Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Italie du nord et régions alpines

Vallée de l’Adige. Naissance des premières communautés paysannes dans un territoire alpin

Bernardino Bagolini

Résumé

L’auteur propose un modèle pour le peuplement d’une zone des Alpes centrales, la Vallée de l’Adige, au Tardiglaciaire et à l’Holocène jusqu’à l’introduction de l’agriculture.
Cette vallée est, en l’état actuel, la mieux documentée du versant italien des Alpes.
Dans ce modèle, l’accent est mis surtout sur la distribution géographique et les conditions écologiques ambiantes des divers stades culturels du Paléolithique tardif jusqu’au premier Néolithique. Cette distribution fournit des informations utiles sur les processus socio-économiques qui caractérisent ces phénomènes.

Texte intégral

1Dans les arrondissements préalpins et alpins de Garda-Adige-Isarco, on a une abondante documentation sur les occupations relatives au Paléolithique tardif, au Mésolithique et au Néolithique. Les données dont on dispose permettent d’ébaucher une tentative de modèle des processus qui ont conduit au peuplement graduel, tardi- et post-glaciaire, de la région jusqu’à l’arrivée de l’agriculture.

2Il est évident que cette tentative de modèle se révèle encore pleine de lacunes et pêche par schématisme. Nous comptons cependant, grâce surtout à des campagnes de prospection de surface conduites systématiquement sur des territoires échantillons, arriver à une meilleure connaissance des phénomènes. Au cours des dernières années, ces reconnaissances topographiques détaillées ont eu surtout comme objet l’ensemble montagneux qui se développe grosso modo dans la direction nord-sud entre les directrices du Garda et de l’Adige, et qui est constitué par les massifs du Baldo, du Bondome et de la Paganella, avec la localisation d’une trentaine de sites. Plus récemment, on a entrepris des recherches systématiques dans le massif d’orientation est-ouest qui se développe entre les directrices de la Valsugana et des vallées de Fiemme et de Fassa, massif constitué par la Chaîne du Lagorai ; ces recherches ont conduit jusqu’à présent à la localisation d’une vingtaine de fréquentations mésolithiques. Il faut rappeler que dans cette zone, au début des années soixante-dix, on fit la première découverte en région alpine d’un site mésolithique de montagne près des petits lacs du Colbricon à environ deux mille mètres d’altitude.

3Le fond des vallées et leurs abords immédiats, étant donné la forte accumulation sédimentaire holocénique, ne se prêtent pas à ce genre de travail. De plus, les découvertes faites dans ces zones, notamment les séries stratigraphiques parfois imposantes, même si elles peuvent être d’importance, sont généralement occasionnées par des creusements de fondations et de carrières.

4Dans la région en question, on a jusqu’à présent localisé et en partie fouillé : une dizaine de sites du Paléolithique supérieur tardif ; une cinquantaine de sites mésolithiques ; une dizaine de sites du premier Néolithique ; une dizaine de sites du plein néolithique.

5Les établissements de la fin du Paléolithique supérieur, que l’on peut dater entre le dizième et le neuvième millénaires, se situent, sans indications plus précises pour le moment, entre l’Alleröd, le Dryas récent et le début du Préboréal, et se réfèrent à un Epigravet-tien tardif-final. Ces sites se trouvent dans des zones de piémont et préalpines ; de là, ils se diffusent vers le nord, dans la bande alpine méridionale, en suivant des directrices montagneuses longitudinales, avec des bivouacs et des campements presque certainement saisonniers le long des flancs moyens et des hauts plateaux à morphologie adoucie, qui n’ont jamais été atteints par l’intense modelage opéré par les langues des glaciers de vallée. On manque de documentation relative à des présences de cette époque : aux altitudes élevées ; au fond des vallées glacialisées à une époque ; dans les zones montagneuses internes.

6Vers huit mille avant J.C. on a les premières documentations de sites mésolithiques, au fond de vallées, qui dureront du Préboréal au Boréal et aux débuts de l’Atlantique, avec des aspects que l’on peut situer dans le Sauveterrien et puis dans le Castelnovien. Romagnano Locvs III a fourni pour les niveaux de base la date de 7 880 ± 90 b.c. ; (R-II476). A la même époque ou à l’époque immédiatement successive, on relève une fréquentation dense et saisonnière des hautes altitudes alpines internes, avec des présences jusqu’à deux-mille trois cents mètres d’altitude.

