Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Sicile, Péninsule italique, zone tyrrhénienne

Témoignages de cultes dans le Néolithique ancien des Abruzzes

Renata Grifoni Cremonesi

Résumé

On décrit un groupe de quatre vases dont deux contenaient les os brûlés de deux enfants de quatre et huit ans, et qui étaient recouverts des restes carbonisés d’un adulte. Ces vases sont attribuables à la céramique « impressa ». Cette découverte nous permet de poser certains problèmes relatifs aux rites néolithiques et à leur interprétation.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 2 Fouilles conduites par l’Istituto di Antropologiae Paleontologia Umana de l’Université de Pise, ave (...)

1Les préhistoriens ont fréquemment trouvé commode d’utiliser la méthode du comparatisme ethnographique et de recourir à l’étiquette de « phénomène cultuel » pour expliquer toutes les données qui ne répondaient pas directement à des exigences pratiques et fonctionnelles.2

2Il est, à l’inverse, très difficile de trouver une documentation concrète de cultes et de rites, si l’on met à part les témoignages les plus significatifs. En effet, malgré les progrès des techniques de fouille, les documents témoignant de phénomènes cultuels sont malheureusement rares en ce qui concerne des éléments particuliers et surtout en ce qui concerne tout l’ensemble et les rapports réciproques des éléments particuliers en une définition originale qui témoigne d’un usage autre que strictement fonctionnel.

3Dans l’analyse des ensembles il faut, en effet, tenir compte d’au moins deux facteurs : la répétition de certains modèles et de leur caractère extraordinaire par rapport à ceux de la vie quotidienne (Makkay, 1975), tout en essayant de trouver une juste position entre l’interprétation qui privilégie exclusivement le facteur culturel et celle qui n’envisage que le côté fonctionnel.

4Quelques témoignages de l’existence de phénomènes cultuels sont apparus dans les dépôts d’un certain nombre de grottes, surtout dans l’Italie centro-méridionale, au cours du développement des cultures néolithiques. Ils fournissent des données suffisamment homogènes pour permettre d’entrevoir un monde religieux très complexe dans lequel les conceptions relatives à la mort s’entremêlent aux conceptions relatives à la fertilité. Les cultures à céramique « impressa » ont laissé des témoignages dans les grottes du Fucino, dans la Grotta S. Angelo près de Teramo, dans la Grotte des Marmitte et dans la Grotte des Piccioni de Bolognano, pour ne considérer que les Abruzzes.

5L’élément jusqu’à présent le plus intéressant fut fourni en 1978 par la grotte-abri Continenza de Trasacco dans le Fucino, où la stratigraphie présente des restes d’époque romaine, des niveaux de l’âge du bronze et des niveaux chalcolithiques récemment bouleversés au cours de travaux d’aménagement de l’abri et à cause de fouilles clandestines, des niveaux à céramique imprimée et une série de niveaux mésolithiques à escargotières, microfaune et industrie microlithique. Dans tous ces niveaux, les foyers alternent avec le cailloutis de la montagne, très abondant. En effet le seul niveau à céramique « impressa » a une épaisseur d’1,60 m ; la partie supérieure est constituée d’une argile jaune apportée du lac situé, à l’époque, à une trentaine de mètres au-dessous de l’abri.

6Quatre vases groupés ont été trouvés dans le niveau à céramique impressa, dans une niche de la paroi Est de l’abri : deux d’entre eux (l’un avait un couvercle de tessons et la surface enduite de l’argile jaune du lac) contenaient les ossements brûlés de deux enfants, de quatre et huit ans ; les deux autres contenaient seulement des débris d’ocre rouge et d’ossements humains. Le tout était recouvert par les ossements brûlés d’un individu adulte (Fig. 1, n° 2). Enfin, toujours le long de la paroi, des vases entiers ont été trouvés dans une zone malheureusement endommagée auparavant lors de fouilles clandestines (Fig. 1, n° 7, 8, 9) (Grifoni Cremonesi et al., 1978).

