Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Sicile, Péninsule italique, zone tyrrhénienne

Le Néolithique de Curacchiaghiu. Position chronologique et culture matérielle

Son importance dans l’ensemble Corso-sarde

François De Lanfranchi

Résumé

Le Néolithique ancien de Curacchiaghiu, légèrement postérieur au Cardial de Corse, se caractérise par l’emploi d’une céramique originale et d’armatures à tranchant transversal en obsidienne. Par la forme, la poterie évoque celle du Cardial d’Alghero (grotta Verde). Quant aux armatures, elles sont identiques à celles du site cardial de Su Carropu en Sardaigne. Le Néolithique de Curacchiaghiu est à l’origine de la grande diffusion de l’obsidienne sarde en Corse.

Texte intégral

  • 1 Les dimensions maximales de cet abri sont les suivantes : 3,30 m de long et 1,50 m de large.

1L’abri sous roche de Curacchiaghiu1 fut entièrement vidé de son contenu par le propriétaire du site en 1966. Seule la plate-forme située à l’extérieur de l’abri et partiellement protégée par un bloc rocheux en forme d’auvent put être fouillée. Cette recherche s’acheva en 1971. Elle avait pour but de préciser la position stratigraphique du Prénéolithique et du Néolithique ancien, de déterminer leur situation chronologique et leur durée, d’étudier les structures d’habitat et l’économie, puis, enfin, à partir des documents recueillis, de définir ces deux cultures.

  • 2 . Lanfranchi (F. de) 1967. La grotte sépulcrale de Curacchiaghiu (Levie, Corse), Bulletin de la Soc (...)

2Les résultats de ces travaux ont été publés2. Toutefois de nombreux problèmes restaient posés. Nous nous proposons de revenir sur quelques éléments de la culture matérielle du Néolithique ancien de Curacchiaghiu, sur sa position chronologique et sur son importance dans le contexte corso-sarde.

I. Le Néolithique ancien de Curacchiaghiu

3Examinons successivement la position stratigraphique, la chronologie et la culture matérielle du Néolithique ancien de Curacchiaghiu ou, plus précisément, deux aspects de l’équipement matériel, à savoir les armatures de trait et la céramique.

Figure 1 : Les vases de Curacchiaghiu : formes et décors.

1. La position stratigraphique et les structures

  • 3 . Le niveau -117 cm fut daté en 1967 :

4Dans le niveau inférieur de cette zone fouillée, un foyer occupait le centre d’une aire délimitée par des boules granitiques déterminant l’abri et son environnement. Le mobilier de cette couche 7 comprenait une industrie lithique en silex, en rhyolite et en quartz, à base de lames frustes, de gros éclats. Cette couche 73 d’une puissance moyenne de 48 cm (de 92 cm à 140 cm) caractérise l’occupation prénéolithique du site.

  • 4 . En 1970 Les mesures d’âge étaient :

5Dans le niveau susjacent, trois strates furent identifiées : 6a, 6b, 6c (de 0,70 m à 0,92/1,08 m). La couche 6c comprenait deux foyers, 6b en retenait quatre et la couche 6a, trois4.

6Les datations radiométriques considérées non pas dans leur valeur absolue, mais dans leur valeur relative confirment les observations stratigraphiques, à savoir la durée de l’occupation du site au Néolithique. Trois siècles environ séparent le niveau inférieur 6c du niveau supérieur 6a. Le problème consiste donc à interpréter convenablement cette succession de trois phases d’occupation de l’abri.

7Il apparaît à l’évidence qu’il y a donc eu une durée dans la fréquentation de cet abri dont nous pouvons saisir l’aspect quantitatif en fonction de la puissance du remplissage (de 0,70 à 0,92/1,08 m).

2. La civilisation matérielle

8L’étude de l’organisation et de l’agencement des structures de chacune des trois strates du Néolithique ancien et l’analyse de cet abri est attribuable à deux cultures distinctes.

9La phase ancienne. Elle est le fait d’un groupe humain ayant utilisé une céramique impressionnée à la coquille et un outillage lithique tiré de la rhyolite et du silex.

