Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

22. Analyse du cycle de vie et écoconception

Guido Sonnemann et Philippe Garrigues

Texte intégral

1Depuis quelques années, de nouvelles approches scientifiques ont vu le jour pour permettre la transition vers des modes de consommation et de production durables. Parmi les méthodes proposées, se trouvent des approches basées sur un nouveau paradigme* : la « pensée cycle de vie ». Elle se définit comme une pratique de l’utilisation efficace des ressources, qui intègre la prise en compte de toutes les conséquences (environnementales, économiques, sociales…), propres à un produit ou à un service, depuis l’extraction de matières premières, jusqu’à l’élimination finale, afin d’en réduire les impacts néfastes. La pensée cycle de vie s’appuie sur une « boîte à outils » appelée « gestion du cycle de vie », laquelle contient des approches complémentaires dont, entre autres, « l’analyse du cycle de vie » (ACV*) et « l’écoconception* ». Leur application permettra d’éviter que l’impact environnemental soit déplacé d’une étape du cycle de vie à une autre, d’une région du monde à une autre et d’un type d’impact environnemental, comme le changement climatique, à un autre, comme la pollution des eaux.

Fig. 1 – Schéma conceptuel du cycle de vie d’un produit. À chaque étape, il y a consommation des ressources et génération des émissions. Adapté de UNEP/SETAC, 2002

Analyse du cycle de vie

2L’analyse du cycle de vie, ou « bilan de l’empreinte environnementale », est un bilan détaillé et quantitatif des entrées et des sorties mesurées aux frontières d’un système préalablement défini. Il s’agit de dresser un bilan des matières et des énergies utilisées durant tout le cycle de vie d’un produit ou d’un service et de faire de même en ce qui concerne les impacts. L’ACV est avant tout un outil d’aide à la décision (figure 1). Régie par les normes de la série ISO 14040 et 14044, l’ACV est une approche rigoureuse, qui comporte quatre phases distinctes (cf. IV.17).

3La première phase a pour but de déterminer les objectifs de l’étude et de circonscrire les limites du champ d’étude. Un point important de cette phase consiste à définir « l’unité fonctionnelle » à la base de l’étude. Cette unité permet de comparer différents produits rendant un service similaire. Elle est définie avec précision à partir de l’objectif de l’étude et prend en compte à la fois une unité de produit et une unité de fonction. Un exemple d’unité fonctionnelle pourrait être « la consommation de couches pour bébé de 1 000 personnes durant un mois ».

4La seconde étape, l’inventaire, consiste, à l’aide de bases de données très détaillées, à quantifier tous les flux entrants et sortants du système à étudier. Ces bases de données sont issues de sources publiques ou industrielles privées, gouvernementales et universitaires. Certaines de ces bases sont disponibles dans les logiciels commerciaux d’analyse du cycle de vie.

5La troisième étape concerne l’évaluation des impacts sur l’environnement et la société des différents flux de matières et d’énergie estimés à la phase précédente. Cette analyse permet de déterminer quelles sont les étapes et les composantes du cycle de vie d’un produit qui génèrent le plus d’impacts. Selon la version actuelle du guide de la Commission européenne pour l’empreinte environnementale, quatorze catégories d’impacts sont généralement considérées : changement climatique, destruction de l’ozone stratosphérique, écotoxicité pour l’eau douce, toxicité humaine cancérogène, toxicité humaine non cancérogène, effets respiratoires des composés inorganiques gazeux et particulaires, radiations ionisantes, formation d’agents photo-oxydants, acidification, eutrophisation* terrestre, eutrophisation aquatique, utilisation des eaux, utilisation de ressources minérales et fossiles, et utilisation des terres.

6La quatrième et dernière étape de l’ACV est celle de l’interprétation des données recueillies lors des trois étapes précédentes. En plus d’évaluer la qualité des résultats, elle permet l’analyse des possibilités en termes de réduction des impacts environnementaux et d’accroissement du rendement économique d’un produit.

7En complément de l’ACV, qui considère les impacts environnementaux comme conséquences de l’extraction des ressources, du transport, de la production, du recyclage, de l’usage et de l’élimination des déchets, deux autres analyses sont mises en place : l’analyse des coûts du cycle de vie (ACCV) est utilisée pour évaluer les implications des coûts au long de ce cycle de vie ; et l’analyse sociale du cycle de vie (ASCV) étudie les conséquences sociales. Cependant, dans le but d’obtenir un tableau plus complet, il est important d’étendre la pensée « cycle de vie », afin qu’elle englobe les trois piliers de la durabilité. Ce qui revient à établir un bilan fondé sur les facteurs économiques et sociaux ainsi qu’environnementaux, en mettant sur pied l’analyse de la durabilité dans le cycle de vie (ADCV).

Fig. 2 – Démarche de l’application des résultats d’ACV pour identifier des stratégies d’écoconception. Exemples des télévisions et des couches pour bébé. Adapté de UNEP/SETAC, 2007

Écoconception

8L’écoconception consiste à intégrer l’environnement dès la phase de conception des produits, qu’il s’agisse de matériaux, de biens, ou de services. Cette intégration repose sur une approche globale et multicritère de l’environnement et est fondée sur la prise en compte de toutes les étapes du cycle de vie des produits. Intégrée dans les pratiques et les outils des chercheurs et des concepteurs, l’écoconception laisse toute leur place à la recherche, l’innovation et à la créativité des scientifiques et des industriels. Elle constitue une opportunité nouvelle de différenciation et de développement de nouvelles pistes de recherche et de compétitivité.

9Ainsi, l’écoconception est l’approche qui permet de mettre en œuvre les pistes d’amélioration identifiées (figure 2). L’ACV identifie les étapes du cycle de vie qui posent problème afin de concentrer les efforts d’amélioration sur ces étapes. Les incidences de l’ACV sont donc très importantes pour l’écoconception et il est indispensable que les institutions gouvernementales investissent les efforts nécessaires à la collecte et à la diffusion des données sur l’ACV.

Bibliographie

Références bibliographiques

• O. JOLLIET, M. SAADE, P. CRETTAZ et S. SHAKED – Analyse du cycle de vie : comprendre et réaliser un écobilan, PUR Science et ingénierie de l’environnement, 2010.

• P. OSSET et L. GRISSEL – L'analyse du cycle de vie d'un produit ou d'un service : applications et mise en pratique, Afnor, 2004.

• G. SONNEMANN, F. CASTELLS et M. SCHUMACHER – Integrated Life-Cycle and Risk Assessment of Industrial Processes, Lewis Publishers, 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Schéma conceptuel du cycle de vie d’un produit. À chaque étape, il y a consommation des ressources et génération des émissions. Adapté de UNEP/SETAC, 2002
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 2 – Démarche de l’application des résultats d’ACV pour identifier des stratégies d’écoconception. Exemples des télévisions et des couches pour bébé. Adapté de UNEP/SETAC, 2007
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteurs

Chimie durable, Professeur des Universités, Responsable du Groupe de Recherche CyVi (Analyse du Cycle de Vie des Produits), ISM, Université de Bordeaux.
g.sonnemann@ism.u-bordeaux1.fr

Chimie et Toxicologie de l’Environnement, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur de l’ISM, Bordeaux.
p.garrigues@ism.u-bordeaux1.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540