Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Italie du nord et régions alpines

Une cabane du Néolithique ancien dans l’Oltrepo pavese (Lombardie)

Laura Simone

Résumé

Près de Cecima (Pavia), dans l’Oltrepo pavese (Lombardie occidentale) ont été dégagés les restes de ce qui est probablement du Néolithique ancien, datés du début du IV millénaire B.C. Le mobilier se rapporte à la culture du VHO de Piadena.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Une prospection de surface dans la vallée du torrent Staffora, dans l’Oltrepo pavese en Lombardie, a permis de découvrir un site du Néolithique ancien, près du village de Cecima (Pavia), sur la rive gauche du ruisseau Scocconazzo, affluent du Staffora.

2Une terre noirâtre, contenant des tessons, a permis de localiser exactement l’emplacement de la fouille. Dans les autres parties du champ, il n’y avait aucune autre trace d’occupation humaine et il est possible que le restant du site soit dans le champ contigü où une culture de luzerne n’a pas encore permis d’effectuer des recherches.

3On a dégagé une fosse réniforme longue de 5 m, large de 3 m et profonde de 0,30 m. Près de l’échancrure, il y avait un trou de poteau de 40 cm de diamètre. Un grand foyer occupait le lobe sud de la fosse, tandis que le remplissage était constitué par de l’argile avec de très rares charbons, d’une couleur légèrement plus foncée que celle de l’argile stérile environnante. Autour de la fosse, il n’y avait pas de sol d’habitat.

4Ce type de fosse est souvent présent dans les sites néolithiques de l’Italie centro-septentrionale comme Ripoli, Vho di Piadena, Chiozza pour ne citer que les plus connus.

5Les auteurs du début du siècle n’hésitaient pas à appeler « fonds de cabanes » de pareilles fosses, mais aujourd’hui ce terme est employé avec plus de modération, même si l’on n’a pas réussi à proposer d’autres interprétations plus convaincantes, sinon pour les fosses qui, par les caractéristiques de leur remplissage, ont été reconnues comme des dépotoirs (Bagolini, Balista, Biagi, 1977).

6D’autre part, même les sites fouillés de manière détaillée n’ont pas fait ressortir l’existence d’éléments passibles de fournir des indices sûrs de la présence d’un quelconque type d’habitation. Dans le cas qui nous occupe, en plus de la forme en rein fréquente dans les sites de ce genre, ce qui est intéressant c’est la présence d’un trou de poteau. Celui-ci et le foyer trouvé à l’intérieur de la fosse permettent de supposer qu’il peut s’agir d’un fond de cabane.

7M. Radmilli (Radmilli 1967) a établi une comparaison entre les fosses de Ripoli et les cabanes des Fuegini, dans lesquelles les branches de la couverture disposée en arc sont retenues par les bords de la partie enfoncée et consolidées à la base par un tampon d’argile. Le résultat de cette technique de construction est une cabane assez basse.

Fig. 1 : Plan de l’aire fouillée.

8Compte-tenu des données du sondage et de ce qui a été proposé par M. Radmilli, on a essayé de reconstituer une maquette de la cabane de Cecima, que l’on présente ici comme une simple hypothèse de travail. En faisant soutenir les branches par un poteau extérieur, on pouvait obtenir une construction sensiblement plus haute. La fonctionnalité de la forme en rein échappe jusqu’ici à toute interprétation : dans la maquette, on a pensé à une aire de travail, située devant l’entrée, et semi-couverte, utilisée pour des activités sédentaires comme le modelage des vases ou d’autres choses de ce genre.

Les industries

9La plupart des tessons à pâte fine, aux parois minces et polies, appartenaient à un vase à pied creux, décoré par des cordons lisses et avec une anse surmontée par un mamelon (Fig. 2, n° 4).

10Plus nombreuse est la céramique à pâte grossière, souvent dégraissée avec de la chamotte ou des miettes siliceuses : les formes en sont variées : gobelet à deux anses, avec fond à talon, décoré par des cordons et des mamelons (Fig. 3), vases profonds à profil ovale et coupes à profil évasé. Les fonds sont à talon et à pied creux, les décors sont toujours constitués par des cordons et des mamelons.

11En outre, il y a un vase globulaire, décoré par des lignes incisées (Fig. 2, n° 7). L’outillage de pierre taillée, très pauvre, est représenté par de petites lames étroites, par deux fragments de haches polies en serpentinite lherzolitica.

