Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Troisième partie. Les énergies fossiles

7. Pétrole et gaz : réserves et évolution du profil mondial de production

Nathalie Alazard-Toux

Texte intégral

Notions de ressources et réserves

1Les notions de réserves et de ressources répondent à des définitions claires, établies notamment par la Society of Petroleum Engineers et le World Petroleum Congress. On distingue les ressources ultimes, les ressources contingentes, les ressources potentielles, les réserves courantes, les réserves additionnelles et les nouvelles réserves. Les ressources ultimes correspondent aux volumes d’hydrocarbures formés au cours des temps géologiques et contenus dans le sous-sol, c’est-à-dire ce qui a été produit, va l’être et ce qui restera dans le sous-sol. Les ressources contingentes regroupent les volumes contenus dans les gisements découverts, potentiellement exploitables, mais dont le développement n’est pas encore programmé. Enfin, les ressources potentielles font référence aux volumes contenus dans des gisements non encore découverts.

2La notion de réserve, quant à elle, renvoie à des quantités productibles techniquement et économiquement. Les réserves sont dites « courantes » si elles concernent des gisements en production ou en cours de développement. On parle de réserves « additionnelles » pour faire référence aux ressources de gisements connus, devenues techniquement et économiquement exploitables du fait d’évolutions du contexte économique et/ou des méthodes et technologies de production. Pour finir, le terme de « nouvelles » réserves désigne les volumes techniquement et économiquement exploitables dans des découvertes récentes. La notion de réserves est par définition dynamique. Toute évolution des conditions économiques (prix du brut ou encore fiscalité) ou techniques (nouvelles technologies ou méthodes d’exploration ou production) peut amener à réviser les chiffres annoncés.

3Ajoutons à cela qu’à un instant donné, pour un champ identifié, les réserves ne sont pas connues avec certitude, mais estimées, sur la base de mesures supposées représentatives de l’accumulation mise à jour. Le chiffre de réserves annoncé correspond plutôt à une certaine probabilité d’existence de volumes d’hydrocarbures techniquement et économiquement récupérables. On parle de réserves 1P, P90 ou prouvées quand les réserves réelles ont 90 % de chance d’être supérieures au volume annoncé ; de réserves 2P, P50 ou réserves prouvées plus probables quand cette probabilité passe à 50 %. La quantité croissante d’informations recueillies sur un champ au cours de son évaluation et tout au long de son exploitation va permettre d’affiner ces valeurs.

Fig. 1 – Évolution de la production de pétrole aux États-Unis et projection de K. Hubbert. Source : IFPEN d’après EIA, US Energy Information Administration

Réserves mondiales d’hydrocarbures

4Au niveau mondial, les réserves font l’objet de nombreuses discussions et débats, de contestations et critiques. Il est en effet souvent difficile de savoir ce que recouvrent les données publiées par de nombreux pays. Est-il fait référence à des volumes prouvés ou à des volumes prouvés et probables ? Beaucoup de chiffres ne se limitent pas aux réserves courantes, mais incluent des ressources contingentes. Les définitions exactes des chiffres annoncés sont rarement données. Considérés comme hautement stratégiques par certains pays et/ou compagnies, ce qu’ils recouvrent reste même souvent délibérément flou. La certification des réserves n’est une obligation que pour un petit nombre de compagnies internationales cotées sur les grands marchés boursiers et on estime que 80 % des réserves mondiales n’y sont pas soumises.

5Les chiffres de réserves mondiales de pétrole (liquides de gaz naturels et condensats inclus) et de gaz naturel peuvent d’ailleurs varier selon les sources. À fin 2010, BP évalue les réserves de liquides à 1 622 milliards de barils (Gb) contre 1 496 pour IHS (Société de conseil et de vente d’information) ou 1 470 pour Oil & Gas Journal (OGJ). De la même façon, les réserves mondiales de gaz naturel sont annoncées à 202 par IHS, 196 par CEDIGAZ (association internationale fournissant de l’information et des données dans le domaine du gaz naturel) et BP, et 188 000 milliards de mètres cubes (Tm3) par OGJ.

6Malgré cela des constantes demeurent. Premièrement, les réserves restent très concentrées géographiquement. Pour le pétrole, elles sont localisées à 50 % au Moyen-Orient et pour plus de 70 % dans les 11 pays de l’Opep. Celles de gaz naturel se situent pour près de 40 % au Moyen-Orient (Qatar et Iran) et pour 20 % en Russie. Deuxièmement, pour le pétrole, sur les 30 à 40 dernières années, les nouveaux gisements mis à jour sont plus petits, plus complexes, plus difficiles techniquement à découvrir ou à produire.

Fig. 2 – Réserves de pétrole et de gaz naturel dans le monde, fin 2011. Source : IFPEN d’après BP Statistical Review pour le pétrole et Cedigaz pour le gaz naturel

Évolution du profil de production mondial et notion de pic

7Les ressources ultimes de pétrole et de gaz étant, à l’échelle humaine, considérées comme finies dans le sous-sol de la planète, la production mondiale ne peut croître indéfiniment. Sur cette base, se pose, et de manière plus aiguë pour le pétrole, la question de l’évolution de la production mondiale. Quand plafonnera-t-elle ? Quelle forme cette courbe suivra-t-elle ?

8La théorie du pic s’inspire des travaux menés par K. Hubbert dans les années 1960. Ils l’avaient conduit à prévoir le déclin de la production pétrolière des États-Unis à partir de 1970, prévision qui s’est avérée exacte. La production devait poursuivre sa croissance jusqu’à ce que 50 % des ressources ultimes récupérables aient été produites, pour ensuite décliner inexorablement. Selon des travaux plus récents, la production déclinerait quand 35 à 40 % des ressources ultimes ont été produites. Pour les tenants les plus pessimistes de cette théorie, le pic de production pétrolier est très proche, il pourrait être atteint avant 10 ans. Pour d’autres, il ne serait pas atteint avant une vingtaine d’années. La principale difficulté réside dans l’évaluation du volume des ressources ultimes récupérables, le progrès technique et l’amélioration des connaissances scientifiques ayant continuellement contribué à revoir à la hausse leur chiffrage.

9Un autre profil d’évolution de la production mondiale de pétrole est également proposé, celui d’un plateau. Pour les tenants de ce concept, les grands pays producteurs chercheront à gérer sur le long terme leur ressource, à limiter l’offre pour maintenir les revenus de la rente à un niveau constant sur une période plus longue. Dans le même temps, l’augmentation du prix du pétrole, lié à sa raréfaction, et les politiques en faveur des économies d’énergie, de la limitation des émissions de gaz à effet de serre et du développement des énergies alternatives, tendront à modérer la demande en hydrocarbures.

Bibliographie

Référence bibliographique

• Y. MATHIEU – Le dernier siècle du pétrole ? La vérité sur les réserves mondiales, Éditions Technip, 2011.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Évolution de la production de pétrole aux États-Unis et projection de K. Hubbert. Source : IFPEN d’après EIA, US Energy Information Administration
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 2 – Réserves de pétrole et de gaz naturel dans le monde, fin 2011. Source : IFPEN d’après BP Statistical Review pour le pétrole et Cedigaz pour le gaz naturel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

Auteur

Ingénieur-Économiste, Directrice, Direction Économie et Veille, IFP Énergies nouvelles, Rueil-Malmaison.
nathalie.alazard@ifpen.fr

© CNRS Éditions, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search