Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

10. Société de consommation et production de déchets

Cyrille Harpet

Texte intégral

Production et consommation de masse

1Les indicateurs classiques de croissance économique reflètent une part du fonctionnement de nos sociétés. Éclairant un versant des activités humaines, ils dissimulent les impacts sur les écosystèmes et les risques sanitaires des populations. Une mesure objective rendrait compte des ressources disponibles, des déchets et des pollutions. La production mondiale de déchets représente de 3,4 à 4 milliards de tonnes en 2010 (hors agriculture et construction) selon les estimations de l’Institut des matières premières Cyclope. La moitié de ce volume global est d’origine urbaine (1,3 milliard de déchets solides des ménages par an, soit 1,2 kg par jour, selon la Banque mondiale en 2012) et industrielle (1,2 à 1,67 milliard de tonnes non dangereux, 490 milliards de kilos de déchets dangereux). Un Européen produit en moyenne 600 kg de déchets par an, un Américain 700 kg/an, un habitant citadin du tiers-monde entre 150 à 200 kg/an.

2Les statistiques annuelles de la convention internationale de Bâle (1989), sur le contrôle de la production et des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux, établissent que, sur 30 pays déclarants, près de 2 millions de tonnes ont été échangées en 1993 et 9,5 millions de tonnes en 2010, selon le Programme des Nations unies pour l’Environnement.

3Cette production « détritique* » résulte d’une consommation de masse engagée dès 1945 avec la reconstruction et la ré-industrialisation des pays de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE). Cette période des « Trente Glorieuses* » repose sur une économie de la croissance et de la productivité agricole et industrielle. L’augmentation des rendements de blé à l’hectare passe de 12 à 35 tonnes, le nombre de travailleurs à l’hectare diminue de 28 à 8, et les tracteurs remplacent les animaux de labour. L’équipement des ménages contraste aussi avec l’avant-guerre, puisque réfrigérateur, machine à laver et automobile constituent les éléments d’un nouveau confort (cf. IV.11). Cependant, l’accumulation de biens et l’essor de la société de consommation à l’échelle globale sont progressivement remis en question par tout un courant de pensée s’inscrivant dans la continuité du rapport du Club de Rome qui invite à repenser la croissance et ses limites (rapport Meadows, 1972).

La société du gaspillage et du jetable

4L’équipement des ménages en biens de consommation atteint un seuil de saturation : le cycle de vie des produits est trop « long » pour assurer leur renouvellement (cf. IV.22). La stratégie mercantile de la première moitié du XXe siècle prend trois voies principales. La première repose sur la production de produits à faible utilité (les gadgets). La seconde véhicule le fantasme de la nouveauté et du progrès continus. La troisième voie est celle des produits « jetables » puis de « l’obsolescence programmée ». Ce marketing de masse vise l’objectif du renouvellement des biens de consommation. Dès la fin des années 1940, l’aventure du baron Bich signe l’ère du produit à usage unique et jetable avec le stylo à bille Bic. La société de l’abondance masque en fait une société du gaspillage généralisé : Vance Packard, dans L’Art du gaspillage (1962) décrit l’insouciance collective du productivisme et du consumérisme. Suite au premier choc pétrolier de 1973, les politiques se mobilisent sur une économie du recyclage. Harold Crooks parle d’une ruée des multinationales dans l’industrie des déchets en Amérique du Nord (La bataille des ordures, 1984). Une économie du rebut, de la collecte et du recyclage s’organise, marquée par les œuvres caritatives, dévalorisée par la suspicion (une activité de marginaux et de maffieux). L’économiste Gérard Bertolini expliquait dès 1984 que les circuits de collecte et de recyclage sont des services rendus à la collectivité méritant d’être rémunérés en tant que tels.