7A l’extrémité de cette paroi, à proximité de l’entrée, dans une partie plus élevée du dépôt à céramique impressa, une petite fosse creusée dans le pavement préparé avec l’argile jaune du lac, contenait un vase vide, dont le fond manquait, couvert lui aussi d’un tesson.

8Les vases attribuables en toute certitude à l’ensemble à crémation sont :

Vase A (Fig. 1, n° 3)

9Vase à pâte épurée et surface noirâtre brillante ; corps ellipsoïdal, embouchure étroite, lèvre amincie au-dessous de laquelle quatre trous cylindriques ont été percés, dont trois sont bien conservés. Il est entièrement recouvert à l’intérieur et à l’extérieur d’argile jaune et était couvert d’un fragment de poterie fine gris-noirâtre brillante et d’un fragment appartenant à un vase semi-ovoïdal à bord lisse et lèvre amincie, lui aussi recouvert d’argile sur les deux faces. Ce vase contenait les restes d’un enfant de quatre ans.

Vase B (Fig. 1, n° 4)

10Vase à pâte épurée à surface jaunâtre brillante, corps ellipsoïdal écrasé, col court et droit à bord lisse et lèvre plate. Il contenait les restes d’un enfant d’environ huit ans.

Vase C (Fig. 1, n° 6)

11Petit vase « à fiasco » à pâte semi-épurée, à surface jaunâtre brillante très corrodée, fond légèrement aplati, col tronconique fermé à bord lisse et lèvre arrondie ; deux anses à poignée semi-circulaire et section cylindrique sont placées horizontalement à peu de distance l’une de l’autre.

12Il contenait de minuscules fragments de crâne humain d’adulte, deux lamelles et un éclat de silex non retouché.

Vase D (Fig. 1, n° 5)

13Fragment de vase à pâte épurée, à surface noire brillante à l’extérieur et portant des traces d’ocre à l’intérieur.

14Dans l’abri ont été également trouvées deux sépultures d’enfants inhumés sans mobilier, l’une près de la paroi Ouest dans une fosse malheureusement sectionnée récemment, l’autre déposée dans une niche de la paroi centrale, protégée par des blocs de pierres qui se continuent en une sorte de petit mur : ces blocs formaient peut-être une protection devant l’étroit couloir qui donne accès à la grotte interne fermée au cours du néolithique par le détritus du versant montagneux.

15Enfin des fosses ont été trouvées dans tout le dépôt à céramique imprimée : quelques-unes contenaient des fragments de grands vases, dont un portait des traces d’ocre et un autre était recouvert d’argile jaune.

16Outre ces données, l’absence de résidus de repas et de déchets de taille, la rareté des instruments de silex et d’os semblent donc démontrer que l’abri a été le lieu d’usages funéraires et de rites tout à fait particuliers même dans un milieu comme celui des Abruzzes où les cultes en grotte pendant le néolithique sont assez-fréquemment documentés.

17Dans la Grotte Continenza on observe d’une part le rite de la crémation — mais il constitue une exception — d’autre part la répétition de formes de culte répandues dans les gisements néolithiques, telles l’existence de fosses contenant parfois des offrandes votives, et la présence de restes d’enfants. La découverte d’os brûlés d’enfants déposés dans des vases est une donnée tout à fait nouvelle dans le néolithique italien, période pendant laquelle le rite funéraire consiste en inhumations en fosses simples ou en 4 cistes dans les cultures septentrionales. Fait d’autant plus intéressant qu’il s’agit ici d’un moment archaïque du néolithique, qui dans l’Italie centrale adriatique, est daté entre 4500 -4200 av. J.C.

18Ce genre de rite n’est pas non plus répandu dans le reste d’Europe. Nous ne connaissions jusqu’à présent que le vase de Hodmezôvasarhely en Hongrie qui appartient à la culture de Köros : il représente une figure féminine (la Vénus de Gorzsa) ; il avait été déposé dans une fosse et contenait les os brûlés d’un nouveau-né et des restes de céréales (Mûller Karpe, 1968).

19Deux nécropoles à crémation viennent d’être mises au jour en Thessalie, l’une très archaïque, de la phase du Proto Sesklo à Souphli Magoula, datée d’environ 5500 av. J.C, l’autre plus récente, de la phase Tsangli, datée d’environ 4000 av. J.C. à Platià Magoula (Galli, 1982).

