Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Italie du nord et régions alpines

Les communautés paysannes dans la vallée du Panaro au cours des Ve et IVe millénaires avant J.C.

Caria Accorsi, Maria Bernabò Brea, Mauro Cremaschi, Alessandro Ferrari, Giuliana Scarpa et Giuliana Steffe

Résumé

Ce travail est essentiellement consacré à la bordure de la plaine du Pô au pied des Apennins où sont connus de nombreux sites néolithiques implantés au débouché des vallées dans la plaine. Il est question en particulier de la vallée du Panaro où des fouilles récentes ont permis d’acquérir de nouvelles connaissances sur les structures d’habitat, la culture matérielle, la faune, la flore, le climat et la chronologie des sites néolithiques.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1. Cadre géo-morphologique

1Le lit du Panaro, à la sortie de son cours dans la montagne, est entouré de cônes de déjection étagés, emboîtés les uns dans les autres et qui se sont déposés entre le Pléistocène moyen et l’Holocène.

2Tout le territoire est sujet à des mouvements tectoniques récents et la position morphologique et stratigraphique des dépôts fluviatiles est étroitement dépendante de cette néotectonique locale.

3Le plus ancien cône de déjection appartient au Pléistocène moyen ; il n’en reste que de petits affleurements étagés et fortement basculés vers la plaine (Cremaschi 1981). Le cône de déjection du Pléistocène supérieur est au contraire bien conservé entre Vignola et Spilamberto, tandis que plus en aval il est noyé sous les graviers du cône de déjection holocène. Ce dernier, enfin, en aval de S. Cesariov, est à son tour recouvert par les sédiments sableux et limoneux de la plaine alluviale.

4Les sols ont un degré différent d’évolution selon l’âge de l’unité morphologique qui les supporte : à la surface des cônes de déjection du Pléistocène moyen se trouvent des paléosols complexes et polycycliques, épais de plus de 5 m ; ils sont très argileux et ont une réaction acide (Cremaschi 1978). Sur les cônes de déjection du Pléistocène supérieur il y a des sols bruns fersiallitiques (Haploxeralfs), sub-acides avec à peu près 30 % d’argile dans l’horizon Bt (Cremaschi 1979).

5A la surface des cônes de déjection holocènes, au contraire, se trouvent des sols bruns calciques, ou bien, dans le cas de mauvais drainage, des vertisols peu développés. Dans la plaine alluviale, enfin, les sols affleurants ainsi que les sols ensevelis dans les sédiments sont très peu développés et appartiennent à la classe des sols alluviaux (fluventisols).

6La carte de la fig. 1 montre la distribution des sites néolithiques par rapport aux unités morphologiques et aux sols associés à celles-ci.

Figure 1 : Carte physiographique des vallées du Panaro et du Secchia.
Distribution des sites néolithiques.
A - Cônes de déjection étagés du Pléistocène moyen : paléosols polycycliques, très argileux et acides.

B - Cône de déjection du Pléistocène supérieur : sols bruns à dominance fersiallitique.

C - Cône de déjection de l’Holocène : sols alluviaux, vertisols.

D - Plaine alluviale : sols alluviaux, vertisols.

E - Gisements néolithiques de surface ou de faible profondeur.

F - Gisements néolithiques enterrés.

  1. Mezzavia di sassuolo ;

  2. Fiorano ;

  3. Villa Gandini (Agazzotti) ;

  4. Pozza di Maranello ;

  5. Spilamberto-S. Cesario ;

  6. Savignano ;

  7. Villa Bellaria di Bazzano.

Figure 2 : Plan du village de Savignano.

A - Eléments de structures néolithiques.

B - Lambeaux du sol néolithique.

C - Gravier et sable du cône de déjection holocène.

D - Drainage de l’âge du Fer.

E - Vertisol.

7Seul un petit nombre de sites se trouvent sur les marges des terrasses pléistocènes, tout près des formations holocènes. La plupart des gisements, et notamment ceux que nous prenons en considération, se trouvent à la surface des plus récents cônes de déjection, ou bien noyés dans les sédiments de la plaine alluviale.

