Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Méditerranée adriatique, rapports avec le monde Égéen et les Balkans

Un gisement a céramique imprimée dans le Subapennin de la Daunia (Lucera, Foggia) : le village de Ripa Tetta

Économie et culture matérielle

Lorenzo Costantini et Carlo Tozzi

Résumé

L’habitat de plein air de Ripa Tetta près de Lucera (Pouilles, Italie) appartient à une phase évoluée de la céramique imprimée, qui présente de nombreuses ressemblances avec la phase de Guadone et avec le niveau supérieur du village de Rendina, datés de la fin du VIe millénaire et du commencement du Ve.
Sur la poterie prédomine le décor imprimé et incisé, mais 4 ou 5 % des tessons montrent aussi une décoration peinte et des gravures géométriques.
L’industrie lithique est très riche en burins, en denticulés, en lames retouchées et en racloirs ; des éléments de faucilles et des rares géométriques (trapèzes) sont aussi présents.
L’économie est axée sur la culture des céréales (Triticum monococcum, T. dicoccum, T. aestivum-durum, Hordeum vulgare) et sur l’élevage des ovicapridés et du bœuf ; la chasse au cerf, au chevreuil et, peut-être, au sanglier joue un rôle très secondaire.
L’association faunistique des mollusques terrestres montre l’existence aux alentours du village d’un environnement très ouvert et aride.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

1Le village de Ripa Tetta est situé dans une région peu explorée du point de vue préhistorique ; son environnement présente des caractéristiques différentes de celles de la plaine de Foggia toute proche, où sont concentrés de très nombreux villages néolithiques.

2Les recherches, commencées en 1982, ont pour objectif de confronter le type de gisement, les structures d’habitat et les caractéristiques économiques et culturelles des populations installées au pied de l’Apennin et de celles qui occupèrent la plaine de Foggia (Tavoliere) et la frange côtière des Pouilles entre le VIe et le Ve millénaire.

3L’habitat de Ripa Tetta se trouve à 180 m d’altitude sur un replain de régression marine faiblement incliné vers l’Est et domine au Nord un talus escarpé formé par l’érosion du torrent Vulgano, qui coule plus bas. L’extension du village, évaluée sur la base des objets trouvés en surface, est d’environ 30 000 m2.

4La partie supérieure du niveau d’occupation néolithique, épais de 30 à 40 cm, a été remaniée au cours de travaux agricoles ; la partie inférieure repose sur le résidu d’un sol enfoui, riche d’incrustations calcaires qui cimentent également le sommet du conglomérat calabrien situé au-dessous. Le niveau archéologique est constitué d’un limon brun-grisâtre, contenant des éléments d’apport anthropique en quantité décroissante vers le bas. Le sol d’habitat, fouillé sur une extension d’environ 90 m2, présente une spatialisation des activités. En effet dans la moitié ouest de la surface fouillée dominent de vastes aires rubéfiées par le feu et par de minuscules fragments d’enduit et des concentrations de pierres et de morceaux d’enduit, tandis que dans la moitié Est abondent des fragments de céramique.

Les structures d’habitat

5Trois structures ont jusqu’à présent été repérées : un trou, situé dans le carré CG9, présente un contour elliptique de 50 × 30 cm ; la profondeur conservée est de 30 cm ; le remplissage est constitué de petits galets de 2 à 5 cm de diamètre.

6Le foyer se trouve dans le carré GG60 ; il mesure environ 90 cm de diamètre et est formé d’une légère dépression revêtue de galets plats de 6 à 10 cm, recouverts d’une fine couche d’argile cuite sur place. A côté du foyer et peut-être en connection fonctionnelle avec lui, un amas de terre argileuse formait, par la façon dont il était modelé, une petite cuvette hémisphérique d’environ 30 cm de diamètre, elle aussi cuite en surface.

7La fosse cylindrique est située dans les carrés GG61-71 ; son diamètre est de 1,30 m, sa profondeur de 40 cm. Il présente des traces de rubéfaction sur le bord et dans le fond et était partiellement rempli de galets et de dalles calcaires qui ne présentaient cependant aucun signe visible d’action du feu ; cette fosse est creusée dans l’épaisseur du niveau anthropique.

