Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

8. Ingénierie écologique : un outil pour le développement durable

Thierry Dutoit

Texte intégral

1Le développement durable a souvent été qualifié d’« oxymore » (expression caractérisée par un assemblage de mots apparemment contradictoires), car aucun développement ne peut être effectivement durable dans un espace et pour un niveau de ressource limité (cf. I.1). De plus, les techniques et pratiques mises en œuvre dans le cadre du développement durable relèvent encore largement du domaine de l’ingénierie civile, dont les connaissances, savoir-faire, techniques et modes opératoires ont connu un essor considérable depuis le début du XXe siècle avec l’exploitation des énergies fossiles et de la mécanisation. Aujourd’hui, face à une crise économique et environnementale majeure, il peut cependant être légitimement reproché à ces techniques, issues de l’emploi excessif d’engins de travaux publics, leur coût économique de plus en plus prohibitif au regard de la consommation de produits pétroliers. Avec l’émission de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone ou les oxydes d’azote, leur impact environnemental est également considérable.

En théorie…

2Un autre type d’ingénierie a cependant émergé, prenant sa source dans les techniques de sylviculture* (agroforesterie*) ou d’agriculture (agro-écologie). Apparue aux États-Unis il y a une quarantaine d’années, l’ingénierie écologique* est « l’ensemble des connaissances scientifiques et des pratiques fondées sur les mécanismes écologiques et utilisables pour la gestion adaptative des ressources, la conception, la réalisation et le suivi d'aménagements ou d'équipements ». Le génie écologique porte quant à lui sur « les activités d'études et de suivi, de maîtrise d'œuvre et de travaux favorisant la résilience des écosystèmes et s'appuyant sur les principes de l'ingénierie écologique ». Ces deux définitions ont l’avantage de bien séparer ce qui relève de la discipline scientifique, d’une part, et des domaines de la pratique et de l’intervention, d’autre part. Pour certains, l’ingénierie écologique serait à l’écologie scientifique ce que la médecine est à la biologie humaine. Un changement de paradigme* s’opère, passant d’un nouveau cadre disciplinaire scientifique opérationnel à un nouveau type de relation entre les sociétés humaines et leur environnement ! Cependant, pour d’autres auteurs, l’ingénierie écologique ne serait qu’un nouvel oxymore, car le terme d’ingénierie comprend les capacités « de prévoir, créer, organiser, diriger et contrôler des travaux sous tous leurs aspects et nécessitant un travail de synthèse et de coordination… ». Il s’agit alors en effet, de s’interroger, dans l’état des connaissances scientifiques actuelles, sur nos capacités à « prévoir, créer et organiser » des travaux pour gérer l’ensemble des interactions entre les êtres vivants et leurs milieux (définition basique de l’écologie), quels que soient les niveaux d’organisation du vivant et les échelles d’espaces et de temps concernées. Devant cette difficulté sémantique, il serait plutôt opportun de parler « d’écologie ingénieriale », qui serait une discipline scientifique articulée autour de la démarche d’ingénierie. Elle serait alors intégrée dans un projet appliqué d’ingénierie, un peu comme l’écologie de la restauration s’intègre aux opérations de restauration écologique des écosystèmes.

Fig. 1 – Recréation d’une zone humide dans d’anciennes rizières abandonnées en Camargue. Une restauration lourde pour la biodiversité, mais mise en place à partir de techniques relevant largement de l’ingénierie civile. © J. L. Luchesi, Association des Amis du Marais du Vigueirate

... et en pratique

3Plus concrètement, l’ingénierie écologique comprend donc : i) des actions de restauration ou de réhabilitation écologique (figure 1) d’écosystèmes dégradés (introductions ou éradications d’espèces) ; ii) l’optimisation de services écologiques du vivant pour la dépollution (phytoremédiation*, cf. V.27) ou la lutte biologique (utilisation d’insectes auxiliaires*) ; et enfin, iii) la création de nouveaux écosystèmes (figure 2) durables pour l’humanité et la biosphère (toits verts, station de lagunage…).