8Les sites qui sont le mieux connus, Savignano et Spi-lamberto, se trouvent tout près de l’ancien cours du fleuve. Les deux villages ont été bâtis tout à côté du chenal d’étiage du fleuve. En effet, ils ont été ensevelis par la suite sous les alluvions qui sont constituées d’une mince couche d’argile et de limon à Savignano et d’une épaisse couverture de gravier et de sable à Spilamberto ; dans cette dernière localité, il y a aussi des niveaux d’occupation du Néolithique supérieur et du Chalcolithique.

9On retrouve la même situation dans la plupart des sites néolithiques de la vallée du Pô au pied des Apennins. A Fiorano, dans la vallée du Secchia, des habitats néolithiques successifs sont interstratifiés dans des sols alluviaux situés à des profondeurs différentes (Malavolti 1951-52). A S. Ilario, la superposition se poursuit jusqu’à des époques bien plus récentes (Chierici 1881). Quelquefois, au contraire, des phases culturelles successives se juxtaposent sur le même sol, comme par exemple à Chiozza (Bagolini, Barfield 1971 ; Bagolini 1972).

10Tous ces habitats ont une extension remarquable, puisqu’ils dépassent plusieurs hectares.

11Il est évident que la distribution des gisements est en rapport direct avec les conditions hydrographiques particulières de la plaine du Pô pendant l’Atlantique, mais elle a été conditionnée aussi par la stratégie économique des populations néolithiques (Biagi-Cremaschi 1981). En effet, on s’aperçoit qu’ont été systématiquement choisis les territoires les plus proches des fleuves, là où il y a des sols très favorables à l’agriculture, bien irrigués et riches en réserves minérales. Ces sols ont été exploités d’une façon intensive et même fréquentés plusieurs fois pendant l’époque néolithique.

II. Les structures d’habitat

12A Savignano sul Panaro a été découvert un village attri-buable au Néolithique ancien dont on a exploré jusqu’à aujourd’hui 2000 m2 (Bernabo Brea-Steffé sous presse). Les structures fouillées sont constituées par une grande dépression sub-circulaire, conservée sur une profondeur de 20 à 50 cm, entourée sur les 3/4 de dix petites fosses circulaires. Dix autres petites fosses et un étroit fossé sont dispersés autour (Fig. 2).

13Les petites fosses ont une forme assez régulière, avec un diamètre de 1 m à 1,50 m et une profondeur de 30 à 60 cm ; deux seulement, qui ont été utilisées à plusieurs reprises, arrivent jusqu’à 70-80 cm. Quelques-unes de ces fosses contiennent sur le fond des ossements d’animaux qui sont des restes de repas et d’abattage ; de ces données, on déduit que ces structures sont des fosses de rejet, mais d’autres éléments nous font penser aussi à une utilisation originelle comme dépôts de vivres : en effet, une au moins de ces structures était enduite d’argile et dans trois autres nous avons rencontré des plans artificiels formés par des galets fluviaux.

14Bien que dans la grande dépression nous n’ayons trouvé aucun élément qui la déclasse comme « fond de cabane », la dislocation même des structures suggère toutefois le plan d’une grande habitation centrale entourée d’une série de petits dépôts de vivres, tandis que le fossé étroit placé en aval a peut-être eu une fonction de drainage. Il y a là sans doute une certaine analogie avec une structure fouillée à La Razza di Campegine (Reggio Emi-lia), dans un site de la culture des « Vases à bouche carrée », qui présentait une large dépression centrale et une série de petites fosses autour de celle-ci (Cazzella et Alii 1976). Mais on peut aussi proposer une comparaison avec d’autres villages qui montrent la même organisation interne, comme par exemple celui de Catignano dans les Abruzzi (Radmilli 1980) et aussi plusieurs habitats de culture danubienne (Piggott 1965). La différence est constituée par l’absence, dans notre village, de trous de poteaux, qui ailleurs délimitent les habitations. Mais on doit souligner à ce propos que le gisement étant inclus dans un vertisol, les processus pédogénétiques peuvent avoir effacé d’éventuelles traces de trous de poteaux.

