Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

11. Pollutions et risques industriels

Thomas Le Roux

Texte intégral

1Dans la deuxième moitié du XXe siècle, des livres tels que Silent Spring de Rachel Carson (1962), ou des rapports comme le Rapport Meadows du Club de Rome (1972), ont alerté sur les atteintes du monde industriel à l’environnement et ont anticipé sur des accidents technologiques qui ont fait basculer le problème vers une échelle planétaire. Ainsi, la liste des catastrophes industrielles majeures récentes est longue : elle inclut les usines chimiques de Seveso (1976) et Bhopal (1984), les centrales nucléaires de Tchernobyl (1986) ou Fukushima (2011), en passant par les marées noires provoquées par les plateformes pétrolières offshore, telle que Deepwater Horizon au large de la Louisiane (2010). En France, l’explosion de l’usine AZF (AZote Fertilisants), près de Toulouse, en 2001, a revitalisé les craintes et les dispositifs de contrôle, avec l’adoption des plans de prévention des risques technologiques en 2003.

Fig. 1 – L’explosion de l’usine Dow Chemical à Bhopal, 1986. Elle tue à court terme 8 000 personnes et plusieurs dizaines de milliers à moyen terme. Symbole du transfert géographique du risque à l’ère de la mondialisation, la catastrophe a suscité un mouvement de justice environnementale

Une législation en faveur des industries

2L’actualité des menaces que le monde industriel fait peser sur la société a suscité de nombreux travaux en sciences sociales depuis l’ouvrage du sociologue Ulrich Beck, La société du risque (1986). Plus récemment, les historiens se sont emparés de la question et leurs travaux montrent que les pollutions et les risques industriels sont concomitants de la naissance de la civilisation industrielle, et que c’est bien consciemment et nourries par les controverses sur les nuisances industrielles, que les sociétés se sont engagées dans la voie de l’industrialisation, en assumant la part de risque de celle-ci. Qu’il s’agisse des mines, des poudreries – dont celle de Paris qui explosa en 1794, tuant 550 personnes et en blessant 850 –, de l’adoption des gazomètres en ville dans les années 1820, ou encore de l’introduction des machines à vapeur ou de la mécanisation dans les espaces de travail, les premières phases du développement industriel apportent leur lot de pollutions, risques et accidents, dont la gestion est assumée par les pouvoirs publics. Ainsi, après les grands procès de pollution industrielle des années 1770 (acides) et 1820 (soude), l’industrie chimique s’est frayé un chemin à travers les embûches juridiques, pour s’imposer et bénéficier d’une forme de protection nationale contre les oppositions locales.

3En effet, en termes de régulation, les grandes législations nationales du XIXe siècle consistent à effacer les dispositifs locaux très contraignants, à substituer la gestion administrative à des dispositifs judiciaires au nom de l’utilité publique, et enfin à dépénaliser les conséquences néfastes de l’activité industrielle. Il en est ainsi de la première loi au monde sur les établissements industriels polluants, édictée en France en 1810, copiée dans la plupart des pays d’Europe, et dont l’esprit est encore à l’œuvre dans les Directives européennes Seveso depuis 1976. La législation industrielle préventive a surtout pour tâche de résoudre des problèmes locaux de cohabitation entre l’industrie et les espaces de vie, selon une temporalité de relatif court terme. Elle a aussi pour rôle ultime d’assurer le transfert ou le report d’activités nuisibles. Par exemple, l’adoption de filtres à particules permet la mise en marche d’installations industrielles, sans jamais supprimer totalement la pollution, ce qui a pour effet de réduire localement la pollution mais, paradoxalement, de continuer à contribuer à son élévation globale, via la hausse du nombre d’autorisations. Par ailleurs, la baisse de la pollution atmosphérique a souvent pour contrepartie la hausse des pollutions de l’eau ou du sol, où sont déversés les résidus provenant des fumées et des gaz condensés ou filtrés. Historiquement, la baisse d’une pollution résulte de raisons externes : un transfert de technologie, et donc un transfert de pollution ou de risque, par exemple du charbon à l’énergie nucléaire, ou l’arrêt de la production du produit à l’origine de la pollution (cf. VI.18).

La mondialisation et l’inégale distribution du risque

4La mondialisation illustre un dernier aspect de la lutte contre la pollution et la mise à distance du risque. Outil traditionnel de lutte contre les nuisances industrielles, l’éloignement, qui se mesurait en centaines de mètres à la fin du XVIIIe siècle, s’articule dorénavant à l’échelle des continents, illustrant l’immuable logique d’inégale distribution du risque et des pollutions. C’est ainsi que la plupart des activités polluantes et des décharges ont été transférées dans les pays en développement d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud, où les accidents industriels peu relayés par les médias se multiplient. La situation, qui peut localement s’améliorer, comme dans la Ruhr ou à Manchester, cache en réalité une situation globalement dramatique de la planète, qui ne tient même pas compte des rejets toujours croissants des gaz à effet de serre*. Une étude internationale de grande ampleur publiée en 2012 estime que la pollution de l’air tue deux millions de personnes par an en Asie de nos jours et plus de trois millions dans le monde. Jamais autant de produits chimiques, dont l’innocuité n’a pas pu être démontrée, n’ont été mis en circulation, contaminant ainsi l’ensemble de la planète et de la chaîne alimentaire. Quant à l’eau, elle paie son tribut dans l’exutoire ultime, la mer : un « 7e continent de plastique », découvert en 1997, qui accumule les microdéchets non dégradables en plusieurs zones étendues de tous les océans (cf. V.9).

Fig. 2 – L’explosion de la poudrerie de Paris (Grenelle), 1794 (gravure). Située à Paris, dirigée par le chimiste Chaptal et autorisée en temps de guerre selon un argumentaire industrialiste, cette explosion a provoqué plus d’un millier de victimes

Défis à venir

5L’augmentation des pollutions industrielles est sans aucun doute un défi de grande ampleur pour le développement durable. Les promesses technologiques de production « propre » possèdent, elles aussi, leurs effets secondaires. Même en considérant que l’énergie solaire ou la prometteuse fusion nucléaire seraient exemptes d’inconvénients, la disposition d’énergie non limitative aurait des impacts sur la consommation, et donc sur les ressources et les infrastructures urbaines et de transport. C’est en quelque sorte une quadrature du cercle à résoudre, à l’heure où un horizon de dix milliards d’habitants (2100), souhaitant légitimement vivre selon les standards matériels des sociétés occidentales, commence à se dessiner.

Bibliographie

Références bibliographiques

• J.-B. FRESSOZ – L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Éditions du Seuil, 2012.

• T. LE ROUX – Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Albin Michel, 2011.

• G. MASSARD-GUILBAUD – Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Éditions de l’EHESS, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’explosion de l’usine Dow Chemical à Bhopal, 1986. Elle tue à court terme 8 000 personnes et plusieurs dizaines de milliers à moyen terme. Symbole du transfert géographique du risque à l’ère de la mondialisation, la catastrophe a suscité un mouvement de justice environnementale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 2 – L’explosion de la poudrerie de Paris (Grenelle), 1794 (gravure). Située à Paris, dirigée par le chimiste Chaptal et autorisée en temps de guerre selon un argumentaire industrialiste, cette explosion a provoqué plus d’un millier de victimes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Auteur

Historien, Chargé de Recherche au CNRS, Maison française d’Oxford, Centre de Recherches historiques, EHESS, Paris.
tleroux@ehess.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540