Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Neuvième partie. Le nouveau mis énergétique et ses conséquences

7. Transitions énergétiques urbaines

Jonathan Rutherford

Texte intégral

1Les villes et l’énergie entretiennent une relation profondément ambivalente. Alors que quasiment tous les aspects du fonctionnement urbain dépendent par nature de l’accès aux flux et aux circulations d’énergie, les acteurs urbains interviennent de moins en moins depuis ces dernières décennies dans la production, l’organisation et la gestion de ces derniers. Dans le même temps, tandis que les villes sont des lieux de consommation élevée, et de fait, auraient une influence directe sur la nature et la forme des systèmes énergétiques dans leur ensemble, les acteurs responsables de ces systèmes négligent généralement la dimension urbaine, ne considérant les villes que comme les derniers maillons d’une chaîne qu’il suffit d’approvisionner.

2Dans le double contexte d’une urbanisation planétaire et d’un besoin grandissant de mettre en œuvre des transitions énergétiques qui engagent nos sociétés à un changement radical et systémique, le rapport entre les villes et l’énergie ne peut plus être négligé. Les sociétés urbanisées sont particulièrement dépendantes de l’énergie et la pression sur les ressources énergétiques est susceptible de croître de diverses manières par l’anticipation et l’adaptation au changement climatique. L’organisation spatiale des villes et des infrastructures, les modes de vie urbains et les pratiques quotidiennes sont remis en question. L’ensemble de ces logiques a des conséquences économiques, sociales et environnementales potentiellement perturbatrices qui doivent être prises en compte. Les enjeux majeurs de l’anthropocène garantissent que l’avenir urbain et celui de l’énergie seront étroitement liés.

Différents types d’actions locales

3Les tensions mondiales liées à l’énergie (pic pétrolier*, changement climatique, sécurité des ressources, accessibilité des services) prennent davantage d’importance aux yeux des populations comme des praticiens. Dans le cadre d’une gouvernance multiniveaux, l’action locale sur l’énergie est de plus en plus considérée par les parties prenantes (y compris aux niveaux national et supranational) comme étant davantage compatible avec les objectifs de promotion de sociétés résilientes, sobres et décarbonées. Cette action locale prend de nombreuses formes, dont trois peuvent être brièvement mentionnées ici.

  • Les acteurs urbains s’engagent de plus en plus dans la production et/ou la distribution d’énergie. Dans certains cas, il s’agit de démarches anciennes qui ont été réaffirmées (comme les entreprises locales de distribution en France, les nouveaux « Stadtwerke » en Allemagne), mais dans d’autres contextes, il s’agit d’un phénomène nouveau (comme les entreprises de services énergétiques dans certaines villes du Royaume-Uni et les projets d’« énergie décentralisée » dans des quartiers de Londres). Les villes scandinaves en particulier ont été à l’avant-garde de l’extension de réseaux de chaleur à travers les zones urbaines denses et du passage des combustibles fossiles à la biomasse. Les citoyens sont également encouragés à produire leur propre énergie en utilisant des technologies renouvelables, brouillant ainsi les frontières traditionnelles entre la production et la consommation.
  • Les collectivités locales intègrent les enjeux énergétiques plus directement dans les stratégies d’aménagement. À l’échelle métropolitaine, des formes urbaines denses, compactes et polycentriques sont promues qui tiennent compte des implications énergétiques d’un étalement non contenu et des choix de mobilité (en Île-de-France et à Stockholm par exemple). À l’échelle locale, de nouveaux projets (comme des écoquartiers) ont souvent pour but de générer une sobriété énergétique en créant des métabolismes urbains plus circulaires qui reposent sur l’utilisation des ressources locales et le recyclage constant des déchets (par une revalorisation énergétique par exemple). Cependant, comme les villes de l’avenir ne feront pas table rase du passé, nombreuses sont celles qui se sont engagées dans la rénovation de la fabrique urbaine existante pour une meilleure efficacité énergétique.
  • Les autorités urbaines (mairies, régions) renforcent leurs rôles de régulateurs locaux en utilisant tout un panel d’incitations et d’instruments qui, par exemple, encouragent les innovations axées sur l’énergie et la «  croissance verte », répriment les lieux d’activités énergétiques particulièrement intensives (utilisation de la voiture, certaines industries), et travaillent à réduire la précarité énergétique des ménages.