15Depuis 1977, plusieurs zones, occupées par l’homme, dans le lit du fleuve Panero à Spilamberto-S. Cesario ont été découvertes à diverses époques (A.A.V.V. 1981). Dans une de ces zones, on a reconnu une fréquentation humaine du Néolithique moyen et du Néolithique supérieur. Les structures, dont l’attribution culturelle est parfois difficile, sont constituées par des foyers avoisinant quelquefois des surfaces en argile cuite, et par des aires pavées. L’habitat est traversé par un fossé (90 cm de large et 30 cm de profondeur) qu’on a pu suivre sur 30 m et dans lequel on a recueilli quelques tessons du Néolithique supérieur ; il est orienté S-N, c’est-à-dire qu’il est perpendiculaire à l’actuel cours du Panaro, mais parallèle au cours néolithique, qui allait précisément du sud au nord. Ce fossé fait partie, de toute évidence, d’un ouvrage artificiel de drainage, comme il en existe systématiquement dans les établissements situés près du fleuve. En effet, un autre fossé de même allure a été localisé non loin du premier, tandis qu’un troisième petit fossé, qui est daté de l’âge du Bronze, est orienté suivant le nouveau cours du fleuve pendant cette époque.

III. La culture matérielle

16La poterie de Savignano (fig. 3) est caractéristique de la culture de Fiorano (Bagolini-Biagi 1977) : parmi les céramiques fines, on trouve des écuelles en calotte, à paroi droite ou rentrante ; des tasses à carène vive, des vases globuleux à col, munis peut-être de quatre anses ; des vases à bouche étroite, à profil sinueux ou à bord éversé, des anses surmontées par un tubercule, des décorations en sillon ou en impression punctiforme et en grains de blé. Parmi les exemplaires les plus intéressants, on peut signaler un vase à col haut, avec quatre petites anses au-dessous du bord qui constitue une imitation, en poterie semi-fine, des vases à col en céramique figuline de la culture de Ripoli (Fig. 3,16). Il y a aussi une coupe à carène douce, munie de deux anses différentes, décorée avec des cordons verticaux imprimés ; elle rappelle par sa forme les coupes Fiorano, mais n’a pas de parallèles précis, surtout pour ce qui est des anses (Fig. 3, 10).

Figure 3 : Savignano sul Panaro : matériaux lithiques et céramiques du Néolithique ancien.

17En poterie grossière, nous avons trouvé des jarres à cordons verticaux, des tessons avec des cordons qui convergent pour former un motif circulaire, et enfin un tesson décoré d’impressions. Ce dernier ne rentre pas dans la typologie Fiorano.

18Les fonds des vases sont en général plats, mais il y a aussi un fragment de pied concave.

19Nous avons enfin recueilli un fragment de pied de statuette en céramique, avec le talon décoré par deux lignes incisées en diagonale, qui peut être comparé, si ce n’est sa taille très réduite, aux autres statuettes du Néolithique ancien de l’Italie du Nord (Bagolini 1978).

20Parmi les objets en roche verte polie, on remarquera un fragment de bracelet (Fig. 3, 9) et deux morceaux de haches. Des meules ont été recueillies dans les petites fosses ainsi que dans la structure centrale.

21L’outillage lithique (Fig. 3, 1-8) comprend des burins à pan latéral sur coche latérale, des grattoirs, des outils à retouche abrupte (troncatures, lames et pointes à dos, rhomboïdes), trois pièces foliacées dont une pointe à pédoncule et ailerons, et des microburins.

22Presque tous ces éléments s’insèrent bien dans le faciès du Néolithique inférieur de la vallée du Pô, en particulier les burins à pan latéral, les rhomboïdes et les microburins. A cet horizon sont au contraire tout à fait étrangers les instruments foliacés, qui semblent avant tout témoigner d’une chronologie plus tardive. La même conclusion semble découler aussi de l’analyse typométrique de l’outillage lithique, qui met en évidence un index de laminarité plus réduit que celui d’autres industries Fiorano. Mais l’interprétation de l’indice de microlithisme, qui est très élevé, semble contraster avec cette hypothèse, de même que la datation c 14 obtenue : 4360 ±210, qui indiquerait plutôt une position chronologique assez haute dans le Néolithique ancien de la vallée du Pô.

23A Spilamberto, pour ce qui concerne le Néolithique moyen, la documentation rassemblée est très homogène et témoigne donc d’une fréquentation limitée dans le temps, attribuable à la phase ancienne de la culture des vases à bouche carrée, c’est-à-dire au début, ou du moins dans la première moitié du IVe millénaire (Bagolini-Von Eles 1981).

