponibles il semble que les vraies communautés agricoles n’apparaissent qu’à partir du Néolithique moyen.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Cet article propose une vue d’ensemble de l’étude des premières communautés paysannes dans le Midi de la France et plus particulièrement en Languedoc. Il a trois objectifs principaux :

  • montrer que nos données de base dérivent d’orientations traditionnelles de la recherche et qu’elles sont donc inadaptées aux questions concernant l’étude des processus de développement des sociétés agricoles de la région ;

  • souligner la nécessité, fondamentale, de posséder des échantillons représentatifs de la variété et de la répartition des données archéologiques à l’échelon régional, afin d’établir des bases solides pour l’étude de ces processus ;

  • présenter deux modèles possibles du développement des sociétés agricoles de la région ; ils montrent la pauvreté des données actuellement disponibles et pourront être testés par de nouveaux programmes de recherche.

2Les données archéologiques disponibles donnent des bases importantes et assez détaillées en ce qui concerne la chronologie du développement des sociétés agricoles dans le Midi de la France. Cependant elles ne permettent généralement pas de répondre aux questions concernant les processus socio-économiques qui sont dévenus aujourd’hui l’axe principal de nos recherches. Ces données proviennent essentiellement de gisements situés en zones calcaires, et surtout de grottes et abris ; les sites d’habitat de plein air restent très mal connus. Cette situation est liée au fait que, traditionnellement, on supposait que les séquences stratigraphiques des grottes pouvaient permettre de comprendre la chronologie et les processus du développement agricole. Les vestiges provenant des grottes étaient alors considérés comme représentatifs de l’évolution économique et culturelle des sociétés étudiées.

3Pourtant il est maintenant devenu évident que ces données ne nous donnent qu’une vue partielle du développement socio-économique des premières sociétés paysannes. Il est difficile de les utiliser pour étudier des questions telles que les débuts de l’agriculture et/ou l’organisation des systèmes d’échanges et de production. Comme l’a signalé J. Guilaine (Guilaine et alii, 1979) entre autres, la plupart des sites en grotte auraient servi d’habitats temporaires, probablement lors d’utilisations saisonnières. Ils ne donnent qu’une vue partielle des activités humaines pour telle ou telle période ou groupe humain. Cette constatation est particulièrment importante en ce qui concerne les communautés agricoles ; elle a été soulignée récemment par R. Montjardin (1979). Il est probable que ces communautés ont plutôt occupé des sites de plein air à proximité des terres agricoles, de préférence à des grottes en zone pauvre. Des études récentes (d’Anna et Mills, 1981, Mills, 1980) sur les processus géomorphologiques de la période holocène, et surtout de la période historique, soulignent dans quelle mesure nos données ne sont pas représentatives en ce qui concerne les sites de plein air. Au manque de recherches systématiques s’ajoute la destruction de sites de plaine par l’érosion et par les labours. Pourtant, en zones protégées telles que la Vaunage, des prospections systématiques de surface ont multiplié par sept le nombre de sites connus (Mills, 1980 et sous presse).

4Dans une perspective comparative, on peut rapprocher les études basées sur le mobilier des grottes d’études d’habitats temporaires utilisés par des bergers, ou autres, dans des sociétés agricoles historiques et contemporaines. Mais considérer ces habitats et leurs vestiges matériels comme représentatifs des sociétés entières serait faux si leur étude peut nous donner des informations utiles concernant certains aspects de ces sociétés. La culture matérielle n’est pas un indice direct des groupements ou des activités des sociétés humaines, mais varie en fonction de processus socio-économiques qui, eux-mêmes, subissent des variations à travers le temps et l’espace. Il nous faut étudier et comprendre ces processus afin de pouvoir établir un rapport entre la culture matérielle et des activités ou des groupements humains particuliers.

5La répartition et la dynamique du peuplement rural lors de la période historique nous donnent un modèle, ou un point de départ, pour l’étude des processus de développement des communautés agraires préhistoriques. On ne veut pas dire par là que c’est le seul modèle possible, mais cette approche donne une base utile pour structurer la recherche sur le développement des communautés agricoles ; elle nous permet d’avancer des hypothèses que l’on pourra ensuite tester.

