Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Italie du nord et régions alpines

Discussion

Texte intégral

Italie du Nord et régions alpines

J.-L. Roudil

1Je crois que le matériel céramique des Arene Candide se distingue radicalement du Cardial français et ibérique. Je crois qu’il y a une confusion courante entre le mot cardial et la civilisation cardiale. Il est bon de préciser qu’en France, en Espagne et au Portugal, la civilisation du Cardial correspond à quelque chose de très précis et qu’il ne faut pas parler de Cardial chaque fois qu’un tesson reçoit un coup de coquille, parce que cette technique de décor peut être utilisée dans bien d’autres civilisations. Dans le Midi de la France et en Espagne, on a là une aire culturelle très homogène où les décors à la coquille sont structurés et limités, margés par des coups de coquilles. Au contraire, dans le contexte des Arene Candide le décor à la coquille, lorsqu’il existe, est constitué de coups de coquilles non bordés. Les décors les plus fréquents sont des sillons d’impressions ou des impressions au peigne en zig-zags, en particulier des zig-zags réservés entre des triangles hachurés. D’autre part le Cardial, aussi bien en France qu’en Catalogne, ne connaît pas de fond plat, alors que dans les gisements de Ligurie, le Néolithique ancien ligure présente de nombreux fonds plats. Autre distinction avec le Cardial, la présence de l’obsidienne. Je rappelle qu’à Portiragnes a été découvert un site qui présente des affinités rigoureuses avec les niveaux profonds des Arene Candide. On a là un ensemble bien différent, d’origine italique. Portiragnes reste un point pratiquement isolé. Il n’y a qu’à Caucade, près de Nice, où l’on a d’autres témoins de cette même culture.

J. Villalba

2M. Bagolini a fait allusion à une activité minière ancienne dans la vallée de l’Adige. Peut-il préciser ?

B. Bagolini

3Dans la vallée de l’Adige on a des témoignages de l’extraction du cuivre antérieurs au commencement de l’Age du Bronze. On peut les dater maintenant d’environ 2200 avant J.C. C’est une activité très précoce que cette extraction minière. On a, en beaucoup de lieux de la vallée, des gisements qui ont la possibilité de donner du cuivre.

B. Marti

4Je tiens à dire à M. Roudil que les matériaux du Néolithique cardial franco-ibérique n’appuient pas le sens de son intervention. En effet les matériaux de la Cova de l’Or, Sarsa, Cariguela peuvent présenter des affinités avec ceux des Arene Candide.

L. Chaix

5Je veux demander à M. Bagolini si dans la phase 4 il y a présence d’animaux domestiques dans certains sites de la vallée de l’Adige.

B. Bagolini

6Dans la première phase du Néolithique, mais dans ses moments finaux, on peut trouver quelques animaux domestiques. Mais seulement vers la fin de la première phase du Néolithique. La présence massive d’animaux domestiques n’apparaît qu’avec la culture des Vases à Goulot Carré c’est-à-dire à partir de 4000 avant J.C. (non calibré).

G. Firmin

7Melle Bernabò Brea a distingué, dans les identifications palynologiques du site présenté, les avoines parmi les céréales. Il s’agit du genre simplement car je suis surpris que l’on puisse discriminer du point de vue palynologique l’avoine.

M. Bernabò Brea

8Les analyses polliniques ont été faites par Mme Accorsi, elle m’a dit avoir vu des pollens d’Avena. Je ne peux pas répondre davantage à votre question.

G. Firmin

9En général, en ce qui concerne les céréales, on peut discriminer parfaitement Secale cereale et avec un microscope à contraste de phase on arrive à déterminer le genre Hordeum. Pour le reste des autres céréales, la discrimination entre, en particulier, les espèces de blés, ou encore la détermination entre Triticum et Avena, pour l’instant en France on n’y arrive pas encore.

A. Benac

10B. Bagolini a dit que dans la vallée de l’Adige on rencontrait aussi des éléments de la culture de Starcevo. Cela me semble difficile à admettre parce que la culture de Starcevo est une culture des Balkans centraux et de la Pannonie Est. Je parle théoriquement parce que je n’ai pas vu le matériel. Ce qui m’intéresse est de savoir quels sont ces éléments et comment sont-ils venus dans la vallée de l’Adige ?

