Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Cinquième partie. Les énergies renouvelables

19. Photovoltaïque : les filières couches minces

Pere Roca i Cabarrocas et Negar Naghavi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les cellules solaires en couches minces, souvent désignées comme cellules de deuxième génération, regroupent la filière du silicium amorphe, celle du CdTe (tellurure de cadmium) et celle, notée CIGSe, à base d’alliages Cu (In, Ga)Se2 (diséléniure de cuivre, d’indium et de gallium). Elles peuvent respectivement atteindre des rendements records pour des cellules photovoltaïques de 16,3 %, 17,3 % et 20,3 %. L’intérêt de ces filières réside dans la faible quantité de matériaux requis et l’utilisation de procédés d’élaboration compatibles avec des grandes surfaces sur tout type de substrat souple ou rigide ; avec à la clé, une réduction des coûts de production. En effet, ces matériaux sont beaucoup plus absorbants que le silicium* cristallin (avec des coefficients d’absorption jusqu’à 100 fois supérieurs) et ne nécessitent donc que quelques microns d’épaisseur (contre ~ 200 μm pour le silicium cristallin) pour absorber tous les photons d’énergie supérieure au gap.

Filière CdTe

La filière C...

Auteurs

Physico-chimiste des plasmas et matériaux, Directeur de Recherche au CNRS, Professeur à l’École Polytechnique, LPICM, Palaiseau.
pere.roca@polytechnique.edu

Chimiste, Chargé de Recherche au CNRS, IRDEP, Chatou.
negar-naghavi@chimie-paristech.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540