6Pendant la période historique, depuis l’époque gallo-romaine, le peuplement rural s’est concentré sur les bonnes terres agricoles de la plaine languedocienne. Les garrigues ont été traditionnellement des zones agricoles pauvres, à vocation pastorale étroitement liée à l’économie de la plaine, et/ou fonctionnant comme zone d’absorption de la population lors de périodes d’expansion de l’habitat vers des terres marginales dues à des conditions de surpeuplement en plaine.

7D’après ce modèle, on pouvait s’attendre à ce qu’à la suite de la mise en place de l’agriculture comme base de l’économie vivrière, les habitats se trouvent concentrés de préférence sur les bonnes terres agricoles de la plaine languedocienne. Les restes d’espèces domestiques ou de graines cultivées trouvés en grotte, en zone calcaire, pourraient alors indiquer l’intégration de ces zones dans le système économique global, mais ne seraient pas représentatifs de ce système qui reste orienté vers la plaine. La mise en place d’un peuplement permanent en zone calcaire, telle que les garrigues en période chalcolithique, serait le reflet d’un manque de terres, libres, agricoles en plaine et de la nécessité d’une expansion depuis cette zone d’habitat préférée vers les terres marginales.

8A première vue, les données disponibles donnent l’impression d’une continuité entre le Mésolithique et le Néolithique ancien dans plusieurs aspects de la culture matérielle et de l’économie. La poterie, les animaux domestiques et les céréales semblent apparaître indépendamment suivant le cas et les régions du Midi. Il ne semble pas qu’il y ait eu apport rapide d’un système agricole complet. La première poterie semble apparaître sur les « kjokkenmudding » et sites côtiers de pêche : île Maire, île Riou et Cap Ragnon, qui ont leurs parallèles mésolithiques à Châteauneuf et à la Baume Longue. Les ovicapridés sont présents avant la première poterie sur plusieurs sites et les suidés sont également connus dans des niveaux sans poterie, à Dourgne dans les Pyrénées et à la grotte Gazel, pendant la première moitié du 5e millénaire. Pourtant, et malgré le fait que des céréales se trouvent dans les premiers niveaux à poterie de Châteauneuf et de Fontbrégoua, la prédominance d’espèces sauvages sur la plupart des sites et la continuité d’une économie de pêche et de cueillette sur des sites tels que Montclus, semblent indiquer que l’agriculture jouait un rôle restreint dans le Néolithique ancien.

9Une telle perspective ne prend pas en compte la répartition et la nature des données et les problèmes de représentativité qu’elles posent. En effet, d’une façon générale, nous ne possédons pas de données aptes à répondre aux questions que nous voulons poser. Les sites en grotte auraient fonctionné en faisant partie d’une économie vivrière à base soit d’agriculture soit de chasse et de cueillette. Il nous faut tenter de replacer ces sites dans leur système économique global et de comprendre le rôle de chacun dans son contexte local. On ne peut pas comparer un gisement avec un autre si nous ne savons pas si la comparaison est valable. Deux sites qui semblent indiquer des stades différents dans le développement du système agricole peuvent en fait ne traduire qu’une différence fonctionnelle liée à leurs positions dans le système global.

10Si donc les éléments de l’économie agraire sont arrivés ensemble, il est probable qu’ils se soient d’abord établis sur des sites de plein air en plaine. C’est précisément ce type de site qui manque le plus dans nos échantillons actuels. Comme R. Montjardin (1979) l’a souligné, les animaux domestiques sont proportionnellement plus nombreux sur les deux seuls gisements de plein air qui ont été étudiés jusqu’à présent : l’île Corrège à Leucate et le Baratin à Courthézon. L’analyse pollinique de Triat au Baratin révèle des céréales et des clairières temporaires dans la forêt. On ignore la présence de faune ou de plantes cultivées à Peiro Signado, mais le fait que ce site ait livré un mobilier apparemment atypique par rapport à celui des grottes est peut-être une autre indication que le mobilier de celles-ci n’est pas représentatif. Le site de l’île Corrège est d’un intérêt particulier puisqu’il démontre le fait le plus évident : des habitats du Néolithique ancien ont été submergés par la transgression flandrienne. Il est donc possible que le processus de mise en place de l’économie agricole ait commencé là où l’on pouvait l’attendre : sur les terres agricoles de la plaine côtière ; une bonne partie des données est donc maintenant sous la mer. Dans ce cas, les sites en grotte ne seraient que les bouts tronqués de systèmes économiques annuels. La variabilité dans les restes de faune, flore et de la culture matérielle ne serait que le reflet de la fonction de chaque site dans son système local et non pas un indice direct de la chronologie et du développement des sociétés agraires.

