Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

21. L’éolien, une énergie renouvelable épuisable ?

Alain Nadaï et Olivier Labussiere

Texte intégral

1Une énergie renouvelable est une énergie de flux, adossée à une capacité de régénération de l’environnement naturel. Ses modalités d’exploitation ne doivent donc pas entraver ou altérer cette capacité. Si les analyses de cycle de vie et l’utilisation des terres rares (cf. V.19) sont des champs classiques pour interroger le caractère renouvelable de l’éolien industriel, une analyse mobilisant les méthodes des sciences sociales reste à mener pour examiner ses dimensions économique, sociale et territoriale. La question est la suivante : les modalités selon lesquelles l’éolien terrestre engage ces ressources ouvrent-elles sur des dynamiques locales qui les renouvellent ou qui les épuisent ?

Les territoires, une ressource éolienne méconnue

2Un cadrage économique des enjeux de développement éolien conduit le plus souvent à réduire le territoire à un gisement de vent, dès lors différencié selon sa rentabilité. Une analyse élargie de sciences sociales ouvre sur une autre lecture de l’hétérogénéité des territoires, articulée autour des configurations sociales et spatiales héritées. Ces configurations sont porteuses de règles collectives de partage de l’espace parfois anciennes, pérennisées notamment au travers des structures foncières, de la disposition de l’habitat, parfois des usages, et dont témoignent les paysages. Ces configurations héritées ne dictent pas l’action présente. Néanmoins, elles sont bien présentes au cœur des interrogations suscitées par le déploiement d’un projet éolien. La question de leur contribution au projet se pose donc, d’autant qu’elles peuvent être, dans des cas précis, porteuses d’orientations paysagères ou de formes spatialisées qui favorisent un partage équitable des bénéfices et des impacts éoliens.

3Ces points d’analyse suggèrent que le territoire, plus qu’un gisement à exploiter, est un potentiel à redécouvrir pour donner à l’éolien sa pleine dimension de projet de territoire.

4En France, la politique éolienne est marquée par sa forte judiciarisation, conduisant quasiment tous les projets au tribunal administratif. Ces échecs de projet sont loin d’être indolores sur le terrain : ce sont des énergies déployées en vain, des budgets dépensés sans concrétisation, des négociations difficiles pouvant ouvrir des brèches dans des collectifs jusqu’alors stables. En clair, un projet éolien peut renouveler ou épuiser les territoires sur lesquels il tente de s’implanter.

Un éolien enchâssé dans le projet privé

5La libéralisation du marché de l’électricité a présidé, dans l’Union Européenne, au processus de développement des énergies renouvelables. Elle n’est pourtant pas synonyme de portage privé même si la France, à la différence du Danemark, de l’Allemagne ou de la Belgique, a fondé sa politique éolienne sur ce type de portage. Cette orientation de la France s’est d’abord manifestée par l’adoption d’un tarif d’achat élevé, en 2000, sans vision d’aménagement du territoire. Elle a mis les collectivités locales et les services de l’État face à un processus de rattrapage de projets initiés localement sur le mode de l’intéressement privé. En 2005, le débat parlementaire sur la loi POPE, sans dénier aux développeurs privés leur droit à optimiser leurs gains, a marqué une défiance vis-à-vis d’un souhait des collectivités locales à faire de même, et donc à être dépositaire de la délivrance du permis de construire. Il en a résulté une réticence à la décentralisation de la politique éolienne, dont les zones de développement éolien (ZDE) sont un témoignage.

Vue du parc du Merdelou à Peux-et-Couffouleux, Aveyron, Midi-Pyrénées. Ce projet fut le premier projet éolien installé en Aveyron. © O. Labussière

6Cet éolien d’initiative privée n’était pourtant pas la voie unique, comme en attestent les « modèles coopératifs » danois, allemands ou belges. Les orientations de la politique éolienne française ont transformé l’ouverture du secteur de l’électricité à la concurrence en une privatisation de l’éolien français. Et les pratiques administratives d’autorisation de projet, en dépit d’une objectivité revendiquée, ont contribué à cette orientation. Elles ont fini par accorder aux développeurs privés un contact précoce dans les processus d’autorisation et une entrée beaucoup plus tardive à la société civile. L’ensemble du dispositif renvoie les opposants à une branche politique tardive, qui ne manque pas de se judiciariser.

