Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Cinquième partie. Les énergies renouvelables

16. Biomasse et déchets pour la production de bioénergies

Jean-Philippe Steyer, Éric Trably et Jérôme Hamelin

Texte intégral

1Parmi les principales voies de production de bioénergie à partir de déchets, deux approches sont tout particulièrement intéressantes. La première est relativement ancienne et liée à la production de méthane par digestion anaérobie*. La seconde, beaucoup plus récente et innovante, repose sur la production d’hydrogène par des écosystèmes microbiens.

2La digestion anaérobie est une transformation de la matière organique carbonée en biogaz sous forme de CO2 et de CH4. Cette transformation réalisée par des micro-organismes est observée spontanément dans les marais et dans les écosystèmes anaérobies (tractus digestifs des ruminants, sols) ; elle a été maîtrisée industriellement pour réaliser la dépollution carbonée des effluents* et compte parmi les plus anciennes méthodes de traitement des eaux usées, comme par exemple les effluents issus des industries agroalimentaires. On a également recours à la digestion anaérobie en utilisant des boues de stations d’épuration, des résidus agricoles et plus généralement tous types de déchets solides organiques. Le méthane dégagé peut ensuite être valorisé pour produire de l’électricité et/ou de la chaleur, être réinjecté dans le réseau de gaz de ville et même être utilisé comme biocarburant pour les véhicules. L’exemple le plus significatif sur ce dernier point étant les bus de la ville de Lille qui roulent à partir de méthane obtenu après traitement anaérobie des déchets urbains. En 2011, en Europe, l’équivalent de 10,1 Mtep d’énergie primaire* biogaz a été produit, ce qui en fait un secteur industriel en forte croissance (augmentation de 18,2 % par rapport à 2010).

3Le rêve d’utiliser l’hydrogène (H2) comme source inépuisable d’énergie a quant à lui vu le jour avec Jules Verne. Dans son roman L’Île Mystérieuse (1874), il imagina en effet l’hydrogène comme un substitut du charbon. Bien plus tard, l’hydrogène a été utilisé comme combustible, entrant à 50 % dans le mélange de gaz de ville fourni aux grandes métropoles jusque dans les années 1950. Il est d’ailleurs toujours utilisé en Chine, en Afrique du Sud et dans tous les lieux où le gaz naturel est cher. Devant son potentiel, l’hydrogène a reçu une attention particulière ces dernières années, car il présente une combustion propre, produisant uniquement de l’eau, et possède un grand pouvoir calorifique* (i.e., 122 kJ/g). Il est considéré comme étant le vecteur énergétique idéal, car il permet le stockage et le transport d’énergie sur des courtes, moyennes et longues durées. De plus, toutes les énergies renouvelables sont transformables en hydrogène, ce qui renforce d’autant son attrait. Ceci étant, si du bio H2 peut être obtenu à partir de déchets par des micro-organismes anaérobies issus de procédé de digestion anaérobie, de nombreuses années de recherche sont encore nécessaires avant qu’une filière industrielle ne voie le jour sur ce sujet.

Le procédé « Digestron » (INRA-LBE) : couplage de production de biohydrogène et de biogaz à partir de résidus issus de l’activité humaine

Table des illustrations

Légende Le procédé « Digestron » (INRA-LBE) : couplage de production de biohydrogène et de biogaz à partir de résidus issus de l’activité humaine
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteurs

Automaticien, Modélisateur, Directeur de Recherche à l’INRA, LBE, Narbonne.
jean-philippe.steyer@supagro.inra.fr

Microbiologiste, Biotechnologue, Ingénieur de Recherche à l’INRA, LBE, Narbonne.
eric.trably@supagro.inra.fr

Écologue Microbien, Chargé de Recherche à l’INRA, LBE, Narbonne.
jerome.hamelin@supagro.inra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search