8Dans l’aire explorée jusqu’à présent aucune structure attribuable à une habitation n’a été repérée. L’existence de telles structures est toutefois documentée par les nombreux morceaux d’enduit portant des empreintes caractéristiques de poteaux et de roseaux.

9D’après leur consistance et leur couleur, les enduits peuvent être divisés en trois groupes :

  1. fragments de couleur claire, dans les tons de blanc, jaune et gris, de médiocre consistance ; la quantité de paille présente est très importante et concentrée dans la partie centrale du mélange dont la texture particulièrement fine et peu compacte a permis la conservation de nombreux fragments de rachis, de glumes et d’épillets, non carbonisés, de céréales ;

  2. fragments de couleur rouge orangé, poreux et consistants, constitués d’argile mêlée à de nombreuses concrétions et pétrie avec un pourcentage très faible de paille fort grossière ; les empreintes sont rares, détériorées par des infiltrations d’eau et difficiles à interpréter ;

  3. fragments semblables au type a par morphologie et composition, mais qui s’en différencient par leur couleur gris brun et par la carbonisation des restes végétaux due à une cuisson plus intense.

10Les enduits présentent des caractéristiques parfois très diverses dans les différents villages néolithiques tant par la qualité et la consistance de la pâte que par le type des empreintes et l’épaisseur et les dimensions des morceaux. Leur étude systématique pourrait donc fournir des informations utiles sur les techniques de construction des éléments externes de la cabane.

11A Ripa Tetta les enduits sont pour la plupart très minces — 2 à 3 cm environ d’épaisseur, séparent la partie externe rudimentairement lissée et la partie interne qui porte les empreintes des matériaux de soutien. La superficie externe est plate sauf en un cas où elle forme une arête de 90°. Trois dispositifs de soutien ont laissé des empreintes : a) les poteaux principaux d’environ 20 cm de diamètre ; b) la charpente secondaire formée de branches d’environ 3 cm de diamètre ; c) les matériaux de remplissage des parois formés de roseaux du genre Fragmites ou Arundo, qui devaient abonder dans les dépressions marécageuses le long des rives du torrent Vulgano.

La céramique

12On distingue deux classes de céramique : l’une à pâte grossière et poreuse, aux surfaces peu soignées, aux parois d’une épaisseur qui peut aller jusqu’à 2,5 cm ; l’autre à pâte plus fine et compacte, aux surfaces polies et parfois lustrées. 65 % des fragments appartiennent au premier groupe et 35 % au second, mais le passage de l’un à l’autre est très graduel. Dans les deux groupes il existe des fragments de couleur jaunâtre qui rappellent la céramique figulina, mais la vraie figulina semble absente.

13Les formes sont les suivantes : vases profonds ovoïdes, coupes hémisphériques et vases à fiasco. Les anses sont rares, généralement en ruban, larges et peu élevées, avec un profil semi-circulaire ou angulaire. Un petit vase entier dont le corps est hémisphérique, le bord plat rentrant avec des trous de suspension et l’ouverture étroite, présente un décor composé d’une bande de triangles opposés par leur sommet remplis de petites entailles.

Figure 1 : Fréquences relatives de la céramique fine et grossière et des types de décoration.

14Dans la céramique grossière, 55 % des tessons sont décorés d’impressions et d’incisions ; 5 % présentent une surface uniformément recouverte d’un engobe ou d’une peinture rouge ; sur 43,5 % le décor est absent. Les motifs sont très variés et tendent à couvrir toute la surface du vase : les segments et entailles semi-lunaires dominent ; ils sont disposés en rangées parallèles (27 %), irrégulièrement (17 %) ou en zig-zags (10 %). La décoration réalisée à la coquille est relativement fréquente (17,5 %) ; en revanche les motifs obtenus au poinçon (10,6 %), en « coups d’ongle » (7,5 %), à rocker-pattern (5 %) sont plus rares, de même que les incisions réticulées et en chevrons (1,5 %).