10La phase récente. Elle se caractérise par l’emploi d’une céramique impressionnée au poinçon et d’outils tirés d’une roche nouvelle, l’obsidienne.

11Examinons successivement chacune de ces deux phases.

a) La phase ancienne ou phase cardiale

  • 5 . Deux tessons furent mis au jour dans la couche 6a (-73 cm) : les n° s 1795 et 1835 ; deux autres (...)

12Quatre tessons à impressions à la coquille5, à décor en chevron se rattachent à cette phase ancienne. La rareté du document céramique mérite d’être soulignée.

  • 6 . Les armatures de trait en rhyolite ou en silex.

13Des armatures de trait en rhyolite ou en silex sont associées à ces tessons. Elles nous apportent d’intéressantes informations relatives à la nature de la roche6 et à la morphologie de ces pièces. L’on retiendra donc la présence en 6c de six armatures de trait (5 en rhyolite et une en silex), de forme trapézoïdale et à retouche abrupte ; d’une en silex dans la couche 6b et de deux armatures dont une en silex dans la couche 6a. Toutes ont une forme trapézoïdale et des retouches abruptes.

b) La phase récente ou phase poinçonnée

14De 1968 à 1971, il fut possible de reconstituer un grand nombre de vases à partir des tessons mis au jour. Les formes primaires se ramènent à deux : les vases à col et les vases globuleux. Tous sont à fond rond. Cette production se caractérise par la morphologie des récipients, leur décor, les anses à appendice, les boutons et les perforations totales ou partielles.

15Le décor est constitué par une double ligne de points obtenus par l’enfoncement de l’extrémité mousse d’un outil dans la pâte crue. Ce motif impressionné au diamètre maximum du vase, court autour du vase, à partir de la base des anses.

16Les anses, perforées, sont surmontées d’un appendice, cylindrique ou conique.

17Des petits boutons ovalaires sont disposés sur la ligne poinçonnée, verticalement ou horizontalement.

18Des triangles à champ poinçonné, pointe vers le haut, surmontent dans certains cas, le décor de la double ligne.

  • 7 . Lanfranchi-Firroloni (J. de) 1981. Etude de la poterie néolithique corse et de ses rapports avec (...)

19Enfin, des perforations totales affectent le col de divers récipients, alors que sur la panse, des perforations coniques obliques n’intéressent qu’incomplètement la paroi de ces récipients7.

Figure 2 : 1, 2, 3 : vases poinçonnés de Curacchiaghiu (1), de Foce (2), de l’abri de San Cipriano (3).

4 à 9 : armatures à tranchant transversal en rhyolite de Curacchiaghiu.

10 à 13 : armatures en obsidienne.

20Les armatures de trait en obsidienne (6) ont une forme géométrique : triangle, segment de cercle, trapèze. Pour conclure, à propos de l’équipement lithique, l’on peut avancer que les armatures de trait en roche dure (silex et rhyolite) sont les plus anciennes. Parmi les quinze recueillies sur ce site, neuf d’entre elles se trouvaient dans la couche 6 et cinq dans la strate 6c. Les armatures à tranchant transversal en obsidienne, dont deux furent cotées de 68 cm à 78 cm, alors que les autres apparaissent à la fin de la séquence du Néolithique ancien (couche 6a), se rattachent donc à cet horizon.

21Les armatures de Curacchiaghiu appartiennent bien à deux ensembles distincts : l’un, le plus ancien, composé de pièces tirées de la rhyolite et du silex, et se caractérisant par une forme trapézoïdale ou subtrapézoïdale ; l’autre, plus récent, comprend les armatures de trait en obsidienne de forme géométrique (triangles, trapèzes et segments de cercle).

22La position stratigraphique de ces documents, la nature de la roche d’où elles sont tirées ainsi que leur morphologie attestent la succession de deux phases : la phase cardiale où la céramique impressionnée est synchrone de l’outillage en roche dure, et la phase récente de ce Néolithique ancien caractérisé par l’association de la céramique poinçonnée et des outils en obsidienne.

