Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

5. Des pollutions peu visibles…

Christian Ngô

Texte intégral

1Toute activité humaine produit des déchets, des effluents ou des rayonnements (particules ou ondes). Nos ancêtres étaient déjà de gros pollueurs, mais ils étaient peu nombreux. Aujourd’hui, la planète abrite 7 milliards d’habitants et accueille avec eux de nouveaux types de pollutions. L’impact humain sur Terre ne peut donc plus être considéré comme une simple perturbation.

2La pollution est une modification défavorable du milieu naturel, qui peut être d’origine naturelle, comme lors d’éruptions volcaniques, ou d’origine humaine. Dans ce dernier cas, elle peut être liée au mode d’utilisation (gaz rejetés par le pot d’échappement d’une automobile), accidentelle (marée noire provenant du naufrage d’un pétrolier) ou volontaire (dégazage sauvage d’un navire en pleine mer).

3Les êtres vivants sont en contact, de manière directe ou indirecte, avec l’air, l’eau et le sol ; trois milieux susceptibles d’être pollués. Ainsi, un être humain respire chaque jour environ 15 kg d’air, absorbe quelques litres d’eau et mange environ 1 kg de nourriture. La pollution peut affecter à plus ou moins long terme la santé humaine (figure). L’humanité est également exposée à divers rayonnements : électromagnétiques (micro-ondes), radioactivité… Si certains sont naturels, d’autres sont artificiels. Les pollutions invisibles, qui ont potentiellement un effet à long terme, sont celles qui effraient le plus la société.

Air et eau

4En France, les véhicules diesels polluent fortement l’air des villes. Outre les émissions de CO2, contribuant à augmenter l’effet de serre* naturel, ils émettent des particules chargées en hydrocarbures imbrûlés, dont certaines atteignent facilement les poumons (cf. V.6).

5Par ailleurs, chaque personne passe environ 90 % de son temps à l’intérieur d’un local ou dans un moyen de transport, où l’air est beaucoup plus pollué qu’à l’extérieur. Ceci risque d’empirer avec les nouvelles normes de construction, qui requièrent une plus forte isolation des locaux par rapport au milieu extérieur. La ventilation, essentielle pour ce type de construction, peut être insuffisante pour diverses raisons. Les moisissures favorisées par l’humidité vont s’ajouter aux autres produits déjà émis aujourd’hui par les meubles, peintures, moquettes, matériaux de construction…, qui sont des composés organiques volatils*, des perturbateurs endocriniens…

6L’eau peut également contenir des produits dangereux (cf. V.16), comme des résidus de pesticides ou de médicaments, des métaux lourds, des hydrocarbures halogénés… La détection de polluants et l’assainissement sont donc essentiels. Ainsi, en 2009, 90 000 m3 d’algues vertes macrophytes* ont été ramassées en Bretagne, favorisées par un excès de nitrates issus de l’agriculture. Leur dangerosité provient de l’émission d’un gaz toxique, l’H2S. Dans cette même région, la présence ponctuelle de phytoplancton* toxique sur les plages, liée à la pollution ou aux usages des sols et de l’eau, empêche parfois le ramassage et la vente de coquillages.

Nourriture

7Aujourd’hui, les problèmes sanitaires liés à la nourriture sont beaucoup moins importants que par le passé ; en revanche, l’impact médiatique l’est beaucoup plus. Près de 800 personnes meurent en France chaque année suite à une intoxication alimentaire. Ce chiffre est peu important, comparé au nombre de morts causés par le tabac (≈ 60 000 en France) ou l’alcool (entre 25 000 et 60 000).