15Dans la céramique fine la décoration imprimée et incisée ne couvre pas en général toute la surface du vase mais tend à s’organiser en bandes, en amples chevrons, en triangles opposés, en motifs cruciformes. Par conséquent les tessons inornés atteignent 57 % et parmi les tessons ornés la fréquence des divers types de décor est différente de celle que l’on observe dans la céramique grossière. Les tessons peints atteignent 3,2 % et à côté de ceux qui présentent une surface totalement rouge en apparaissent d’autres au décor formé de lignes rouges ou brunes composant des faisceaux et des motifs angulaires plus ou moins complexes.

16La céramique fine présente également un décor gravé à sec (4,5 %) avec des motifs en échelle, en épines de poisson, au peigne et à rocker; de plus, le décor gravé s’associe assez souvent au décor peint et aux impressions.

17Les tessons imprimés et incisés s’élèvent à 37 % et présentent essentiellement, contrairement à ce que l’on observe dans la céramique grossière, le motif à rocker (21,5 %) tandis que les segments et les entailles semi-lunaires disposées en rangées ou irrégulièrement diminuent pour atteindre respectivement 18 % et 6 %. Les motifs en zig-zags sont fréquents (15 %) alors que le décor à la coquille descend à 19 %. La céramique fine présente en outre quelques types particuliers de décor comme les impressions linéaires en forme de cordelettes et en rangées de petits poinçons (5 %) et les rangées de « points et virgules » (4 %).

L’industrie lithique et osseuse

18L’industrie lithique, rare au sommet du niveau anthropique, augmente dans sa partie inférieure en un rapport inversement proportionnel avec les céramiques qui, elles, diminuent sensiblement.

19La matière première utilisée est essentiellement d’origine locale, étant fournie par les galets siliceux du conglomérat calabrien sur lequel s’appuie l’habitat. Quelques outils de grandes dimensions sont cependant façonnés à partir d’un silex d’importation qui provient de l’aire garganique ou des formations silicifères des dorsales internes de l’Apennin. Une unique lamelle d’obsidienne, probablement de Lipari, est également présente.

20Les outils sont représentés par :

  • burins (15,9 %), essentiellement sur cassure et sur troncature retouchée ;

  • grattoirs (1,5 96) ;

  • troncatures (13 %), essentiellement normales ;

  • pointes à dos (2,9 %) ;

  • fragments de pointes et de lames à dos (4,3 %) dont l’une présente le bord tranchant lustré et son dos porte des traces de bitume utilisé pour l’emmanchement ;

  • un trapèze isocèle court (1,5 %) ;

  • lames retouchées (7,2 %), essentiellement à retouche marginale ;

  • raclqirs latéraux (14,5 %) à retouche marginale, suivis des racloirs à retouche profonde ;

  • fragments de pointes, de lames et de racloirs (14,5 %), essentiellement à retouche marginale ;

  • éclats à retouche abrupte (2,9 %) ;

  • denticulés (21 %), constitués, dans l’ordre, de racloirs denticulés, d’encoches et de grattoirs denticulés ;

  • une pièce écaillée (1,5 %).

21Deux pièces denticulées, un fragment de lame à dos, une troncature, une chute de burin et une lame non retouchée doivent être considérés comme des éléments de faucille par la présence sur leur tranchant du lustré caractéristique.

22L’industrie osseuse est limitée à un unique poinçon et les objets de parure sont constitués d’un fragment de coquille Glicymeris percée.

Le milieu et l’économie

23Dans l’aire fouillée l’absence totale de charbons de bois a rendu impossible la reconstitution du type de boisement existant. L’association faunistique des mollusques terrestres permet cependant de reconstituer le type d’environnement qui prédominait dans les environs immédiats du village. Avec deux espèces ubiquitaires, la Rumina decollata et l’Helix aperta, ont été recueillis au cours de la fouille quelques échantillons de Monacha cantiana, Monacha cartusiana, Helicella virgata, Pomatia elegans ; ces espèces, témoins de zones sèches et bien ensoleillées, laissent supposer l’existence autour de l’habitat d’une frange de terrain destinée en partie à la culture, dont la végétation était constituée d’herbes et d’arbustes.

