Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Deuxième partie. Quelques aspects fondamentaux

14. Les métaux rares pour l’énergie

Patrice Christmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les « métaux » rares sont un ensemble d’éléments dont la production mondiale ne dépasse pas les 500 000 t/an, soit environ 0,02 % de la production minière mondiale. Du fait de leurs caractéristiques physiques et/ou chimiques, ils ont de nombreuses applications de haute technologie. Ils sont souvent des sous-produits des minerais de métaux plus courants tels que le fer, le plomb, le zinc ou le cuivre – leur teneur dans un minerai ne dépassant souvent pas quelques dizaines de grammes par tonne de minerai. Le sélénium, qui n’est pas un métal, est intégré dans ce groupe dont il partage beaucoup de caractéristiques.

Certains métaux particulièrement rares, nécessaires aux technologies de l’énergie, ne sont produits qu’en très petites quantités. C’est le cas par exemple du rhénium, dont la production 2010 ne dépassait pas 47 t, ou du béryllium (206 t). Le rhénium est essentiel à la fabrication de turbines de réacteurs d’avion ou de centrales électriques au gaz, à hautes performances, car so...

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540