Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

19. L'eau du futur : quels usages pour un partage équitable ?

Ghislain de Marsily

Texte intégral

1En 2050, la population mondiale atteindra probablement les 9 milliards ; parallèlement, le changement climatique réduira les ressources en eau, aux latitudes méditerranéennes tout au moins (cf. VI.19). Aurons-nous assez d’eau ? Et comment partagerons-nous cette ressource ?

2Trois types d’eau douce sont à distinguer : l’eau bleue, qui coule dans les rivières et dans les nappes souterraines, et qui est prélevable par pompage ; l’eau verte, qui tombe du ciel, est stockée dans le sol et ensuite évaporée ou transpirée par la végétation, y compris par l’agriculture non irriguée ; et enfin l’eau grise*, qui est une mesure de la dégradation de la qualité de l’eau bleue produite par nos rejets polluants. Aujourd’hui, les Français « consomment* » 106 km3 d’eau par an, soit 1 750 m3 par habitant : 75 % d’eau verte, 8 % d’eau bleue et 17 % d’eau « grise* ». L’eau domestique représente 3 % de cette consommation, l’eau industrielle 10 %, et la production de la nourriture 87 %. Par ailleurs, 47 % de l’eau que nous consommons est importée, présente dans les produits agricoles ou industriels achetés à l’étranger, contenant l’eau dite « virtuelle » utilisée pour les fabriquer.

L’eau potable demain

3La moyenne mondiale de l’eau potable distribuée par jour est de 170 L par habitant, mais la qualité et le mode de distribution varient d’une région à une autre. Environ 2 milliards d’habitants sont raccordés à un réseau d’eau traitée, généralement potable, distribuant de 150 à 600 L/j par habitant selon les pays. En revanche, 4 milliards de personnes ont accès à un réseau qui parfois ne fonctionne que quelques heures par jour, et le plus souvent fournit de l’eau non réellement potable, pour environ 100 L/j. Avant de boire cette eau, certains préfèrent la faire bouillir, à moins qu’ils aient développé des résistances aux bactéries pathogènes*, ou acheter de l’eau conditionnée en bonbonne, comme au Mexique ou en Indonésie. Le dernier milliard n’a pas d’accès facile à l’eau potable, et s’approvisionne en eau souvent de piètre qualité, après avoir parcouru parfois plusieurs kilomètres, pour moins de 50 L/j (cf. IV.2). Cette mauvaise qualité de l’eau est responsable d’une mortalité de 1,8 million d’habitants par an, surtout des enfants de moins de 7 ans, et est à l’origine de gastroentérites hydriques touchant en permanence 400 millions de personnes (cf. IV.9).

L’ONG française 1 001 Fontaines réalise des installations simples de filtration et de traitement de l’eau par irradiation UV, le tout alimenté par panneaux solaires. © M. Yen

4Le « partage » de l’eau devrait permettre à chaque être humain d’avoir accès non seulement à l’eau potable, mais aussi à l’assainissement, car la non-élimination des eaux usées détériore l’état sanitaire des populations. En 2000, les Nations unies ont estimé qu’un accès à l’eau et à l’assainissement pour tous nécessitait un financement des Pays en Développement à 160 milliards de dollars, dont 120 en subventions, les pays concernés n’ayant pas la solvabilité requise. L’aide publique n’est que de 4,5 milliards de dollars par an, et se ralentit avec la crise. L’augmentation de l’aide aux pays pauvres dans le domaine de l’eau devrait donc être la priorité absolue, ainsi que la formation à une bonne gestion des services de l’eau. Cependant, redoutant que cet objectif ne soit pas atteint, certains préconisent d’adopter le modèle mexicain d’un réseau d’eau traitée, mais non parfaitement potable, et d’une distribution parallèle en bonbonne d’eau potable (figure).

Quelles solutions ?