24La poterie comprend des vases à bouche carrée à col haut, des formes globuleuses ansées et des vases à carène douce ; les décorations sont constituées par des dessins géométriques gravés et par des lignes incisées et barbelées. La poterie grossière est parfois imprimée. La céramique « figuline », qui est représentée par des écuelles et des vases à col témoigne de contacts avec la culture de Ripoli.

25Parmi l’outillage lithique, il y a des grattoirs, des troncatures et des pointes foliacées pédonculées.

26Les témoins de la culture de Chassey-Lagozza, qui proviennent de différents secteurs (Bagolini-Von Eles 1981), sont plus nombreux.

27La riche documentation céramique est constituée par des écuelles en calotte, des assiettes à marli, des bols à profil sinueux et paroi verticale ou à bouche étroite, des vases tronconiques en poterie grossière, des boutons perforés et des mamelons. Quelques-uns de ces éléments, comme par exemple les vases globuleux avec deux anses en « flûte de Pan », rappellent le Chasséen de la Ligurie ; d’autres, comme le couvercle gravé, ressemblent plutôt au matériel Lagozza de la Lombardie.

28L’outillage lithique aussi, qui comprend des lames et des pointes à dos, des troncatures et des flèches à tranchant transversal, a une certaine affinité avec les industries Lagozza. Enfin, de l’horizon chasséen de Spilamberto proviennent un élément de faucille et un fragment de meule.

29La datation 14C obtenue, 3045 ± 100, est la plus ancienne qu’on connaisse pour les habitats Lagozza ou Chassey de la plaine du Pô.

IV. La faune

30La faune des habitats de Savignano et Spilamberto est très pauvre et mal conservée, particulièrement celle du Néolithique moyen.

31La faune du Néolithique ancien recueillie à Savignano montre une très forte prépondérance des animaux domestiques, avec les suidés prédominants par rapport aux bœufs et aux ovicapridés ; les animaux sauvages sont représentés seulement par de rares cerfs et sangliers.

32A Spilamberto, on peut attribuer au Néolithique moyen quelques restes de bœufs et d’ovicapridés ; dans le Néolithique supérieur sont attestés surtout des ovicapridés, suivis des bovidés et suidés ; là aussi, un petit nombre de cerfs et de sangliers constituent la faune sauvage (Riedel 1981).

33La faune des sites du Panaro concorde avec la situation connue en Italie du Nord pour ce qui concerne le Néolithique supérieur, tandis qu’elle en diffère pour les époques plus anciennes à cause de la prédominance des animaux domestiques sur les animaux sauvages. Cette prépondérance de l’élevage, en effet, contraste tout à fait avec les données connues pour les sites du Néolithique ancien et moyen de l’Italie du Nord (Caz-zella et Alii 1976 ; Barker 1976 et 1977).

V. Les analyses polliniques

34A partir de l’analyse pollinique des sédiments prélevés dans les couches archéologiques, on dispose actuellement de quelques données sur le paysage végétal néolithique dans la vallée du Panaro.

35Les spectres polliniques à l’intérieur des structures de Savignano (Néolithique ancien) montrent une prédominance des pollens d’herbacées. Il y a tout d’abord des Graminacae sauvages, puis de faibles pourcentages à’Artemisia, Centaurea et autres Asteroideae, Cicho-rioideae, Urticaceae, Fumaria, Chenopodiaceae, Caryophyllaceae, etc. Le pourcentage des Filicales (Pte-ridium aquilinum, Polypodium, Dryopteris) est à peu près de 20 % par rapport au total des herbacées.

36Les pollens d’arbres se chiffrent à environ 15-20 %. Pins et sapins ont des valeurs basses, ne dépassant jamais 3-4 %; parmi les feuillus on trouve Quercus (pour quelques grains de pollen bien conservés, une détermination spécifique de Q. pubescens et Q. cerris a été possible), Tilia, Ulmus, Fraxinus, Ostrya, Casta-nea. On peut inférer, à partir de ces données, qu’il existait localement des environnements de pelouses, parfois marécageuses (il y a souvent des Cyperaceae, Lemna, Typha et aussi des spores de Zygnemataceae). En ce qui concerne les arbres, l’apport pollinique vient surtout des formations forestières collinaires et montagneuses (un phénomène similaire se produit dans le diagramme de la carrière voisine de Formigine (Bertolani Marchettie-Lolli, sous presse).

