Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Quatrième partie. L'énergie nucléaire

4. Le démantèlement

Philippe Guiberteau

Texte intégral

1Un nombre important d’installations nucléaires (réacteurs, cycle du combustible, recherche…) a été construit en France depuis les années 1950 pour les besoins civils et défense. Celles qui ne répondent plus aux besoins et aux normes de sûreté actuels sont progressivement arrêtées et démantelées. Il est fondamental pour la filière nucléaire de montrer qu’elle sait gérer le devenir de ses installations.

2Le démantèlement couvre la réalisation des activités techniques et administratives pour atteindre un état final prédéfini. Les exploitants nucléaires français pilotent les opérations qui sont réalisées par des industriels spécialisés. Le périmètre civil concerne aujourd’hui principalement : les usines UP2 400 à la Hague et Eurodif pour AREVA ; 9 réacteurs de 4 types différents pour EDF (Brennilis, Chinon, St Laurent, Bugey, Creys et Chooz) ; et des installations de R & D sur les centres du CEA (Grenoble, Fontenay, Marcoule, Saclay et Cadarache). La loi impose aux exploitants d’évaluer leurs charges de démantèlement, de constituer des provisions et d’affecter des actifs pour les couvrir. Les enjeux financiers se chiffrent en dizaines de milliards d’euros. L’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) a défini trois stratégies de démantèlement : immédiat, différé ou le confinement sûr. Leur mise en œuvre dépend de nombreux facteurs. En accord avec ses recommandations, la France a choisi le démantèlement immédiat. Les exploitants nucléaires privilégient cette stratégie qui permet de diminuer les risques, de bénéficier de la connaissance du personnel et de ne pas reporter la charge sur les générations futures. Un point central est lié à l’état final visé (niveau d’assainissement notamment) et aux servitudes associées qui peuvent impacter fortement les coûts et les déchets générés. Le démantèlement au niveau mondial représente des enjeux et des marchés extrêmement importants.

Des opérations complexes et longues

3Les étapes préliminaires au démantèlement consistent à retirer les matières et les combustibles, à réaliser la cartographie et les aménagements et à rédiger un dossier décrivant les travaux et leur sûreté. Le démantèlement une fois autorisé par décret après avis de l’Autorité de sûreté nucléaire, consiste à démonter les procédés (chaînes blindées, dissolveurs, cuves de réacteur, etc.) et les réseaux actifs. Certaines opérations irradiantes (découpe de cuves de réacteurs) sont télé-opérées. Ensuite, les structures sont assainies ou démolies. Des contrôles radiologiques finaux montrant que l’objectif visé a été atteint permettent le déclassement. La durée de ce processus peut dépasser dix ans. La dénucléarisation de Grenoble qui se termine (six installations nucléaires de base) a ainsi coûté 300 M € et a duré douze ans. Elle démontre que la technique et les procédures sont identifiées. L’impact dosimétrique résiduel très faible permettra la réutilisation des surfaces déclassées pour la recherche technologique.

Imagerie gamma d’un équipement à démanteler en chaîne blindée. Cette technique permet de visualiser à distance les zones les plus émissives sur le plan radioactif (ici en rouge). Source : CEA

4Les matériaux générés en grandes quantités sont des déchets nucléaires. Les moins actifs sont évacués vers l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Les plus actifs devront être entreposés en attente des stockages futurs ce qui peut conditionner la stratégie de démantèlement. La valorisation n’est possible que dans la filière nucléaire. Le CEA mène des recherches afin d’améliorer la sûreté, et de diminuer les délais, les coûts et les déchets. Il développe des outils (robotique, découpe, décontamination, mesure - figure) et des procédés pour traiter les déchets.

Table des illustrations

Légende Imagerie gamma d’un équipement à démanteler en chaîne blindée. Cette technique permet de visualiser à distance les zones les plus émissives sur le plan radioactif (ici en rouge). Source : CEA
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

Auteur

Ingénieur Chimiste, Directeur de l’Assainissement et du Démantèlement Nucléaire à la Direction de l’Énergie Nucléaire du CEA, Saclay.
philippe.guiberteau@cea.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search