7Le site du Colbricon a fourni la date de 7 420 ± 130 b.c. (R. 895). Ces présences extrêmement actives durant les diverses périodes du Sauveterrien persistent de façon plus réduite et localisée au cours des premiers aspects du Castelnovien. A côté de ces fréquentations en montagne se poursuit une intense activité d’installations sous les rochers des principaux fonds de vallées.

8En même temps, au cours de la première phase du Mésolithique, les zones de piémont et préalpines du territoire en question semblent dépeuplées ; elles offrent en fait des témoignages de présences mésolithiques seulement dans la phase successive de type Castelnovien. Cette absence de documentation du Mésolithique de type Sauveterrien dans les zones pédéalpines et dans les zones montueuses préalpines semble liée à des facteurs de milieux en rapport au dessèchement sensible du climat durant le Préboréal et le Boréal.

9Il faut noter une raréfaction sensible des découvertes de sites mésolithiques à mesure que l’on progresse vers le nord du bassin de l’Adige. Ce fait semble lié aux conditions d’approvisionnement en matières premières. On a en fait une présence dense d’affleurements de silex dans les sédiments calcaires-marneux jurassique-crétacique de la bande méridionale, on a également des veines et des rognons de silex dans les sédiments néritiques préjurassiques, alors que le silex manque totalement dans les roches cristallines et dans les vulcanites des massifs plus internes. Ce n’est pas un hasard si dans les sites du Haut Adige l’industrie lithique compte un pourcentage important d’objets réalisés avec d’autres matériaux, surtout le cristal de roche.

10Au cours des derniers aspects du Castelnovien local, à peu près entre 5 000 et 4 500 avant J.C., les fréquentations saisonnières à hautes altitudes s’achèvent progressivement alors que les présences dans le fond des vallées s’intensifient avec pour conséquence une plus grande territorialité des installations.

11Au cours de cette phase, on a les premiers témoignages qui permettent d’affirmer que la ligne alpine de partage des eaux n’est plus une frontière infranchissable qui sépare nettement les faciès culturels qui se réalisent au sud et au nord de cette dernière, comme c’était le cas durant les précédents aspects culturels paléolithique tardif et mésolithique.

12Entre 4 500 et 4 000 avant J.C, en pleine phase climatique atlantique, se vérifie la néolithisation, elle aussi circonscrite aux environs immédiats des principaux fonds de vallées : groupe de Gaban.

13La néolithisation se manifeste d’abord surtout comme une céramisation du substrat local castelnovien, dans un cadre économique encore largement, sinon totalement, traditionnel.

14L’apparition de la céramique se réalise avec l’apport d’influences multipolaires parmi lesquelles on peu reconnaître des composantes de la plaine du Pô (Fiorano, Vhò, Impressionnée adriatique), véhiculées vraisemblablement le long des directrices du Garda et de l’Adige ; des composantes médio-danubiennes (Bandkeramik orientale à Notenkopf) et balkaniques (Starcevo tardif), ces dernières véhiculées probablement le long des directrices Drava-Drau, Pusteria.

15A partir du début du quatrième millénaire avant J.C. se réalise une transformation culturelle et économique radicale, avec la pleine affirmation d’une économie productive introduite par des groupes porteurs de la Culture des vases à embouchure carrée qui, provenant de la Plaine du Pô, se propagent jusque dans la partie septentrionale du bassin, avec des témoignages dans le Val Sarentina, dans le Val d’Isarco. Avec l’arrivée de ces groupes, qui à travers les phases d’évolution successives contrôlent le territoire presque tout au long du millénaire, disparaissent les traces de la colonisation précédente de tradition mésolithique.

16A partir des données dont nous disposons, il est possible d’ébaucher un modèle relatif au peuplement postglaciaire du bassin de l’Adige jusqu’à l’introduction de l’agriculture dont les points principaux peuvent se résumer ainsi :

  1. Paléolithique supérieur tardif, Epigravettien final, IX - X millénaires avant J.C. Emplacements relativement stables dans des zones pré- et périalpines. Bivouacs saisonniers et campements le long des directrices des hauts plateaux à moyenne altitude de montagnes de la bande alpine méridionale. Ces fréquentations semblent liées à la chasse de prairie, peut-être principalement au bouquetin, qui trouve refuge dans cet habitat après l’invasion forestière des milieux plus méridionaux. On manque de témoignages de cette phase aux altitudes élevées, au fond des vallées et dans les massifs internes.