37Particulièrement remarquable est la découverte, à l’intérieur d’une structure de Savignano, de pollens du type Hordeum et du type Avena-Triticum selon Andersen (Andersen 1978). Il y aurait donc un témoignage de la mise en culture des Céréales dans les environs.

38Des données similaires, pour certains aspects, res-sortent du diagramme de Spilamberto-S. Cesario (dressé par Accorsi, Bandini Mazzanti e Forlani 1981), notamment des spectres centraux du profil (-50, -35 cm) qui sont placés chronologiquement dans le Néolithique moyen-supérieur. Ici, toutefois, il n’y a pas d’herbacées liées au milieu aquatique. A propos des pollens de Céréales, on doit dire que le type Hordeum (qui comprend de toute façon les pollens de nombreuses espèces sauvages) est présent à partir du début du diagramme, tandis que le type Avena-Triticum fait son apparition plus tard, dans les niveaux de la période Atlantique.

VI. Provenance des matières premières dans les industries lithique et céramique

39Une partie importante de l’outillage lithique recueilli dans les gisements néolithiques est en silex importé des Préalpes centrales (M. Baldo et M. Lessini) qui se trouvent à peu près à 100 km des sites examinés. Il s’agit là d’un silex de bonne qualité, qui présente des détachements conchoïdes et qu’on trouve sous forme de lits, nodules ou, plus rarement, de galets.

40Le silex des Apennins, qui se trouve dans les sédiments fluviaux actuels ou dans les graviers du Pléistocène, a été employé aussi, bien qu’en quantité inférieure.

41Pendant toute l’époque néolithique, le pourcentage du silex importé ne semble pas changer : il est de 66 % à Savignano, de 40 % à Spilamberto dans le gisement du Néolithique moyen et 65 % dans l’habitat chasséen (Cremaschi 1980 et 1981 b). C’est seulement avec le Chalcolithique que nous voyons à Spilamberto, ainsi que dans toute la région, la fin de cette importation massive et l’utilisation presque exclusive des matériaux locaux (Mennoni, 1981).

42En quantité bien moindre, on importait aussi des roches vertes, peut-être de la région alpine.

43Les gisements du Néolithique supérieur de Spilamberto nous ont livré aussi de l’obsidienne, qui, sur la base d’une analyse macroscopique, semble provenir de sources diverses. Il est bien connu que l’obsidienne trouvée dans l’Italie du Nord provient soit de Lipari, soit de la Sardaigne ; récemment on a localisé de possibles centres de distribution de ce matériel à l’intérieur des vallées des Apennins à S. Polo (Val d’Enza) et à Pescale (Val Secchia) (Thorpe et Alii 1979).

44La poterie est, en général, confectionnée avec des sédiments locaux ; à Spilamberto, dans le Néolithique moyen et supérieur, pour la poterie commune, on a largement employé l’argile des sols bruns fersiallitiques qui affleurait tout près de l’habitat (Mannoni 1981). Mais la pâte de la céramique figuline de Savignano est étrangère aux sédiments locaux et à ceux de la région centrale de la plaine du Pô.

Conclusions

45Dans la vallée du Panaro, les datations 14C attestent une fréquentation néolithique de 4360 à 3045 av. J.C, c’est-à-dire en pleine période Atlantique, lorsque dans la plaine du Pô prédominait une végétation à chênaie mixte.

46Au cours de cette période, la région voit se succéder les cultures de Fiorano, des « vases à bouche carrée » et de Lagozza-Chassey : chacune d’elles apporte un stock différent de matériaux, qui témoigne de changements technologiques et économiques.

47Mais malgré la succession de ces cultures, dans la vallée du Panaro, il ne semble pas y avoir de changements substantiels dans l’exploitation du territoire et là constitution des réserves alimentaires.

48Les données polliniques, stratigraphiques et pédologiques témoignent qu’on préfèrait vivre dans les clairières naturelles ou bien résultant par le déboisement, avec une végétation herbacée.

49La culture des céréales est attestée dès le début du Néolithique par les pollens et par la présence de meules. Contrairement aux sites de la région centrale de la plaine du Pô (Cremonese et Mantovano), l’élevage est prédominant même pendant la phase de Fiorano et continue aux époques suivantes.

