Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

2. Mono, pluri, interdisciplinarité

Stéphanie Thiébault

Texto completo

1Aujourd’hui, nous avons pour obligation de trouver des solutions pour la survie de la planète, et par conséquent pour celle de l’humanité, c’est-à-dire de trouver les moyens d’un développement éthiquement soutenable sur le long terme. Nous devons également faire face aux impacts liés aux changements climatiques et globaux, comme à l’accroissement de la population sur Terre (cf. V.29). Le temps est donc venu de réfléchir à l’évolution d’objets complexes, situés, pour la plupart, aux interfaces de plusieurs disciplines. Observer, comprendre, modéliser, prévoir, remédier, toutes ces actions nécessitent des recherches interdisciplinaires, qui associent climatologues, écologues, géographes, archéologues et historiens, géologues, sociologues, biologistes, anthropologues, paléoenvironnementalistes, juristes, économistes, politiques…

2Le recours à différents types de pratiques autorise des solutions originales, mais souvent contradictoires en fonction des usages propres aux communautés considérées. Ainsi, depuis une vingtaine d’années, les « pluri-inter-transdisciplinarités » sont prônées, sans que chacun ne sache parfois ce que ces mots signifient.

Un exemple d’étude interdisciplinaire intervenant dans l’interprétation des gisements chasséens fouillés à l’occasion de la construction du TGV Méditerranée : a) Micromorphologie* et étude des paléosols, b) Anthracologie*, analyse des charbons de bois (au microscope), c) Malacologie*, d) Analyse des phytolithes* (au microscope). Delhon et al., 2009

Quelques définitions

3Empruntons à Bernard Terrisse ses définitions, à la fois simples et signifiantes (1998). « La monodisciplinarité est l’étude d’un problème ou d’un objet par les spécialistes d’une seule et même discipline. La pluridisciplinarité est l’étude d’un problème ou d’un objet par des spécialistes de quelques disciplines, sans qu’il y ait concertation. Il s’agit d’approches parallèles tendant à un but commun par addition de contributions spécifiques. L’interdisciplinarité implique qu’il y ait interactions et enrichissement mutuel entre les spécialistes de diverses disciplines, tant au niveau des connaissances et des méthodes, lors de l’étude d’un problème ou d’un objet. Dans l’interdisciplinarité, il y a interpénétration féconde et dynamique des savoirs entre les disciplines. La transdisciplinarité constitue le niveau le plus élevé de ce continuum. C’est l’étude d’un problème ou d’un objet par des spécialistes de diverses disciplines, qui transcendent leurs réflexions au-delà de leurs domaines respectifs et des points de rencontre de ceux-ci en visant la fusion des savoirs et des méthodes, favorisant ainsi l’émergence d’une nouvelle discipline englobant et dépassant les disciplines constitutives. »

4Concernant le développement durable, l’interdisciplinarité est l’une des clés de l’innovation, de la conception de produits et de procédés nouveaux. Appréhender la complexité et améliorer la compréhension aux frontières des disciplines est un but. Pour cela, il faut une réelle volonté d’élaborer de nouvelles méthodes pour intégrer des disciplines différentes, c’est-à-dire, pour le chercheur, savoir intégrer la vision et le langage d’une autre discipline. L’interdisciplinarité ne se décrète pas, mais se construit sur le terrain. Ainsi, la compréhension du fonctionnement et de la dynamique des écosystèmes naturels et anthropisés doit s’opérer de la molécule aux systèmes naturels complexes et à l’écosystème complet, en intégrant les sociétés humaines dans leur évolution.

Une communauté inter et transdisciplinaire

5Un grand nombre de disciplines, ayant le développement durable pour objet, est issu de l’application de nouvelles méthodes ou techniques d’analyse à des questions, qui n’avaient pas de réponses il y a encore peu de temps. Ces approches proviennent souvent de disciplines éloignées, qui ont des pratiques différentes. Les fusionner nécessite un important travail intellectuel, qui prend et nécessite du temps. Or, ce travail est loin d’être terminé. Si la volonté de dialoguer et de collaborer se constate le plus souvent, des malentendus ou, pire, des collaborations superficielles, fondées non pas sur un dialogue, mais sur l’instrumentalisation d’une discipline par une autre, sont encore fréquents. L’approche du développement durable en tant qu’objet d’étude et comme but à atteindre, réellement transdisciplinaire, passe par une structuration de la communauté et par des politiques cohérentes. Celles-ci commencent avec l’importance de la formation universitaire. La place accordée au développement durable dans les cursus universitaires est trop limitée (cf. VI.28).

Complexité et interdisciplinarité

6Les relations entres les systèmes écologiques et humains sont infiniment complexes. C’est pourquoi une discipline seule ne pourra jamais prétendre les comprendre. Ce sont justement les approches inter et transdisciplinaires qui permettront de saisir les évolutions des environnements et des sociétés et de prévoir, pour une certaine part, celles de l’avenir. Cela apparaît notamment dans la recherche sur les impacts socio-économiques et territoriaux engendrés par le changement climatique. C’est pourquoi, la recherche sur et pour le développement durable doit maintenant être reconnue comme une discipline, ou un groupe de disciplines, visant des objectifs définis et communs par des approches multiples.

7Si la fragmentation de la communauté constitue un frein à son développement, la parcellisation des données déjà acquises ne doit pas en constituer un second. C’est pourquoi, les prochaines années devront voir se développer des stratégies fondées sur les approches multiparamètres, afin de pouvoir apporter des réponses aux questions complexes des relations et des impacts, sociétés-milieux sur la longue durée, dans une perspective globale, où une large place devra être faite aux techniques et aux savoir-faire.

8L’un des objectifs à venir sera l’exploration de la transdisciplinarité entendue comme la construction en commun d’un objet d’étude, et non plus comme la seule rencontre d’approches disciplinaires spécifiques.

9Devant les enjeux du développement durable, inter et transdisciplinarité sont les seules à permettre l’accélération des connaissances, mais deux conditions majeures doivent être réunies. Il est d’abord essentiel qu’aucune discipline ne prenne le pas sur une autre, et qu’ensuite les acteurs sachent se transcender pour éviter querelles idéologiques et rivalités personnelles ; le but étant de contribuer au bien-être des générations futures.

Bibliografía

Références bibliographiques

• E. LEROY – Communication aux journées d’études organisées par l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) et l’Association Tunisienne d’Anthropologie Sociale et Culturelle (ATASC), Sidi Bou Saïd, 2008.

• B. TERRISSE – Monodisciplinarité et interdisciplinarité dans l’enseignement et la recherche à l’Université du Québec à Montréal, Actes du colloque L’interdisciplinarité à la frontière de l’université et de la cité, Berne, 1998.

• C. DELHON, S. THIÉBAULT et J.-F. BERGER – Environment and Landscape Management During the Middle Neolithic in Southern France : Evidence for Agro-Sylvo-Pastoral Systems in the Middle Rhône Valley, Quaternary International, 2009.

Índice de ilustraciones

Leyenda Un exemple d’étude interdisciplinaire intervenant dans l’interprétation des gisements chasséens fouillés à l’occasion de la construction du TGV Méditerranée : a) Micromorphologie* et étude des paléosols, b) Anthracologie*, analyse des charbons de bois (au microscope), c) Malacologie*, d) Analyse des phytolithes* (au microscope). Delhon et al., 2009
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10828/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 914k

© CNRS Éditions, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540