20La première a révélé les vestiges suivants : des restes humains déposés dans des fosses de 0,60 mètre de largeur et 0,20 de profondeur, qui contenaient également des charbons et des fragments de vases brisés, semble-t-il, intentionnellement. Une zone probablement utilisée comme aire de crémation a également été repérée.

21A Platià Magoula les restes étaient déposés dans des vases regroupés qui contenaient souvent un fragment de céramique rouge. Il s’agit de vases d’usage courant déposés dans des fosses de 0,60 à 0,80 mètres de diamètre et souvent recouverts d’un autre vase ; ils étaient parfois accompagnés d’un petit vase interprété comme une offrande. Tous les restes appartiennent à des adultes, à part deux enfants d’environ sept ans.

Figure 1 : Grotte Continenza (Abruzzes).

N° 1 : Une des fosses enduites d’argile lacustre.

N° 2 : L’ensemble des vases avec les restes brûlés d’enfants.

N° 3-6 : Les vases du complexe à crémation (1/3 grandeur nature).

N° 7-9 : Les vases trouvés à proximité du complexe à crémation (1/3 grandeur nature).

22Bien plus loin dans le temps se situe la confrontation avec les crémations d’adolescents (12-15 ans) dont les os brûlés étaient disposés dans un vase peint placé dans une fosse avec des vases brisés intentionnellement, dans le niveau VII de Yarim Tepe II en Mésopotamie, daté du VII millénaire (Oates, 1978). Dans le reste d’Europe les témoignages de crémation ne sont pas aussi rares qu’on le croyait, surtout dans les phases finales du Rubané et dans les cultures parvenues au seuil du chalcolithique, mais il s’agit toujours de trouvailles sporadiques dans des contextes à inhumation. Les données les plus nombreuses viennent de l’Allemagne mais des faits similaires sont attestés dans tous les pays.

23C’est justement le caractère exceptionnel du phénomène qui, chaque fois qu’il est noté, permet de penser à un aspect rituel plutôt qu’à une variante dans le type de sépulture. L’unique témoignage de crémation systématique serait, jusqu’à présent, attesté dans les deux groupes thessaliens.

24Dans le cas particulier de la Grotte Continenza il est nécessaire de prendre également en considération la disposition des vases regroupés dans la niche de la paroi et le fait qu’ils soient recouverts par les os brûlés d’un adulte. En outre, l’un des vases, recouvert de deux tessons, était enduit d’argile jaune et les autres contenaient de l’ocre. La signification de l’ocre dans les rituels funéraires a donné lieu à de nombreuses études ; le rôle de l’argile liée dans de nombreux cas à des pratiques cultuelles est en revanche moins connu.

25D’autres éléments méritent d’être notés : la présence de restes d’enfants, attestée dans plusieurs autres grottes comme, pour n’en citer que deux, les Arene Candide et la Grotte S. Angelo, où ils sont disposés dans le dépôt et portent des traces de combustion.

26Même si, faute d’éléments précis, nous écartons l’hypothèse de crémations intentionnelles, pour ne retenir que celle de feux allumés dans les grottes, il n’est pas moins remarquable qu’il s’agit exclusivement d’individus jeunes. Enfin, troisième élément digne d’intérêt, la présence de fosses de dimensions variées (de 0,30 à 1 mètre de large et de profondeur) qui semblent être le phénomène le plus courant dans le contexte des manifestations cultuelles du néolithique européen. Chez nous, cependant, ce caractère rituel n’est pas toujours bien défini et nous ne possédons pas les ensembles vastes et variés de l’Europe orientale et méridionale, où sont attestées des dépositions intentionnelles d’objets et d’offrandes à l’intérieur des fosses, souvent dans plusieurs niveaux successifs (Makkay, 1975).