11Plusieurs modèles interprétatifs sont possibles. J’en présente deux ci-dessous :

  • d’après le premier modèle, la poterie arrive dans la zone côtière comme objet d’échange ; hypothèse proposée également par J. Lewthwaite. Les éléments différents du système agricole sont ensuite lentement absorbés par les systèmes économiques locaux, face à des pressions démographiques et environnementales dues à la transgression flandrienne et à la remontée vers le Nord du climat et de la végétation méditerranéens (voir aussi Clarke, 1976). Si les animaux domestiques ont été intégrés assez rapidement dans l’économie pré-existante, les céréales restent cultivées à petite échelle. Elles ne constituent pas encore la base de l’économie mais peuvent fournir une ressource critique face au manque croissant de nourriture pendant certaines périodes de l’année. Il n’y a pas de changement brutal dans le système global et des sites mésolithiques importants, tels Châteauneuf et Montclus, ont continué à être occupés. A partir de la fin du Ve millénaire l’importance des céréales augmente, au Baratin par exemple ; mais même ici, l’espace qui leur est consacré reste restreint et provisoire. Il faut attendre le IVe millénaire et le Néolithique moyen pour que l’agriculture devienne la base de l’économie vivrière avec des changements dans la culture matérielle et dans la répartition des sites d’habitat.

  • un deuxième modèle avance l’hypothèse que nous ne connaissons pas les sites les plus représentatifs et importants du Néolithique ancien qui se trouvent maintenant dans les zones submergées de la plaine côtière tandis que les sites de plein air qui nous restent sont mal connus, soit à cause du manque de recherches systématiques, soit à cause de leur destruction. Les sites de Peiro Signado, île Corrège et Baratin démontrent que ces gisements de plein air existent ; mais il est difficile d’en saisir l’importance relative dans l’état actuel de nos recherches. Les dates précoces des premières poteries en Provence occidentale sont bien en accord avec ce modèle puisque ces sites se trouvent sur une côte rocheuse, relativement peu affectée par la remontée de la mer en comparaison avec la plaine languedocienne. Pourtant ces sites provençaux ne sont pas représentatifs des sites de plaine disparus puisque leurs économies auraient été déterminées par leur position écologique. Si, dans la zone de plaine, l’économie agricole s’est mise en place rapidement, les communautés vivant dans l’intérieur du pays ont continué leur vie basée sur la cueillette, ne s’intégrant que lentement dans l’économie agricole au Sud. La date de la première apparition des animaux ou des plantes domestiques, et de la poterie, varie alors selon les circonstances locales.

12Actuellement, un modèle semblable au premier, semble le plus attirant, surtout parce qu’il nous aide à comprendre les changements rapides dans la culture matérielle, et apparemment dans la répartition et dans l’organisation des habitats avec le début du Néolithique moyen. Tous les éléments d’une économie agricole sont présents dès le Ve millénaire au plus tard, mais il semble que c’est seulement à partir du Néolithique moyen que des vraies communautés agraires ou paysannes apparaissent, comme l’indiquent l’économie vivrière et la culture matérielle.

13De nombreux sites de plein air du Néolithique moyen se trouvent sur les bonnes terres agricoles des bassins provençaux et de la plaine languedocienne. Ces sites se trouvent sur des terres profondes mais légères à côté de cours d’eau ou de sources. De bonnes études quantitatives de la faune et de la flore nous manquent encore pour cette période, mais la plupart des sites fouillés ont livré des céréales et les espèces domestiques dominent dans les échantillons de faune.

