Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

10. Cultiver la biodiversité

Étienne Hainzelin

Texte intégral

La biodiversité depuis toujours au cœur de l’activité agricole

1L’activité agricole occupe le quart des terres émergées – près de 3,5 milliards d’hectares cultivés – dans pratiquement tous les écosystèmes et fait vivre près de la moitié de la population active de la planète, selon une extraordinaire diversité de systèmes agraires (cf. III.13). Seule activité humaine produisant de la biomasse renouvelable, elle est entièrement basée sur l’usage de la biodiversité. Depuis le Néolithique, les sociétés paysannes ont domestiqué des centaines d’espèces végétales pour mieux se nourrir, se soigner, se vêtir, et d’espèces animales pour leur force, leur lait, leur viande et leur cuir. De même que la biodiversité a façonné la planète pendant des milliards d’années, les agriculteurs ont façonné depuis douze mille ans les paysages agraires en gérant une « agrobiodiversité » dont nous sommes héritiers.

2Depuis quelques années, l’agriculture est revenue au centre des attentions et de l’agenda international, par ses liens avec les différentes crises – alimentaire, sanitaire, climatique, environnemental et énergétique. De multiples fonctions lui sont reconnues aujourd’hui, au-delà de la production de biomasse, en particulier les services environnementaux. La performance d’un système agricole n’est donc pas réductible à son rendement ou à son bilan économique ; la durabilité exige d’intégrer l’ensemble des productions, des services et des externalités et de les confronter à des critères économiques, environnementaux et sociaux sur des échelles de temps et d’espace suffisantes. L’augmentation continue des rendements ne peut se faire en compromettant les potentialités futures de l’écosystème.

3Depuis bien longtemps, agriculture et nature sont régies par des règles différentes et disposent d’une biodiversité propre. Le monde a ainsi été compartimenté entre un espace cultivé, condamné en quelque sorte à appauvrir sa diversité pour être plus productif, et un espace naturel à préserver comme pour compenser les « externalités négatives » de l’espace productif. Mais, il est clair que les espaces protégés, aussi utiles soient-ils, ne suffiront pas à rétablir l’intégrité des écosystèmes. Ce dont il s’agit aujourd’hui, c’est bien de préserver la biodiversité dans l’ensemble des écosystèmes, cultivés ou non, et dans certains cas, de massivement l’enrichir (cf. IV.7).

4Depuis un siècle, l’agriculture a en effet progressé en se basant sur 2 piliers : la sélection de variétés très performantes d’un petit nombre d’espèces, et la compensation de tout ce qui peut limiter l’expression du rendement de ces couverts végétaux homogènes par l’irrigation, les fertilisants, les pesticides… Dans les pays du Nord – et dans les pays du Sud ayant vécu la révolution verte – cela a permis une augmentation extraordinaire des rendements et de la productivité du travail, mais cela a entraîné aussi la dégradation des sols, des pollutions par l’emploi massif de pesticides et de fertilisants (cf. V.17), une course de vitesse contre les résistances induites des bioagresseurs* et un bilan énergétique non durable. Plus grave : puisque tout organisme vivant hors du peuplement cultivé a été considéré comme facteur limitant, la biodiversité locale a été fortement érodée, et les écosystèmes cultivés, fragilisés par homogénéisation et artificialisation, ont vu leur potentialité décroître.

La biodiversité cultivée, levier de nouvelles voies d’intensification

5Les voies alternatives à cette intensification conventionnelle sont diverses et s’appuient in fine sur une utilisation amplifiée des processus écologiques, pour améliorer l’alimentation hydrique et minérale des cultures en limitant l’usage et les pertes d’intrants coûteux, pour maximiser l’activité photosynthétique dans le temps, pour contrôler les populations de bioagresseurs… En fonction des services considérés, cette intensification écologique* sera gérée au niveau de la parcelle, de l’exploitation ou du paysage.

Cultiver la biodiversité pour intensifier l’agriculture suppose de complexifier les systèmes à toutes les échelles. © L. Povrzenic

6Parce qu’elle est le moteur de tous les processus de production et de régulation des écosystèmes, il va falloir mieux connaître et comprendre, enrichir et planifier, en un mot, cultiver, cette biodiversité pour intensifier le fonctionnement écologique. Bien au-delà du peuplement végétal cultivé, cela doit mobiliser l’ensemble du vivant, végétal, animal ou bactérien, agresseur, auxiliaire* ou symbiote*, aérien ou tellurique, dans la parcelle ou autour d’elle. Certaines communautés de cette agrobiodiversité, comme celle des sols, sont très mal connues ; pour les mobiliser, il faudra mieux les connaître, en comprendre les fonctionnalités, et en faire un puissant moteur de convergence des disciplines agronomiques et écologiques.

7Concernant la place accordée à l’agrobiodiversité, les agricultures du monde peuvent se situer entre deux extrêmes. Il y a d’abord celles qui ont choisi la voie de la spécialisation, en misant sur une intensification autour d’un nombre très réduit d’espèces et de variétés, la mécanisation et l’usage massif d’intrants. C’est le cas en particulier des exploitations agricoles « modernes » – productivistes, industrialisées, connectées aux marchés mondiaux, intensives en capital et utilisant peu de main-d’œuvre. Puis, il y a celles restées traditionnelles et très « biodiverses », majoritairement les agricultures familiales paysannes – plusieurs centaines de millions de petites exploitations, souvent dynamiques, mais menacées par leur faible compétitivité et par un accès difficile aux marchés. Ces deux situations extrêmes sont concernées par la culture de la biodiversité. Les premières, malgré leurs performances de production, doivent se transformer radicalement, se recomplexifier pour devenir plus durables. Les secondes, qui doivent absolument augmenter leur productivité, sont amenées à inventer de nouvelles voies pour le faire, qui soient économiquement viables, qui répondent aux défis du revenu et de l’emploi, qui préservent le patrimoine biologique comme une assurance d’adaptation future, et qui ne condamnent pas les petits paysans à la dépendance aux technologies exogènes.

8Certaines de ces voies existent dès aujourd’hui, en revenant simplement à des principes connus depuis bien longtemps, comme, par exemple, l’intégration culture-élevage, les cultures associées ou l’agroforesterie*. Cependant, la meilleure compréhension du fonctionnement biologique du sol, des relations fonctionnelles entre espèces, de l’intégration des effets à l’échelle des paysages… permettra de mieux mobiliser l’agrobiodiversité pour améliorer la performance et la durabilité des systèmes de production.

Bibliographie

Références bibliographiques

• E. HAINZELIN – Cultiver la biodiversité pour transformer l’agriculture, Éditions Quae, 2013.

• M. GRIFFON – Qu’est-ce que l’agriculture écologiquement intensive ? Éditions Quae, 2013.

• B. CHEVASSUS-AU-LOUIS – La biodiversité, c’est maintenant, Éditions de l’Aube, 2013.

Table des illustrations

Légende Cultiver la biodiversité pour intensifier l’agriculture suppose de complexifier les systèmes à toutes les échelles. © L. Povrzenic
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

Auteur

Agronome, Conseiller du Président-Directeur-Général du CIRAD, Professeur invité à l’Université d’Ottawa, CIRAD, Montpellier.
etienne.hainzelin@cirad.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540