27Je rappelle brièvement les exemples les plus connus : Elateia (néolithique moyen) avec des coupes dont n’a été conservé qu’un tiers ou la moitié, donc brisées intentionnellement (Weinberg, 1965) ; Tartaria (culture Turdas) avec vingt-six idoles d’argile, des ornements, trois tablettes d’argile présentant des signes que l’on a interprété comme les éléments d’une écriture rudimentaire, et des ossements humains brûlés (Vlassa, 1963) ; Poiana in Pise (néolithique tardif) avec des restes de feu, des os d’animaux, des vases brisés intentionnellement, un vase intact rempli de blé et la copie en argile d’une hachette (Makkay, 1975). Les fosses trouvées en Italie étaient en revanche remplies presque immédiatement après leur ouverture avec la terre qui venait d’en être retirée ; on y trouve donc en général des dépositions chaotiques de matériel appartenant à différents niveaux culturels : leur remplissage était complété par de grosses pierres. Ce processus a été constaté dans plusieurs grottes et je rappelle ici seulement la Grotte des Prazziche et la Grotte des Mura, dont les dépôts du paléolithique supérieur ont été entamés par des fosses profondes. Il existe cependant des cas, comme celui de la Grotte S. Angelo où une des fosses larges et peu profondes creusées dans le dépôt à céramique « impressa », contenait un dépôt de poires brûlées (détermination L. Castelletti), deux os humains, des charbons et de la poterie (Grifoni Cremonesi et al., en cours de publication). Dans les Pouilles, la Grotte des Veneri de Parabita présente une fosse qui avait entamé les niveaux épigravettiens et qui contenait dans le fond une patte de bœuf en connexion anatomique. Plus singulier, sans que l’on sache s’il convient de l’attribuer aux populations à céramique « impressa » ou à celles de la culture type Sasso, est le trou creusé dans le pavement des Pozzi delle Piane en Ombrie, comblé de fragments d’ocre rouge, dans un milieu lié manifestement à un culte des eaux (Passeri, 1970).

28Outre les fosses décrites plus haut, on note également dans la Grotta Continenza la présence de fosses creusées dans la pierraille sous le pavement d’argile et enduites de limon lacustre (Fig. 1, n° 1), dont je ne connais aucun équivalent exact (on peut toutefois penser aux couvertures d’argiles existant dans les sépultures de Cala Colombo, mais appartenant à la culture de Diana et strictement liées au rite funéraire (A. Geniola, 1977). Cette « doublure » avait probablement un caractère fonctionnel : elle servait à cimenter la pierraille dans laquelle avaient été creusées des cavités larges d’un mètre et très peu profondes. Quoi qu’il en soit, l’organisation intentionnelle d’une vaste aire de l’abri avait certainement un caractère spécifique car les fosses qui y avaient été creusées étaient identiques et rapprochées les unes des autres.

29A peu de distance de la Grotta Continenza, sur la rive sud du lac qui occupait autrefois le Fucino, la Grotta Maritza présente une situation particulière : c’est une petite cavité, située comme les autres à 30 mètres au-dessus de la plaine actuelle. La cavité et l’aire située en avant contiennent une série de niveaux du paléolithique supérieur qui permettent de saisir les variations survenues dans l’économie vers 12 000 ans (restes de macrofaune et, ensuite, restes d’oiseaux, de poissons, de rats) sans modifications dans l’outillage lithique de type épigravettien. Avec les niveaux épigra-vettiens finaux la grotte (dans laquelle furent également trouvés des restes humains) fut complètement fermée par le détritus du versant montagneux, mais le lieu continua à être fréquenté, alors qu’il n’offrait plus aucun abri permettant d’y habiter, tout au long du néolithique, du chalcolithique et de l’âge du bronze, pour des dépôts funéraires ; enfin à l’époque romaine une stipe votive y fut déposée avec statuettes (Grifoni et al., 1964).

30Un phénomène semblable est attesté dans une autre localité des Abruzzes, la Grotta delle Marmitte près de Capestrano : de nombreuses petites cavités naturelles sont creusées dans la roche de base d’une grotte éboulée située sur le flanc d’une montagne. Or, bien que le lieu n’offrît aucune possibilité d’abri, des poteries du néolithique à céramique « impressa », final, du chalcolithique et du bronze avaient été déposées dans ces cavités, ainsi qu’une stipe votive romaine (Grifoni Cremonesi, 1969), dans une des cavités, protégée par une grosse tuile.

