Version classiqueVersion mobile

L'énergie à découvert

 | 
Rémy Mosseri
, 
Catherine Jeandel

Première partie. Introduction

3. Énergie et environnement : la nécessité des approches territoriales

Claude Kergomard

Texte intégral

Des systèmes énergétiques territorialisés…

1La question de l’énergie est en interaction forte avec l’organisation de l’espace géographique : l’inégale répartition des lieux de production, le transport et la distribution de l’énergie à destination des utilisateurs finaux, la consommation d’énergie et ses liens avec la répartition des activités productrices, de peuplement et de l’habitat, constituent des systèmes territorialisés. L’analyse des systèmes énergétiques intègre celle des contraintes et des solutions techniques existantes ou à venir, l’organisation économique de la production et des marchés, les usages socialement différenciés de l’énergie et les mécanismes politiques de la décision en matière d’investissement et de régulation.

2Les systèmes territorialisés de l’énergie sont marqués par une très forte dépendance vis-à-vis des disponibilités « naturelles » en énergies, qu’elles soient fossiles ou renouvelables, et par une grande inertie historique. L’organisation géographique de l’Europe reste ainsi fortement marquée par le système énergétique dominant de la fin du XVIIIe au milieu du XXe siècle, celui des bassins charbonniers, et les choix énergétiques qui ont été faits depuis pour substituer au charbon le pétrole, le gaz ou l’énergie nucléaire pèseront durablement sur la situation à venir au cours du XXIe siècle. À l’inverse, nombre de pays en développement ont encore à concevoir des systèmes énergétiques cohérents pour satisfaire les besoins du développement humain, dans le respect des exigences environnementales au premier rang desquelles figure la question climatique.

3Concevoir une transition énergétique, c’est-à-dire la substitution des sources d’énergie fossiles génératrices de gaz à effet de serre par des énergies « propres » et renouvelables, nécessite certes de lever des verrous technologiques, mais aussi de prendre en compte l’organisation des territoires, l’inégalité des ressources et des besoins.

Fig. 1 – L’énergie dans le monde : approvisionnement total en énergie primaire* (Mtep) et part des importations (%) par pays. Source : Données Agence internationale de l’Énergie, cartographie Claude Kergomard, 2012

… à toutes les échelles

4L’importance géostratégique de l’approvisionnement en énergie et la nécessité d’assurer une distribution relativement équitable de l’énergie sur le territoire confèrent à l’échelle nationale, et bien souvent à l’État, la place essentielle dans les choix énergétiques, en lien plus ou moins étroit avec les entreprises et les marchés. Dans de nombreux pays, dont la France, les grands investissements dans la production d’énergie comme sa distribution vers le consommateur final, ont été ou sont encore l’apanage de sociétés nationales ; dans tous les cas, l’État se réserve un rôle plus ou moins étendu d’incitation et d’orientation, de régulation et de contrôle des activités de production et de distribution de l’énergie. Dans ce contexte, l’échelle nationale est donc celle qui permet d’établir le plus facilement les bilans de l’énergie produite et consommée, des échanges internationaux (importation/exportation) et des émissions de gaz à effet de serre (figure 1).

5Soucieux avant tout de la sécurité des approvisionnements énergétiques et de la compétitivité de l’économie nationale, l’État est inséré dans une géopolitique mondiale où les questions énergétiques tiennent une place importante ; il est donc aussi le garant de la fourniture des données et des engagements vis-à-vis des organisations internationales en charge de l’énergie (sous toutes ses formes) et de la question climatique. Mais l’ampleur de ces questions géopolitiques et la nécessité de pourvoir aux approvisionnements dans des cadres plus vastes suscitent également l’intégration transnationale. C’est évidemment le cas en Europe, où l’Union devient ainsi un acteur essentiel de l’intégration des réseaux d’approvisionnement et d’échanges, par exemple dans les domaines du gaz et de l’électricité. Des tendances similaires peuvent être observées en Amérique latine, où les échanges énergétiques sont, avec des avancées et des reculs, un facteur important de l’intégration transnationale dans le cadre du Mercosur*.