14On pouvait s’attendre à ce que la mise en place de l’agriculture comme base de l’économie entraîne des bouleversements importants dans certains aspects de la culture matérielle, dus à des changements dans les processus d’interaction sociale, et dans la technologie, nécessités par la nouvelle économie. Par exemple, un outillage spécialisé s’impose dans une économie agricole qui a besoin d’outils particuliers en grand nombre pour la moisson et pour d’autres tâches techniques. Un tel changement n’existe pas avec la transition du Mésolithique au Néolithique ancien ; mais comme Phillips (1975, 1982) et Vaquer (1976) l’ont souligné, entre autres, un changement important a lieu au début du Néolithique moyen, avec une grande unité dans l’industrie sur silex et dans les formes et les décors de la poterie. L’utilisation d’un silex de bonne qualité indique l’importance pour ces communautés d’un bon tranchant sur leurs outils dont on aurait eu besoin pour une moisson efficace. Ce silex de bonne qualité n’existe ni sur la plaine côtière, ni dans la plupart des bassins provençaux. Il manifeste donc un besoin d’échanges et d’utilisation d’une technique de fabrication à base de lames et de lamelles afin d’économiser sur la quantité et sur le coût des échanges. L’homogénéité du mobilier céramique serait le résultat d’autres processus, et plus particulièrement de l’interaction sociale entre ces communautés reliées l’une à l’autre par le système d’échanges.

15En conclusion, trois choses doivent être soulignées. Premièrement en ce qui concerne le thème principal de ce colloque, il est probable que les premières vraies communautés paysannes n’apparaissent dans le Midi qu’à partir du Néolithique moyen.

16Deuxièmement, pour vraiment comprendre le développement de l’agriculture dans le Midi, il nous faut abandonner la conception de stades d’évolution définis par le « Néolithique ancien » et le « Néolithique moyen », et étudier des processus à travers le temps et l’espace. Les changements dans la poterie et dans l’industrie sur silex, par exemple, sont le reflet de processus différents, qu’il nous faut tenter de comprendre eux-mêmes, avant de les expliquer par une évolution culturelle.

17Troisièmement, il faut nous assurer un échantillonnage représentatif des sites et du mobilier. Cet échantillon représentatif n’arrivera pas au hasard, mais seulement à partir de recherches structurées et organisées ; il permettra de tester plusieurs modèles différents des processus de développement des communautés agricoles dans la région.

Bibliographie

Bibliographie

Clarke (D.-L.) 1976. Mesolithic Europe - The Economic Basis. London : Duckworth.

D’Anna (A.) et Mills (N.T.W.) 1981. « L’occupation néolithique du bassin de Trets (Bouches-du-Rhône) » Bulletin Archéologique de Provence 8, 4 : 37.

Guilaine (J.) ed. 1979. L’Abri Jean Cros. Toulouse : Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales.

Mills (N.T.W.) 1980. Prehistoric Agriculture in Southern France - Case Studies from Provence and Languedoc. Unpublished PhD thesis, Sheffield University.

Mills (N.T.W.) (sous presse) «L’habitat ceinturé de Boussargues (Argelliers, Hérault) dans son contexte local et régional (peuplement, économie, et environnement) » Bulletin de l’Ecole Antique de Nîmes (sous presse).

Mills (N.T.W.) (sous presse) « The Neolithic of southern France » in Scarre, C. ed. The Neolithic of France. Edinburgh : Edinburgh University Press, (sous presse).

Montjardin (J.) 1979. « Quelques commentaires relatifs à la faune d’Escanin 2 - Les Baux ». Archéologie en Languedoc 2 : 31-8.

Phillips (A.-P.) 1975. Early Farmers of West Mediterranean Europe. London : Hutchinson.

Phillips (A.-P.) 1982. The Middle Neolithic in Southern France. Oxford : British Archaeological Reports, International Series.

Vaquer (J.) 1975. La Céramique Chasséenne du Languedoc. Carcassonne : Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie.

Notes de fin

1 Archaeology Department, Country Council Offices, Loves Grove, Worcester WRI 3BY (Angleterre).

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search