31La fréquentation ininterrompue de ces sites a été expliquée comme la perpétuation au cours des millénaires d’une tradition orale qui conservait à ces lieux leur caractère sacré à travers la succession des générations et des transformations culturelles (Radmilli, 1974).

32De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer la signification des fosses : si l’on exclut, au moins dans les grottes italiennes, qu’elles aient eu une fonction pratique (fours, fosses de cuisson, silos, etc..) nous devons envisager l’existence de rites liés à la fertilité de la terre (Radmilli, 1975). Ce phénomène est généralement mis en relation avec une religion chto-nienne et le caractère symbolique évident des fosses — la pénétration dans la terre — s’ajoute à la valeur chtonienne que revêt la grotte en soi, valeur qui s’est transmise jusqu’à nous dans les cultes rendus aux saints, liés généralement au monde des enfers (par exemple l’archange Michel, auquel sont dédiées de nombreuses grottes) ou dans les cultes des eaux.

33La Grotte des Cerfs de Porto Badisco me semble être en Italie un exemple manifeste de fosses cultuelles : des fosses remplies de poteries (de la céramique « impressa » à la culture de Piano Conte) ont été creusées au pied des parois peintes (Graziosi, 1981). On peut rappeler à ce propos les fosses à offrandes de la Grotte de l’Église (Courtin, 1959).

34Diverses autres manifestations peuvent être rattachées à la même sphère symbolique ; les cercles de pierres — expression évidente de la volonté de ceindre un espace sacré — dont le niveau de la culture de Ripoli, dans la Grotta del Piccioni, toujours dans les Abruzzes, nous offre un témoignage éclatant, avec les onze cercles de pierre contenant des offrandes, des vases renversés, des objets particuliers et les restes de deux enfants (Cremonesi, 1976).

35Nous retrouvons également dans un milieu de type Lagozza, à la Grotta del Leone di Asciano près de Pise, des cercles contenant des os humains à proximité de fosses (Radi, 1974), et dans un milieu à céramique peinte, à la Grotta Cosma près de Porto Badisco où il y a également des peintures. Dans la culture de Diana on trouve des restes humains parmi des fosses délimitées par des cercles de pierres à la Grotte S. Angelo de Statte près de Taranto (D’Angela et al., 1979). Parfois les cercles entourent le bord des fosses et semblent ainsi témoigner de l’existence d’un rituel homogène qui commence avec les cultures à céramique « impressa », voit son plus ample développement avec les cultures à céramique peinte et se poursuit à l’âge des métaux (toujours avec des dépôts de vases et des offrandes de céréales), prouvant non seulement le caractère unitaire du monde spirituel néolithique, mais également l’influence qu’il exerça sur les époques successives.

  • 1 Je rappelle ici l’imitation en argile d’un galet dans un des cercles de pierres de la Grotta del Pi (...)

36Malheureusement, bien que nous reconnaissions quelques-uns des symboles par lesquels s’exprime ce qu’il est sans doute permis d’appeler une religion agraire, nous ne pouvons pas déterminer dans quelle mesure les éléments que nous entrevoyons sont liés à des rites pour la fertilité de la terre ou font partie d’un rituel funéraire : ces deux rôles sont toujours strictement entremêlés et les restes humains sont souvent associés à des restes végétaux, à des imitations en argile d’objets divers1, à l’imitation de la canine du Cerf elaphus, en os dans les niveaux à céramique « impressa » de la Grotta S. Angelo et dans les niveaux de la culture de Ripoli à la Grotta del Piccioni (Cremonesi, 1976), et que l’on retrouve imitée en pierre dans la sépulture du Sasso de Furbara (Patrizi et al., 1954), où apparaissent également les cercles de pierres appartenant à la culture de la céramique linéaire.

37On connaît aussi des poteries et d’autres objets (meules, outils) brisés intentionnellement, mais, malgré tous ces éléments, nous devons reconnaître que, dans leur expression concrète, ces rites nous restent inconnus et qu’il nous est très difficile de formuler une interprétation qui cherche à aller au-delà d’une simple observation des témoignages matériels d’un rituel extrêmement complexe.

