Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

1. Introduction : vers une société innovante et créatrice

Agathe Euzen, Laurence Eymard et Françoise Gaill

Texte intégral

1Les précédents chapitres ont montré que la cohabitation des sociétés avec l’environnement, pour être soutenable et durable, demande une vision intégrée d’un système complexe et impose de penser autrement. Contrairement à la vision héritée des XIXe et XXe siècles, il apparaît que les progrès techniques ne peuvent pas, seuls, apporter la solution, celle-ci étant multiple. Face à des situations de crises économique, environnementale, politique… les sociétés sont suspendues à des incertitudes, qui évoluent avec le changement global en perpétuel mouvement. Se recentrer sur soi, se serrer les coudes, s’engager, créer ou innover sont autant de réactions développées par les uns et les autres, selon les contextes. De toute évidence, des écoles de pensées émergent et se confrontent, les sociétés s’impliquant dans les débats, les controverses. Ainsi, apparaît la « société civile », qui regroupe un ensemble d’acteurs, comme les syndicats, les organisations socioprofessionnelles, les associations et autres organisations non gouvernementales, les organisations religieuses… À présent reconnue par les autorités internationales comme un acteur du changement, la société civile est de plus en plus associée aux débats, comme cela a été amorcé lors du sommet de Rio + 20 en 2012. Cependant, si des signes encourageants sont à souligner, les notions d’équité et de démocratie méritent encore d’être explorées dans les processus de décision.

2Les chercheurs, dans ce contexte, sont à la fois des citoyens, consommateurs, usagers et, en tant que scientifiques, des acteurs à part entière de la société civile. Ainsi, leurs contributions alimentent le débat quant aux enjeux soulevés par le développement durable et les sorties de crise à trouver. Faut-il s’adapter au changement climatique ou tenter de lutter contre, par la réduction des émissions, ou par de nouvelles ingénieries ? Comment concilier le maintien de notre mode de vie et la réduction des émissions de gaz à effets de serre* ? Quels enseignements tirer des sociétés proches de la nature, de la nature elle-même ? Comment nourrir les générations de demain tout en préservant les ressources et la biodiversité ? Autant de questions qui interrogent sur la compatibilité du « tout technique » et de la responsabilité environnementale.

3Ce chapitre propose quelques-unes des approches mises en œuvre par les chercheurs pour développer durablement les éco-anthroposystèmes, afin de les respecter et de les préserver. Cette démarche conduit les scientifiques à faire évoluer leurs disciplines et à rechercher de nouvelles pistes. Leurs travaux permettent d’explorer différentes possibilités, pour mieux comprendre la complexité des systèmes (observatoires, stockage de données, modélisation…), trouver de nouvelles ressources, (technologies vertes, énergies renouvelables, informatique basse consommation, transports « propres »…), évaluer l’impact des activités humaines sur les milieux (analyse de cycle de vie…). Cependant, les innovations technologiques ne suffisent pas, si les sociétés qui développent parfois des alternatives ingénieuses pour contourner les systèmes et gagner en autonomie ne se les approprient pas. Cela oblige les scientifiques à consolider encore leurs connaissances disciplinaires, tout en s'ouvrant vers de nouvelles méthodes plus interdisciplinaires. Adopter de nouvelles pratiques, associant d’autres acteurs de la société civile, et s’appuyer sur l’expertise des profanes, notamment par les sciences participatives, donnent de nouvelles perspectives et contribuent, ainsi, à tendre vers une démarche d'écologie globale.

Auteurs

Anthropologue, Chargée de Recherche au CNRS, LATTS, Déléguée scientifique Développement Durable à l’INEE, Paris.
agathe.euzen@cnrs-dir.fr

Physicienne de l’Atmosphère, Directrice de Recherche au CNRS, Directrice de l’Observatoire des Sciences de l’Univers Ecce Terra, Université Pierre et Marie Curie, Paris.
laurence.eymard@upmc.fr

Biologiste, Directrice de Recherche au CNRS, BOREA, Présidente du COSS, Chargée de Mission CNRS, Paris.
francoise.gaill@cnrs-dir.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540