B. Bagolini

11Il y a la possibilité de paralléliser quelques tessons que nous avons dans le groupe de Gaban avec certaines productions de Starcevo sensu lato. Il s’agit de céramiques décorées à impressions et de céramiques décorées à incisions qui peuvent avoir des parallèles avec des matériaux de Starcevo mais aussi avec l’impresso adriatique. On a un parallèle très étonnant entre ces deux classes de céramiques de Gaban et du matériel qui existe dans la région de Ljubljana et que l’on rapporte au Néolithique récent. Mais comme on n’a pas de stratigraphie dans le matériel de ce gisement, alors il est bien possible qu’il y ait aussi du matériel du Néolithique ancien mêlé à du matériel du Néolithique récent. J’ai des pièces qui sont vraiment la même chose. C’est un problème que je désire éclaircir avec les collègues yougoslaves.

J.-P. Daugas

12J’aimerais souligner la grande similitude qui existe entre le processus d’occupation du territoire qu’a présenté M. Bagolini et le schéma que nous avons présenté avec J.-P. Raynal pour le Cantal. Il convient de souligner essentiellement que le milieu montagnard avec ses caractères très accusés et saisonniers entraîne une grande dépendance de l’occupation, du choix des implantations par rapport à l’évolution du couvert végétal. Je remarque aussi que lors de la phase d’introduction de l’agriculture, la colonisation des territoires de plus basse altitude entraîne malgré tout un maintien des activités complémentaires dans les zones d’altitude.

M. Venturino

13Je voudrais intervenir à propos de l’exposé de Laura Simone sur le problème de la diffusion des éléments de la culture de Vhò de Piadena, dans la zone comprise entre la plaine du Pô et la côte ligure. Ceci pour rappeler que des éléments attribuables aux groupes culturels du Néolithique ancien padan (en particulier celui de l’Isolino et celui de Vhô-di-Piadena) sont présents également dans la station piémontaise d’Alba, province de Cuneo. Il s’agit en général d’anses à décoration plastique, d’anses tubulaires, de petits cordons digités ou d’anses à décor incisé, parfois avec des motifs en chevrons, des fragments de « coupes à fruits », de vases à pied, présentant toujours un décor de chevrons.

14Il s’agit d’un matériel qui, malheureusement, ne provient pas de fouilles méthodiques mais d’exploitations de carrières d’argile. Pourtant, il me semble que la typologie de ce matériel autorise une attribution culturelle certaine au Néolithique ancien et donc à une phase identique à celle rencontrée à Cecima.

L. Simone

15Quand j’ai parlé de l’absence de sites intermédiaires, je n’ai pas voulu dire que celui que je fouille représente l’unique gisement occidental. Mais en même temps, j’ai voulu dire que dans le Centre de l’Italie du Nord nous n’avons encore aucune cabane au-delà de Cecima.

S. Tine

16Je veux m’adresser à tous les trois : d’abord à P. Biagi, ensuite à Laure Simone qui a présenté une reconstitution d’une cabane de Cecima, puis à Maria Bernabò Brea qui nous a présenté une interprétation de ces « fosses » si fréquentes dans les villages de la plaine padane, et dans lesquels on a voulu voir des fonds de cabanes. Certains ne peuvent pas en être, vu leurs dimensions. Il me semble qu’à présent on commence à avoir quelques éléments plus sûrs concernant l’interprétation de ces « fosses » remplies de matériel archéologique.

  • D’une part, ce sont des silos du fait qu’ils sont creusés dans l’argile ; il me semble que C. Tozzi en a trouvé également dans l’aire de la culture de Ripoli
  • D’autre part, il existe à présent une tentative de reconstitution d’une cabane. Il me semble que M. Bernabô Brea a parlé aussi de la possibilité de reconstituer une autre cabane sur le Panaro ; et aussi P. Biagi, qui a fouillé tant de sites en Italie du Nord.

17Je voudrais leur demander à tous trois s’il y a réellement quelque chose de nouveau et d’acceptable sur l’interprétation de ces « fosses », quelque chose de vraiment probant, obtenu grâce à la reconstitution des deux habitats du Néolithique padan.

M. Ricq-de Bouard

18En ce qui concerne les influences ligures, je signale que sur les deux seuls sites de France, Portiragnes et Caucade, pour lesquels il y a des affinités avec la Ligurie, on a trouvé sur chacun de ces sites un fragment d’outil poli. Il se trouve que ces deux objets sont faits dans des roches d’origine locale et absolument pas dans des roches provenant des versants est des Alpes, des apennins ligures. Ce qui veut dire qu’effectivement à partir d’un seul élément, il est difficile quelquefois de conclure de façon générale.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search