Bibliographie

Bibliographie

Courtin (J.). 1959. Les peintures schématiques de la Grotte de l’Eglise (Var), Revue Et. Ligures, XXV, 186-195.

Cremonesi (G.). 1976. La Grotta del Piccioni di Bolognano nel quadro dei culture dal neolitico all’età del bronzo in Abruzzo, Pisa, p. 333.

D’Angela (C), Gorgoglione (M.A.). 1979. La Grotta di S. Angelo di Statte (Taranto), Sondaggio stratigrafico 1977, Atti IV Conv. Intern. Studi sulla civiltà rupestre medievale nel mezzogiorno d’Italia, Galatina, 203-221.

Galli (K.I.). 1982. Kauseis necràn apò ti neolithiki epochi sti Thessalia, Athinai, p. 244.

Geniola (A.). 1977. La comunità neolitica di Cala Colombo presso Torre a Mare (Bari), Soc. St. Patria per la Puglia, Doc. e Mon., XLII, 27-93.

Graziosi (P.). 1980. Le pitture preistoriche della Grotta di Porto Badisco, Firenze, p. 128.

Grifoni (R.), Radmilli (A.M.). 1964. La Grotta Maritza e il Fucino prima dell’età romana, Riv. Sc. Preist., 19, 53-127.

Grifoni Cremonesi (R.). 1969. La Grotta cultuale delle Marmitte presso Ofena (L’Aquila), Atti Soc. Tosc. Sc. Nat. Mem. ser. A, 76, 131-150.

Grifoni Cremonesi (R.), Mallegni (F.). 1978. Testimonianze di un culto ad incinerazione nel livello a ceramica impressa délia Grotta Riparo Continenza di Trasacco (L’Aquila) e studio del resti umani cremati, Atti Soc. Tosc. Sr. Nat. Mem. ser. A, 85, 253-279.

Makkay (J.). 1975. Uber neolithische Opferformen, Valcamonica Symposium. Actes du Symp. Intem. sur les religions de la préhistoire, Capodiponte, 161-173.

Muller Karpe (H.). 1968. Handbuch der Vorgeschichte. B. 2, Jungsteinzeit, Mûnchen, p. 550.

Oates (J.). 1978. Religion and ritual in sixth millennium B.C. in Meso-potamia, World Archaelogy, 10/2, 117-123.

Passeri (L.). 1970. Ritrovamenti preistorici nei Pozzi della Piana (Umbria), Riv. Sc. Preist., 25, 225-251.

Patrizi (S.), Radmilli (A.M.), Mangili (G.). 1954. Sepoltura ad inumazione con cranio trapanato nella Grotta Patrizi, Sasso di, Furbara, Riv. Antrop., 41, 33-67.

Radmilli (A.M.). 1974. Popoli e civiltà dell’llalia antica, vol. I, Roma, p. 514.

Radmilli (A.M.). 1975. Culti di fertilitá della terra testimoniati in alcunigiacimenti neolitici, Valcamonica Symposium. Actes du Symp. Intern. sur les religions de la Préhistoire. Capodiponte, 175-184.

Vlassa (N.). 1963. Chrnology of the Neolithic in Transilvania in the light of the Tartaria settlement stratigraphy, Dacia, 7, 490-492.

Weinberg (S.S.). 1965. Ceramics and the supernatural. Cuit and Burial evidence inthe Aegean world ; Ceramics and Man. VikingFund Publications in Anthropology, 41, 195-200.

Notes

1 Je rappelle ici l’imitation en argile d’un galet dans un des cercles de pierres de la Grotta del Piccioni (Cremonesi, 1976).

Notes de fin

2 Fouilles conduites par l’Istituto di Antropologiae Paleontologia Umana de l’Université de Pise, avec le con cours de la Soprintendenza Archeologica des Abruzzes, de la Comunità Montana Marsica 1 et de la Mairi e de Trasacco.

1 La traduction de l’italien a été effectuée par A. Quintart que je remercie amicalement.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Grotte Continenza (Abruzzes).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search