8Ainsi, la consommation de hamburgers mal cuits, de jus de pomme frais, de lait cru… peut être dangereuse si ces aliments ont été contaminés par la bactérie ECEH (Escherichia coli entérohémorragique). En effet, après une incubation variant de 3 à 8 jours, les toxines générées conduisent à des symptômes graves. Les personnes en bonne santé guérissent, mais d’importantes complications peuvent apparaître chez les personnes fragiles, les enfants ou les personnes âgées, et conduire à des séquelles non négligeables, comme des insuffisances rénales nécessitant des dialyses. La mort survient dans 3 à 5 % des cas. En 1996, 137 malades ont été dénombrés en Écosse et 10 morts à cause d’une viande de bœuf contaminée. Ce type de bactérie a également été responsable d’une épidémie en Allemagne en 2011. Elle provenait de graines importées d’Égypte cultivées pour leur germination. Lors de cette intoxication, 30 morts ont été déplorés et les conséquences économiques ont été d’autant plus importantes que les concombres, salades et tomates espagnoles avaient été accusées à tort (cf. IV. 9).

9Autre exemple de contamination de la chaîne alimentaire : la maladie de la vache folle (encéphalite spongiforme bovine) provoquée par le prion, une protéine d’une résistance extraordinaire. C’est une variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob transmissible aux êtres humains. Entre 1996 et 2002, 129 cas humains ont été enregistrés avec une issue toujours fatale. L’incubation peut être de plusieurs années.

Les déchets peuvent être confinés ou dilués dans l’environnement, et provoquer parfois des pollutions importantes de l’air, de l’eau ou du sol. Mais les activités humaines peuvent aussi polluer d’une autre manière l’espace environnant : par les ondes électromagnétiques, le bruit, la lumière et la radioactivité

Espace

10Les risques sanitaires provoqués par les pollutions ne proviennent pas seulement de ce que nous ingérons ou respirons, mais également de l’espace autour de nous, qui est envahi par les ondes électromagnétiques utilisées pour transmettre l’information (antennes, téléphones portables, Wi-fi, radio, télévision…). La plupart d’entre elles se situent dans le domaine des micro-ondes (fréquences de quelques centaines de MHz à quelques GHz). Avec les puissances mises en jeu, aucune étude ne prouve qu’il existe un risque pour la santé à court et moyen terme, mais rien n’est moins sûr quant aux éventuels effets à long terme. Certaines personnes développeraient par ailleurs une hypersensibilité aux micro-ondes. Dans un autre domaine de longueur d’onde de la lumière, il existe un très faible pourcentage de la population présentant une sensibilité extrême aux rayons UV du soleil (xerodermapigmentosum) à cause d’une anomalie génétique.

11Par rapport à celui de nos ancêtres, notre monde connaît de nouvelles sources de pollutions. Mais, paradoxalement, la population vit plus longtemps ; l’espérance de vie d’un Français est ainsi passée de 50 ans en 1900 à plus de 80 ans aujourd’hui. C’est une conséquence des progrès réalisés au niveau de la santé et des conditions de vie, notamment par une meilleure prise en compte des risques issus des pollutions. Il ne faut pas oublier que certains de nos ancêtres vivaient dans un monde plus pollué que le nôtre. Ainsi, en 1812, les 20 000 ouvriers chapeliers parisiens respiraient sans précaution des vapeurs de mercure et d’acide nitrique conduisant à la « maladie des chapeliers », dont l’issue était fatale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. NGÔ et A. RÉGENT – Déchets, effluents et pollution, impact sur l’environnement et la santé, DUNOD, 2012.

• C. BLIEFERT et R. PERRAUD – Chimie de l’environnement, air, eau, sols, déchets, DE BOECK, 2009.

Table des illustrations

Légende Les déchets peuvent être confinés ou dilués dans l’environnement, et provoquer parfois des pollutions importantes de l’air, de l’eau ou du sol. Mais les activités humaines peuvent aussi polluer d’une autre manière l’espace environnant : par les ondes électromagnétiques, le bruit, la lumière et la radioactivité
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

Auteur

Physicien, ancien Directeur scientifique au CEA, Directeur de la SARL EDMONIUM, Paris.
edmonium@gmail.com

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540