5En 2050, du fait de la démographie et de l’urbanisation croissante, près de 150 millions d’urbains des pays du Sud pourraient connaître des déficits en eau permanents et plus de 1,3 milliard des déficits saisonniers. L’eau pourrait aussi manquer localement dans les pays développés, là où le climat devient plus aride. La solution la plus évidente est d’abord les économies d’eau, notamment par la traque aux fuites des réseaux (entre 10 et 50 % de l’eau distribuée), et l’emploi d’appareils plus économes, comme des douches mêlant un flux d’air à l’eau… Il est également possible d’aller chercher de l’eau à très grande distance dans les régions bien arrosées. Les « châteaux d’eau » de la planète sont les hautes montagnes (Alpes, Hauts Plateaux éthiopiens, Himalaya, Cordillère des Andes…), car les précipitations y doublent tous les 2 000 mètres. Ainsi la Chine va-t-elle transférer les eaux du fleuve Yang Tsé vers le nord et vers Beijing par des canaux de plus de 1 000 km. La France et l’Espagne avaient également étudié, il y a dix ans, un transfert de l’eau du Rhône jusqu’à Barcelone par un canal de 310 km, mais le projet a été jugé trop onéreux. Une autre solution est de recycler les eaux usées après traitement et de les dédier à des usages spécifiques (irrigation, alimentation des chasses d’eau…), comme cela se développe dans différentes villes en Espagne, aux États-Unis… et de façon encore marginale en France. Enfin, le dessalement de l’eau de mer est une alternative pour les villes proches des côtes. Son coût, en constante diminution, est actuellement de 0,70 €/m3, mais il dépend du prix de l’énergie, car il faut 3 à 4 kWh/m3 pour dessaler l’eau de mer par osmose inverse*, ce qui représente environ 36 % du coût. Environ 8 % de l’eau domestique mondiale est actuellement produite par dessalement, en croissance de 17 % par an (cf. IV. 13).

Les eaux industrielles et agricoles

6Pour l’eau industrielle, la « bonne » solution est de l’économiser partout où cela est possible, de la traiter pour réduire l’eau « grise* » et la contamination de la ressource, et de la recycler en interne après traitement poussé. Concernant l’eau de refroidissement des centrales thermiques, une diminution des capacités de production d’énergie est attendue en été : de 6 à 20 % en Europe et de 4 à 16 % aux États-Unis, du fait de l’augmentation de la température et de la diminution du débit des fleuves. Il est également possible d’installer des aéroréfrigérants pour utiliser moins d’eau (cf. IV.7).

7Cependant, le problème majeur est celui de l’eau agricole, soit près de 90 % de l’eau consommée. Déjà aujourd’hui, les pays situés en zones arides* ne sont pas autosuffisants en production alimentaire. En 2050, des continents entiers, dont l’Asie et les zones arides, seront contraints d’importer leur nourriture, par manque d’eau et de sols cultivables (Académie des Sciences, 2011 ; Agrimonde, 2009). Des pays pouvant produire plus que leurs propres besoins seront appelés à être solidaires, comme l’Amérique du Sud, les pays de l’OCDE, de l’ex-URSS… Les pays importateurs, pour payer ces achats, devront alors vendre des produits industriels, des ressources minérales et énergétiques (dont éventuellement l’énergie électrique d’origine solaire), du tourisme, des services… La solidarité passera aussi par la réduction des gaspillages et de la consommation de produits d’origine animale dans les pays riches, qui est excessive et grève lourdement le bilan alimentaire de la planète.

8Enfin, les écosystèmes aquatiques, les zones humides, les espaces naturels ont, eux aussi, besoin d’eau. Leur « part » est souvent négligée dans le partage, car les besoins humains sont jugés prioritaires. Or, sans les « services écosystémiques » rendus par la nature, la planète sera-t-elle encore habitable ? Pour que la nature conserve sa part, nous devrons limiter au maximum nos besoins, essentiellement en produits agricoles. La frugalité devrait devenir le maître mot pour le partage de l’eau !

Bibliographie

Références bibliographiques

• T. THOUVENOT et al. Rapport empreinte eau de la France, WWF, 2012.

• G. DE MARSILY – L’eau, un trésor en partage, Dunod, 2009.

• H. LERIDON et G. DE MARSILY (coord.) – Démographie, climat et alimentation mondiale, Rapport RST 32, Académie des Sciences, EDP Sciences, 2011.

• AGRIMONDE – Agricultures et alimentation du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable, Éditions INRA-CIRAD, 2009.

Table des illustrations

Légende L’ONG française 1 001 Fontaines réalise des installations simples de filtration et de traitement de l’eau par irradiation UV, le tout alimenté par panneaux solaires. © M. Yen
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Géologue, Professeur émérite, Membre des Académies des Sciences, des Technologies et d’Agriculture, SISYPHE, Paris.
gdemarsily@aol.com

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540