Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Sixième partie. Entre sources et usages : stockage et vecteurs d'énergie

6. Stockage solide de l’hydrogène

Daniel Fruchart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Outre les modalités de stockage sous forme gazeuse ou liquide, l’hydrogène peut être conservé, selon la voie dite « du stockage chimique », dans des matériaux solides. On obtient la formation de composés définis, ou hydrures, où l’atome d’hydrogène, issu de la dissociation de la molécule H2 forme une liaison métallique ou « iono-covalente » avec les éléments d’une structure existante, le plus souvent formée de façon majoritaire d’atomes métalliques. Le phénomène est réversible la plupart du temps, l’atome H occupant alors des sites interstitiels, laissant le réseau métallique assez peu perturbé. À la désorption*, les atomes hydrogène quittent la liaison chimique pour reformer des molécules de gaz H2 (figure 1). Le matériau métallique agit donc comme une éponge qui absorbe et désorbe l’hydrogène suivant des cycles (température, pression) maîtrisés.

Les hydrures métalliques peuvent être classés en plusieurs familles, selon leurs structures et propriétés thermodynamiques. Une catégorie ...

Auteur

Directeur de Recherche Émérite au CNRS, Institut Néel, Département MCMF, Groupe IICE, Grenoble.
daniel.fruchart@grenoble.cnrs.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540