50La distribution des habitats est strictement liée aux possibilités agricoles offertes par le territoire : les villages sont bâtis sur des sols facilement inondables mais riches en réserves minérales et avec une texture favorable à l’agriculture.

51Les structures d’habitat sont mal conservées : en général, nous pouvons reconnaître les habitats grâce au regroupement de foyers et de fosses de dimensions diverses, que nous pouvons interpréter de plusieurs façons.

52A Savignano, de nombreuses petites fosses entouraient probablement une structure d’habitat dont il reste peut-être une vaste dépression.

53Si réellement les petites fosses de cette sorte sont en rapport direct avec les habitations, nous pouvons déduire que les villages sont répartis sur plusieurs hectares, où les structures sont regroupées et parfois superposées en série stratigraphique.

54On peut expliquer ce phénomène, qui est reconnaissable dans toute la région au pied des Apennins, en admettant que les communautés néolithiques exploitaient intensément un territoire particulièrement favorable du point de vue agricole, qui était d’extension limitée et entouré par des sols inaccessibles aux techniques agricoles alors en usage.

55Le territoire autour des habitats était exploité pour d’autres activités, par exemple la recherche de l’argile pour la poterie ou celle des roches siliceuses locales et probablement pour une activité limitée de chasse.

56Mais si l’agriculture se cantonnait sur un petit territoire, les relations commerciales embrassaient au contraire une vaste région, qui comprenait l’Italie du Centre-Sud, d’où provenait la céramique figuline, Lipari ou la Sardaigne, d’où provenait l’obsidienne, et les Alpes, d’où on importait les roches vertes et la plupart du silex employé pendant toute l’époque néolithique.

Bibliographie

Bibliographie

AA.VV. 1981. Il Neolitico e l’età del Rame, Ricerca a Spilamberto - S. Cesario 1977-1980, Vignola.

Accorsi (C), Bandini Mazzanti (M.), Forlani (L.) 1981. Il paesaggio vegetale collegato con gli insediamenti neo-eneolitici del Panaro in base alle analisi palinologiche. In AA.VV., 1981, cit., pp. 43-60.

Andersen (S.-Th.) 1978. Identification of wild grass and cereal pollen, Danmarks Geol. Undersog. Arbog. Kobenhaven, pp. 69-92.

Bagolini (B.) 1972. Risultati dello scavo ’69 a Chiozza di Scandiano e considerazioni sult’insediamento della cultura di Fiorano documentato a Chiozza, Preistoria Alpina 8.

Bagolini (B.) 1978. Le immagini femminili nell’arte neolitica dell’Ita-lia settentrionale. L’arte preistorica dell’Italia settentrionale, Verona.

Bagolini (B.) 1981. Il Neolitico di Spilamberto - S. Cesario e le prime comunità agricole padane, in AA.VV., 1981, cit. pp. 189-216.

Bagolini (B.), Barfield (L.-H.) 1971. Il Neolitico di Chiozza di Scandiano nell’ambito della cultura padana, Studi trentini sc. Nat. XLVII

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1975. 77 Neolitico del Vhò di Piadena, Preistoria Alpina 11.

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1976. Vhò, Campo Ceresole - Scavi ’76, Preistoria Alpina 12.

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1977a. Vhò, Campo Ceresole - Scavi ’77, Preistoria Alpina 13.

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1977b. Introduzione al Neolitico dell’Emilia-Romagna, Atti XIX Riun. Se. I.I.P.P.

Bagolini (B.), Von Eles (P.) 1981. Documentazione del resti culturali, in AA.VV., 1981, cit. pp. 69-134.

Barker (G.) 1976. Early neolithic economy at Vhò, Preistoria Alpina 12.

Barker (G.) 1977. Further informations on the early neolithic economy of Vhò, Preistoria Alpina 13.

Bernabo’ Brea (M.), Steffe (G.) 1983. Insediamento neolitico a Savignano sut Panaro, Appunti preliminari, Miscellanea Deputaz. St. Patria di Modena, Reggio Emilia e Massa Carrara.

Bertolani Marchetti (D.), Cupisti (M.) 1970. Aspetti della vegetazione postglaciale nel modenese. Analisi polliniche in una trivellazione al Collegio Universitario di Modena, Emilia Preromana, pp. 185-197.

