Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

27. La recherche sur le développement durable et les politiques publiques

Éric Vindimian

Texte intégral

1Aujourd’hui, le développement durable est une nécessité difficilement contestable. Les ressources de la planète ne sont pas infinies et les activités humaines détruisent la biodiversité, modifient le cycle de l’azote et provoquent des modifications du climat, qui conduisent la biosphère vers un point de rupture. Le seul jeu des marchés n’a pas de caractère vertueux à l’aune du développement durable. La prise en compte du bien commun est nécessaire pour que les activités économiques s’inscrivent dans un cadre qui respecte la planète. Robert Ayres (physicien et économiste américain) propose, par exemple, un nouveau modèle de croissance, qui se substituerait à celui que nous connaissons depuis la révolution industrielle et qui était basé sur l’efficacité du prélèvement des ressources énergétiques. Ce modèle dit « dématérialisé » s’appuie sur un progrès continu dans l’économie des ressources et le recyclage. Cette vision prospective suppose que les politiques publiques de l’environnement ont un rôle irremplaçable, car elles seules garantissent la juste prise en compte de l’intérêt collectif et de la protection de l’environnement. Encore faut-il que les connaissances disponibles permettent une juste évaluation des impacts des activités économiques sur les ressources et l’environnement (cf. VI.2).

Se méfier du progrès technologique

2Conduire des politiques de développement durable, à chacune des échelles pertinentes, du local au planétaire, implique de bien comprendre les enjeux, les risques, les bénéfices et les conditions dans lesquelles s’exercent les activités anthropiques. C’est le cas notamment quand les pressions sur la biosphère ou le climat sont observées et mesurées (cf. II.5), et quand sont évalués les risques, accidentels ou chroniques, associés à une nouvelle technologie ou un nouveau produit. C’est indispensable pour éprouver des solutions alternatives, car la complexité des phénomènes biogéophysiques et celle du cycle de vie des produits et services réservent bien des surprises.

3Le progrès scientifique et technologique propose des solutions, souvent très efficaces, aux problèmes environnementaux et sociaux. Mais il faut se méfier du credo technologique qui voudrait que cela soit « La solution », idée pourtant très présente dans le monde de la recherche, y compris environnementale.

4La liberté des acteurs économiques sur les marchés est source d’innovation. Le progrès technologique ne suffit pas si les responsables des politiques publiques ne régulent pas la pression sur l’environnement. Ils doivent innover eux-mêmes en créant des mécanismes de marchés pour renchérir les pressions délétères sur l’environnement via des taxes ou des droits échangeables. À cet égard, la faiblesse comparée des écotaxes en France par rapport à celles pratiquées dans les pays de l’Union européenne nous montre les marges de progrès (figure). La recherche sur le développement durable est donc une nécessité pour pouvoir construire les instruments politiques et économiques du développement durable.

Prioriser les budgets pour la recherche

5Cette recherche, à l’instar de la recherche industrielle des entreprises, devrait naturellement être pilotée par les responsables des politiques publiques concernées. Or, ce point de vue n’est pas toujours partagé dans le monde de la recherche. Un exemple est fourni par le volet Recherche du Grenelle de l’environnement. La concertation en amont des décisions politiques avait clairement mis en évidence des besoins de recherche sur des sujets comme la biodiversité, la santé environnementale, l’écotoxicologie et l’économie de l’environnement. Le Comité opérationnel Recherche a cependant concentré l’essentiel des efforts (80 % du milliard envisagé) sur des réponses technologiques à la question environnementale. Sous la forte pression du ministère chargé de la recherche, la quasi-totalité des crédits affectés à des recherches sur les thèmes intéressant les politiques publiques, soit 200 millions d’euros sur quatre ans, a été fléchée sur l’Agence nationale de la Recherche. Au bilan, d’autres contraintes étant venues s’ajouter in fine à cette agence, dont l’objectif principal n’est pas l’appui aux politiques publiques du développement durable, le budget affecté à ces sujets aura perdu 74 millions d’euros en quatre ans.

6L’absence de mise en priorité des budgets n’est pas le seul obstacle à une véritable politique de recherche pour le développement durable. La culture de la recherche est faible chez les décideurs publics, qu’il s’agisse des ministères ou des collectivités territoriales. La formation des élites à la française, si particulière, exclut la pratique de la recherche. Le réflexe d’un recours à la recherche n’est donc pas une pratique courante de notre administration. Ce problème n’est d’ailleurs pas spécifique de la recherche en appui aux politiques publiques puisque la recherche industrielle en France est également peu développée.

Cartographie des écotaxes en Europe (UE 27 + Islande et Norvège). En 2010, les écotaxes représentent 2,37 % du PIB européen mais sont très hétérogènes entre le Danemark (4,01 %) ou les Pays-Bas (4 %) et l’Espagne (1,65 %). La France se caractérise par le taux très bas de 1,86 % qui la place au 26e rang. © Eurostat

7Aujourd’hui, face à la crise environnementale et économique et à son urgence, nous devons inventer un nouveau progrès, concevoir une humanité furtive, dont l’empreinte écologique diminue considérablement. Cet avènement ne sera pas possible sans la mise en place de systèmes de régulation à l’échelle de chacun des territoires. La recherche en appui aux politiques publiques constitue le seul moyen de s’y préparer intelligemment.

Bibliographie

Références bibliographiques

• É. VINDIMIAN – Les politiques publiques des sciences de l'environnement et des technologies à l'épreuve du développement durable, Dossiers de l'environnement de l'Inra. 2012.

• http://epp.eurostat.ec.europa.eu/statistics_explained/index.php/Environmental_taxes/fr.

Table des illustrations

Légende Cartographie des écotaxes en Europe (UE 27 + Islande et Norvège). En 2010, les écotaxes représentent 2,37 % du PIB européen mais sont très hétérogènes entre le Danemark (4,01 %) ou les Pays-Bas (4 %) et l’Espagne (1,65 %). La France se caractérise par le taux très bas de 1,86 % qui la place au 26e rang. © Eurostat
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10884/img-1.jpg
Fichier image/, 238k

Auteur

Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, Directeur régional, IRSTEA, Montpellier.
eric.vindimian@irstea.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540