Version classiqueVersion mobile

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

8. La pollution acoustique marine : enjeux et solutions dans un contexte global

Michel André

Texte intégral

1La pollution, au sens large du terme, consiste en la contamination de l’environnement terrestre et marin par des matériaux ou des sources qui interfèrent avec la santé humaine, la qualité de vie ou le fonctionnement naturel des écosystèmes (les organismes vivants et leur environnement physique). Bien que certaines sources de pollution soient le résultat de causes naturelles, telles que les éruptions volcaniques, la plupart d’entre elles sont dérivées des activités humaines

Pollutions environnementales

2Il existe deux grandes catégories de polluants. Les polluants biodégradables sont des matériaux, comme les eaux usées, qui se décomposent rapidement par des processus naturels. Ils deviennent toutefois un problème lorsqu’ils sont introduits dans l’environnement plus rapidement qu’ils ne peuvent se décomposer. Les polluants non dégradables sont, quant à eux, des matériaux qui ne se décomposent pas, ou qui se décomposent lentement dans l’environnement naturel. Une fois que la contamination se produit, il est difficile, voire impossible, de les éliminer du milieu naturel (cf. V.9).

3La pollution a également un effet considérable sur les ressources naturelles. Les écosystèmes, tels que les forêts, les zones humides, les récifs coralliens et les rivières, rendent de nombreux services importants pour l’environnement terrestre. Ils améliorent l’eau et la qualité de l’air, fournissent un habitat pour les plantes et les animaux, ainsi que de la nourriture et des médicaments. Tout, ou partie de ces fonctions de l’écosystème, peut être altéré ou détruit par la pollution. En outre, en raison des relations complexes entre les nombreux types d’organismes et les écosystèmes, la pollution de l’environnement peut avoir des conséquences de grande envergure, qui ne sont pas immédiatement évidentes ou qui sont difficiles à prédire. Par exemple, les scientifiques ne peuvent que spéculer sur certains des impacts potentiels de l’appauvrissement de la couche d’ozone, la couche protectrice de l’atmosphère qui protège la Terre des rayons ultraviolets nocifs du Soleil.

4Aujourd’hui sont recensés sept types de pollution, qui affectent directement l’équilibre naturel de la Terre et de ses écosystèmes : la pollution de l’air, la pollution de l’eau, la pollution des sols, les déchets solides, les déchets dangereux, la pollution luminique* et, enfin, la pollution sonore. Contrairement à ce que nous pensons, cette dernière n’est pas restreinte aux effets nocifs qu’elle engendre au niveau de la santé des êtres humains, et sévit désormais dans le milieu marin. En effet, l’impact du bruit d’origine humaine sur les océans est un domaine de préoccupation croissante pour les scientifiques qui, jusqu’à tout récemment, ne disposaient pas d’une méthode cohérente et normalisée de collecte de données. Cet état de choses a changé grâce à l’avènement de nouvelles technologies acoustiques, qui permettent, pour la première fois, de décrire et de comprendre l’évolution des paysages sonores marins au niveau global.

5La pollution sonore est la « nouvelle venue » dans le groupe des sources de pollution dérivées des activités humaines dans l’océan. Elle est aussi la moins connue de toutes et celle dont l’impact est le plus rapide, tant l’exploration et l’exploitation de la mer sont en essor. Ce n’est que très récemment que ses effets ont été reconnus comme polluants et sont donc contemplés dans une série de directives nationales et européennes et internationales, comme la European Marine Strategy Framework Directive, qui vise à déterminer des indicateurs de bon état écologique* des océans, et demande aux États membres d’adopter avant 2020 des mesures dans le cas où les niveaux sonores de leurs côtes dépasseraient des niveaux seuils, considérés comme nocifs pour l’équilibre des écosystèmes marins.

