Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Méditerranée adriatique, rapports avec le monde Égéen et les Balkans

Discussion

Texte intégral

La Méditerranée adriatique

H. Camps-Fabrer

1M. Benac n’avez-vous aucune cuiller en os dans toute la zone des Balkans occidentaux ? Dans la zone orientale des Balkans on a des cuillers en os sur métapode de bœuf, différentes de celles du Cardial ibérique sur diaphyse d’os long. Ces objets témoignent de nouvelles options de l’homme devant les aliments (cf. bouillies de céréales), de nouvelles techniques de consommation.

A. Benac

2Dans les Balkans il n’y a pas de cuillers au Néolithique ancien. Par contre on en connaît au Néolithique moyen avec la culture de Kakanj.

J.-P. Raynal

3A propos des structures de Torre Sabea, quels critères pertinents vous permettent d’attribuer ces amas de pierres à des structures de combustion ?

J. Vaquer

4Le principal critère est l’aspect des pierres fragmentées sur place. Il ne reste pas de charbons dans ces fosses en raison de la proximité de l’eau. C’est donc l’aspect des pierres cassées, rougies qui est déterminant. Mais nous n’avons pas fait d’analyses géomagnétiques.

Y. Mottier

5Au sujet du Néolithique à poterie imprimée en Thessalie, V. Milojcic dans ses fouilles à Otzaki Magula a identifié successivement une couche proto-Sesklo (Néolithique ancien), une couche à céramique à barbotine, ensuite une couche qu’il appelait « cardial » (pré-Sesklo), enfin la civilisation de Sesklo. On a publié les couches du Néolithique ancien. Après la céramique peinte, on a différencié des couches à barbotine et à poterie à impressions d’instruments regroupée sous le nom de « civilisation de Magulitsa ». On a évoqué ainsi la céramique imitant le Cardium mais, de fait, il n’existe pas de décor à la coquille en Thessalie. Les seuls exemples vrais à la coquille se trouvent à Servia et un tesson de Nea Nikomedia. Pour ce qui est de la céramique imitant le Cardial, elle se télescope avec la première phase de la civilisation de Sesklo.

N. Mills

6M. Tiné a dit que les habitats à fossés circulaires correspondaient chacun au Néolithique ancien à une communauté familiale par site. Il dit que ces sites s’étendent sur deux hectares. Donc une longueur de fossé de 300 à 400 m à condition qu’il n’y ait qu’un seul fossé par site. Pour creuser de tels fossés, il faut enlever 400 m3 de terre. Ne peut-on penser en fait à une occupation de ces sites par plusieurs familles ?

S. Tiné

7Je crois que j’ai parlé de choses différentes de celles évoquées par Mme Whitehouse. Elle-même se référait à un village daté très certainement du Néolithique avancé, contemporain ou peut-être postérieur à celui de Passo di Corvo. J’ai déjà dit que dans la plaine on constate un phénomène de concentration de la population, et qu’il existait donc des habitats avec de nombreuses familles groupées en véritables villages. Le site du village de Azzollini, fouillé par Mosso, appartient clairement au Néolithique tardif, peut-être à la phase de Serra d’Alto, par conséquent un Néolithique déjà avancé dans le 4e millénaire, certainement postérieur à Passo di Corvo. Il ne faut donc pas s’étonner que Azzollini représente une concentration de population, tout comme Passo di Corvo.

8Nous pouvons par contre parler, de manière quasi certaine, d’habitat correspondant à une seule famille, pour le Néolithique ancien, comme par exemple le site de Campo del Fiori, très proche de Passo di Corvo qui a donné de la céramique de type Guadone, comme aussi le village de Ripa Tetta dont parlait C. Tozzi. Dans ce cas, on voit nettement un unique fossé circulaire en C à l’intérieur du village. Nous avons examiné très attentivement l’intérieur du village mais c’est seulement à proximité du fossé en C qu’on trouve de la céramique. (Tout le reste est sans céramique). Il s’agit donc d’un hameau habité à un moment précis par une seule famille, peut-être pendant une ou deux générations.

A. Muzzolini

9S. Tiné nous a montré des tessons à motifs en chevrons qu’il considère comme introduits par des éléments orientaux. Mme Manfredini nous a montré aussi des motifs peints en chevrons. S’agit-il de la même chose ?

10De façon plus générale, peut-on croire à un débarquement de populations orientales en Italie du Sud-Est au début du Néolithique ? Peut-on notamment être sûrs que certains tessons aient été importés ou ne s’agit-il que d’une spéculation ?

J. Evans

11Les tessons en question ressemblent effectivement à ceux de Cnossos. Il y a des ressemblances mais aussi des différences. Mais je ne peux dire s’il s’agit de la même chose. Il faudrait faire des analyses sur la composition des pâtes pour être sûrs.

S. Tiné

12En réalité, nous avons fait faire une analyse de la céramique que je considère importée et nous l’avons comparée à l’analyse d’un fragment provenant de Phaestos et non de Cnossos dont je n’ai pas encore d’échantillon. Le résultat est qu’il n’y a aucune similitude : il n’y a pas de ressemblances minéralogiques de la céramique que je considère comme importée, du moins avec celle du versant méridional de la Crète, le versant de Phaestos. D’autre part, quand je dis « importé » de Crète, je ne veux pas dire importé avec certitude.

13En Crète il existe des ressemblances avec le matériel trouvé par Evans dans les couches profondes de Cnossos, mais aussi d’après celui des fouilles antérieures au cours desquelles on a trouvé la même poterie et j’ai pu la comparer à presque tous mes fragments : il y a des comparaisons assez précises avec le Néolithique de Cnossos.

14Mais j’ai un tesson absolument identique, comme motif décoratif et comme forme de vase, à un fragment de vase trouvé dans les couches inférieures de Ras Shamra. Je crois vraiment, quant à moi, que l’aire de diffusion de ce type de céramique est surtout la côte d’Anatolie et qu’elle est parvenue en Crète de la même façon que sur d’autres îles de mer Egée, à Chios par exemple où l’on a trouvé des fragments semblables et de la même façon dans le Tavoliere. Je crois qu’il s’agit là d’autre chose qu’une spéculation ou une simple hypothèse.

15Je considère que ces fragments sont différents, absolument différents, de tous les styles céramiques que nous connaissons jusqu’à présent dans le Néolithique de toute la péninsule italienne et même de l’autre côté de l’Adriatique. J’estime qu’ils sont importés à partir de l’aire égéenne et anatolienne au sens large, sans vouloir leur attribuer une provenance précise à partir de Cnossos.

R. Mont jardin

16Je veux souligner l’originalité de certaines représentations sur céramiques : anthropomorphes, papillons, etc. en Italie du Sud, en Sardaigne, plus rarement en Espagne et dans le Midi de la France. D’autre part, à propos des relations entre la Crète et le Sud de l’Italie, il y a dans le Néolithique le plus ancien de Cnossos des caractères de la céramique (décor plastique, bords crénelés, motifs cordés) qui paraissent davantage liés au Néolithique à céramique imprimée italien.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search