Figure 1 : Vallée de l’Adige. Sites du Paléolithique supérieur tardi-Epigravettien Final.

  1. Mésolithique ancien, Sauveterrien, 8 000 – 5 500 avant J.C. Formation d’emplacements avec insistance de fréquentations relativement stables ou répétées aux abords des fonds de vallées, jusque dans les zones septentrionales du bassin, éminemment localisés là où se trouvent des refuges sous rochers. Exploitation intensive des ressources de chasse, pêche et récolte en milieu lacustre et marécageux des vallées. Réseau intense de bivouacs et campements saisonniers aux altitudes élevées des massifs montagneux internes de tout le territoire, jusqu’à plus de deux mille trois cent mètres d’altitude. Ces fréquentations en montagne semblent liées à la chasse dans les prairies alpines restantes, après l’expansion forestière du Préboréal et du Boréal, chasse représentée toujours vraisemblablement surtout par le bouquetin. On a des témoignages dans tous les milieux du territoire, à l’exclusion des zones péri- et préalpines méridionales.

Figure 2 : Vallée de l’Adige. Sites du Mésolithique antique - Sauveterrien.

  1. Mésolithique récent, Castelnovien, 5 500 - 4 500 avant J.C. Intensification des fréquentations dans les emplacements relativement stables des fonds de vallées avec accentuation probable de l’activité de récolte, peut-être surtout végétale, favorisée par la diffusion aux basses altitudes de bois latifoliés très productifs. Raréfaction progressive des présences aux altitudes élevées jusqu’à leur disparition dans l’ultime Mésolithique. Il est probable que l’expansion forestière ultérieure, qui se vérifie graduellement avec l’Atlantique, ait fait tomber l’intérêt économique de la chasse dans les prairies de montagne qui ont résisté, désormais isolées les unes des autres et non plus reliées en vastes systèmes.

17Présences diffuses également dans les zones péri- et préalpines.

Figure 3 : Vallée de l’Adige. Sites du Mésolithique récent - Castelnovien.

  1. Premier Néolithique, Groupe de Gaban, 4 500 – 4 000 avant J.C. Présence diffuse d’installations dans les principaux axes de vallées, en continuité avec les fréquentations mésolithiques précédentes des refuges sous rocher et en plein air sur étagements et cônes de déjection. Économie encore éminemment traditionnelle, dans un cadre de céramisation graduelle, qui se réalise à travers des contacts multipolaires avec la plaine du Pô et les milieux au Nord-Est et à l’Est des Alpes. On manque de témoignages aux moyennes et hautes altitudes et dans les zones internes.

  2. Néolithique plein, Culture des vases à embouchure carrée, après 4 000 avant J.C. Colonisation des fonds de vallées par des groupes d’agriculteurs-éleveurs de la plaine du Pô et porteurs de la Culture des vases à embouchure carrée. Villages sur cônes de déjection, terrasses et installations en collines. Économie extrêmement productive, avec élevage de moutons et autres qui dominent nettement sur les activités de chasse. Disparition totale des traditions précédentes. Début de fréquentation des flancs moyens de montagnes avec déboisements réduits probables. On manque de témoignages aux altitudes élevées et dans les zones internes.

Figure 4 : Vallée de l’Adige. Sites du Premier Néolithique - Groupe de Gaban.

18Dans le schéma proposé, on se limite à cette partie de la préhistoire de la vallée de l’Adige car, par la suite, avec le Néolithique tardif et surtout avec l’Age du bronze, la colonisation du territoire devient plus capillaire, avec des modalités difficilement simplifiables et avec une reconquête progressive des zones internes et des régions montagneuses, accompagnée de vastes déboisements pour des fins agricoles et surtout pastorales. En outre, le tissu et les modalités d’installations commencent à être toujours plus fortement conditionnés par des facteurs culturels liés surtout à la circulation, au commerce et aux activités d’extraction minière, jusqu’aux hautes altitudes, ces dernières étant accompagnées par une accumulation de hauts-fourneaux, des entassements de scories et des déboisements importants.

Figure 5 : Vallée de l’Adige. Sites du Néolithique accompli - Culture des vases à embouchure carrée.