II. La place du Néolithique ancien à céramique poinçonnée

23Pour établir des corrélations avec divers sites néolithiques nous avons retenu comme éléments de comparaison la céramique (morphologie des vases, décors, prises) et les armatures de trait en obsidienne. En l’état actuel d’avancement de la recherche, force est d’admettre que seule la zone de Curucchiaghiu a connu un Néolithique dont la civilisation matérielle comprenait un tel équipement. C’est la raison pour laquelle il nous semble préférable d’examiner divers sites en fonction de leur céramique, puis de leur outillage lithique.

1. La céramique poinçonnée

24L’étude de la poterie permet de mettre en évidence des corrélations étroites entre certains sites :

  • Céramique de l’abri de San Ciprianu (7) : vase à double rangée de poinçonnés (Ø = 15 ; Ø max = 18 ; H = 16 cm).

  • Céramique d’Ortale I : vase à triple ligne poinçonnée (Ø = 14 ; Ø max = 18 cm).

  • Décor poinçonné de Foce.

25Si l’on ne peut nier la similitude des formes et des décors, on notera toutefois l’absence d’anses à appendice.

26D’autres sites ont livré une poterie poinçonnée qui est cependant assez différente de celle de Curacchiaghiu.

  • Bonifacio : abri d’Araguina-Sennola. Le décor comprend la double ligne poinçonnée associée toutefois à un cordon en relief. Le motif peut se trouver d’un côté du cordon ; on peut avoir également chacune des lignes disposée de part et d’autre du cordon. Parfois l’on observe trois rangées de points rectilignes et parallèles.

  • Serra-di-Ferro : site de Basi. Le motif poinçonné est associé au motif cardial. Il peut également compléter un décor peint.

  • Saint-Florent : site de Strette. La céramique à décor cardial offre au niveau de la carène une ligne poinçonnée.

27En conclusion, la poterie poinçonnée se trouve dans six zones de la Corse (7) :

a) Céramique poinçonnée :

28Alta-Rocca (Curacchiaghiu) ; Porto-Vecchio (San Ciprianu, Ortale I, Foce) ; Bonifacio (abri d’Araguina-Sennola).

b) Céramique poinçonnée associée au Cardial :

29Valincu-Taravu (Basi, Filitosa) ; Niolu (Abri Albertini) ; Nebbiu (site de Strette).

2. Les armatures de trait

30Dans les sites de Corse à céramique cardiale, les armatures de trait sont en rhyolite et en silex, alors que dans les niveaux à céramique poinçonnée, elles sont en obsidienne.

  • Serra di Ferro : Basi. On a inventorié dix armatures à tranchant transversal de forme trapézoïdale en silex, à retouche abrupte.

  • Bonifacio : Araguina-Sennola. Sur les neuf armatures de trait répertoriées, huit sont en silex et ont une forme trapezoïdale ; et une est en obsidienne.

  • Levie : Curacchiaghiu. Le niveau cardial a restitué neuf armatures de forme trapézoïdale (6 en rhyolite et 3 en silex). Dans le niveau poinçonné les cinq armatures en obsidienne ont une forme géométrique.

31Les résultats obtenus dans ces trois sites mettent en évidence un outillage très homogène dans le Cardial et très original dans le poinçonné. Dans le premier les armatures sont en roche dure (rhyolite ou silex) et ont une forme trapézoïdale ; dans le second la roche est de l’obsidienne et les formes sont géométriques.

3. La genèse du poinçonné de Corse

32Ce qui précède met en évidence de multiples possibilités pour les origines du poinçonné de Corse. Examinons chacune des composantes de ce faciès, à savoir les armatures de trait en obsidienne et la poterie (formes, décors, anses à appendice).

a) Les armatures

33La nature de la roche d’où elles sont tirées (l’obsidienne) et leur forme géométrique nous renvoient à la Sardaigne et tout particulièrement au site cardial de Su Carroppu de Sirri (Carbonia). Donc au plus ancien Néolithique de cette île.

Figure 3 : Les voies de l’obsidienne (à g.) ; les 3 gîtes du Monte Arci (à d.). L’origine géographique de l’obsidienne (graphique en bas).