24Les restes de la macrofaune, déterminés par M.C. Marinval et J.D. Vigne, sont constitués en tout de 320 fragments osseux non déterminables et de 45 restes dont 23 appartiennent à des ovicapridés, 9 à de petits ruminants (chèvre, mouton ou chevreuil), 3 au porc, 1 au chevreuil et 1 au cerf.

Figure 2 : Les formes de la poterie et l’industrie lithique de Ripa Tetta : lame à dos, n° 8 ; trapèze, n° 9 ; burins, n° 10, 13, 14 ; troncatures, n° 11, 12, 16 ; denticulé, n° 15 (n° 1-7, grand, nat. ; n° 8-16, grand, nat.).

25Malgré la réserve qu’imposent la rareté des échantillons et l’impossibilité de préciser l’appartenance des restes de porc à l’espèce domestique ou au sanglier, il apparaît clairement que la chasse jouait un rôle minime par rapport à l’élevage.

26La culture des céréales est documentée non seulement par les meules et les éléments de faucille, mais également par les empreintes conservées dans les morceaux d’enduit. Dans le type b), précédemment décrit, les empreintes révèlent la présence du Triticum monococcum - dicoccum ; dans le type a) celle du Triticum monococcum, Triticum dicoccum et Hordeum vulgare. Dans le type c) on a pu reconnaître deux caryopses carbonisés de Triticum dont l’un, parfaitement conservé, se trouvait encore en place à l’intérieur d’un épillet. Morphologie et biométrie (long, mm 4,95 ; larg. mm 2,51 ; ép. mm 2,63 ; T/B = 1,04) permettent de l’attribuer au T. monococcum et la présence dans Pépillet d’un second type caryopse légèrement plus petit montre qu’il s’agit d’engrain présentant deux fleurs fertiles dans chaque entre-nœud. L’autre caryopse appartient à l’amidonnier, Triticum dicoccum (long, mm 5,06 ; larg. mm 2,87 ; ép. mm 2,61 ; T/B = 0,90).

27Sur d’autres morceaux d’enduit on a relevé des empreintes d’épillets et de fragments de rachis attribués à l’amidonnier et à l’engrain et on a identifié quatre caryopses de Hordeum vulgare. On note en outre la présence d’empreintes de fragments de rachis avec deux inter-nœuds en connexion qui trouvent des équivalents tant dans le groupe des Triticum tetraploïdes (T. durum) que dans celui des hexaploïdes (T. aestivum s.l.).

28Les principales espèces cultivées étaient donc l’engrain, l’amidonnier et l’orge, présents également sur d’autres sites néolithiques à céramique « impressa » des Pouilles comme Monte Aquilone, Torre Canne, Le Macchie (Evett, Renfrew, 1971 ; Costantini, 1983). A Ripa Tetta il y a une nette prédominance des empreintes d’engrain et d’amidonnier, tandis que la présence de l’orge semble occasionnelle. Il s’agissait toutefois d’orge glumacé dont la paille, constituée de fragments de rachis et de tiges, est trop grossière pour être mélangée à l’argile. On utilisa donc de préférence la paille de l’amidonnier et de l’engrain plus riche d’épillets, de glumes et de petits bouts de tiges fragmentés au cours du battage.

29La présence de T. durum-aestivum est connue jusqu’à présent en Italie seulement à partir du Néolithique moyen sur la base des découvertes de Passo di Corvo et de Catignano (Follieri, 1973 ; Costantini, Tozzi, 1981). La découverte de ce type de froment même à Ripa Tetta et dans les niveaux 8 - 7 de la Grotta dell’Uzzo en Sicile témoigne que l’introduction de ces espèces est survenue à une époque antérieure à celle connue et au moins contemporaine à la phase avancée du courant culturel de la céramique imprimée (Costantini, 1981).

