Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

29. Adaptation au changement climatique

Chantal Pacteau et Sylvie Joussaume

Texte intégral

1Longtemps, l’ambition de réduire les émissions des gaz à effet de serre (GES*) au niveau mondial a guidé les débats et les politiques visant à lutter contre le changement climatique. Il fallait s’attaquer aux causes mêmes du problème. Mais avec les échecs répétés des négociations internationales, parce que les manifestations du changement climatique sont là et que les jeux sont faits pour les prochaines décennies, ne penser que « stratégies d’atténuation » signifiait accepter de contempler les désastres en cours et à venir. C’est ainsi que la question de l’adaptation s’est peu à peu imposée, jusque dans les politiques à l’échelle des pays et des collectivités avec l’élaboration des plans d’adaptation : Plan national d’adaptation au changement climatique 2011-2015, Schémas régionaux Climat Air Énergie (SRCAE) et Plans Climats Énergie Territoire (PCET) en France. Des catastrophes comme les 15 000 morts liées à la canicule de 2003 en France et, tout récemment, les coûts sociaux et économiques provoqués par le passage de l’ouragan Sandy à New York, ont montré à quel point les pays riches sont vulnérables aux extrêmes climatiques, les pays en développement restant les plus exposés (cf. II.5).

Les approches utilisées dans les analyses de vulnérabilité des territoires et des populations face au changement climatique dans l’élaboration des politiques d’adaptation. D'après S. Dessai et M. Hulme, 2004

De l’atténuation à l’adaptation

2Mettre l’adaptation sur le devant de la scène signifie-t-il se résigner à ne rien changer des causes du changement climatique ? Certainement non. En premier lieu, atténuation et adaptation sont des processus intimement liés. Quand la ville de Chicago lance son plan d’adaptation au changement climatique, elle se réfère explicitement à un objectif de décarbonisation. Inversement, ce sont les « politiques d’atténuation qui, en permettant d’éviter un emballement climatique, ouvrent un espace viable pour des stratégies d’adaptation » (Godard, 2010). Par ailleurs, la définition de la capacité d’adaptation proposée par le GIEC* dans son 3e rapport d’évaluation, à savoir « le degré d’ajustement d’un système à des changements climatiques (y compris la variabilité climatique et les extrêmes) afin d’atténuer les dommages potentiels, de tirer parti des opportunités ou de faire face aux conséquences », est trop restrictive, car elle passe à côté de la capacité essentielle des êtres vivants : celle d’une perpétuelle adaptation à leur milieu, par laquelle ils inventent leurs propres formes pour subvenir à leurs besoins et pour se perpétuer. Dès lors, la perspective se modifie. Il ne s’agit plus seulement pour les sociétés humaines de s’adapter en se défendant, mais de prendre appui sur les capacités de résilience* et de transformation de leurs espaces de vie, aussi vulnérables soient-ils, eux-mêmes produits de l’évolution sans fin des êtres et des systèmes vivants (cf. V.28). Ainsi, l’adaptation ne se résume pas à élaborer des réponses face aux perturbations d’équilibres naturels provoquées par l’humanité. Elle est une propriété intrinsèque d’interactions humain-milieu inscrites dans le temps et dans l’espace.

Échelles pertinentes

3En passant de l’atténuation à l’adaptation, le débat sur le changement climatique change d’échelle. De global, il se territorialise et il favorise la dimension régionale comme échelle privilégiée. Mais, dans le même temps, il ne prend son sens que replacé dans le faisceau plus large des pressions anthropiques qui s’exercent sur les milieux (dégradation des écosystèmes, urbanisation…) et se placent donc dans la problématique du changement global. Il s’inscrit aussi dans des temporalités plus courtes. Alors que l’atténuation est un processus à long terme (cf. II.3), l’adaptation implique des échelles de temps allant de la saison à la décennie (agriculture, eau), tout au plus à quelques décennies (forêts, villes).