[All elements are given in parts per million and I use the twelve which are particularly useful in determining groupings. Please notice that over a very long period there seems to be only flow of the monte arci region being utilised at curacchiagiu except for one sample which occurs in level IV.

For transparency 0 = Opaque and 6 = Transparent/Translucent.

TABLEAU 2
Résultats de l’analyse

1) Curacchiaghiu : 9 échantillons
origine : fouilles stratigraphiques.

2) Sépultures mégalithiques et néolithique récent : 7 échantillons origine : ramassage de surface autour des coffres

3) Les gîtes d’obsidienne : 1 échantillon origine : ramassage de surface.

b) La céramique

34Le premier Néolithique de Corse utilisait pour décorer sa céramique la technique de l’impression du bord dentelé d’une coquille ou l’extrémité mousse d’un instrument. Les vases du Néolithique ancien de Strette dans le Nebbiu offrent un décor cardial limité au niveau de la carène par un cordon portant d’un seul côté une ligne impressionnée. L’origine du décor poinçonné de Corse peut donc être aussi bien la céramique cardiale de Basi que celle de Strette.

  • 8 . Tiné (S.) 1973, La civiltà del Tavoliere, Atti del Colloquio Internazionale di Preistoria e Proto (...)

35Le décor poinçonné associé au décor peint a été identifié à Basi. Comme il s’agit de la phase ancienne du Néolithique ancien à céramique impressionnée, son origine ne peut être insulaire. Dans le Tavoliere8, à la phase II du Néolithique ancien (phase de Guadone) à céramique impressionnée succède la phase III (de Masseria La Quercia) à céramique peinte. Comme la con-temporanéité des techniques peinte et poinçonnée s’affirme à Basi où sur un même vase le décor peint à l’ocre rouge et le motif impressionné (triangle poinçonné, pointe vers l’ouverture) sont réunis, on peut penser à des influences entre la Corse et le Tavoliere.

  • 9 . Tanda (G.) 1980, Il Neolitico antico e medio della Grotta Verde, Alghero, Actes de la XXe Réunion (...)

36Si l’on s’en tient à la morphologie des vases, la production de Curacchiaghiu et celle de la Grotta Verde, Alghero9 offrent d’étroites affinités, malgré que les vases sardes soient décorés à la coquille et ceux de Corse au poinçon. Outre les similitudes morphologiques, soulignons l’analogie entre les moyens de préhension : dans les deux cas, il s’agit d’anses à appendice.

37Enfin cette culture du Néolithique ancien méditerranéen, faciès poinçonné, est à l’origine de la diffusion de l’obsidienne en Corse. Tel est le fait majeur permettant de comprendre comment a pu se former cette culture poinçonnée en Corse : à partir d’un substrat, celui du Néolithique cardial et d’apports extérieurs à l’île, en premier lieu de la Sardaigne. C’est le problème de l’obsidienne qui est ainsi posé.

III. L’obsidienne sarde

  • 10 . Nous exprimons notre gratitude à Briam Hallam et Stanley Warren qui ont bien voulu analyser nos é (...)

38La Corse ne possédant pas de gîtes naturels d’obsidienne, son approvisionnement n’a pu se faire qu’à partir de sites extra-insulaires. Pour tenter d’identifier l’origine géographique de ces gîtes, et éventuellement pour restituer leur histoire et retrouver les voies suivies par cette roche pour parvenir en Corse, nous avons fait appel à des laboratoires spécialisés. Celui de Sheffield10 a assuré cette analyse par activation neutronique.

39Après détermination des éléments simples. l’étude des rapports Lantane sur Scandium d’une part et de Cesium sur Scandium d’autre part ont permis d’affirmer :

  • que la totalité des échantillons examinés avaient le Monte Arci (Sardaigne) pour origine ;

  • que la roche vitreuse utilisée par les Poinçonnés de Curucchiaghiu provenait du gîte naturel de Santa Maria Zuarbara.

  • 11 . Lanfranchi (F. de) 1980. L’obsidienne préhistorique corso-sarde : les échanges et les axes de cir (...)