Bertolani Marchetti (D.), Lolli (F.) 1983. Prime notizie palinologiche su una cava d’alta pianura presso Formigine (Modena): vicende floristico-climatiche e apporti secondari di complessi più antichi, Geogr. Fis. Dinam. Ouat, fasc. 6, pp. 48-55.

Biagi (P.), Barker (G.), Cremaschi (M.) 1983. Il Neolitico di Casatico di Marcaria nel quadro della variazioni ambientali oloceniche della pianura mantovana e cremonese, Quaderni Archeologia II, Università Bergamo.

Biagi (P.), Cremaschi (M.) 1981. Distribution and chronology of the neolithic settlement of Northern Italy. Journal of Mediterranean Anth-ropology and Archaeology, vol. I n° 2. Anthropological Museum of Xanthi.

Boni (C.) 1872. Deposito di selci lavorate a Formigine presso Modena, Annuario Soc. Naturalisti Modena, VI.

Cazzella (A.), Cremaschi (M.), Moscoloni (M.), Sala (B.) 1976. Siti neolitici in località Razza di Campegine (R.E.), Preistoria Alpina 12.

Chierici (G.) 1881. La paletnologia italiana nel 3° Congresso geografico internazionale, Bull. Paletnologia It. VII, pp. 161-162, Tav. VIII.

Cremaschi (M.) 1978. Unità litostratigrafiche e pedostratigrafiche nei terreni quatenari pedeappenninici ; loess e paleosuoli fra il fiume Taro e il torrente Sillaro, Geogr. Fis. Dinam. Quater., pp.4-22.

Cremaschi (M.) 1979. Alcune osservazioni sul paleosuolo delle conoidi wurmiane al piede dell’Appennino Emiliano, Geogr. Fis. Dinam. Quatern. 2, pp. 187-195.

Cremaschi (M.) 1980. The source of the flint artefacts for the Central Po Plain and Appennine sites between the 7e and the 2e millennium B.C., 3° Congresso internazionale sulla selce, Maastrich, 1979, pp. 139-143.

Cremaschi 1981 a. Il quadro geostratigrafico del depositi archeologici del fiume Panaro, AA.W., 1981, cit., pp. 29-41.

Cremaschi (M.) 1981 b. Provenienza dellle rocce usateperlaproduzione di oggetti in pietra scheggiata nei siti preistorici del Panaro, AA.W., 1981, cit., pp. 139-149.

Crespellani (A.) 1874. Di un deposito di selci antiche lavorate, Annuario Soc. Naturalisti Modena, pp. 10-13.

Malavolti (F.) 1951-52. Appunti per una cronologia relativa del NeoEneolitico Emiliano. Emilia Preromana III, pp. 3-28.

Mannoni (T.) 1981. Analisi mineralogiche dellle ceramiche di Spilamberto-S. Cesario, AA.W., 1981, cit., pp. 155-159.

Piggott (S.) 1965. Ancient Europe, London.

Radmilli (A.) 1980. Catignano (Prov. Pescara), Notiziario Riv. Sc. Preist., p. 390.

Riedel (A.) 1981. La fauna di Spilamberto-S. Cesario, AA.VV., 1981, cit., pp. 135-138.

Severi (P.) 1949-50. Una stazione litica a Pozza di Maranello (Mo), Emilia Preromana, pp. 61-65.

Thorpe (O.-W.), Warren (S.-E.), Barfield (L.-H.) 1979. The source and distribution of archaeological obsidian in Northern Italy, Preistoria Alpina, 15, pp. 73-92.

Notes de fin

1 On doit à : C.A. Accorsi le chapitre Ve, M. Bernabò Brea le IIe, M. Cremaschi le Ie et le VIe, G. Steffè le IIIe, A. Ferrari l’exécution des analyses pédologiques, G. Scarpà la détermination de la faune.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte physiographique des vallées du Panaro et du Secchia.Distribution des sites néolithiques.A - Cônes de déjection étagés du Pléistocène moyen : paléosols polycycliques, très argileux et acides.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Figure 2 : Plan du village de Savignano.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Figure 3 : Savignano sul Panaro : matériaux lithiques et céramiques du Néolithique ancien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 594k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search