Version classiqueVersion mobile

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

26. Société civile mondiale et gouvernance internationale du développement durable

Jean Foyer

Texte intégral

1Avant même le rapport Brundtland, les grandes ONG internationales du domaine de la conservation de la nature, comme le WWF et l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature), ont fortement contribué à forger la notion de « développement durable ». Elles ont ainsi joué un rôle essentiel dans le lancement, puis dans la diffusion du concept jusqu’au sommet de la Terre de Rio en 1992 qui marque non seulement la mise en orbite internationale de la notion de développement durable, mais également l’émergence d’une société civile mondialisée, qui s’est largement affirmée depuis. Entre la Conférence des Nations unies pour le développement durable de 1992 et celle de 2012, cette société civile a coévolué avec l’idée de développement durable. C’est cette coévolution qui nous intéresse ici (cf. IV.25).

Protestation d’ONG dans le hall central du centre de négociation à Rio + 20. Source :www.umcsd2012.org

De l’enthousiasme de la société civile…

2Comme tout « mot-valise » qui vise à faire consensus, le développement durable est une idée à géométrie variable qui, depuis la fin des années 1980, a fait l’objet de processus d’appropriation très divers, en fonction notamment des modalités d’articulation de ses trois piliers : le social, l’économique et l’environnemental. L’idée est ainsi extensible entre d’une part, des visions « minimalistes », purement discursives et fortement sectorialisées, et, d’autre part, des visions plus intégrées qui visent à repenser en profondeur un modèle de développement se réduisant trop à la question de la croissance économique. Quand le concept est mis à l’agenda médiatique et international du Sommet de Rio en 1992, il fait alors écho aux aspirations des acteurs de la société civile de réviser radicalement les modèles de développement en insistant sur leurs dimensions sociales et environnementales, mais aussi sur la nécessité de s’appuyer sur des dynamiques de développement endogènes. L’idée de développement durable fait donc l’objet d’un certain consensus et s’impose comme une notion cardinale et un référentiel d’action central pour les acteurs d’une société civile, qui entre alors de plain-pied dans un processus de mondialisation (cf. I. 2-IV.30).

3L’identification toujours plus claire d’une crise environnementale globale et l’importance croissante des questions de solidarité internationale entraînent la multiplication des ONG au Nord comme au Sud dans les années 1990, multiplication favorisée par l’allocation de ressources toujours plus importantes en provenance des institutions nationales ou internationales. De plus, la fin de la guerre froide ouvre des fenêtres d’opportunités pour la remise en marche d’un multilatéralisme international bloqué. Dans ce contexte, le système international s’ouvre aux acteurs non étatiques reconnus comme légitimes, en leur laissant une voix et en leur accordant une place toujours plus importante dans le système onusien ou dans des négociations internationales, comme celles sur la diversité biologique ou le climat. Cet enrôlement de la société civile dans les institutions internationales est un facteur important de sa mondialisation.

… à son essoufflement

4Cependant, à partir de la fin des années 1990 et du contre-sommet de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) à Seattle, d’autres « courants » dans le processus de la mondialisation de la société civile apparaissent à travers le mouvement altermondialiste. Dans le cadre des différents Forums sociaux mondiaux (FSM) et régionaux, mais aussi en marge des différents cycles de négociations internationales des conventions sur la biodiversité ou le climat, une stratégie plus frontale vise à dénoncer la faiblesse des engagements autour du développement durable, à maintenir une pression constante dans l’espoir d’obtenir des résultats plus ambitieux ou encore à proposer des alternatives radicales au modèle de développement dominant.

5Ces deux approches institutionnelles ou alternatives sont à la fois divergentes et complémentaires, puisque de nombreuses organisations jouent sur les deux tableaux. Elles renvoient néanmoins à un dilemme irrésolu pour cette société civile mondiale quant à la stratégie à adopter vis-à-vis des institutions nationales et internationales. Si l’institutionnalisation présente l’avantage d’un accès privilégié aux ressources financières et politiques ainsi qu’une chance de peser à un niveau structurel, elle présente le risque considérable d’instrumentalisation ou de cooptation. En ce qui concerne les grandes ONG environnementales par exemple, si le WWF a fait le choix de l’institutionnalisation, le réseau international des Amis de la Terre s’affirme plus clairement du côté de la critique radicale, quand Greenpeace tend à jouer sur les deux tableaux.

6La conférence de Rio + 20 en 2012 a été l’occasion d’illustrer une nouvelle fois ce dilemme, notamment dans la distance physique, mais surtout politique, entre le Sommet des peuples et la Conférence officielle. Ce Sommet de la Terre a également révélé les limites politiques de la notion de développement durable pour la société civile. Devant la faiblesse des ambitions du texte négocié et le retour à un « développementalisme » dur, la stratégie des organisations engagées dans le processus de négociation semblait plus être de préserver ce qui pouvait l’être encore des précédentes négociations que de pousser à un agenda audacieux du développement durable (cf. I.15). En raison de ce manque de perspective, la société civile altermondialiste s’est réfugiée au Sommet des Peuples pour formuler des critiques générales, desquelles il est difficile de voir émerger une alternative crédible au développement durable. Que ce soit par réalisme ou par désillusion, l’enthousiasme autour du développement durable comme instrument de changement structurel du modèle de développement semble être donc largement entamé. Cela est d’ailleurs d’autant plus préoccupant que la construction collective d’un développement durable solide ne se fera pas sans l’énergie d’une société civile mondiale dynamique et structurée.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. AUBERTIN et F.-D. VIVIEN (dir.) – Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Études de la documentation française, IRD Éditions, 2006.

• D. CHARTIER et J. FOYER – Rio + 20 : la victoire du scénario de l’effondrement ? Écologie et politique, n° 45, 2012.

• S. OLLITRAULT – De la sauvegarde de la planète à celle des réfugiés climatiques : l’activisme des ONG, Revue Tiers-Monde, n° 204, 2010.

Table des illustrations

Légende Protestation d’ONG dans le hall central du centre de négociation à Rio + 20. Source :www.umcsd2012.org
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search