Vulnérabilités

4Pour étudier les capacités d’adaptation territoriale face au changement climatique, les scientifiques s’appuient principalement sur deux types d’approches. L’une, dite « top-down », vise à régionaliser les modèles climatiques par des opérations de descente d’échelle* prenant en compte des facteurs locaux, tels que le couvert végétal, avec l’objectif de comprendre les impacts possibles du changement climatique et d’anticiper l’évolution des vulnérabilités physiques et biologiques à l’échelle étudiée (cf. II.16). Quant à l’approche dite « bottomup », elle appréhende la gestion du risque climatique en se basant sur un diagnostic de l’état actuel et passé des socio-écosystèmes locaux, pour comprendre les vulnérabilités sociales et les interactions humain-milieu. Les politiques d’adaptation nécessitent de combiner ces deux approches (figure) qui, toutes deux, ont leurs limites. Pour la première, il existe un certain nombre d’incertitudes, dont certaines sont irréductibles, et qui sont d’autant plus grandes que les échelles spatiales sont petites. Pour la seconde, il est impossible de s’appuyer sur les situations inédites, auxquelles pourraient être confrontées les sociétés du fait du changement climatique. Certaines situations ultra-critiques (tipping points) sont même susceptibles de conduire à l’irréversibilité des trajectoires en cours et à des effondrements définitifs d’écosystèmes.

Résilience

5Au-delà de l’analyse des vulnérabilités, viser la résilience dans les processus d’adaptation permet de penser une réorganisation successive du territoire en fonction des changements qu’il traverse pour permettre de résister à des impacts imprévisibles. Une perspective basée sur la résilience va donc accepter l’incertitude plutôt que de chercher à la réduire et de faire de l’expérience d’un événement catastrophique l’occasion d’un apprentissage destiné à dépasser l’état initial d’exposition à l’aléa, quand il y a eu reconstruction après cet événement. Les facteurs qui permettent d’augmenter la résilience peuvent être biologiques, sociaux et aussi organisationnels et politiques. Les communautés résisteront d’autant mieux face aux vecteurs de maladies, que leur état sanitaire sera meilleur, ce qui suppose qu’elles soient bien portantes et qu’elles bénéficient d’un système de santé de qualité et accessible à tous (cf. IV.10).

6Concept scientifique fédérateur, l’adaptation constitue un formidable terrain pour les recherches, où le pluralisme disciplinaire s’impose, comme les recherches sur la pertinence des infrastructures urbaines « vertes » dans la question de l’adaptation au changement climatique. Ce pluralisme s’organise selon une « logique de l’objet », c’est-à-dire qu’il ne peut être réduit à une interprétation disciplinaire particulière. Les disciplines, ou des fragments de disciplines, des sciences du climat, de la vie et de la société – ainsi que leurs concepts et leurs méthodes – sont mobilisées pour contribuer à une meilleure compréhension collective de l’objet.

Bibliographie

Références bibliographiques

• S. JOUSSAUME et C. PACTEAU – À quel type de climat faut-il se préparer ? in Climat : une planète et des hommes, Le Cherche Midi, 2011.

• S. JOUSSAUME, et al. Adaptation au changement climatique. Synthèse du cycle du séminaire franco-québécois sur l’adaptation au changement climatique, Gis Climat-Environnement-Société, à paraître.

• J.-P. VANDERLINDEN, C. PACTEAU, S. JOUSSAUME et N. BLANC – Avant propos, in Adaptation aux changements climatiques et trames vertes : quels enjeux pour la ville ? Vertigo, 2012.

• O. GODARD – Cette ambiguë adaptation au changement climatique, Natures Sciences Sociétés, vol. 18, 2010.

Table des illustrations

Légende Les approches utilisées dans les analyses de vulnérabilité des territoires et des populations face au changement climatique dans l’élaboration des politiques d’adaptation. D'après S. Dessai et M. Hulme, 2004
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k

Auteurs

Biologiste, Sciences de l’environnement, Chargée de Recherche au CNRS, Directrice adjointe à l’Interdisciplinarité du Groupement d’Intérêt scientifique Climat, Environnement, Société, Paris.
chantal.pacteau@gisclimat.fr

Climatologue, Directrice de Recherche au CNRS, Directrice du Groupement d’intérêt scientifique Climat, Environnement, Société, Gif-sur-Yvette.
sylvie.joussaume@gisclimat.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540