Couverture du livre Rubbish ! The Archaeology of Garbage, de William Rathje et Cullen Murphy, University of Arizona Press, 2001

Les déchets, objets des sciences

5La recrudescence de la production détritique a suscité l’intérêt des chercheurs en sciences humaines et sociales, et en sciences de l’environnement et de l’ingénieur, depuis les années 1970. Les comportements sociaux et les usages sont observables à partir de ce que les humains rejettent (Dis moi ce que tu jettes, je te dirai qui tu es). Des sociologues (William Rathje), des anthropologues (Mary Douglas), des géographes (le « rudologue » Jean Gouhier), des urbanistes (Sabine Barles), des historiens (André Guillerme), des économistes (Gérard Bertolini), des écologues (François Ramade) et des ingénieurs (Alain Navarro) sont les archéologues de la modernité (figure). Les déchets reflètent les « dessous » du marché, les « ombres » de la consommation, les lieux en « marges », où individus, groupes sociaux, populations cherchent de quoi survivre.

Vers une société du « cycle de vie »

6Le rejet erratique des déchets dans les milieux naturels (décharge, brûlage, immersion) dégrade les écosystèmes et produit des effets sanitaires. Des scandales (Love Canal à New York à la fin des années 1970, la décharge de déchets toxiques de Montchanin en France à la fin des années 1990) seront suivis de mesures réglementaires drastiques afin de réduire les risques liés aux exutoires* (cf. V.18). Cette société « émétique* » a organisé des systèmes de collecte, de tri sélectif, de filières de valorisation mais peine à gérer les matières résiduelles, face à la profusion, la diversité, la complexité et la rapide mise sur le marché des produits. L’économie de marché raisonne par unités vendues en quantités, sans qu’une économie circulaire soit structurée en amont. En aval, pour endiguer la marée des ordures et en assumer les coûts, des filières dédiées s’organisent sous l’impulsion des mouvements écologistes et de consommateurs, relayés par les pouvoirs publics. Toutefois, une majorité de produits et d’équipements sont rejetés sans être ni usés, ni obsolètes. L’autre facette de ce gâchis est l’exploitation des matières premières non renouvelables. Le plastique, emblème de la société consumériste, est un matériau invasif, et son industrie a trouvé dans l’emballage un support visible pour le marketing des produits de consommation. Enfin, des produits industrialisés, avec des propriétés de persistance dans les écosystèmes, obligent les chercheurs à concevoir leur éco-compatibilité, leur « biodégradabilité ». Le déchet devient une ressource dans un nouveau cycle de vie.

7Les innovations techniques ne suffisent pas, les capacités des écosystèmes à absorber les déchets produits peuvent être saturées par les quantités et l’intensification des rejets. Ce sont les comportements individuels et collectifs qui contribuent à limiter les impacts dus à la frénésie consumériste. Les nouvelles pratiques sociales depuis les années 2000 relèvent d’un refus du gaspillage, d’une prise de conscience, d’une conviction écologique, ou d’une adaptation aux contraintes économiques en situation de crise. Les enjeux de la durabilité trouvent des réponses du côté d’une production « écologique » accessible et du côté de la responsabilité des acteurs dans leur choix de consommation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. HARPET – Du déchet : philosophie des immondices ; corps, ville, industrie, L’Harmattan, 1999.

• G. BERTOLINI – Rebuts ou ressources, Les Cahiers de l’écologie, 1978.

• C. DE SILGUY – Histoire des hommes et de leurs ordures, Le Cherche Midi, 2009.

• W. BOOTE et G. PRETTING – Plastic Planet. La face cachée des matières synthétiques, Actes Sud, 2011.

• INSTITUT CYCLOPE – Panorama mondial des déchets, Éditions Economica, 2009.

Table des illustrations

Légende Couverture du livre Rubbish ! The Archaeology of Garbage, de William Rathje et Cullen Murphy, University of Arizona Press, 2001
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteur

Philosophe, Anthropologue, Auditeur environnemental, Enseignant-chercheur à l’EHESP de Rennes, Chercheur associé, EVS, Université Lyon 3, Paris.
cyrille.harpet@ehesp.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540