Figure 3 : A : caryopse carbonisé de Triticum monoccum ; B : épillet non carbonisé de Triticum.

Conclusions

30Les fouilles récentes de G. Cremonesi et J. Guilaine à Torre Sabea ont démontré qu’une économie agricole bien développée était déjà en place dans les Pouilles à une phase ancienne de la céramique « impressa » (Cremonesi, Guilaine, 1983). Il n’est pas donc étonnant qu’un fait analogue soit attesté également à Ripa Tetta où l’occupation fut sans aucun doute plus tardive. La chasse et la cueillette sont des activités subsidiaires qui jouent un rôle économique marginal. La production de nourriture est axée sur l’élevage, surtout celui des ovi-capridés et des bovins, et sur la culture de trois céréales — engrain, amidonnier et orge — présents également à Torre Sabea. La quatrième céréale, du groupe Triticum aestivum - durum, connue jusqu’à présent en Italie dans des contextes plus tardifs, est beaucoup moins représentée.

31Par ses caractéristiques culturelles, le village de Ripa Tetta diffère des gisements des phases initiales de la céramique imprimée tant en ce qui concerne l’industrie lithique, où les trapèzes sont très rares, qu’en ce qui concerne la céramique qui présente une décoration peinte et gravée el de fréquentes impressions ordonnées en motifs géométriques, rares ou absents dans les gisements plus anciens comme Prato Don Michele, Grotta del Guardiano, Pulo di Molfetta, Torre Sabea (Fusco, 1965 ; Ceccanti, 1981 ; Meyer, 1904 ; Cremonesi, Guilaine, 1983).

32A Ripa Tetta les rapports quantitatifs entre céramique fine et céramique grossière, entre céramique décorée et non décorée ainsi que la forme des poteries — coupes hémisphériques, vases à « fiasco », vases profonds ovoïdes — sont semblables à ceux du village de Guadone (Tiné, Bernabò Brea, 1980). La syntaxe décorative des poteries appartient au même aspect culturel, mais les décors gravés et les décors peints sont moins abondants au Guadone que à Ripa Tetta.

33Les ressemblances avec les villages à céramique impressa, peinte et gravée de la région de Matera sont également nombreuses (AA. VV., 1976). Le décor imprimé offre de nombreux points communs avec l’aspect de Masseria La Quercia, mais les formes des vases sont en partie différentes et les motifs de la poterie peinte s’en écartent totalement (Manfredini, 1968).

34C’est donc l’aspect culturel de Guadone qui se rapproche le plus de Ripa Tetta ; il est également présent dans le niveau supérieur du village de Rendina où il est daté de 5160 à 4490 B.C. (Cipolloni, 1973 ; Tiné, Bernabô Brea, 1980). Il s’agit d’un intervalle considérable durant lequel nous pouvons supposer que la culture à céramique imprimée a évolué graduellement et dans lequel le village de Ripa Tetta occupe une position, sinon finale, du moins avancée. Dans le même intervalle se situe, peut-être, le faciès de Masseria La Quercia, pour lequel nous connaissons des dates assez douteuses provenant des villages Scaramella de San Vito — 5050 ± 100 et 4690 ± 65 B.C. —, de Masseria Giuffreda et Villa Comunale de Foggia — 5175 ± 20 et 4800 ± 220 B.C. — (Tiné, 1975 ; Guilaine et al., 1981).

35C’est dans les Pouilles et en Basilicate qu’existe la plus importante concentration de gisements néolithiques connus en Italie et peut-être dans toute la Méditerranée ; toutefois, malgré cette richesse exceptionnelle nos connaissances restent fort incertaines et fragmentaires. La plupart des sites ne sont connus que par des relations souvent incomplètes de fouilles anciennes ou mal faites, par des récoltes de surface et par la photographie aérienne. Les fouilles les plus récentes sont pratiquement inédites ; les datations C14 sont extrêmement rares et effectuées parfois à partir d’échantillons de provenance ou de signification incertaine.