40En l’état actuel d’avancement de la recherche, nous savons11 que ce gîte a approvisionné six centres préhistoriques sardes : Antioco Porcu, Conca Illonis, Grotta di Sa Ucca di su Tintirriolu, Grotta dell’Inferno, Nuraghe Albuscio et l’île Monica. En Corse, l’abri de Curacchiaghiu est le seul à avoir livré de l’obsidienne de Santa Maria Zuarbara.

41Deux observations peuvent être faites à partir de ces informations. La première est relative à la situation géographique de ces sites préhistoriques : ils jalonnent la voie menant du Monte Arci à la région de Santa Teresa di Gallura, l’une des plus proches de la Corse. La seconde concerne les cultures actuellement identifiées. Si l’on retient la Grotte de sa Ucca de su Tintirriolu où l’on a défini le Néolithique ancien (ceramica impressa), le Néolithique moyen (culture de Bonu Ighinu, 3730 b.c.), le Néolithique ancien offre d’étroites affinités avec celle de Curacchiaghiu.

42Dès la phase récente du Néolithique ancien, Corse et Sardaigne entretiennent des relations suivies. La voie de l’obsidienne ainsi repérée sera celle des produits divers, mais également des idées, des hommes.

43Au Néolithique récent, d’autres gîtes du Monte Arci ont fourni leur roche à la Corse. Le tableau 2 montre que ceux de Sonnixeddu et de Conca Cannas ont supplanté Santa Maria Zuarbara. Nous avons là une indication chronologique que viendront confirmer d’autres analyses. L’utilisation de l’obsidienne de ce dernier gîte est un critère d’archaïsme.

IV. Conclusion

44Il n’entre pas dans notre intention de vouloir expliciter les processus de la néolithisation de la Corse à partir de la seule analyse des roches par activation neutronique. L’on sait que ce travail ne peut être que pluridisciplinaire. Toutefois l’analyse de l’obsidienne conforte les résultats des études conduites sur le site de Curacchiaghiu.

45Durant la première phase du Néolithique (céramique impressionnée à la coquille), les armatures de trait sont en roche dure (rhyolite et silex). Il en est de même dans les autres sites du Néolithique ancien de Corse. Dès la phase récente du Néolithique ancien (céramique poinçonnée), l’on a utilisé l’obsidienne sarde du Monte Arci (gîte de Santa Maria Zuarbara) à partir de laquelle on a taillé des armatures à tranchant transversal de forme géométrique semblables à celles du site de Su Carroppu (Néolithique cardial). Quant à la forme des vases de Curacchiaghiu, elle s’apparente à celle des récipients de la Grotta Verde, Alghero (céramique cardiale). Les anses anthropomorphes de cette production sont peu différentes de celles du poinçonné de Corse. Nous ajouterons enfin qu’en Corse même, la ligne poinçonnée située d’un côté du cordon en relief se trouve dans le Cardial de Strette.

46Au plan chronologique cette culture de Curacchiaghiu fait suite au Néolithique cardial et précède le Néolithique moyen de Bonu Ighinu.

Notes

1 Les dimensions maximales de cet abri sont les suivantes : 3,30 m de long et 1,50 m de large.

2 . Lanfranchi (F. de) 1967. La grotte sépulcrale de Curacchiaghiu (Levie, Corse), Bulletin de la Soc. préhist. fr. LXIV, 1967, pp. 587-612, 10 fig.

Lanfranchi (F. de) 1972. L’abri sous roche n° 1 de la station de Curacchiaghiu (Lévie, Corse), Bull, de la Soc. préhist. fr., tome 69, n° 3, 1972, C.R.S.M., pp. 70-71.

Lanfranchi (F. de) 1972. Le peuplement des hauts bassins du Rizzanese et de l’Ortolo, des origines à l’arrivée des Romains, Thèse multigraphiée.

Lanfranchi (F. de) 1974. Le Néolithique ancien méditerranéen, faciès Curacchiaghiu, Etudes préhistoriques en Corse, Cahiers Corsica n° 42-43, Bastia 1974, pp. 38-48, 20 fig.

3 . Le niveau -117 cm fut daté en 1967 :

Gif 797 : 8560 ± 170 B.P., soit 6610 ± 170 b.c.