4Dans la plupart des opérations relevant de l’ingénierie écologique, il s’agit notamment de favoriser les propriétés du vivant en faisant appel aux espèces dites « ingénieurs des écosystèmes » pour jouer un ou des rôles majeurs dans la restauration de la biodiversité ou des fonctions d’un écosystème. Des organismes vivants très différents peuvent ainsi être sollicités selon les objectifs. Certaines plantes possédant des systèmes racinaires bien développés sont ainsi utilisées pour lutter contre l’érosion des terrains en montagne ou pour améliorer la fertilité des sols grâce à leur symbiose avec des bactéries fixatrices d’azote. Les animaux ne sont pas en reste, des termites et des vers-de-terre sont également utilisés pour restaurer les sols, tandis que des fourmis moissonneuses peuvent être introduites dans un espace dégradé pour en restaurer la richesse végétale, grâce à leur capacité de transport de graines sur plusieurs dizaines de mètres. Des champignons sont aussi utilisés pour leurs importants réseaux de filaments souterrains capables de concentrer et d’extraire différents polluants du sol ; y compris des éléments radioactifs !

Fig. 2 – Création d’un toit « écosystémisé » sur le bâtiment de l’IUT d’Avignon. Il s’agit ici d’augmenter la durabilité du bâtiment en limitant les pertes d’énergie, tout en réintroduisant de la biodiversité en milieu urbain. © C. Van Mechelem

5L’ingénierie écologique a été également considérée par certains auteurs comme le prolongement des biotechnologies. En effet, si dans le cas des biotechnologies, c’est le génome de la plante qui est manipulé, dans le cas des opérations d’ingénierie écologique, ce sont plutôt les niveaux d’organisation « supérieurs » du vivant (populations, communautés, paysages). Les interventions en ingénierie écologique ne sont donc pas dénuées de danger, notamment dans le cadre d’un mauvais contrôle d’une espèce qui pourrait devenir invasive, comme c’est actuellement le cas des coccinelles chinoises, introduites initialement en France pour limiter les traitements chimiques contre les pucerons. Cet exemple démontre combien l’ingénierie écologique a encore besoin de bénéficier des résultats de la recherche scientifique pour éviter les effets indésirables de pratiques empiriques existant depuis les premières interactions entre les sociétés humaines et la nature. À travers l’application des théories et des concepts de l’écologie scientifique (cf. I.13), l’ingénierie écologique permet de s’interroger non seulement sur la durabilité sur le long terme de tous projets par rapport à la disponibilité et à l’équitabilité de la répartition des ressources concernées ; mais aussi de s’interroger sur la durabilité environnementale et économique des moyens mis en œuvre pour leur exploitation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. F. CLEWELL et J. ARONSON – La restauration écologique : principes, valeurs et structure d’une profession émergente, Actes Sud, 2010.

• L. ABBADIE et al. Une ambition pour la recherche en ingénierie écologique, Sciences, Eaux et Territoires, IRSTEA, 2011.

• T. DUTOIT – Espoirs et limites de l'ingénierie écologique, Le Courrier de la Nature, 2012.

• L. PIERMONT – Agir avec la nature : vers des solutions durables, Le Seuil, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Recréation d’une zone humide dans d’anciennes rizières abandonnées en Camargue. Une restauration lourde pour la biodiversité, mais mise en place à partir de techniques relevant largement de l’ingénierie civile. © J. L. Luchesi, Association des Amis du Marais du Vigueirate
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10839/img-1.jpg
Fichier image/, 150k
Légende Fig. 2 – Création d’un toit « écosystémisé » sur le bâtiment de l’IUT d’Avignon. Il s’agit ici d’augmenter la durabilité du bâtiment en limitant les pertes d’énergie, tout en réintroduisant de la biodiversité en milieu urbain. © C. Van Mechelem
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10839/img-2.jpg
Fichier image/, 200k

Auteur

Écologue, Directeur de Recherche au CNRS, Chargé de Mission pour l’Ingénierie écologique à l’INEE, IMBE, Avignon.
thierry.dutoit@imbe.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540