7Si les territoires ont tenté des régulations quelquefois innovantes, ces expériences sont encore l’exception plutôt que la règle, d’autant que les barrières institutionnelles au montage collectif de projets restent très élevées et favorisent le portage par un développeur privé : au-delà de 99 actionnaires, une autorisation des marchés financiers, très technique et coûteuse, est nécessaire en France pour tout appel à capital.

Un projet privé en quête d’espace d’ancrage

8Le déploiement de l’éolien sur les territoires s’est donc réalisé en France au prix d’une dépendance précoce à des projets guidés par le profit. Il en résulte une réduction des processus à des conditions minimales d’agrégation des intérêts et de répartition des parts. Outre le fait que cette clé de répartition ne distribue pas de manière symétrique les gains, l’intéressement financier génère une agrégation d’intérêts privés, qui a des effets durables. Il crée un « existant éolien » qui limite fortement la capacité des territoires à se porter sur d’autres options de développement, même lorsque ceux-ci s’engagent a posteriori dans des processus de planification concertée de l’éolien. La politique éolienne française a donc débuté en générant de petits collectifs d’intéressés sous-tendus par de si faibles emprises spatiales, qu’il en résulte des processus de projet confidentiels, au sein desquels le territoire comme entité plurielle et contradictoire est rarement représenté.

9Ce parti pris de la politique éolienne française a fait descendre sur les territoires un éolien très « directeur ». Il a importé les conditions nécessaires et suffisantes à son ancrage, mais pas à sa territorialisation. Si les conditions environnementales, paysagères ou de connexion au réseau sont prises en compte au travers des études d’impacts à l’échelle de chaque projet, elles sont rarement mises en cohérence au niveau d’un territoire (cf. IV.30).

Un éolien épuisable

10Au final, l’éolien terrestre, tel qu’il est développé aujourd’hui en France, est une énergie renouvelable épuisable. En rendant très difficile l’émergence de processus collectifs de préprojet et en ne compensant pas les barrières institutionnelles à des montages financiers territorialisés, il engage les recompositions sociales et territoriales sur des trajectoires relativement conflictuelles et très coûteuses à réorienter, une fois initiée l’élaboration de premiers projets. La judiciarisation qui s’ensuit ne permet en rien de redonner une cohérence territoriale au développement éolien : elle rend au contraire la trajectoire même des projets éoliens de plus en plus incertaine pour l’ensemble des acteurs. Incertaine pour les développeurs comme pour les opposants eu égard aux possibilités de recours, comme au délai de règlement des recours effectifs ; et incertaine pour l’État comme pour les territoires, qui ne sont plus assurés de pouvoir orienter le développement terrestre de l’éolien.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. NADAÏ et al. Une comparaison de l’émergence de paysages éoliens en France, Allemagne et Portugal, in Paysage et développement durable, Quae, 2013.

• A. NADAÏ et O. LABUSSIÈRE – Le paysage éolien, décentralisation énergétique et paysagère, in Les paysages de l’électricité, Peter Lang (éd.), 2012.

• A. NADAÏ et O. LABUSSIÈRE – Éoliennes : États d’un paysage d’État, La Pierre d’Angle, Revue des Architectes des Bâtiments de France, 2011.

Table des illustrations

Légende Vue du parc du Merdelou à Peux-et-Couffouleux, Aveyron, Midi-Pyrénées. Ce projet fut le premier projet éolien installé en Aveyron. © O. Labussière
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10804/img-1.jpg
Fichier image/, 164k

Auteurs

Économiste de l’environnement, Paysagiste et Ingénieur agronome, Directeur de Recherche au CNRS, CIRED, Nogent-sur-Marne.
nadai@centre-cired.fr

Géographe, Maître de Conférences en Géographie et Aménagement, Institut de Géographie alpine, Grenoble.
olivier.labussiere@ujf-grenoble.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540