En 1970, le niveau -120 cm donna les résultats suivants :

Gif 1963 : 8300 ± 180 B.P., soit 6350 ± 180 b.c.

4 . En 1970 Les mesures d’âge étaient :

couche 6a (-74 cm)

Gif 1961 : 7310 ± 170 B.P„ soit 5360 ± 170 b.c.

En 1967 nous avions obtenu pour le niveau -80 cm :

Gif 796 : 7300 ± 160 B.P., soit 5350 ± 160 b.c. couche 6c (-94 cm)

Gif 1962 : 7600 ± 180 B.P., soit 5650 ± 180 b.c.

5 . Deux tessons furent mis au jour dans la couche 6a (-73 cm) : les n° s 1795 et 1835 ; deux autres en 6c : les n° s 1990 (-84 cm) et 2067(407 cm).

6 . Les armatures de trait en rhyolite ou en silex.

couche 6c : n°s 301, 2101, 2032 (silex), 2017, 2013 ;

couche 6b : n° 989 (silex) ;

couche 6a : n°s 952 (silex), 1847.

Les armatures de trait en obsidienne

couche 6c : 0 ; couche 6b : n°120 ; couche 5 : n°s 171, 905, 1562, 891. (La couche 5 de 1968 correspond à la couche 6a de 1970).

7 . Lanfranchi-Firroloni (J. de) 1981. Etude de la poterie néolithique corse et de ses rapports avec celle du Midi méditerranéen, de la péninsule ibérique, et de la péninsule et des îles italiennes, 1981, Thèse multigraphiée, 455 p, 106 fig., 74 planches photographiques, 24 tableaux.

Nous relevons les caractéristiques suivantes :

1. 80-1—99 : Ø = 19 Ø max = 21 H 17 cm

2. 80-1-100 : Ø = 19 Ø max = 21 H = 17 cm

3. 80-1-101 : Ø = 17 Ø max = 20 H = 17 cm

4. 80-1—102 : Ø = 16 Ø max = 17 H = 18 cm

5. 80-1-103 : Ø = 15 Ø max = 18 H = 18 cm

6. 80-1-103 : Ø = 23 Ø max = 25 cm.

8 . Tiné (S.) 1973, La civiltà del Tavoliere, Atti del Colloquio Internazionale di Preistoria e Protostoria della Daunia, aprile 1973, pp. 99-111.

9 . Tanda (G.) 1980, Il Neolitico antico e medio della Grotta Verde, Alghero, Actes de la XXe Réunion de l’Institut Italien de Préhistoire et Protohistoire de la Sardaigne Centro-Septentrionale, 21-27 oct. 1978.

10 . Nous exprimons notre gratitude à Briam Hallam et Stanley Warren qui ont bien voulu analyser nos échantillons.

11 . Lanfranchi (F. de) 1980. L’obsidienne préhistorique corso-sarde : les échanges et les axes de circulation, Bulletin de la Soc. préhist. fr., tome 77/4, pp. 115-122, 4 fig.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les vases de Curacchiaghiu : formes et décors.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende Figure 2 : 1, 2, 3 : vases poinçonnés de Curacchiaghiu (1), de Foce (2), de l’abri de San Cipriano (3).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Figure 3 : Les voies de l’obsidienne (à g.) ; les 3 gîtes du Monte Arci (à d.). L’origine géographique de l’obsidienne (graphique en bas).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende TABLEAU 1
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende I have analysed a number of geolocical samples and archaeological ones from sardinia which all substantiate the division into three (3) separate flows. The liparian sample is not put onto the graph since most ot the elements differ considerably from sardinian samples. Melian obsidian has a scandium (Se) content in the order 1.5 to 2.5 parts per million and differs on many other elements.]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABLEAU 2Résultats de l’analyse
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende 1) Curacchiaghiu : 9 échantillonsorigine : fouilles stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 2) Sépultures mégalithiques et néolithique récent : 7 échantillons origine : ramassage de surface autour des coffres
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 3) Les gîtes d’obsidienne : 1 échantillon origine : ramassage de surface.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1095/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search