36Par conséquent les tentatives pour saisir l’évolution du courant culturel de la céramique imprimée dans la région « apulo-materana » s’appuient davantage sur des hypothèses de travail que sur des faits certains et des documents précis. Le Sud-Est de la péninsule italienne est une zone d’importance vitale pour l’étude de l’apparition et du développement des premières civilisations agricoles de la Méditerranée ; il est donc indispensable que tous les efforts soient faits pour combler de telles lacunes. C’est d’ailleurs dans cette perspective que l’Université de Pisa, l’Université de Lecce et l’École Française de Rome ont entrepris dans les villages de Torre Sabea et de Ripa Tetta des fouilles dont on a présenté ici les premiers résultats.

Bibliographie

Bibliographie

AA. VV. 1976. Il Museo Nazionale Ridola. Matera.

Ceccanti (M.). 1981. La stazione neolitica della Grotta del Guardiano, Atti e Mem. Acc. Tosc. di Scienze e Lettere La Colombaia, vol. 46.

Cipolloni Sampò (H.). 1973. Villaggio del Rendina : scoperta di una nuova facies decorativa del neolitico ilaliano a ceramica impressa, Actes VIII Congr. Int. Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, T. II, Belgrade.

Costantini (L.). 1983. Semi e carboni del mesolitico e neolitico della Grotta dell’Uzzo, Trapani, Quaternaria, vol. 23.

Costantini (L.). 1983. Cereali carbonizzati e impronte del neolitico pugliese (Im stampa).

Costantini (L.), Tozzi (C). 1981. Les plantes cultivées et la conservation des grains pendant le Néolithique des Abruzzes (Italie centrale) : le témoignage du village de Catignano (Pcscara), Actes Congr. Int. Longues Durées et Innovations dans le Monde Méditerranéen, Sociétés agricoles et techniques agraires, Nice.

Cremonesi (G.), Guilaine (J.). 1983. L’insediamenlo di Torre Sabea nel quadro del Neolitico antico dell’Italia sud-orientale, Actes Coll. Int. Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale, Montpellier.

Evett (D.), Renfrew (J.). 1971. L’agricoltura neolitica italiana : una nota sui cereali, Rivista di Scienze Preistoriche, vol. 26.

Follieri (M.). 1973. Cereali del villaggio neolitico di Passo di Corvo (Foggia), Annali di Bolanica, vol. 32.

Fusco (V.). 1965. Resti di un insediamento neolitico nell’isola di San Domino aile Tremiti, Atti X Riun. Scient. Ist. It. Preistoria e Protostoria.

Guilaine (J.), Simone (L.), Thommeret (Y.). 1981. Datations C14 pour le Néolithique du Tavoliere (Italie), Bull. Soc. Préhist. Franc., T. 78 (5).

Manfredini (A.). 1972. Il villaggio trincerato di Monte Aquilone nel qua-dro del Neolitico dell’Italia meridionale, Origini, VI.

Mayer (M.). 1904. Le Stazioni preistoriche di Molfetta, Commissione Provinciale di Archeologia e Storia patria, vol. VI.

Tiné (S.). 1975. La civiltà neolitica del Tavoliere, Civiltà preistoriche e protostoriche della Daunia, Firenze.

Tiné (S.), Bernabò Brea (M.). 1980. Il villaggio neolitico del Guadone di San Severo (Foggia), Revista Scienze Preistoriche, vol. 35.

Notes de fin

1 M.N.A.O. et Is. M.E.O., Roma.

2 Istituto d’Antropologia e Paleontologia Umana dell’Universita, Pisa.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Fréquences relatives de la céramique fine et grossière et des types de décoration.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Figure 2 : Les formes de la poterie et l’industrie lithique de Ripa Tetta : lame à dos, n° 8 ; trapèze, n° 9 ; burins, n° 10, 13, 14 ; troncatures, n° 11, 12, 16 ; denticulé, n° 15 (n° 1-7, grand, nat. ; n° 8-16, grand, nat.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Figure 3 : A : caryopse carbonisé de Triticum monoccum ; B : épillet non carbonisé de Triticum.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search