Habitat et économie

12L’analyse de charbons de bois et de grains a permis à M. Nisbet de constater la présence de Frêne, d’Aubépine et de Peuplier, c’est-à-dire de deux écotypes différents : chênaie mixte et végétation de rivage (comm. pers.). La présence du Pin sylvestre qui devrait indiquer aussi un climat steppique continental fait problème.

13Par ailleurs les conditions du milieu dans ces zones des Apennins pendant le Néolithique ne sont pas encore connues. M. Nisbet émet aussi l’hypothèse d’un apport dû à l’homme.

14La pratique de l’agriculture semble confirmée par la présence de graines d’Orge, par contre l’absence presque totale d’ossements animaux, à l’exception d’une dent fragmentaire d’ovin, ne permet pas d’indiquer dans quelle mesure une activité d’élevage a été pratiquée. Cette absence, si elle n’a pas pour cause l’exiguité du sondage, est peut-être imputable aux conditions chimiques du terrain qui peut avoir compromis la conservation des ossements.

Conclusion

15C’est dans les sites du Vho de Piadena et en particulier à Campo Ceresole et Campo Costiere (Bagolini, Biagi, 1976, id 1977) que se trouvent les éléments les plus proches de ceux de Cecima : pieds à talon, gobelets à deux anses et vases à pied creux.

16De même les décors : mamelons, cordons, anses avec mamelon, décor incisé sont semblables dans les deux sites.

17L’aire d’influence de la culture du Vhò se trouve donc bien élargie ; jusqu’ici, elle apparaît limitée (Biagi, 1979) à une zone restreinte de la Lombardie orientale, comprise entre le fleuve Pô et le bassin d’Oglio.

Fig. 2 : Cecima : La céramique.

Fig. 3 : Cecima. Céramique.

18Pour le moment, on ne connaît pas de sites intermédiaires entre cette aire de la Lombardie orientale et l’Oltrepo pavese.

19Il n’est pas possible de préciser jusqu’à quel point la culture du Vhò a remonté la vallée du Po, mais il paraît certain que des éléments de cette culture ont dépassé les Apennins et atteint des sites côtiers de la Ligurie. En effet, quelques vases à pied creux, absolument étrangers au domaine culturel de la poterie imprimée, sont présents dans le niveau 13 du gisement des Arene Candide (comm. pers. du prof. Tiné) correspondant au niveau II de la grotte Pollera (Odetti, 1974), c’est-à-dire deux niveaux qui s’interposent entre les niveaux inférieurs à poterie imprimée et ceux, supérieurs, de la culture des vases à bouche carrée.

20Cette diffusion de la culture de Vhò vers l’Occident s’est peut-être produite dans une phase finale de cette même culture comme semblent l’indiquer les datations connues.

21En effet, les deux datations du puits XVIII du Vhò de Piadena (4285 ± 470 B.C. et 4220 ± 110 B.C.) (Biagi 1979) tombent toutes les deux dans les derniers siècles du Vème millénaire B.C. ; tandis que celle de Cecima, obtenue par des prélèvements charbonneux du foyer, nous fait remonter au début du IVème millénaire B.C. (3980 ±130 B.C. Harwell Laboratory, Oxford) comme une grande partie des datations connues pour les niveaux liguriens (Tiné, 1977).

22Il serait toutefois imprudent d’étendre encore les conclusions qu’on peut tirer des données fournies par le dégagement de cette seule structure. Une vérification sera possible dans les mois prochains, lorsque d’autres sondages auront été effectués dans le champ contigü et après la relance du projet de reprise des prospections de surface qui auront pour but de repérer d’autres sites néolithiques dans la vallée du Staffora.

Bibliographie

Bibliographie

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1976. « Vhò, Campo Ceresole : scavi 1976 » Preistoria Alpina, n° 12.

Bagolini (B.), Balista (C), Biagi (P.) 1977. « Vhò, Campo Ceresole : scavi 1977 », Preistoria Alpina, n° 13.

Biagi (P.) 1979. « Stazione neolitica a Ostiano (Cr), località Dugali Alti scavo 1980 », Preistoria Alpina, n° 15.

Odetti (G.) 1974. « Gli strati neolitici della grotta Pollera », Atti XVI Riunione Scientifica del l’I.I.P.P.

Radmilli (A.-M.) 1967. « I villaggi a capanne del neolitico italiano », Archivio per l’Antropologia e l’Etnologia, vol. XCVII.

Notes de fin

1 Soprintendenza Archeologica della Lombardia - Milano (Italie).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Plan de l’aire fouillée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 2 : Cecima : La céramique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 3 : Cecima. Céramique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search