Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Quatrième partie. L'énergie nucléaire

9. La filière thorium

Elsa Merle-Lucotte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cycles de l’uranium et du thorium

Contrairement à l’uranium 235 (235U) – sur lequel repose presque entièrement le nucléaire de fission actuellement – les deux autres isotopes lourds présents naturellement dans la croûte terrestre, 238U et 232Th, ne fissionnent pas lors de leur interaction avec un neutron lent. Par contre un neutron lent pénétrant dans un de ces noyaux peut y être capturé et transformer ces noyaux respectivement en 239U pour le premier et en 233Th pour le second. L’238U et le 232Th sont appelés « noyaux fertiles », car ils vont se transformer en quelques jours par « décroissance radioactive » respectivement en 239Pu et 233U, noyaux fissiles, avec l’intervention du protactinium (Pa) et du neptunium (Np), selon les cheminements suivants :

Cycle uranium :

Image

Cycle thorium :

Image

Ces éléments fertiles étant naturellement beaucoup plus abondants sur Terre que l’235U, qui représente seulement 0,72 % de l’uranium naturel, de tels cycles permettent d’envisager une production d’énergie n...

Auteur

Physicienne, Professeur des Universités, École d’ingénieurs PHELMA, Grenoble.
merle@lpsc.in2p3.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540