Les bruits sous-marins

6De nombreuses espèces marines, comme les baleines et les dauphins, ont des systèmes auditifs très développés, qu’ils utilisent activement pour la communication, la recherche de nourriture ou les échanges sociaux, ce qui en fait l’un des groupes les plus sensibles à la pollution sonore. Plusieurs activités en mer, telles que les prospections géophysiques, la construction de plateformes océaniques ou les manœuvres militaires, provoquent un effet sur une grande variété d’espèces, et de récentes découvertes indiquent que des organismes « non-spécialistes » auditivement, tels que les céphalopodes (poulpes, calmars, seiches), peuvent également être sensibles au bruit produit dans les basses fréquences. Ainsi, des pratiques plus courantes dans les océans, comme la navigation, la pêche et les activités offshore, qui produisent des sources de bruit de basses fréquences, peuvent présenter des effets plus importants sur la vie des océans, qu’imaginés auparavant.

7Le niveau de bruit ambiant provenant de sources naturelles et anthropiques a augmenté au cours des cinquante dernières années, principalement en raison de l’essor des activités maritimes. Cette hausse pourrait entraîner un masquage des signaux biologiques de communication et réduire la fenêtre acoustique au travers de laquelle la vie marine échange des informations. Les experts s’attendent même à ce que l’exposition prolongée à une source sonore entraîne à moyen terme un stress physiologique et de comportement, et que cette même exposition à long terme puisse nuire à d’importantes fonctions biologiques. Les résultats issus du programme de recherche LIDO ont déjà confirmé que les cétacés pourraient avoir perdu jusqu’à 60 % de leur espace de communication dans les régions où les activités humaines sont particulièrement intenses.

8Au vu de ces résultats, il est probable que le bruit dans les océans augmentera dans le futur. La pression, déjà manifeste de la part de la société, des ONGs et des gouvernements, devrait permettre le développement de solutions durables. En effet, certains intérêts économiques associés à l’exploitation des océans sont déjà compromis, car il existe un manque de cohérence scientifique et de données rigoureuses, qui pourraient entraîner une régulation excessive. De ce fait, les industries impliquées demandent une gestion scientifique du problème, et des outils de mitigation des effets négatifs potentiels de leurs activités. Il est donc de la responsabilité des administrations, mais aussi des industriels, de promouvoir une politique de recherche sur les effets de la pollution sonore en mer, sous les plus hauts standards de crédibilité scientifique, afin d’éviter les conflits d’intérêts.

L’étude de la pollution acoustique dans le milieu marin requiert le développement de technologies nouvelles pour comprendre, mesurer et mitiger ses effets afin de préserver un bon état écologique* des océans. C’est ce compromis et ce défi scientifique que relève depuis dix ans le projet LIDO, à travers un réseau international d’observatoires acoustiques sous-marins. © Rolex Awards for Enterprise

Bibliographie

Références bibliographiques

• MEDDE – Définition du bon état écologique pour les sous-régions marines françaises, Directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM), 2012.

• PROJET LIDO –http://listentothedeep.com.

• SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ACOUSTIQUE – Le livre blanc de l’Acoustique en France, www.sfa.asso.fr/fr/documentation/livre-blanc, 2010.

• EUROPEAN COMMISSION – European Marine Strategy Framework Directive, Good Environmental Status, Report of the Technical Subgroup on Underwater Noise and other Forms of Energy, 2012.

Table des illustrations

Légende L’étude de la pollution acoustique dans le milieu marin requiert le développement de technologies nouvelles pour comprendre, mesurer et mitiger ses effets afin de préserver un bon état écologique* des océans. C’est ce compromis et ce défi scientifique que relève depuis dix ans le projet LIDO, à travers un réseau international d’observatoires acoustiques sous-marins. © Rolex Awards for Enterprise
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Bioacousticien, Professeur à l’Université Polytechnique de Catalogne, Barcelona Tech, Directeur du LAB, Vilanovai la Geltrú, Barcelone.
michel.andre@upc.edu

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search