Bibliographie

Bibliographie

Bagolini (B.) 1972. Primi risultati della ricerche sugli insediamenti epi-paleolitici del Colbricon (Dolomiti). Preistoria Alpina, 8, Trento.

Bagolini (B.) 1980. Introduzione al Neolitico dell’Italia settentrionale. Societá Naturalisti « S. Zenari ». Pordenone.

Bagolini (B.) 1980. Il Trentino nella preistoria del mondo alpino. Ed. Temi, Trento.

Bagolini (B.), Barbacovi (F.), Biagi (P.). Le Basse di Valcalaona (Colli Euganei). Aloune considerazioni su una faciès con vasi a Bocca Qua-drata e sulla sua collocazione cronologico-culturale. Monografie di « Natura Bresciana », 3, Brescia

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1976. La Vela di Trento et le moment de style adriatique dans la Culture des vases à bouche carrée. Comunica-zione al IX Congresso Internazionale U.I.S.P.P. di Nizza. Preistoria Alpina 12, Trento.

Bagolini (B.), Nisi (D.) 1981. La presenza umana preistorica sui Baldo. Natura Alpina, 32, n° 27, Trento.

Bagolini (B.), Broglio (A.) 1983. Il ruolo delle Alpi centrali nei tempi preistorici (dal Paleolitico al Calcolitico). In corso di stampa.

Barfield (L.-H.), Bagolini (B.) 1976. The excavations on the Rocca di Rivoli. Verona (1963-1968). Mem. Museo Civ. St. Nat. Verona.

Bartolomei (G.), Broglio (A.) 1967. Il giacimento del Fiorentini sull’alti-piano di Tonezza-Folgaria. Origini, 1, Roma

Bertoldi (R.) 1968. Ricerche pollinologiche sullo sviluppo della vegetazione tardiglaciale e postglaciale nella regione del Lago di Carda. Studi Trentini Scienze Naturali, 45, Trento.

Broglio (A.) 1971. Risultati preliminari della ricerche sui complessi epi-paleolitici della Valle dell’Adige. Preistoria Alpina, 7, Trento.

Broglio (A.) 1976. L’Epipaléolithique de la Vallée du Pô. Les civilisations du 8e au 5e millénaire avant notre ère en Europe, ed. S.K. Kozlowski

Broglio (A.) 1980. IL Paleolitico Superiore e l’Epipaleolitico del territorio veronese e dell’area ciroostante. Il territorio veronese dalle origini all’età romana, Verona.

Broglio (A.) 1980. Culture e ambienti della fine del Paleolitico e del Mesolitico nellTtalia nord-orientale. Preistoria Alpina, 16, Trento.

Capuzzi (P., Sala (B) 1980. Il Riparo Tagliente. Analisi dellla faune, biostratigrafia e cronologia del livelli tardiglaciali. Il territorio veronese dalle origini all’età romana, Verona

Cattani (L.) 1976. Primi risultati della analisi polliniche del depositi tardiglaciali del Riparo Tagliente nei Monti Lessini (Verona). Ann. Univ. Ferrara, n.s., sez. XV, 2, Ferrara.

Cattani (L.) 1977. Dati palinologici inerenti ai depositi di Pradestel e di Vatte di Zambana nella Valle dell’Adige. Preistoria Alpina, 13, Trento.

Chelidonio (G.), Solinas (A.) 1978. Passo delle Fittanze - Ala (Trento). Preistoria Alpina, 14, Trento.

Corai (P.) 1980. Le più antiche culture preistoriche della Ladnia (Paleolitico e Mesolitico). Ladinia, 4.

Sala Manservigi (A.) 1970. L’Epigravettiano del Fiorentini e la sua posi-zione tra i complessi epigravettiani evoluti de] Veneto. Riv. Sc. Preist., 25, Firenze.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Vallée de l’Adige. Sites du Paléolithique supérieur tardi-Epigravettien Final.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Figure 2 : Vallée de l’Adige. Sites du Mésolithique antique - Sauveterrien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Figure 3 : Vallée de l’Adige. Sites du Mésolithique récent - Castelnovien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Figure 4 : Vallée de l’Adige. Sites du Premier Néolithique - Groupe de Gaban.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Figure 5 : Vallée de l’Adige. Sites du Néolithique accompli - Culture des vases à embouchure carrée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 926k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search