Fig. 2 – Échelles des choix énergétiques. C. Kergomard, 2012

6À l’opposé, l’exigence de la sobriété énergétique, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et du recours croissant aux énergies renouvelables met en évidence le rôle du cadre de vie, aux échelles locales ou régionales, dans les choix énergétiques des citoyens (figure 2). En France, la décentralisation a transféré aux territoires locaux des compétences en matière de transports, d’aménagement du territoire et d’urbanisme qui leur confèrent une importante responsabilité en matière de consommations énergétiques et, à un degré moindre, dans le développement des énergies renouvelables.

Territoire, mobilités et urbanisme

7Dans la plupart des pays développés, les usages de l’énergie associés à l’habitat et aux mobilités sur le territoire représentent une part importante des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, part généralement en hausse alors que celle qui est due aux activités productives diminue. Le renouvellement de l’habitat ou sa rénovation en vue d’une réduction des consommations, le développement des moyens de transport collectifs ou individuels « doux » limitant le recours à l’automobile, qui figurent au premier plan des outils destinés à satisfaire aux contraintes de la réduction des émissions, nécessitent une synergie entre le rôle incitatif et régulateur de l’État et celui des collectivités territoriales qui ont en charge l’urbanisme, l’aménagement du territoire et les infrastructures de transport.

Fig. 3 – Consommations énergétiques potentielles associées au lieu d’habitat en espace urbain et périurbain : l’agglomération du Grand Besançon. Antoni et al., 2009

8À plus long terme, l’évolution des densités et des formes urbaines, la maîtrise de processus tels que l’étalement urbain et la périurbanisation, qui sont directement associés à la dépendance automobile et aux consommations d’énergie, la répartition sur le territoire des équipements, des services et des « aménités* » du cadre de vie doivent contribuer à une meilleure utilisation des ressources énergétiques. Des outils d’analyse et de simulation des effets territoriaux sur les consommations d’énergie font ainsi leur apparition en vue d’une aide à la décision en aménagement du territoire (figure 3).

9Dans de nombreux pays, les questions énergétiques tiennent donc une place importante dans les démarches de développement durable menées à l’échelle des territoires locaux ou régionaux, que ces démarches soient volontaires (Agenda 21*) ou prescrites par la loi à l’échelon national. En France, la loi portant « engagement national pour l’environnement » dite « loi Grenelle 2 », promulguée le 12 juillet 2010, impose ainsi à 440 collectivités de plus de 50 000 habitants la mise en œuvre d’un Plan Énergie-Climat territorial* destiné à inscrire les nécessités de la transition énergétique dans les documents contraignants en matière d’aménagement du territoire, tels que les Schémas de Cohérence territoriale, les Plans locaux d’Urbanisme, Plans locaux de l’Habitat, et Plans de Déplacement urbains. La question se pose toutefois de l’efficacité de l’aménagement du territoire comme moteur de la réduction de la dépendance automobile et des émissions de gaz à effet de serre, comparée à celle qu’aurait l’augmentation massive des prix des carburants issus du pétrole. L’aménagement du cadre de vie apparaît plus comme une condition de l’acceptabilité sociale d’une conversion forcée par les prix ou la pénurie, et devrait ainsi contribuer à la construction de notre avenir énergétique.

Bibliographie

Références bibliographiques

• B. MÉRENNE-SHOUMAKER – Géographie de l’énergie, acteurs, lieux et enjeux, Belin Sup Géographie, 2001.

• J.-M. CHEVALIER – Les nouveaux défis de l’énergie : climat, géopolitique, environnement, Economica, 2009.

• J.-P. ANTONI, Y. FLÉTY, G. VUIDEL et M.-H. DE SÈDE-MARCEAU – Vers des indicateurs locaux de performance énergétique : les Étiquettes Énergétiques Territoriales, Rapport de recherche ADEME, 2009.

• X. DESJARDINS – Pour l’atténuation du changement climatique, quelle est la contribution possible de l’aménagement du territoire ?, Cybergeo, 2001.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’énergie dans le monde : approvisionnement total en énergie primaire* (Mtep) et part des importations (%) par pays. Source : Données Agence internationale de l’Énergie, cartographie Claude Kergomard, 2012
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 2 – Échelles des choix énergétiques. C. Kergomard, 2012
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 3 – Consommations énergétiques potentielles associées au lieu d’habitat en espace urbain et périurbain : l’agglomération du Grand Besançon. Antoni et al., 2009
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 926k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search