Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

9. Croissance des déchets dans les océans et conséquences : du macro au nano

François Galgani

Texte intégral

1Depuis les années 1960, les scientifiques évaluent les quantités et la distribution des déchets en mer, sur les plages et sur les fonds. Les travaux ont permis de mieux comprendre leur circulation et leur devenir, notamment la dégradation des plastiques en micro, et probablement en nanoparticules. Leur accumulation dans les zones de convergences des bassins océaniques, ou « gyres*», s’explique par la circulation océanique et les courants géostrophiques. Ceux-ci entraînent la création de zones tourbillonnaires où s’accumulent l’ensemble des objets ou espèces flottantes et dérivantes. Ils ne provoquent cependant qu’une augmentation sensible de leur concentration et non la création de quelconques « îles » ou « continents de déchets ».

Distribution des déchets dans les océans

2Une étude menée par une équipe d’océanographes américains en 2009 donne un chiffre de 1 100 tonnes de déchets, très majoritairement en plastique, pour la zone de convergence atlantique, loin des millions de tonnes parfois annoncés ou des 260 millions de tonnes de production mondiale annuelle. De la même manière, les images de « soupes de plastiques » illustrent en fait des objets concentrés dans les collecteurs de filets à plancton et correspondent à de vastes surfaces échantillonnées. Ainsi, les concentrations moyennes mesurées dans la gyre du Pacifique Nord sont inférieures d’environ 115 000 objets/km2 à celles des eaux de la Méditerranée. La distribution de déchets reste planétaire et est amplifiée par des facteurs hydrodynamiques (forts courants), géomorphologiques (fosses océaniques) et humains (zones de pêche ou touristiques). Les activités littorales (pêche, aquaculture, tourisme, transport maritime…) affectent de manière conséquente la nature et la distribution de ces déchets et s’ajoutent aux apports des zones urbaines et des fleuves. Sur les fonds, les déchets vont s’accumuler dans les zones de faible turbulence comme les canyons. Beaucoup de ces zones restent à découvrir, certaines probablement très distantes des côtes et très profondes.

Algues fixées sur des microplastiques récoltés en Méditerranée. © F. Galgani, J.-H. Hecq

Typologie des déchets

3L’étude de la typologie des déchets en mer montre la part importante des matières plastiques, qui représentent jusqu’à plus de 95 % des déchets flottants. L’évolution dans le temps des quantités reste cependant discutée. Si les microplastiques mesurés dans les échantillons de plancton semblent avoir augmenté de manière exponentielle jusque dans les années 2000, les quantités sont restées constantes dans les zones de convergence et ont même décru dans certaines zones côtières. En Europe, les mesures d’interdiction des sacs en plastique dans la grande distribution semblent améliorer la situation. La pression exercée par la communauté scientifique en vue du classement des plastiques comme substances dangereuses devrait faciliter ces mesures. Le problème vient des effets possibles de ces déchets, plastiques en particulier, sur la faune et la flore, et également sur les écosystèmes, la santé, les activités littorales et sur les risques associés à la navigation (cf. V.16).

Impacts sur la faune, la flore et la santé humaine

4L’ingestion des plastiques par les grands vertébrés marins est l’un des impacts les mieux décrits. Si les cétacés, notamment les filtreurs*, ingèrent les microplastiques et rarement ceux de grande taille, toutes les espèces de tortues marines sont affectées et plus de 40 % des individus de certaines espèces sont touchés, confondant les plastiques avec les méduses. Les oiseaux sont aussi très sensibles avec, pour certaines espèces de la Mer du Nord, plus de 80 % des individus affectés. Les invertébrés filtreurs ou détritivores* (mollusques, annélides, crustacés, diverses espèces du plancton) ingèrent plus facilement les microplastiques, mais il semble important de noter que l’élimination par transit intestinal limite les risques de transfert dans les chaînes trophiques*. Les organismes marins sont également sensibles à l’étouffement, surtout lors d’enchevêtrement dans des engins de pêche, flottants ou sur les fonds, actifs ou abandonnés pouvant toucher certaines populations comme les poissons, les cétacés ou plus encore les pinnipèdes* (otaries, morses, phoques).

5Les contaminants chimiques, tels que les additifs (bisphénol A*) et les liants (phtalates*) des polymères*, ou des éléments adsorbés sur les surfaces comme les polluants organiques ou les métaux, sont susceptibles d’être transportés et peuvent ainsi contribuer à la contamination du milieu ou des organismes Ces mécanismes restent secondaires, limités aux zones d’accumulation le plus souvent côtières ou situées près de décharges ; et pour les organismes, ils ne concernent que ceux ayant ingéré de nombreux plastiques (cf. I.11).

6Le risque le plus important reste celui associé au transport des organismes marins (animaux ou végétaux) qui se fixent sur les déchets flottants.

7Le meilleur exemple est celui, en 2012, d’un morceau de ponton ayant voyagé, suite au tsunami, du Japon vers les eaux territoriales du Canada. Découvrant qu’il transportait avec lui 54 espèces nouvelles pour l’Amérique du Nord, le gouvernement canadien a dû le faire sombrer au large pour éviter les risques d’altération de la biodiversité. Le phénomène est amplifié dans le cas des microplastiques, dont le nombre est beaucoup plus important. Deux cent cinquante milliards de microplastiques en Méditerranée sont autant de vecteurs de transport d’espèces ou de larves fixées, toxiques ou non, mais susceptibles de coloniser de nouveaux milieux (figure). L’adsorption* possible d’agents pathogènes*, démontrée récemment sur des objets divers pour les espèces marines, laisse entrevoir une possible contamination des élevages marins.

8Concernant la pêche, les coûts induits pour le nettoyage des filets sont considérables. Pour les humains, les accidents le plus souvent décrits sont des blessures ou des prises mortelles de nageurs dans les filets, et, chaque année, des centaines d’incidents ou d’accidents de navigation surviennent, liés notamment à l’encombrement d’hélices. Les impacts sur la santé publique et sur les activités économiques ne doivent donc pas être considérés comme négligeables. C’est pour toutes ces raisons que les gestionnaires, et notamment la Commission européenne (cf. II.22), ont inclus les déchets marins dans la liste des descripteurs de la Directive-Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM*) nécessitant la mise en place d’un réseau de surveillance, en cours de développement, et des travaux de recherche.

Bibliographie

Référence bibliographique

• NATIONS UNIES POUR L'ENVIRONNEMENT – Déchets de plastique dans l’océan, Rapport annuel, www.unep.org/yearbook/2011, 2001.

Table des illustrations

Légende Algues fixées sur des microplastiques récoltés en Méditerranée. © F. Galgani, J.-H. Hecq
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10779/img-1.jpg
Fichier image/, 208k

Auteur

Océanographe, Responsable de Projet à l’IFREMER, Bastia.
francois.galgani@ifremer.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540