Difficultés du passage du local au global

4Ces brefs exemples venant d’Europe ne peuvent, cependant, être pris comme des modèles génériques pour les trajectoires futures de la ville. Des transitions très distinctes, bien que liées, sont actuellement en cours dans de nombreuses villes du Sud, concernant, par exemple, le passage de divers types de combustibles et de sources d’énergie à un système énergétique basé sur l’électricité. Les villes continuent donc à être positionnées différemment par rapport aux enjeux d’énergie, car les acteurs et les groupes sociaux au sein de chaque agglomération possèdent des compétences et des capacités d’interventions différentes vis-à-vis de l’accès, de l’utilisation et de la planification de l’énergie. La nature et la forme des transitions énergétiques locales s’étendent bien au-delà des sphères législatives formelles. Elles sont étroitement liées à des systèmes de pratiques urbaines plus larges impliquant tout un panel d’acteurs différents, allant des fournisseurs locaux et des intermédiaires des marchés (dans les villes du Sud par exemple) aux ménages (en particulier). Les besoins et les choix (par exemple, le confort), les usages et les comportements variés de ces derniers sont à la fois la source et le résultat de la complexité et la spécificité des systèmes énergétiques et de leurs reconfigurations.

Quartier de Hammarby Sjöstad à Stockholm (Suède) avec en fond l’usine de production du chauffage urbain. © J. Rutherford

5L’organisation et le fonctionnement des espaces, des sociétés et des systèmes urbains doivent faire face à des processus de transition énergétique. Le fait que, dans le monde, ils s’y confrontent de manières différentes déboulonne le mythe d’un scénario de transition énergétique unique et générique vers lequel tous pourraient ou devraient converger. Les réalités quotidiennes des contextes urbains dans le monde et des peuples au sein des villes nous rappellent que nous devons constamment aborder le sujet des transitions énergétiques d’un point de vue pluriel et hétérogène. Les villes n’ont pas une contribution à fournir à la transition énergétique. Il n’est pas possible d’aligner plus de trois millénaires de différentes formes d’urbanisation sur une seule et même voie de changement, ou de contenir l’analyse de ce changement à l’extérieur des villes ou à une échelle non-urbaine. Les villes sont les communautés, les espaces et les arènes politiques où le changement a lieu, où il est promulgué, où il est vécu. Pour que la promesse des transitions énergétiques urbaines – les futurs partagés des villes et des systèmes énergétiques – devienne réalité, il faut une plus grande compréhension de l’ensemble de leurs composants humains et matériels, des contextes sociaux, des compétences et des capacités des parties prenantes, ainsi que des inerties, des pièges et des obstacles inévitables de la mise en œuvre d’une telle transformation sociétale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. QUERRIEN – La Ville dans la transition énergétique, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 103, 2007.

• O. COUTARD et J. RUTHERFORD – Urban Energy Transitions : Policies, practices, limits, Urban Studies, 2013.

• P. NEWMAN, T. BEATLEY et H. BOYER – Resilient Cities : Responding to Peak Oil and Climate Change, Island Press, 2009.

Table des illustrations

Légende Quartier de Hammarby Sjöstad à Stockholm (Suède) avec en fond l’usine de production du chauffage urbain. © J. Rutherford
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

Auteur

Géographe, Chargé de Recherche à l’École des Ponts ParisTech, LATTS, Marne-la-Vallée.
jonathan.rutherford@enpc.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search